Partagez | 
 

 [CLOS] Remaniement... [17/12]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Ven 17 Déc 2010 - 20:12

Satisfaite de moi, je contemplais avec admiration ce qui devait se nommer dès à présent "les nouveaux locaux de l'Ombre". Je pris une grande inspiration, un petit sourire jovial traînant sur mes lèvres, étalant ainsi sur mon visage un air de gentillesse qui me rajeunissait carrément. Je paraissais, l'ombre d'une seconde, trois ou quatre ans de moins, l'âge d'Edmond... Tout ceci était à MA gloire à MOI, j'avais donc assez de raisons pour être fière de MOI. Je souriais, donc. J'étais satisfaite de moi, parce que l'œuvre que j'étais en train d'accomplir, était la mienne, sans que je n'aie bougé le petit doigt pour qu'elle se réalise. J'avais juste récupéré un carnet d'adresses dans le bureau de mon futur prédécesseur "Arsyhniel Eleyria". Ce pauvre fou avait disparu sans laisser de traces. Et maintenant, j'allais le remplacer. Le reste (déménager une grande table ovale dans la grande salle de contrôles du lycée, virer tous les autres contre les murs, faire le ménage, et agencer la pièce pour que les participants de ma "petite sauterie" se sentent intimidés), tout ça, c'était Edmond qui l'avait fait. Et le mieux c'était que ça l'avait emmerdé, à un point que vous n'imaginez pas, de la faire.

Depuis, il restait là, pantois, à attendre, assis à sa place, en attendant que tout le monde se pointe. Il était quatorze heures deux, selon la grande horloge qui trônait dans la salle, probablement qu'elle servait, jadis, à dire aux élèves combien de temps il leur restait avant la fin de leur examen. Je pris machinalement ma petite montre à gousset pour regarder quelle heure il était réellement. Treize heures cinquante-huit. Ils avaient donc encore deux minutes pour se pointer, après ils seraient en retard. Je leur laissais maximum jusqu'à dix minutes de retard, après, je considérais qu'ils n'étaient pas intéressés par mon "offre" et qu'ils devraient se démerder tous seuls, sans l'Ombre. ils seraient même considérés comme des ennemis, et je me chargerais personnellement de créer une milice qui les pourchasserait. Une sorte d'Inquisition, en fait.

Edmond était nerveux, je le sentais à cinq mètres de moi. Ça s'échappait de lui et ça se répandait comme un poison dans la pièce. Ce poison là me plaisait bien, et si Edmond était angoissé, moi ça me faisait sourire. Il était vraiment trop émotif comme gamin. Une vraie tare. Mais bon, j'avais tué notre père, il n'avait plus que moi, c'était un véritable gamin, et si je ne l'avais pