Partagez | 
 

 [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mer 8 Sep 2010 - 16:10

topic précédent

Lauranna (ou plutôt Melody, puisquec'était elle qui se trouvait aux commandes) descendit les marches menant au sous sol avec précaution, écoutant les dernières précautions d'usages de Lauranna. Qu'elle avait parfaitement comrpis, mais que ça rassurait sa soeur de rappeler le long de leur lien mental.

*Ne la laisse pas deviner que je suis consciemment possédée, ni ton nom, ou ton âge exact. Rappelle le à Ayu, j'espère qu'il s'en souviendra. Je reste prête à t'aider si besoin, d'accord? Et méfie toi, elle est acculée,et peut-être dangereuse...*

Melody hocha la tête tout en faisant part à l'esprit de ce qui le concernait: C'était pas Laurana aux commandes, et elle ne voulait pas que la prisonnière puisse penser qu'elle était liée d'une quelconque façon à la résistance. Au cas où. Dans le sac à dos qu'elle portait en le tenant par les bretelles, elle avait rangé des bandes, de la crème anti brulure, des compresses, du désinfectant... Bref, de quoi faire les premiers soins, quoi. Chose qu'elle avait plus ou moins appris avec l'une de ses connaissances médecin, compétence nécessaire quand on a à garder une gosse quasi suicidaire... Bon, c'est pas pour autant qu'elle était particulièrement douée, mais... il se trouve que Ayu était tombé sur elle et lui avait "demandé" de le suivre pour soigner une prisonnière...

"J'te jure, tu nous l'avait pas encore faite celle ci. T'espère en tirer quoi?"

Ils étaient arrivés à l'entrée de la cellule, ou les sens (très éttoufés) de Lauranna détectaient une présence dans la pièce. Bien. Un signe de tête à Ayu, une grande inspiration, et Melody ouvrit la porte, allumant la lumière par l'interrupteur extérieur, faisant jaillir la lumière dans le cellule.

*Ne montre pas ce que tu ressens. Barricade toi mentalement.*

Pas besoin de le lui dire. Elle connaissait Ayu, elle se souvenait d'à quel point il pouvait être impitoyable, quand il s'y mettait. Elle se doutait que la prisonnière allait passer un mauvais moment, mais bon.

"Yop."

Ben oui, faut bien commencer par quelque part... Sans autre mot, Melody avança dans la pièce, se demandant à quel point elle pouvait sembler étrange. Une jeune femme à l'air presque fragile, tout juste vêtue d'un jean et d'un chemisier noir, Melody n'appréciant guère les robes, dans une cellule pas rassurante après pluqieurs heures (si elle avait bien compris Ayu)... Est-ce que c'est pour ça qu'il lui avait demandé à elle? Nan. Ayu n'était pas aussi fin... Bien sur, ça pouvait venir de plus haut, mais bon.

"Putain, t'es chié, toi, tu l'as vraiment pas loupée. bon, allez, la dame, là, tu te tourne, que je te soigne, j'vais pas y passer la nuit, moi!"

Pour une fillette de 12 ans, c'était pas mal, question "je joue les insensibles totales, et j'en ai rien à péter de toi". Seul un faible tremblement était perceptible, ainsi qu'une crispation des mains, et un refus du regard à observer la prisonière, même pour s'adresser à elle. Défaisant fébrilement son sac, elle en sortit une compresse, qu'elle mouilla au lavabo pour commencer à nettoyer comme elle pouvait... Elle qui n'aimait pas la vue du sang... Youpi.

*J'vais pas y arriver, j'vais pas y arriver, j'vais pas y arriver....*

*Du calme. Tu t'en sors très bien. Respire. C'est juste une pièce de théatre.*


Ouais, une pièce de théatre. Sauf qu'au théatre, on a pas à soigner des brulures visiblement douloureuse quand on a quasiment aucune expérience...
Revenir en haut Aller en bas
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 9 Sep 2010 - 9:42

Ayu n'avait plus dit un mot depuis qu'il avait croisé Lauranna dans l'un des couloirs, peu lui importait de la mettre au courant de ses plans, il avait juste besoin de quelqu'un capable de soigner des blessures et puis même si elle ne savait pas, ça serait toujours moins douloureux si c'était fait par quelqu'un qui savait ce qu'avoir mal signifiait. Bien sur il n'avait pu éviter les remarques de l'espionne, remarque qu'il ignora autant que le reste... Le problème avec Lauranna et sa soeur fantomatique c'est qu'elles possédaient une certaine compassion qui faisait défaut à la majorité des membres de la résistance. Compassion très utile quand il y avait un prisonnier à soigner mais vraiment chiante pour quelqu'un d'aussi peu moral que Ayu.

Ils étaient enfin arriver devant la cellule. L'esprit restait immobile, attendant un signe de Melody, c'est que la gosse ne devait pas être dans son élément... A quoi avait pensé Galcyan quand il l'avait recrutée à l'époque? La demoiselle fut prête plus vite qu'il ne le pensait. L'esprit tourna la clé dans la serrure et laissa la jeune fille passer, la suivant de prêt juste au cas ou elle eut besoin d'être défendue. Un coup d'oeil à la prisonnière lui apprit qu'elle avait une sale mine... Forcément dans cet état... L'esprit verrouilla la porte et glissa les clés, retenues par une chainette, autour de son cou, sous son pull. Il s'adossa ensuite au mur, l'air impassible, pas tellement d'humeur à faire profiter son auditoire de ses sarcasmes habituels. Il observait tant les gestes de la gamine que ceux de la femme soldat, répondant dans la foulée à l'accusation reçue.


-Si c'était moi qui avait fait ça c'est un fossoyeur qu'il aurait fallut appeler...

Lâcha-il, l'air de rien... Ok l'explosion ça aurait pu être lui, sauf qu'il ne pouvait pas faire sauter un véhicule, du moins pas à sa façon et qu'il était trop fainéant pour utiliser d'autres méthodes. Et puis il n'avait eut l'idée de se faire une prisonnière que très récemment, juste avant d'agir en fait. Il regardait Melody soigner la prisonnière depuis plusieurs minutes déjà quand il s'approcha finalement, faisant face à la femme soldat.Il lui tendit même un sandwich qu'il avait té piquer au réfectoire... C'est qu'elle allait rester un moment, ça serait embêtant qu'elle claque avant que Ayu n'ait obtenu ce qu'il voulait non?

-Puisque je suis coincée là à admirer le "superbe" travail de la sous-fifre, j'veux ton nom, ton grade, les raisons de ta présence à Heaven ainsi que toutes les infos sur ta saloperie d'armée!

Dit-il d'un ton sac. Il n'était guère habitué à mener un interrogatoire, mais il saurait bien lui arracher quelques infos importantes... Quittant sa proie du regard un instant il observa un instant Melody du regard... Il n'était pas doté d'une mémoire remarquable, il espérait bien qu'avoir un témoin permette de ne pas perdre de précieuses infos, bien qu'il doute oublier les choses importantes. Il revint ensuite sur la femme soldat, la dévisageant sans gêne.

-Et inutile de me faire ce regard là mon coeur et déjà prit!

Bah ouais, Ayu ne serait pas Ayu s'il ne disait pas une connerie...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 9 Sep 2010 - 17:13



J'attends.
J'attends toujours.

Les yeux probablement veinés, cernés de noir. Le souffle rendu légèrement rauque par l'épuisement, les muscles raidis. Plus douloureuse que jamais.

J'ai perdu la conscience du temps qui passe. Le silence est oppressant, les rares bruits que j'entends aussi. Mélange de grincements, de petits pas feutrés (de la vermine ?) et de gouttes d'eau.

J'ai froid. Je commence à avoir faim aussi si j'en crois les grondements de mon estomac.

Est-ce que quelqu'un va… ? J'ai à peine le temps de formuler cette pensée que j'entends le cliquetis du verrou ! J'étais tellement dans les vapes que je ne l'ai même pas entendu arriver.

Je me redresse mollement sur un coude, la porte s'ouvre. Je sens un courant d'air renouvelé me lécher le visage et raviver les plaques brûlées. J'ouvre la bouche….

–CLAC !-

Lumière ! Une ampoule d'au moins un milliard de volt vient de s'allumer. Je tente de repousser cet assaut du plat de la main. Mes yeux clignotent, je gigote comme une poupée mal articulée.
Des pas rapides, et d'autres un peu moins. J'entrevois vaguement deux personnes entre mes cils emperlés de larmes. Ce sont les premiers terroristes que je vois. Le premier contact avec la lumière depuis ma naissance. Et le premier mot que j'entends depuis des années : "Yop".

C'est le ton bien d'avantage que le mot en lui-même qui me fait bondir. On aurait dit une voix de gamine !

Ça se confirme par la suite. Bon sang ! Maintenant j'arrive à accommoder. Deux adolescents. Deux gamins à peine sortis des jupes de leur mère et ils me séquestrent ?! Non c'est une blague.
A vue de nez, je dirais que la fille à 18 ans et le petit qui l'accompagne… pas plus d'une quinzaine d'années.

Déboussolée je me surprends à obéir sans discuter à la requête de la fille qui n'a pourtant pas l'air très sûre d'elle. Je suis trop faible. Mais ça ne m'empêche pas de la détailler d'un air suspicieux au possible. Avec la tête que je dois me tirer, ça ne doit pas être joli joli quand je fronce les sourcils comme ça…

Je me passe une main fatiguée sur le visage et mets un point d'honneur à ne pas gémir pendant qu'elle insinue son tampon sous les rebords déchiquetés de mon uniforme dans le dos. Ce simple geste me rappelle douloureusement que j'ai des marbrures à vifs sur les pommettes et le front. Probablement les sourcils cramés aussi.

-hmmmmmph-

Et merde, ça m'a échappé.
Levant les yeux, je croise ceux du deuxième comparse. A cet instant, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai le sentiment que c'est lui le chef de ce duo. Mais où sont les adultes ?? Pourquoi est-ce qu'on m'envoie ces gamins si sérieux ? Pour me tester ?

Il parle de l'explosion. L'attentat. Pas lui ? Non évidemment, probablement un autre membre de leur bande. Je ne comprends pas pourquoi il tient à se justifier. Celui qui a fait ça était un pro, pas un gosse inexpérimenté.

J'ai pourtant un léger mouvement de recul quand il s'avance vers moi, ce qui me fait lâcher un autre –hmph- lorsque le tampon entre plus franchement en contact avec ma plaie. Hmm, il parle de l'autre comme d'une sous-fifre. Entre les deux, c'est lui le patron. D'ailleurs, c'est lui qui ouvre le feu.
Je reçois le sandwich d'une main absente et l'examine un instant. Bon, ça a l'air inoffensif. A l'armée on vous apprend aussi à manger quand on vous en donne l'occasion. Je déchire la cellophane et mord dedans timidement sans rien dire. Goût carton, texture pâte à modeler. Je me laisse le temps de mâcher pour répondre à sa première bordée de questions – ce qui me permet de cogiter-. Purée AIHEU ! Vu qu'ils m'ont laissé mariner dans mon jus, le sang a séché, les bords de la combinaison sont collés à la plaie et à chaque fois qu'elle passe dessus, ça m'arrache les nerfs.

Evidemment, pendant que je reste soumise et silencieuse, l'autre en profite. Tsss. Voilà, qu'il se fout de ma gueule maintenant. Toujours pareil quand on est au dessus de quelqu'un hein ? Connard.
Bon de toute façon mon nom est marqué sur mon uniforme et mon grade n'est pas difficile à déchiffrer s'ils connaissent un peu les insignes. Donc pas la peine de cacher ça.

- Kerozène, sous-lieutenant Kerozène.

C'est tout. Je lui renvoie un œil terne mais agressif. Ma voix est traînante, j'ai du mal à enchaîner les phrases sans laisser de blancs.

- Je veux parler à vos supérieurs. Si je dois dire quelque chose… ce ne sera certainement pas à des aides de camp. - Aïe !- . Vous avez du sérum… de la chlorhexidine là dedans ? Fais-je à la jeune fille qui me triture le dos. J'ai des craquelures sur le visage hein ? Brulûre au second degré…. ça fait… mal.

Bon sang… tout ça juste pour capturer un soldat ? Ça ne tient pas debout. Ou alors ces gens sont juste cinglés. Du genre à découper quelqu'un à la mitrailleuse pour "la cause" puis à lui filer un pansement histoire de se regarder encore dans le miroir ensuite. J'ai des tas de questions qui se bousculent mais pour le moment, la plus importante à mes yeux se fraie un chemin entre mes lèvres sèches :

- Ça donne quoi ?

Je parle de mon dos bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 9 Sep 2010 - 19:03

Tout en passant avec autant de douceur que possible le tampon sur la plaie, Melody leva les yeux au ciel en entendant Ayu faire son "kakou", ce qui lui valu d'appuyer un peu fort, provoquant une réaction de la prisonnière, et surprenant Melo qui retira précipitemment son bout de gaze.

*Calme toi. Ne panique pas. Respire. Et recommence... Doucement.*

Prenant une grande inspiration (qui finit sur un "la sous fifre t'emmerde..."), Melody reprit son nettoyage, doucement, luttant contre la panique. La femme n'avait pas tout à fait tord. Elle ETAIT une gamine! Une gosse de 12 ans à peine, qui faisait de son mieux, mais dont le rayon n'était ABSOLUMENT PAS de soigner une brûlée!

"Attention..."

La fillette passait sur une zone sensible, avec autant de douceur que possible, mais c'était pas simple, et sa crainte de blesser était audible. Après... ah, oui. désinfecter et... sur une brûlure c'était de la biafine, non? Elle en avait, là? De la clomachin, en tout cas, elle pensait pas en avoir...

"On est pas dans un camps."


Donc ils n'étaient pas des aides de camps. Logique. La demoiselle posa son morceau de gaze, en prit un autre, et termina de nettoyer la zone avant de mettre de la bétadine sur un troisième.

"C'est moche. Ca saigne par endroit, et sinon, c'est bien brulé. Et j'ai pas de chlotruc, alors faudra vous contenter de jaune et de biafine..."

Le jaune, c'était la bétadine... et le rouge pour le mercurochrome, mais vu qu'elle allait pas s'en servir... Oui, elle s'y connaissait très peu en soin. Et? Le regard agacé qu'elle envoya d'ailleurs à Ayu était clair: Elle lui en voulait de lui avoir demandé à elle alors qu'elle venait juste poser des dossiers... Et si elle n'avait pas été là, il aurait demandé à Lau? Une aveugle? Ridicule. Surtout qu'elle avait seulement un kit avec le STRICT minimum nécessaire, et donc pas forcément ce qu'il fallait...

"Quand A..."

*Pas de nom! Reste générale!*

La fillette se reprit aussitôt.

"Quand on aura fini de vous interroger, je vous donnerai du chloroforme, si vous voulez..."


Oui, la gosse se baladait avec du chloroforme dans son sac. C'était le composant d'une de ses "armes"... Sinon...

"Ou on prendra de l'alcool, au moins vous pourrez tenter d'avoir un good trip..."


Oui, c'était un peu cynique de sa part... Mais bon, en même temps... Elle se doutait que pour la soldate, il y avait pas cent mille possibilités... Enfin, elle avait quand même tenté d'être gentille. Après tout, assomé, on avait moins mal. Non?
Revenir en haut Aller en bas
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 9 Sep 2010 - 21:28

Bon... On ignore la belle remarque de Melody et on continue... Donc il en était où? Ah voui, interrogatoire. Une première réponse lui apprends donc le nom et le rang de la femme soldat... Cool, elle acceptait de coopérer... Euh.... Vraiment? Ah bah non, fallait qu'elle change d'avis entre temps... C'est quoi cette manie de vouloir parler au boss? Elle est pas dans un grand magasin à devoir se plaindre des employés... C'est un interrogatoire merde! Et v'là maintenant qu'elle s'inquiète des produits employés... Elle se croit où?

-Non mais sérieux... On est pas à la croix rouge, hein?

Lâche-il d'un ton agacé... Il aurait du la laisser crever... Oui bon, en même temps ça revenait à avoir prit des risques par pure cruauté et Ayu n'était pas fou à ce point.... Il se calma finalement, bien qu'il soit resté quasi impassible tout du long puis sortit de la poche de son manteau un petit couteau dont il caressa la lame du bout des doigts... Quoi? Comment ça sa saigne? On s'en fout il sent pas la douleur. Reprenons! L'esprit saisit le poignet de sa prisonnière, la forçant à lui tendre son bras...

-T'as pas b'soin de ton bras pour répondre à mes question, si?

Il ne fit cependant rien et lâcha prise tout de suite... P't'être qu'il avait un peu pitié aussi? Avec toutes ces plaies... Ont pouvait presque dire que la femme était une blessure géante à elle toute seule alors bon... Il dirigea son couteau vers la paume de son autre main et traça une ligne sanglante dans la peau d'où s'écoula rapidement du sang... Ouais mais lui ça lui f'sait pas mal. Il se recula légèrement et vint poser cette même paume sur le mur, suivi une explosion qui fit tomber un peu de poussière et de gravats. Bon il n'avait quand même pas fait un trou dans le mur, ce n'était que du sang...

-Je n'aurais aucun mal à te priver d'un membre tu vois... Et puis de toutes façons je suis le chef, ne te fie pas aux apparences, t'es pas dans ton monde ici! Et toi la gamine tu file de l'alcool à personne, y a que moi qui ait droit d'en boire ici

Lâcha-il méprisant, s'adressant d'abord à sa prisonnière et ensuite à la pauvre Melo qui devait regretter d'avoir rencontré Ayu ce jour là... Bah en même temps pourquoi elle apporte des dossiers en pleine nuit?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Ven 10 Sep 2010 - 10:15

Moche… saignant… mais brûlé. Comme de la viande mal cuite quoi. Le diagnostique m'arrache un soupir. Bah je m'en remettrai. Enfin je crois.
La fille continue à me prodiguer des soins de base et me propose même un shoot pour me "détendre". Elle, elle est bizarre pour une terroriste. A moins qu'elle n'essaie de me faire stockolmiser mon syndrome ? Le coup du bon flic et du mauvais flic… oh pitié !

De toute façon, ça n'a pas l'air de plaire à l'autre qui s'impatiente. Mais qu'est ce qu'il fout ?? Mon bras ! Je … serre les dents, ferme les yeux…

- Than !

...et rien.

PUTAIN ! Il m'a vraiment fait flipper lui. Je ramène mon membre rescapé contre mon torse, massant mon poignet comme si je voulais cajoler un oiseau tombé du nid. Je tremble légèrement plus que tout à l'heure, histoire de ne vraiment pas faciliter la tâche de mon "infirmière".
C'est de la déstabilisation Kéro. La fille te montre la carotte et lui le bâton. Si t'es sage, on te file une mousse et un trip d'éther. Si t'es rosse, on te coupe en morceaux jusqu'à ce que tu leur donnes ton ticket de naissance.

Ça ira, je peux encaisser ce genre de truc. Je peux tenir le coup. Hélas, je ne suis pas encore au bout de mes surprises. J'ai la sensation que je vais perdre ma mâchoire inférieure lorsque sans prévenir, le gamin fait purement et simplement exploser un morceau de mur !

OK ! Ok ! Ok ! C'est toi le chef, c'est toi qui commande. Purée, un psychopathe sadique affligé d'une tare pyrokinésique. Je me sens très mal tout à coup et pars dare dare à la découverte d'un autre ton dans le pantone des blancs. Vous avez une idée de l'effet que produit une explosion sur du kérosène ?? Je balance les restes du sandwich par terre dans un coin. Ça m'a coupé l'appétit.

- D'accord, dis-je en grinçant, d'accord. Un instant, je vais me lever. C'est pour enlever ma combinaison et j'ai quelque chose à vous dire.

Je me redresse difficilement. Merde, je tiens à peine sur mes guibolles. Je constate au passage que je suis plus grande que mon kidnappeur, ce qui m'oblige à baisser les yeux sur lui. Un détail qu'il détestera sans doute mais que moi, je savoure.

- La sang a séché, il faut que j'enlève ça sinon vous ne pourrez pas nettoyer correctement.

Je fais glisser la fermeture éclair et dénude le haut de mes épaules. Aller, c'est maintenant qu'il faut décoller ce truc, d'un coup sec et net. Vas-y Meli ! Montre leur que t'es pas une fille en porcelaine.
Je rive mon regard aux iris du pyro-explosif et tire d'un coup sec. Je me mords si violement les lèvres qu'une perle de sang s'en échappe et vient couler le long de mon menton. Mes yeux s'humectent subitement, ma vue se trouble légèrement mais je tiens bon.

Les uniformes de la section scientifiques sont fait d'une seule pièce ce qui fait que je ne porte que mes sous-vêtements en dessous. Je roule le haut déchiqueté sur mes hanches et reste fière et droite, en soutif devant le gamin.

Rien à secouer qu'il matte comme un ado prépubère. Et si ça contribue à le déstabiliser un peu LUI, tant mieux.
Je suppose qu'il ne manquera pas de remarquer l'alpha ventousé à ma peau sur le sternum. Oui, juste là où le regard des garçons s'égare. Il faut que je prenne les devants avant qu'il ne me l'enlève. J'ai horreur de laisser les choses au hasard.

Le regard toujours rivé à celui de mon vis-à-vis, je désigne le petit dispositif oblong du doigt et dis calmement :

- Ne touchez pas à ceci. Ça nous tuerait tous. Laissez moi vous expliquer.

Une larme s'échappe finalement de mon œil droit. Je la sens cascader lentement sur ma joue. Mais mon regard reste ferme.

- Lorsque nous entrons à l'armée, nous jurons de servir jusqu'à la mort et même… (Je marque une légère pause) dans la mort. Cet appareil est composé de deux parties. D'abord, un cardiofréquencemètre qui mesure les battements de mon cœur et sait, par exemple, quand je suis morte.

Immobile, je laisse ma main retomber lentement le long de mon flanc.

- Tant que je vis, tout va bien, il transmet un code nul au détonateur auquel il est connecté. Mais si mon cœur s'arrête de battre plus de 9 secondes… il n'envoie plus de signal. Le résultat serait d'ailleurs le même s'il n'est plus en contact direct avec ma peau. Le détonateur est alors activé et… enfin vous savez à quoi sert un détonateur.
Les explosifs sont… greffés quelque part dans mon corps. Moi-même j'ignore où. Il s'agit de micro-charges dispersées dans mon organisme. L'armée s'assure de notre loyauté et de notre… longévité. Personne ne démissionne vous savez. On garde ou on élimine. Maintenant vous savez même comment.


Un léger sourire, j'ai envie d'ajouter quelque chose pour les stresser un peu. Une dose d'incertitude pour eux et une sécurité supplémentaire pour moi.

- Normalement, tous les officiers ont en plus un transpondeur associé mais vous avez de la chance, je crois que l'explosion du van à dézingué le mien. Enfin je pense… sinon la section d'assaut serait déjà ici. Sauf si nous sommes vraiment hors de portée.

Je finis par me rasseoir pour laisser à la fille le soin de continuer sa tâche. J'ai du mal à ne pas m'effondrer lamentablement ! Il faut que je tienne encore un peu, le temps de finir ma fable.

- Evidemment, ce genre de truc ne fonctionne pas de la même manière pour les soldats de terrain. Mais ce n'est pas mon habilitation. Je suis rarement au front. J'achève ma jolie parabole sans emphase, énonçant simplement les accents d'une vérité crue et laborantine. Voilà le genre de risque que vous prenez en séquestrant un soldat. Maintenant nous sommes à armes égales. Vous pouvez me faire exploser, moi aussi. (Je ne peux pas m'empêcher de garnir le tout d'un petit sarcasme, je dois délirer). Ne vous fiez pas aux apparences, je ne viens pas de votre monde, finis-je en imitant plus ou moins audacieusement les accents du "chef".

100 % bidon, 100 % flanc de A à Z mais je n'ai rien de mieux en boutique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Ven 10 Sep 2010 - 15:27

La demoiselle commençait à repeindre le dos de sa "patiente" inopinée en jaune marron, quand elle vit ayu sortir son canif. Levant les yeux au ciel en voyant venir le "je joue le gros méchant, la fillette manqua de s'étrangler (et en lacha son tampon) en le voyant carrément proposer de lui couper un bras. Respiration coupée, regard clairement terrorisé (comme n'importe quelle gosse en ce genre de situation, elle avait le plus grand mal à retrouver son calme...

"Putain mais t'es complètement dingue?!"

La phrase s'agrémenta d'un réflexe de recul au moment de l'explosion, et d'un autre de protection. Lauranna n'en menait pas large non plus. Bien que plus au courant que Melody de ce à quoiservaient les cellules, la demoiselle n'avait jamais eu à y descendre lorsqu'elles étaient occupées. Et bien que sachant AUSSI qu'Ayu était pas un tendre, elle trouvait qu'il exagérait un peu là... Et avait du mal à calmer sa soeur, aggressive à cause de la peur. Et aussi des certitudes qui venait remplacer certains doutes entretenus au sujet d'Ayu, et qu'elle devait garder en mémoire.

"Si t'avais l'intention de la blesser, fallait appeler un MEDECIN, putain!! J'suis pas formée à ça moi, ok? Alors tu t'amuse pas à ça avec moi!"

Toute à sa colère, Melody n'avait pas vu l'otage jeter son sandwich dans un coin et fut surprise de la voir se lever, alors qu'elle tenait visiblement à peine debout.

"Mais c'est pas vrai, c'est pas une ville ici, c'est un asile!"

Le début de l'explication de la fille fit se lever bien haut les sourcils de l'aveugle (plus si aveugle vu que Melo la possédait), avant qu'une explication franchement incrédule ne vienne sur ses traits.

"Quoi ct'connerie?!"

*C'est totalement ridicule. On est en france, pas dans je ne sais quel délire de science fiction!*

*t'en es sure à 100%?*

*Nan.*

*Merci. Tu me rassure tu sais pas à quel point...*

*De rien. Attache là? Elle ne pourra pas y toucher...*

*Et avec quoi?*


*Débrouille toi? Si t'as besoin je t'aiderai. Et dis toi qu'au pire on peut facilement lui retuorner ça sur elle. N'oublie pas. Tu es supposée me posséder à l'insu de mon plein gré...*


Heureusement, les échanges mentaux ne prenaient pas longtemps et il s'était écoulé moins d'une seconde avant que Melo ne trouve que faire. Il n'y avait rien pour l'attacher donc, inutile d'y penser.

*Donc la manipulation?*


*Ouais...*

Elle n'était pas convaincue, dans ce jeu du plus fort, mais elle n'avait pas vraiment de meilleure idée. Heureusement que la soldate lui tournait le dos.

*Je vais te guider.*


La fillette reprit son désinfectage, avec un tampon propre, et, suivant les conseils de sa soeur, répondit d'un ton relativement calme, posé, logique.

"J'ai du mal à y croire, après tout, je doute que sarko se risquerait à perdre des électeurs, et vous êtes de l'armée française, pas d'un groupe ultra secret ou je ne sais quoi. Mais s'il vous prenait l'envie de tenter, n'hésitez pas. Ce n'est pas à moi que ça fera du mal..."

Elle aussi bluffait, et elle n'était pas rassurée du tout, à l'idée d'un possible risque de perdre sa soeur. Elle même ne risquait rien, et elle le savait, mais Lauranna? Est-ce que la protection qui l'avait déjà sauvée la protégerait d'une explosion à bout portant? Rester calme. Se concentrer sur ses gestes. Comme une vengeance mesquine, Melo appuya un peu fort sur le tampon, avant de regretter aussitôt son geste.

"Désolée"
Revenir en haut Aller en bas
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Ven 10 Sep 2010 - 17:37

Eh bien, que de réactions. Que sa prisonnière eut réagit plus ou moins vivement c'était une chose, rien que l'état d'épuisement dans lequel elle devait être justifiait son état de nervosité... Mais Melo n'avait pas à être concernée et elle lui balançait une jolie remarque. Il était dingue? Oui oui, merci il savait.

-Ouais ouais, tu serais dingue aussi si tu t'étais fait violer et torturer à mort, mais bizarrement ça t'avais pas gêné y a deux ans quand t'es venu me chialer dans les pattes pour que je vienne t'aider.

Lâcha-il sur un ton agacé sans même jeter un oeil à la gamine esprit. Bon... Et l'autre elle faisait quoi? Elle balançait sa bouffe puis elle se levait... Pour se désapper... Bah ma foi si c'est ce qu'elle voulait. C'était pas ça qui allait déstabiliser Ayu... Oui parce que des seins il en voie tous les jours. Bon et Melo continuait à lui faire des reproches... Si elle pensait assister à un mignon p'tit interrogatoire autour d'un thé et de biscuits c'est qu'elle le connaissait bien mal. Il ne connaissait pas la méthode douce, il lui préférait la méthode forte et devant les résultats obtenus n'était pas prêt de changer d'avis...

-Si t'as pas le cran de rester, sort et va chialer dans les jupes de ta soeur, mais viens pas me casser les couilles, je viens pas non plus de ton monde.

Continua-il de plus en plus énervé... Qu'elle aille donc dans son monde de bisounours si elle ne supportait pas la dureté de la vie... Il était un soldat aussi, il savait ce qu'il devait faire et n'accepterait pas d'autres remarques. Bon maintenant il revenait à l'autre. Elle parlait d'un truc qui allait tous les tuer... Mais de quoi qu'elle parlait...? Ah ouais elle avait un truc collé à un endroit que Ayu n'avait pas pensé à vérifier lors de sa fouille un peu plus tôt dans la soirée... Sauf qu'il douta qu'elle puisse le tuer avec ça... Confirmé par sa petite explication, une explosion c'était jamais qu'une attaque physique, oui ça le ferait franchement chier que Sey perde la vie et que donc lui perde son envellope corporelle, mais en aucun cas ça le tuerait. Melo, elle doutait carrement de la véracité des propos de la soldate... Bah au moins ils étaient d'accord sur ça.

-Bah va-y, fait toi sauter qu'est-ce que t'attends? Personnelement j'suis déjà mort donc j'm'en fout un peu...

La provoqua-il, allant même jusqu'à lui adresser un grand sourire... Bon, il eut quand même un peu pitié d'elle et défit son manteau puis son pull (non, non il va pas lui sauter dessus, roooh) et lui balança ce dernier avant de remettre sa veste par dessus son débardeur, Bon c'était surement trop petit mais elle pourrait se couvrir avec si elle voulait pas s'exhiber. Après si elle grillait certains détails il s'en foutait un peu...

-Tiens, t'es pas obligé de me faire un strip-tease, ça m'fait ni chaud ni froid.

Se moqua-il. Bon... Et maintenant...

-Et mes réponses?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mar 14 Sep 2010 - 16:32

Le coup de tampon me fait grimacer sur le coté droit du visage. Ils n'ont pas totalement gobé mes bobards mais je crois avoir gagné le bénéfice du doute. C'est très précieux ça, le doute. C'est peut-être le seul interstice par lequel je peux espèrer une échappatoire.
Une goutte de sueur perle au bout de mon nez. Je m'aperçois que cet effort mondain en sous-sol m'a pratiquement épuisée. Et pourtant il faut continuer.

La corde raide. La corde raide.

Il y a quelque chose entre ces deux là… je ne sais pas ce qu'ils ont mais ils n'arrêtent pas de se bouffer le nez. Et il y a aussi, en vrac, une soeur et une histoire de viol. Peu importe en fait, je ne suis pas en état de profiter des divergences d'opinion de mes geôliers.
Le petit gamin qui fait son gros dur doit se sentir plutôt à l'aise, voilà qu'il quitte ses nippes et me jette son pull à la figure avant de relancer l'interrogatoire avec dans la voix et dans l'œil, le genre de sarcasme prudhommesque qu'on trouve chez les gens coutumiers de la torture.

Je baisse les yeux sur le vêtement qu'il m'a charitablement légué. De la laine. Sur une plaie à vif.

- Connard, tu vois pas que j'ai un steak cru entre les épaules ?

Ça m'a échappé. Perturbant. Concentre toi Kéro ! C'est à cause de son comportement ça. Son caractère glacial-pince-sans-rire ne colle vraiment pas avec son aspect. Comment un ado aussi frêle peut-il avoir l'air aussi… sadique ? Dans ses dernières remarques, il a laissé entendre qu'il est déjà mort.

J'ai déjà entendu ce genre de phrase, dans la bouche de sujets que j'étudiais. "Je suis déjà mort" disaient-ils quand je leur posais des questions sur leurs affiliations. Déjà mort. Façon de dire que leurs petits copains allaient bientôt leur faire la peau pour les faire taire.
Mais dans la bouche d'un type qui est du bon coté des cadenas, je ne comprends pas.

C'est sans doute autre chose. Un cinglé, un gothique, un nécrophile… que sais-je ? Merde, il a aussi fait sauter un bout de mur sans que je voie la moindre trace d'explosif ! Si c'est un paranormal, un "tango-beta", je dois m'attendre à tout. En plus la fille à plus ou moins émis la même remarque... bon sang.

Je serre les dents une fois de plus. Bon, à force de réfléchir, je m'aperçois que j'en deviens muette. Il faut que je parle pour m'éviter des claques. Je décide de rebondir sur une des remarques de l'infirmière de circonstance.

- Vous voulez savoir ce qu'on est ? Dans l'armée on est une section spéciale dévolue à l'étude et au contrôle de cette ville. La plupart des membres du gouvernement ignorent jusqu'à notre existence. Jusqu'à VOTRE existence également.

(Je me demande quel genre de speech le porte parole de l'UMP pourrait bricoler pour expliquer ça sans paniquer tout le monde). Voyons voyons, qu'est ce que je pourrais leur dire encore sans mouiller ma chemise ?

- Nous dépendons du ministère de la défense mais par une voie détournée. On a un budget voté chaque mois par une commission et des ordres en pagaille. Un peu de matériel, pas mal de…

[HRP : Désolé, vraiment désolé pour ce délai sans préavis, j'ai eu des soucis indépendants de ma volonté ><. J'ai coupé la fin de ma phrase parce que si j'analyse correctement le caractère d'Ayu, il voudra sans doute me couper ^^. Cela dit, je ne veux pas te forcer la main, si tu veux me laisser finir en écoutant machiavéliquement, j'éditerai ;)]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mar 14 Sep 2010 - 19:36

C'est cool le temps de calme. Ca permet de se calmer. De sécher (discrètement) les larmes qui ont voulu couler lors de l'attaque verbale d'Ayu. Lauranna à du reprendre le contrôle, Melody menaçait de pleurer.

"Fermez les yeux."

Un ordre simple, clair, et qui n'a pas pour seul but d'éviter de mettre le tampon dans l'iris, mais surtout d'empêcher la prisonnière de remarquer la soudaine fixité des pupilles de l'aveugle. Par précaution, la jeune femme baissa la tête, laissant ses cheveux tomber sur son visage, et elle a imité le ton un peu enfantin de sa soeur.

"Je sais très bien de quel monde tu es, Ayu. Et je te rappelle que c'était le marché..."

C'était pour ça qu'elle avait rejoint la résistance, à l'origine, après tout, la protection de Lukia... Même si, aujourd'hui, elle n'en n'avait plus besoin. Tout en parlant, elle applique d'une main douce le tampon sur le visage de la femme, tout en enveloppant sa soeur de pensées douces, calmes... Sèche les larmes qui sont monté aux yeux (inconvénient de partager le même corps), avant de rendre le contrôle à la petite. Au moment même où la prisonnière commence à parler. Espérons qu'elle n'a pas vu grand chose... Elle commence à expliquer qu'elle ne dépend pas du gouvernement, que c'est une armée secrète et que le gouvernement ne sait même pas qu'ils existent. Heureusement que Limbe n'a jamais entendu ça... D'ailleurs en parlant d'elle, Lauranna commence vraiment à perdre tout espoir. Tout indique qu'elle a réussit à rentrer chez elle... Ou est restée coincée au milieu. Dans les deux cas, pas rassurant pour elle... Et l'autre qui continue son speech, que Melody n'écoute qu'à peine, avant qu'une idée ne la frappe, et qu'elle ne coupe la parole au "lieutenant", tournée vers Ayu.

"Dis donc, ce serait pas plus rapide de demander à un de mes amis de récupérer les information à la source?"

A la façon dont elle insiste sur ces mots en tapotant son front, elle espère que le chef de la résistance comprendra son idée... Essayer de faire posséder la demoiselle. Probablement pas sans douleurs, mais toujours plus efficace (et moins effrayant pour elle) que de la torturer, non?

"Elle pourrait même nous aider après..."

Enfin "elle"... L'esprit qui la posséderai, plutôt....
Revenir en haut Aller en bas
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mer 15 Sep 2010 - 23:16

Tout continue de s’enchaîner, les paroles de Melo... Non... Cette façon de parler... C'est la donneuse de leçon, enfin, Lauranna. La prisonnière qui elle se "rebelle" en l'insultant comme si ça allait lui faire grand chose... Par quoi commencer? Ayu jette un regard mauvais à l'aveugle pour commencer, puis sachant que ce regard ne lui fait rien enchaîne sur un ton glacial

-Marché que je n'ai pas signé. Tu aurais du coucher avec l'autre pervers en contrepartit de cette aide, ça t'aurais évité de te retrouver coincée sous mes ordres....

Même énervé l'esprit veillait bien à ne pas laisser échapper le moindre nom, pas même celui de Galcyan qui même s'il n'était de toute évidence plus dans la ville de Heaven, pouvait en cas de malchance mettre un ennemi sur la piste de la résistance. En revanche, Lauranna était soit assez agacée pour l'offrir en pâture à l'ennemi, soit distraite, car elle avait prononcé son nom... L'esprit eut été salaud qu'il en eut fait de même. Quoique à bien y réfléchir il devait avoir un quelconque intérêt à la protéger vu qu'il n'était pas du genre à faire preuve de compassion... Maintenant il revient vers l'autre qui l'insulte en lui faisant remarquer l'état de son dos... Bah tien et il fallait qu'il pleure en plus? Elle avait qu'à être moins conne et prendre de vraies précautions...

-C'était pour qu'tu puisse cacher ta poitrine si ça te mettait mal à l'aise... Pas pour que tu l'mette

Précisa-il, trop agacé pour lui faire part d'une de ces remarques sarcastique.

-Chiale pour ton dos si ça te fait plaisir, mais si je t'avais pas ramassé sans doute que ceux qui ont provoqué cette explosion t'aurais pas loupée, mais si tu préfère mourir pas de problème, je peux exaucer ton souhait...

D'ailleurs Ayu se demandait bien qui avait pu faire un tel carnage? Un groupe anonyme? L'Ombre? Quelques habitants qui n'appréciait pas les soldats? Ou bien les soldats eux même qui avaient fait preuve de négligence avec une arme secrète? Ne trouvant aucune réponse face à tant de possibilité l'esprit se décida finalement à écouter le blabla de la soldate, lequel fut rapidement coupé par Lauranna, enfin nan, Melody, qui avait eut une idée plutôt intelligente -pour une fois-

-Est-ce que tu pense tes amis prêt et surtout capable de faire un truc pareil?

Cette fois-ci aucune agressivité, mais en tant qu'esprit, Ayu connaissait les difficultés à parfois contrôler de façon parfaite un humain, et vu que là il n'avait aucun droit à l'erreur...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 16 Sep 2010 - 9:08

Ma petite histoire ne les occupe qu'un court instant. Deux phrases et je me fais couper la chique par l'infirmière qui m'étale de la pommade sur les pommettes. Ça fait du bien, je ressens une insistante démangeaison là où s'étalait une flaque de magma incandescent un instant plus tôt.
En revanche ses paroles ne m'augurent rien de bon. Des amis qui pourraient remonter à la source ? Sans doute des complices mais je ne saisis pas vraiment ce qu'elle entend par là. Ils n'espèrent quand même pas infiltrer nos bâtiments ? Bon je sais, ce sont sans doute des gamins formidables, bourrés de psychisme, d'hormone et d'idéalisme mais s'ils espèrent passer inaperçu avec ce qu'on a installé là bas, ils se fourrent l'index dans l'œil jusqu'au nombril. Tout le périmètre est quadrillé de détecteurs, de nullifieurs et autres appareils pour contrer les pouvoirs paranormaux.

Ce qui me turlupine, et c'est un sujet plus brûlant, c'est que le dénommé Ayu a démenti une fois de plus être à l'origine de l'attentat. Et cette fois, par le "ceux qui ont provoqué cette explosion", je comprends qu'il exclue tous les membres du groupe dont il est, d'après ses dires, le chef. Mais alors qui ? Pas possible, ils se foutent de moi.

Et pourtant, ils se chamaillent comme des boutonneux travaillés par l'acné. A ceci près que les piques qu'ils s'envoient à la figure sont un peu trop crues pour être légères. Quand même, j'ai peine à croire qu'ils puissent être plus subtils que moi qui ai sans doute vécue vingt ans de crasses de plus qu'eux ! Putain, mais qu'est ce qu'ils veulent dire par "elle pourrait même nous aider après". Ils parlent de moi en fait !

Bon sang, j'ai compris. C'est une forme de conversation codée pour se mettre d'accord sur la façon dont ils vont m'arracher des renseignements. Ils doivent sans doute parler d'un genre de "sérum de vérité". Le mec, Ayu, n'a pas l'air convaincu de son fonctionnement mais la fille, probablement plus versée dans les seringues, à l'air prête à tenter le coup.

Ah qu'ils essaient donc. L'entraînement incluait ce genre de résistances. On m'a fait bouffer assez de saletés pour que je sois insensible aux doses normales. S'ils l'ignorent - et je ne vois pas pourquoi ça ne serait pas le cas - c'est peut-être ma chance ! Mais il va falloir jouer fin. Donc, laisser entendre exactement l'opposé de ce que je pense. Gardant les yeux fermés, je fronce les sourcils :

- A…attendez là… vous avez peur que je vous dise pas la vérité ? Mais pourquoi je mentirais hein ? Je suis salement amochée et affaiblie, qu'est ce que vous voulez que je fasse d'un mensonge ? Sauver sa peau dans ce genre de situation, c'est bon pour les costauds en débardeur. Trouvez que j'ai l'étoffe d'une évadée en puissance ?

[hrp : je vais devoir à nouveau m'absenter pour une dizaine de jours pendant les vendanges. Désolé ^^". Si vous voulez continuer sans moi quelques posts, vous pouvez m'enfermer et discuter entre vous.]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Lun 27 Sep 2010 - 12:49

Lauranna n'a pas répondu à l'esprit, se contentant d'hausser les épaules. Pas que l'esprit n'y attache grande importance, occupé qu'il était à gueuler sur la prisonnière. Prisonnière qui semble réfléchir à 1000 à l'heure, au point que Lauranna entend le moteur ronronner... Ah, non, c'est celui de la chaudière, dans la pièce à coté. Quelqu'un est visiblement en train de prendre de l'eau chaude... Ah, tient, Ayu à pigé les sous enendus. C'est pas un cas désespéré, en fait...

*Melo, tu fonce chercher toutes les personnes du réseau qui te semblent pouvoir convenir. Je pense qu'on aura plus de chances avec une femme adultes, mais si par hasard on en trouve un ou deux de la même famille...*

L'exemple le prouve, du moins d'après ce qu'à pu en voir Lauranna: Il est plus facile pour un fantôme de posséder qulqu'un du même "sang". C'est bien sur pas sur à 100%, mais bon... Sitôt Melody partie, Lauranna se relève et tourne le dos à Melicerte pour s'adresser à Ayu. Toujours en essayant de rester codée, vu que visiblement, la soldate n'avait pas compris ce qui l'attendait exactement... Même si ça suffisait à lui foutre la trouille, ce qui réjouissait une petite partie de l'aveugle (se dire "Ouah, malgré ma tronche de gentille, ma carrure de brindille et mon aura de peur inexistante, je peux faire peur aux gens", ça fait toujours un petit quelque chose)

"Prets, oui, pas mal, d'ailleurs... Capables, c'est une autre histoire... Faut que je trouve une correspondance, et surtout, je ne peux pas évaluer sa résistance..."

Ben oui. La plupart des espions de la jeune femme utilisaient l'avantage qu'ils possédaient en temps qu'esprits, quasiment intouchables, si ce n'est par certains types de magie. C'est en utilisant ce type de réseau inédit (à sa connaissance, elle était la seule) qu'elle était parvenue à surveiller la ville de façon constante. Mais elle n'avait jamais eu à leur demander de posséder quelqu'un, et si elle savait que certains d'entre eux en étaient capables (Alice trouvait très amusant de posséder son institutrice pour lui faire chanter "je montrais mes fesses à tous les passants" quand elle s'ennuyait), elle ne l'avait jamais utilisé.

*Euh... Ca passera pas la barrière...*

*Si, si, t'inquiète. Y a pas mal de rumeur qui courrent sur un moyen sympa de sortir de la ville... Faut juste trouver quel est l'artefact qui la protège de la malédiction... Certains soldats les cachent vraiment dans des endroits bizarres... Il y en a un, il le planquait dans son calbut!*

Erk. Bien, donc il fallait le trouver...

"Au pire, si ça marche pas, suffira de lui prendre son truc de protection... Piégée dans la ville, elle sera innofensive..."

Bien qu'elle ne "regarde" pas Melicerte, elle prêtait attention à ses mouvements... Histoire de voir si la soldate la mettait sur la piste, ou s'il allait falloir la désaper?

[Je finis ce RP, et ensuite je me tire]
Revenir en haut Aller en bas
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 30 Sep 2010 - 10:42

Ayu ne faisait pas attentions aux plaintes de la soldate... Elle semblait se méfier du petit plan de Lauranna et au fond c'était compréhensible, quoi qu'il en soit, Ayu n'était plus tant d'humeur à jouer de la provoque ou à se moquer, aussi ignorait-il simplement sa prisonnière, non sans garder un oeil sur elle, fou mais pas suicidaire pour autant. Lauranna lui avait vite confirmé que "ses amis" étaient tout à fait capables de remplir une mission de ce type, quant à en être capables... Restait plus qu'à croiser les doigts, serrer les fesses ou n'importe quoi de ce que vous voulez... Parce qu'ils avaient pas vraiment mieux en réserve... Ah si, Lauranna proposait de lui prendre son truc de protection... Ayu doutait que ça soit suffisant... Elle n'aurait aucun mal à contacter d'autres soldats et se faire sortir de là pour aller raconter que le méchant Ayu l'a séquestré, quoique pour ça il faudrait qu'elle se souvienne de lui et avec ce qu'il comptait lui faire c'était peu probable...

-On peut aussi la foutre sur les quais, ça ferait une rentrée d'argent non négligeable

Non, non, je vous rassure rien à voir avec la façon dont-il comptait se débarrasser des souvenirs de la prisonnière, une simple pique histoire de les faire penser à autre chose le temps qu'il réfléchissait... Bon à y réfléchir le plan lui apparaissait au final pas si bête que ça... Ils n'auraient qu'à faire savoir aux habitants de Heaven que cette femme était une soldate et que en plus elle n'était pas armée pour que son espérance de vie diminue considérablement. Ce qui évitait les efforts pour lui effacer la mémoire qui risquait très bien de lui revenir sur moyen terme... Virer le truc de protection étant plutôt simple le plan lui apparaissait maintenant plutôt efficace.

-Le truc de protection je m'en occupe.

Il glissa une main dans la poche de son manteau pour sortir un téléphone portable sur lequel il pianota, envoyant visiblement un sms. C'est qu'il existait à la résistance quelqu'un capable de se débarrasser des jouets des soldats sans difficultés, non?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 30 Sep 2010 - 14:02


Rien, nada, niet. J'aurais aussi bien pu m'adresser à un couple de briques. Les salopards, ils connaissent bien les ficelles. Je serre les dents et tente de me concentrer sur l'instant présent, faisant fi des "amis" et autres bizarreries.
Dans ce genre de situation, disait le capt, il faut à tout prix éviter de se perdre en hypothèses. Rester les sens ouverts et guetter la faille… car il y en a toujours une. Aussi perfectionniste et attentif puisse être un individu, la séquestration est avant tout un jeu de bluff.

Par exemple, dans le cas d'une prise d'otage, que se passe t-il si la victime ne se laisse pas impressionner par le canon d'un pistolet dans la bouche ? La plupart des situations de soumissions n'existent que parce que quelqu'un accepte de baisser l'échine.

Je ne suis pas une victime. Et s'il y a un moyen de m'en tirer, je le saisirai entre mes ongles. Je l'arracherai à leurs yeux s'ils le faut. Mais tant que le ratio force / effet de surprise est en ma défaveur, je ne peux rien tenter. Je peux juste donner le change, jouer la fille abattue, inoffensive… ce qui n'est pas loin de la vérité de toute façon.

C'est bien beau mais ça ne vaut pas une peau de chagrin face au tourment d'une situation douloureusement réelle.

J'ai un véritable frisson d'horreur lorsque je les écoute évoquer soucieusement la manière dont ils vont m'enlever ma protection. Merde ! Je me retiens de porter une main à ma poitrine, geste qui aurait scellé mon sort sans préavis. S'ils touchent à l'alpha, je suis foutue !

Je n'ose pas bouger. Je ne PEUX pas bouger. Il me faut une idée, et vite. C'est donc avec un genre de sursaut désespéré que je tente de relancer l'échange :

- Ah ah ! Vous croyez que vous allez vous en tirer comme ça ?

J'ai le cœur qui bat la chamade et la bave aux lèvres. Ma voix est scintillante de milles fêlures. Et pourtant, me voilà, bombant la poitrine et tentant d'avoir l'air rassénée, confiante… lamentablement confiante. Je ravale ma salive avec un bruit incongru et reprend.

- C'est déjà trop tard pour vous. Ils sont là.

Ma fièvre montante me donne peut-être un petit éclat triomphal dans le coin d'un œil brillant. Une brusque montée de chaleur me fait transpirer et plaque mes fines mèches rousses sur mes tempes.

- L'émetteur n'était pas mort finalement. Alors, une dernière chose à me raconter avant qu'on échange nos places ?

Et soudainement, c'est une férocité impie, la rage ravivée par un vent de folie qui dénude mes canines et je me prends à cracher une salve de haine pure :

- BIENTOT TU CONNAITRAS LE SCALPEL DU SOUS-LIEUTENANT KEROZENE ESPECE D'ENFOIRE !!

Je dis vraiment n'importe quoi… Et paf, je retombe contre le mur. Inerte comme une pierre. Je suis le mur. Je suis dans le ciment, dans la fissure. Je m'évade.

Fondu au noir. [hrp : je perds connaissance].
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mar 2 Nov 2010 - 22:41

[Bon sorry pour le délai de réponse, je vais essayer de faire un truc correct]

Voilà que la situation changeait à présent... Ayu avait beau ne pas se départir de son air impassible, il ne pouvait nier que la situation ne lui plaisait pas. Il n'avait reçu aucune réponse à son message, autrement il allait devoir prendre le risque de faire sauter le machin si la femme soldat avait dit vrai... Mais bon, il y avait de grandes chances qu'il ne s'agisse que d'un coup de bluff... Enfin il l'espérait... La liste de ses actions stupides étaient suffisamment longue pour ne pas y ajouter quelque chose comme "à fait sauté tout le QG après avoir peloté une soldate au bord de la mort". Bref, le second fait fâcheux venait de la femme soldat, voilà maintenant que son ton prenait des accents de menaces... Ayu pensait pourtant avoir fait son petit effet en la menaçant... Devait-il recommencer? Ou aller plus loin peut-être... Il n'avait rien contre lui couper quelques doigts après tout... Ou lui faire exploser un membre... Pour les soldats qui détestaient tant le monde surnaturel et tout ce qui s'en approchait ça devait être un réel déshonneur que d'en être la victime directe.

L'esprit se redressa et s'apprêta à se saisir de sa main mais alors elle poussait le délire plus loin en évoquant ses potes soldats qui auraient infiltré la place... Était-ce possible? A supposer qu'ils aient réellement localisé leur délirante collègue ils auraient eut bien du mal à passer la double sécurité des portes du bâtiment... Il fallait donc supposer qu'un troupeau de soldat les attendaient à la sortie... Mais si c'était le cas Ayu ne savait pas vraiment comment la soldate avait pu le savoir... Il avait du mal à croire qu'ils utilisent un pouvoir télépathique... Est-ce que la technologie permettait de communiquer aussi discrètement? Bien qu'il en douta, Ayu ne mit pas cette hypothèse au placard et plongea son regard dans celui de l'autre tout en s'adressant à Lauranna qu'il avait un peu ignoré.


-Va vérifier et si besoin est de chasser la vermine tu saura qui contacter...

Ou pas... Mais bon, il devait bien y avoir quelques combattants prêt à taper du soldat... Enfin fallait espérer, car à dire vrai, Ayu ne savait même plus l'heure qu'il était...

Bref maintenant l'esprit se retrouvait seule avec l'autre qu'il feignait d'ignorer, en fait il commençait à se lasser de jouer les gros durs... Si ça continuait il allait retourner sa veste et jouer les gentils comme pour mieux l'ignorer... Je le vois d'ici, prêt à faire servir un repas et jouer les innocents... Quoique non, maintenant elle lui crachait des conneries à la figure, tant pis, il continuerait son rôle de méchant!


-Une dernière chose? Nan j'en ait pas fini...

Et v'là maintenant qu'elle gueulait comme un veau et le menaçait... Ayu avait pourtant bien vérifié, elle n'avait pas non plus de scalpel... A part si elle le cachait dans un endroit improbable ou qu'elle l'invoquait.... Tsss... Bref toutes ces menaces ça lui rappelait cette scientifique de l'ombre qui avait voulu faire tout un tas d'expérience sur lui... Mais qu'avaient donc toutes ces scientifiques à lui en vouloir autant?

Enfin bon, plutôt que le tailler en fine lamelle, la maniaque du scalpel avait tapé une bise au mur et s'offrait une sieste. Ayu alla s'installer dans un coin de la pièce et s'appuya dos au mur dans l'une de ces poses volontairement clichées. Pour la suite il improviserait, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Lun 8 Nov 2010 - 17:41

[hrp : oki, donc vu par mail et tout, je prends la main et on continue ^^]

Mon poing serre du bois. Mon poing… ma langue est perforée de clous rouillés. J'ai le palais cramponné aux molaires. Mes dents sont des douilles, des électrodes acides qui crépitent à chacune des ventilations de ma cage thoracique.
J'ai mal… j'ai mal !
Je tente d'ouvrir les yeux avec l'impression qu'ils vont rouler hors de ma tête douloureuse. On a ouvert mon crâne, on y a mis quelque chose de gros et de vivant avant d'agrafer à la va vite les plaques d'os. Et maintenant, cette bestiole écailleuse se convulse et sursaute pour tenter de sortir. Je vais mourir dans une gerbe grasse écarlate. Du sang couvrira le béton, le visage arrogant de ce gamin qui me toise. Du sang, mon sang suintera de mes oreilles, mes narines…

- Crah ! Crah.

Sang SANG ! J'ai mal à la tête. Je me relève tant bien que mal sur un coude. Mon bras tremble. J'ai des lucioles dans les yeux et mets un temps stressant à accommoder la scène.
Non ce n'était pas un délire total, je suis bien dans une cellule et ce type, cet ado sadique… il est toujours là. Il me guette, il me nargue des yeux. Je suis sûre qu'il va ricaner dans quelque secondes, quand il verra mon coude se déboîter sous le poids déraisonnable de ma tête.

- Mais qu'est ce que vous m'avez fait ?!

Réponse : rien Méli, c'est toi qui viens de prendre une crise d'hystérie. Il me faudrait du diazépam ou une dose de xanax. Quelque chose pour me calmer les nerfs… et vite. Je ravale ma salive et tente une autre ouverture :

- Je… attendez, elle est où l'autre ?

Je m'en fous en fait ! Je me radosse au mur, haletante, trempée de sueur glacée. Troisième et dernier essai :

- D'accord, je vais vous dire tout ce que vous voulez savoir. Mais donnez moi quelque chose contre ce mal de tête… je… vous… en supplie…

Ces derniers mots, je me les arrache de la bouche comme si je voulais me déchausser les dents. J'en pleure de honte, de rage et de frustration. T'es au plus bas Méli. Au plus bas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Lun 8 Nov 2010 - 19:28

Ayu n'aurait su dire si la femme soldat avait rapidement reprit ses esprits ou si au contraire elle était restée longtemps à câliner le sol. Cette fois l'esprit n'avait pas très envie de se moquer, il s'était lassé. Alors il fixait le mur opposé, l'air plus impassible et le regard plus vide que jamais. L'autre s'agitait à présent et Ayu lui adressa un semblant de regard se demandant s'il n'allait pas laisser la suite de l'interogatoire à Sey avant de changer d'avis: Cet espèce de lent d'esprit allait se prendre de compassion pour cette proie et se montrer bien trop gentil. Les femmes étaient définitivement le point faible de son hôte.

Ayu fut coupé dans sa reflexion par les premiers mots de l'autre depuis qu'elle avait ouvert les yeux... Les yeux ouvert la bouche ouverte c'est ça? Personne dans cette ville ne connaissait donc les vertues du silence? Elle s'intérogeait sur ce qu'il lui avait fait? Mais qu'est-ce qu'elle croyait? Qu'il avait profité de son sommeil pour lui faire des trucs? C'était pas assez amusant... Nan son truc à lui c'était l'intimidation ou provoquer des réactions chez les autres, chose impossible si la victime était au pays des rêves...


-Pour une fois rien du tout

Répondit-il toujours avec cet air neutre, sans même lui adresser un regard. Bon et maintenant? Il allait bien falloir qu'il se remue et continue ce qu'il avait commencé, sauf que, gros problème, il n'en avait plus envie... Là tout de suite il rêvait d'aller squatter un bon fauteuil avec un bon plat mais bon, ça viendrait plus tard. Il répondit dans la foulée à la seconde question sans même s'y attarder...

-Elle devenait agaçante avec ses leçons de morale... Alors je l'ai tuée...

Bon de toutes façons je doute que la soldate s'intéresse vraiment à ce qui était réellement arrivé à Lauranna... Puis si elle n'était pas trop mise à mal par la petite séance de torture elle comprendrait surement que l'esprit n'avait fait qu'esquiver la question. Bon et maintenant? Elle prenait la parole encore une fois et pliait... Ayu ne répondit pas cette fois et se dirigea sans hâte vers la trousse de secours abandonnée dans un coin. Après avoir vérifié qu'il n'y avait rien qui puisse se retourner contre lui, tel un scalpel, il lui tendit.

-Prends ce que t'as besoin alors, je ne connais pas la douleur, ni comment elle se soigne...

Et après ils pourraient peut-être en finir? non?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mer 10 Nov 2010 - 16:49


Il l'a quoi ?? Non, ça doit être une forme d'humour noir façon ado dégénéré. Et pourtant, il en serait probablement capable. Après tout il a fait péter un bout du mur d'une manière qui reste indéfinissable mais terrifiante.
Mais que ce soit vrai ou non, je ne vois pas pourquoi il me dit ça. Faut vraiment être taré pour lâcher ce genre de chose sans l'ombre d'une plissure sur le front ou d'un sourire.

Je réalise finalement qu'il me tend la trousse de secours qu'employait sa… heu… comparse/amante/victime/copine de catéchisme quelques instants plus tôt. J'ai toujours le crâne sous pression tectonique et c'est avec un soulagement mitigé que je mets la patte sur un tube de doliprane 100mg pour enfants. Mieux que rien… mais bon sang, ils ont rien de mieux ? C'est quand même pas le cercle des morveux disparus qui s'oppose à la bonne marche de cette ville ?!
Qu'est ce qu'on va me sortir bientôt ? L'atelier pâte à modeler ? Fais chier.

Je fais sauter le capuchon du pouce et renverse la tête en arrière pour ingurgiter la totalité du tube… La bouche pleine de dragées amères, je jette un regard froid au gosse qui me détient.
Ce petit interlude me rappelle au combien il est humiliant pour moi d'être captive d'adversaires aussi jeunes.

J'avale le tout et m'assoie plus à mon aise, le dos rond pour ne pas frotter ma blessure au mur. Toujours en soutif, toujours avec le pull de l'autre sur les cuisses. J'ai froid mais je ne peux pas mettre ce truc sur une plaie vive. Il me faut un bandage.

- Y'a rien d'utile là dedans…

Je fouille la trousse, vaguement énervée. C'est biochimique. Quand on a mal, on passe très facilement de l'abattement le plus mou à la colère la plus folle, des neurotransmetteurs se succèdent entre deux doses de substance P. Les messagers neurochimiques font tout le travail à ma place en ce moment. Mon corps pourrait aussi bien être en mode automatique. Et du coup, mes paroles aussi. Je baisse le nez pour fixer le bout de mes rangers.

- Bon, maintenant je suppose que les préliminaires sont terminés hein. T'as bien pris ton pied à me faire flipper, je suis mûre t'as gagné bravo. Alors tu veux que je fasse quoi ? Que je te déballe mes petits secrets ? Que je te taille une pipe ? Bon sans rire, j'ai pas envie de me faire malmener plus que ça alors voilà ce que je sais : Nos quartiers sont situés dans la banlieue ouest de la ville, dans les locaux de la prison. On y accède par une série de portes blindées contrôlées par des codes et des machines. Je peux te fournir ceux que j'utilise mais ils ne te serviront à rien, ils changent régulièrement et comme la nouvelle de ma disparition doit être arrivée là bas maintenant… il y a peu de chance que mes accès soient encore valides.
Le bâtiment est extrêmement complexe et la sécurité est difficile à assurer parfaitement alors je ne doute pas qu'un pyrotechnicien pourrait y ménager une faille. Ma section se trouve au sous-sol, l'ancienne zone de détention des condamnés à mort. Maintenant ce sont les laboratoires de recherche et les ateliers de montage. C'est là qu'on garde les spécimens. En ce moment il y en a deux, une gamine et un homme d'âge moyen. On les garde dans des tubes de verre sous perfusion et on analyse leurs capacités pour les contrer. La fille, c'est sans doute ce qui t'intéresse, est para-psychique-alpha-1. C'est notre code prioritaire. Ça signifie qu'elle possède un pouvoir capital. Ouais, elle a que 8 ans, vas-y insulte moi… je m'en fous, j'aime mon métier.


Le regard toujours baissé, je m'arrête pour reprendre mon souffle, ma salive et mes esprits. Voilà, j'ai déjà enfreint au moins 15 lignes du règlement dont les plus importantes. Si je m'en tire, je suis bonne pour finir ma vie au trou. Là maintenant… j'aimerais bien une dernière cigarette je crois.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 11 Nov 2010 - 12:15

Ayu était aussitôt revenu s'adosser contre le mur le plus éloigné de la porte alors que l'autre fouillait la trousse de secours qu'il lui avait abandonné. Elle en ressortit très vite un tube donc elle avala le contenu entier... Ayu avait beau ne pas être de ceux qui prennent régulièrement des medocs, il était à peu prêt sur qu'en prendre autant n'était pas habituel. Il pensa un instant à une tentative de suicide mais ne bougea pas d'un pouce pour autant... Si c'était vraiment ça alors c'était déjà trop tard, non?

Et voilà, après avoir encore fouillé elle se plaignait de l'utilité du contenu de la trousse... Eh, c'était même pas la sienne d'abord... Lui le seul remède qu'il connaisse c'était l'amputation maison ou la mort... M'enfin, pas de quoi relever, il se contentait d'attendre, pas longtemps d'ailleurs, car elle recommençait à parler, enfin au début elle l'accablait surtout de reproche... Elle avait un sacré syndrome de la victime... Son discours aurait surement été très émouvant si elle ne faisait pas parti d'un groupe qui pendait des gamins en publique ou tirait à vu sur tout ce qui était un peu différent, c'était l'hôpital qui se foutait de la charité. Cependant encore une fois Ayu ne releva pas, préférant écouter ce qui suivait qui lui en apprenait un peu plus sur l'armée même si sa curiosité n'avait pas été tout à fait satisfaite c'était un bon début.


-Pauvre petite soldate prisonnière du méchant Ayu... Ça me tirerait presque une larme tiens...

Dit-il sur un ton sec en se redressant et en regardant cette fois la prisonnière bien qu'elle, se soit apparemment découvert une nouvelle passion pour ses pompes.

-Pour entrer dans l'armée on vous demande d'avoir de grandes compétence en mauvaise foi et en hypocrisie? Tu chiale d'être prisonnière alors que ton groupe de rigolo tue en ce moment même le premier con qui aura oublier de cacher qu'il avait les yeux rouges ou pend des gosses en place publique pour donner une leçon aux méchantes aberrations de Heaven... Personnellement je me moque bien de la vie de celui qui aura été assez stupide pour se laisser prendre ou d'une quelconque justice, mais pour le coup je trouve le retour de bâton mérité.

L'esprit marqua une pause et lui adressa un sourire moqueur, sachant pertinemment que son tour viendrait ou il subirait aussi cet effet "retour de bâton" bien qu'il espéra que ça soit le plus tard possible. Il continua, ne résistant pas à l'envie de se moquer un peu de l'autre et qui sait, la destabiliser un peu...

-Quant à ta proposition de me tailler une pipe... Désolée de ne pouvoir assouvir des fantasmes sur ma personne mais ça risque de ne pas être possible....

Et si elle se demandait pourquoi elle n'avait qu'à être un peu plus observatrice. Bon, trêve de bavardage, il était temps de passer aux choses sérieuse, genre d'en apprendre un peu plus sur les projets des "gentils pitits soldats qui vont tous nous sauver sauf si on à les yeux rouges"

-Et hormis séquestrer des gosses? D'autres projets? J'imagine que vous allez pas rester à exterminer chaque créature une par une... Ca prendrait trop de temps et comme je ne croie pas que l'armée se décide à nous foutre la paix 'aime autant être prêt à le recevoir si le ciel nous tombe sur la gueule...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Dim 14 Nov 2010 - 21:17

Alors là, il me ferait presque rire si je n'avais pas autant envie de hurler un truc du genre "Aïiiiiiieuh !" à chaque fois que je contracte un muscle. Je me permets quand même un bon vieux haussement d'épaule.

- Est-ce que c'est l'amorce d'un débat immature ? Je ne vois pas en quoi le fait de séquestrer des gens devrait faire que je trouve ça cool et normal d'être sous les verrous à mon tour. Quand un militaire se fait flinguer, il danse la pas la gigue du Ying-Yang que je sache. Oh, le retour de bâtons et toutes ces conneries karmiques, tu peux te les foutre où je pense. Non tiens, je vais même te dire, tu peux te les dégoupiller dans le cul !

Ça me va bien de jouer les fières à bras. Je remarque en passant que plus j'ai mal, moins je suis de bonne humeur et plus je suis vulgaire. Ça me garde en équilibre psychique, hé, il peut bien m'accorder un défouloir non ?
Je continue :

- Ouais, je découpe des gens, je brise des gosses à coups de produits chimiques et je vais te dire, mieux, je m'en fous ! Je n'en ressens aucun état d'âme ! Ah… (Je rabats une mèche de cheveux derrière mon oreille. Maintenant, je le regarde bien en face). Mais qu'est ce que je te raconte, t'es un as de la douceur, un virtuose de la délicatesse hein. Quand tu fais cramer un patient, c'est juste pour lui tenir chaud pas vrai ?
Alors quoi, on est tous les deux des saloperies et on s'en fout plein la figure mutuellement. Laisse moi râler et pose tes questions plutôt que de me raconter ce genre de conneries ok ?!


Et puis je tique en repensant à la fin de sa propre tirade. Pourquoi il a réagi à cette provocation toute bête ? Evidemment que j'allais pas me mettre à genoux devant sa braguette mais… Non je décide de ne pas relever. Ce n'est pas un petit jeu, mais si c'en était un, il me gaverait souverainement pour ne pas dire autre chose d'un peu plus cru.
Mieux vaut se concentrer sur ses questions. Ses questions. Je me frotte le lobe de l'oreille et plonge à nouveau dans la contemplation boueuse de mes grolles renforcées. Tiens… j'avais jamais remarqué qu'il y a le logo de l'armée sur le coté des lacets. Super.

- Des projets… Bah si t'étais en planque dans la baraque qu'on voulait investir t'es bien au courant non ?

Oui c'est vrai tiens… pourquoi il me fait marcher là-dessus. Ah mais oui, je suis conne, c'est pour ne pas révéler la "fuite", car je suis persuadée qu'il y en a une. Il faudrait donc que je découvre qui c'est… et subtilement. Concept rendu particulièrement ardu quand on a le dos en forme de Vésuve et le cerveau en forme de Pompéi après la fête dudit volcan.

- Attends, ok, je vais te dire… on était là pour poser une bombe.

C'est faux. Donc si son contact est bien renseigné, il dira…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mar 16 Nov 2010 - 21:32

Comme auparavant, Ayu restait calme, et pourtant intérieurement il commençait très franchement à bouillir... Il était resté au même endroit trop longtemps et son corps lui réclamait un peu d'action... Ou un peu de repos dans un lit sinon... Pour autant, celoa ne l'empêcha pas de rebondir sur les paroles de l'autre qui faisait des remarques bourrées d'ironies à son sujet.

-Content que tu ai enfin compris quel être merveilleux je suis! Va y continue de chanter mes louanges!

Se moqua-il tout en s'efforçant de rester calme et de ne pas partir en claquant la porte. Quoiqu'il pourrait peut-être la laisser là et revenir plus tard... Il allumerait la clim à fond et quand il reviendrait quelques heures plus tard elle serait peut-être moins encline à plaisanter sur son compte... Mais avant qu'il eut prit sa décision elle répondait aux questions qu'il lui avait posé un peu, il décida donc de l'écouter et d'oublier son idée qui comportait de toutes façons son lot de défaut... Bah oui, imaginez qu'avec la clim elle attrape froid et ait une extinction de voix... Ils seraient obligés de communiquer à l'écrit et elle avait l'air assez folle pour utiliser un crayon comme une arme...

Trève de bla-bla, mieux vaux écouter que de penser à des trucs pareils. Encore une fois elle l'accusait de ne pas avoir été là par hasard... Bon ok, être un gros salaud qui s'équestre les gens ne plaidait pas en sa faveur mais il n'avait pas menti merde... Il répondit donc sur un ton agacé...

[/i]

-C'est mon ancienne maison... T'as qu'à ouvrir un manuel d'histoire et chercher le gamin qui à butté toute sa famille à cinq ans si tu veux confirmation... J'étais pas en planque

Sauf que si elle ressortait vivante d'ici il s'arrangerait pour qu'elle ne se rappelle de rien... Il avait largement les moyens de lui faire oublier même si les risques que tout lui revienne si elle le recroisait étaient grands... Quant au livre d'histoire il parlait bien de la gamine qui avait tué sa famille mais sur seulement un paragraphe dans le chapitre consacré à son frangin pseudo héros de la guerre.

Ayu commençait à présent à imaginer d'autres moyens de la faire parler tel que d'aller chercher le sac de gros sel en cuisine quand elle lui avoua leurs plans... Cette fois l'esprit abandonna son masque d'impassibilité... Aller pour au moins trente secondes... Le temps de la dévisager et de lui adresser un sourire narquois...


-Soit vous êtes une bande de gros boulets qui confondent armé et chantier de destruction, soit tu te fout de ma gueule...

Quoique si ils comptaient poser une bombe qui peut faire exploser toute la ville l'histoire était presque cohérente, presque, parce que bon, Ayu les avait bien regardé et ils avaient pas vraiment des tronches à ça...

[Pas du tout inspirée pour ce post, c'est quand vous voulez sinon^^]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Mar 16 Nov 2010 - 22:10


Moi, me foutre de sa gueule ? Après tout pourquoi pas oui… si tout ce qu'il reste de ma dignité c'est la langue avec laquelle je faisais avancer les gars au labo alors peut-être que je compense en maniant un mélange de doux sarcasme ironique.

Je ne m'en rends plus vraiment compte. La fatigue et les blessures prélèvent leur dû… peut-être même que le dolliprane-mon-petit-poney fait un peu effet. J'ai les traits tirés, je le sens, j'arrive même pas à sourire (ou à faire semblant) lorsqu'il me raconte qu'il vit dans sa maison depuis l'âge de cinq ans après avoir butté toute sa famille. C'est ça… le tueur au nounours ?
Nan j'ai dû mal entendre. Je commence à péter les plombs, c'est clair. Quelque que soit le plan de forçage psychologique qu'il emploie sur moi, je suis convaincue qu'il va bientôt m'ouvrir en deux comme un livre. Mes pensées… mon esprit, tout ça s'effiloche. Allez courage Méli, tu vas pas te laisser subvertir par un ado nan !

Analyse plutôt sa réaction : il ne t'a pas crue soit parce que t'es pas convaincante, soit parce qu'il SAIT qu'on ne venait pas poser une bombe. Rassemblant le peu de contenance que je parviens à récupérer, je me redresse au prix d'un effort colossal, agrippe mes poignets et presse mes deux avants bras contre mon estomac pour me tenir un peu droite.

Je décide d'enfoncer le bluff. Peut-être qu'il lâchera un indice, quelque chose d'autre que "j'ai trucidé papa à 5 ans et ensuite j'ai vécu de pizzas surgelées pendant 10 ans".

- J'essaie pas de te faire avaler quoique ce soit, c'est la vérité…

Waho ! J'ai mis autant de sincérité que j'ai pu dans ce baroud d'honneur avant de tousser quelque chose de vilain et de gras.

- Il y a trois mois, la mission Heaven a été déclarée insolvable. Le SRDP a été chargé d'élaborer la solution radicale, le S2AM de la protéger et le GREM de trouver où la déployer. Des semaines de travail intensif passées sous les sceaux les plus secrets… c'est ça qu'on venait faire dans notre petit van devant "chez toi".

Sauf que le van a explosé et que la ville n'a pas été rasée… vite, une solution :

- Les réactifs critiques n'étaient pas assemblés au moment de l'attaque. Pas de chance… j'aurais dû penser à activer la bombe avant de la faire transporter.

Maintenant, soit il me colle une trempe façon "arrête tes conneries" et je vais me mettre à chialer, soit il doute et la seule façon de vérifier mes "conneries" sera de retourner là bas. Peut-être même qu'il m'emmènera… ça peut le faire… je peux y arriver non ?

[hrp : prêt aussi, mais je continue à monter mes combines xD]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Owen LaCharogne
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Convenable.
Nombre de messages : 426

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 18 Nov 2010 - 0:33

La peur, l'envie, l'angoisse, la folie .. Tout ces sentiments faisaient un joyeux mélange dans la tête de nombreux soldats de la S2AM. Malgré cette tension, quasi palpable, tout le monde gardait un silence profondément troublant. A la sortie de la prison, le spectacle était digne d'une pièce de théâtre, la nuit se retirant doucement tel un rideau de velours pourpre pour faire place aux acteurs, cette foule d'acteurs, l'ensemble des combattants, tous réunis en groupe dans l'attente des véhicules et des derniers mots d'encouragement de la part de leurs gradés respectifs. Un seul groupe faisait tâche. Owen n'aimait pas faire de grands discours, il n'y voyait pas un grand intérêt, le rôle du père protecteur très peu pour lui, il préférait se voir comme le père indifférent, symbole d'un idéal de virilité criminelle. Dans un sens, cela ne gênait pas son unité, en effet, si ses hommes avaient été affectés dans cette unité s'était pour plusieurs raisons: Violence, prison, esprits destructeurs et irrespectueux .. De cette manière, l'état-major voulait contrôler ces éléments instables en les soumettant au pire de tous.
Le pire, c'est que cette unité, bien que fortement critiqué par l'ensemble des services et à tout les niveaux de la hiérarchie militaire, obtenait les meilleurs résultats. Évidemment, les missions pour ces hommes, à la frontière de la folie meurtrière, allaient toujours dans leurs sens, vers leur spécialité: L'extermination des nuisibles.
Avec un manque de tact caractéristique, le second de Owen, Surnommé "l'accro", s'exclama, avant de monter dans le véhicule:


"- Hey ! Les coui**** molles, j'viderais une bonne bouteille en souvenir de votre mort violente ! Ahahaha !" Moqueries relevées par les acclamations de son unité mais fortement réprouvée par les victimes, seulement par des regards noirs. Car plus forte que la colère , la crainte envers ces hommes dominait. De trop nombreuses histoires, de rumeurs, de murmures sur leurs "exploits", aussi bien sur l'ennemi qu'en intra, circulaient régulièrement dans les rangs de la S2AM et dans une moindre mesure, aux autres sections de l'armée.

L'atmosphère devint donc vite joviale dans le véhicule réservé pour l'unité 6 ( les nuiteux), un peu trop même, selon Owen, le seul un temps soit peu "attaché" à la mission. Il ne voulait pas que ses hommes la foires et surtout qu'ils y laissent leurs peaux par manque de considération envers l'ennemi. Il n'avait pas peur de la perte en elle même, mais surtout parce qu'il savait bien que son unité, à franchir régulièrement les limites, était sur la sellette et que les remplacement sont difficiles. Il se décida donc a parler, ses mots captant sans difficulté l'attention de l'unité:


"- Les gars, vous allez pouvoir vous faire plaisir, on à le feu vert pour tout dégommer .. Plusieurs applaudissement et rires enthousiastes résonnèrent pendant un bref instant avant qu'il ne poursuive. Mais méfier vous, j'ai un mauvais pressentiment. Cette fois, personne n'osa rire ou faire le moindre geste. Ils avaient tous une expérience avec leur chef au combat. Tous savaient que son instinct était particulièrement performant, un peu plus que la moyenne d'ailleurs. Mais ça personne n'osait jamais le relever par peur de voir naitre la colère meurtrière d'une Charogne que l'on supposait, si critique il avait, comme ayant des pouvoirs. Bon .. Rapide et efficace ! " Conclu t-il.

Il savait qu'il n'y avait pas besoin de plus pour concentrer son équipe et la rendre encore plus redoutable. Cette certitude, se confirma très vite car, à la fin de son petit discours, l'ensemble de l'unité reprit d'une voix forte:


" Rapide et efficace ! ".

Puis Owen ordonna à ses soldats de dire leur prière, tradition de l'unité, acte inconnu du reste de l'armée et qui en ferait sourire plus d'un si l'information venait à sortir du groupe. Cette prière, n'était d'ailleurs pas entière, il en avait tiré l'essentiel:

"
Donnez-moi, Mon Dieu, ce qui vous reste
Donnez-moi, ce que l'on vous refuse.

Je veux l'insécurité et l'inquiétude
Je veux la tourmente et la bagarre,
Et que vous me les donniez, Mon Dieu, définitivement.

Donnez-moi, Mon Dieu, ce qui vous reste.

Donnez-moi ce dont les autres ne veulent pas.

Mais donnez-moi le courage Et la force et la Foi.

Amen!
" Dirent-ils tous ensemble.

Alors que les minutes passaient et que cette énergie qui précède les batailles commençait à monter dans chaque partie de leurs corps, la radio crachota:

" A toutes les unités, contact dans 2 minutes."

A peine avaient-ils eu le temps de s'octroyer une dernier moment de liberté et de vagabondage de l'esprit que le chauffeur leur ordonna de sortir. Sans la moindre hésitation, le plus proche des protes les poussa de toutes ses forces avant de prendre son arme, prêt à tuer. Il fût vite imité par la section.
Owen découvrit donc les lieux décrit un peu plus tôt et il estima que, pour une fois, la description était plutôt bonne. Ce bâtiment d'apparence inachevée, se dressait fière et massif devant la foule de soldats tel un ennemi indestructible. Loin d'être impressionné par un tel déploiement de force, la charogne appréciait malgré tout avec toujours autant de satisfaction de voir cette harmonie silencieuse entre autant de personnes, toutes face au même destin.
Comme prévu, lui et son unité restèrent en retrait, ils arriveraient par la deuxième vague, une fois la zone ouverte. Alors que tout le monde était prêt, un regret traversa son esprit, le fait de ne pas être immédiatement en première ligne le dérangeait.
* Pourvu qu'il m'en reste un bout ..* pensa t-il, sa fureur meurtrière montant progressivement en lui. Une fois de plus la radio lâcha une information et pas des moindres, l'heure était venue, l'attaque avait sonnée.
Tout s'enchaina alors très vite. Dans un premier temps il observa une intervention étrange, qu'il comprit vite, un soldat, sans arme se tenait devant la porte, la main tendue. Pendant un instant, l'on aurait pu croire que ce soldat avait perdu l'esprit, il n'en était rien. Une colère aveuglante réchauffa le visage de Owen, car le soldat était parfaitement conscient et il utilisait ses pouvoirs. Une de rares anomalies, très discrète pour qu'il n'en ai pas eu vent plus tôt, au service de l'armée qui était mise en avant dans les occasions exceptionnelles comme celle ci. En l'espace d'un instant une explosion massive retenti, probablement ressentie de partout dans la ville, car plusieurs soldats, à la suite de l'impulsion tombèrent. Les soldats proche de "l'anomalie", ne semblaient pas être sensibles aux effets de la déflagration. En tout état de cause, les ennemis de l'intérieur et de l'extérieur étaient au courant de l'attaque et il fallait agir vite.

Les premières hordes de soldats, menées par celui qui avait brisé la première porte, entrèrent dans le bâtiment. Désormais, la mission était lancée, l'avenir était en marche. Owen eu une vague pensée pour la prisonnière qu'il devait sauver, rien que cette idée lui donna de drôles d'envies envers sa cible bien qu'il ne la connaissait pas encore et peut être même jamais si il arrivait trop tard. Cependant, la réalité le rappela vite, de violents combats étaient engagés, il ne savait pas exactement si ils avaient lieu à l'extérieur ou à l'intérieur, tellement la fureur de la bataille se faisait ressentir.

Le plus important à ce moment, pour Owen, était la mission, car son unité, désormais, était sur le point de la réaliser .. Ou de l'échouer.



[ PS 1 : Voilà texte massif, j'ai été très inspiré comme vous pouvez le voir et je voulais vous pondre un bon truc avant de m'absenter pour le week end ( grosse chouille de trois jours pour les 20 ans d'un pote.) N'hésitez pas a me MP pour me dire ce que vous pensez du texte, notamment si il y a des points non développez nécessaire pour la suite du rp.

Ps 2: J'insiste beaucoup sur l'unité de Owen vu que c'est surtout celle là qui sera présente dans le RP.

PS 3:Oui, des fautes de toutes sortes, quelques mots manquant ou dans le désordre ( je tape trop vite ..) mais je corrige demain, avec ponctuation et tout le tralalala, là j'en peux plus, je vais dodoter. ]


Dernière édition par Owen LaCharogne le Jeu 18 Nov 2010 - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/soldats-f55/owen-lacharogne-validee
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   Jeu 18 Nov 2010 - 12:29

Ayu ne savait pas très bien s'il devait croire ou non les paroles de la soldate... Après tout dans sa situation lui aurait menti... Sauf que avec le temps Ayu avait fini par comprendre qu'il n'agissait pas forcément comme la majorité des personnes... Après un temps de réflexion il se décida à la croire, non sans garder une certaines réserves quant à ses propos.

-Ca ne fait donc que confirmer ce que je savais déjà...

Il marqua une pause tout en l'observant du coin de l'oeil, cherchant le moindre signe qui aurait trahi sa surprise et donc trahi le fait qu'elle mentait, ou non, avant de continuer...

-Je parle bien sur du fait que vous êtes des incapables, pas foutus de mettre un pied devant l'autre. Alors poser une bombe c'était de l'inconscience même d'y penser. Je reconnais toutefois que y a de l'idée, du moins si la bombe c'était pas un vieux cliché.

Cette fois il ne lui adressa aucun regard, il se doutait bien que cette fois, sa réaction ne lui apprendrait rien quant à ses intentions. Il s'étirait avec l'intention de la laisser croupir quelques heures dans la cellule et de revenir une fois qu'il aurait prit du repos quand une explosion vint faire vibrer les murs... L'esprit leva simplement les yeux vers le plafond fissuré, s'attendant presque à ce le recevoir sur le coin de la tête mais rien, il se tourna alors vers sa prisonnière avec un sourire.

-Seconde tentative j'imagine?

Sans se départir de son sourire il se redressa, se doutant un peu de ce qui se jouait un peu plus haut, mais même la perspective que les soldats soient venus jusqu'à eux et qu'ils n'allaient sans doute pas se contenter de récupérer la prisonnière tout en négociant devant un thé ne suffisait pas à entacher sa bonne humeur. Il saisit la femme soldat par le poignet tout en l'invitant à se lever.

-Viens fillette, il ne faudrait pas faire attendre nos invités. Mais ne te croie pas encore sauvée, tes potes vont vite apprendre qu'il existe bien plus fort qu'eux ici bas...

Il ouvrit la porte de la cellule et jeta un oeil dans le couloir étroit à la recherche d'éventuels ennemis mais aucun d'eux n'avait encore eut l'idée de visiter les sous-sols... En même temps s'eut été plutôt étonnant... Il fit donc passer de force la femme soldat devant lui avec un avertissement:

-Juste une chose, ne pense pas pouvoir m'échapper, je suis bien plus rapide que ce que tu peut imaginer...

Après ça, l'esprit traversa le couloir jusqu'à l'escalier qui les ramenait au rez-de-chaussé du QG, là encore il ne trouva personne, mais il sentait plusieurs présences non loin, mieux valait faire attention, aussi l'esprit en oublia de faire des remarques sarcastique sur la situation et traversa ce couloir qui débouchait sur le hall, lui aussi vide à présent, mais il savait que les soldats étaient déjà sur place, sans doute en proie aux combattants qu'ils avaient dérangés... L'esprit s'adossa à un grand pilier qui faisait face à l'entrée, l'air d'attendre quelque chose...

-Reste plus qu'à attendre nos invités, j'ai hâte de leur présenter la facture pour la porte...

[HRP: Moi ait trois trucs à dire: Je suis pas douée pour ce genre de RP donc m'en voulez pas et que j'ai volontairement décrit que les autres soldats étaient occupés ailleurs pour également rester sur l'unité de Owen. Dernière chose, j'vaux que mon perso reste vivant (en même temps c'logique) mais j'demande un PNJ à tuer XD]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] une prisonnière? Pour quoi faire? [14/10/10, Ayu, Meli]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» Mary & Tom : Je ne sais plus quoi faire ...
» Un cadeau pour me faire pardonner ? [Sirillë]
» quoi faire pour une bonne armée du gondor en Gda 1500points
» Qui est down pour me faire la sickest sign ever de PKKKKK ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archive du RPG-
Sauter vers: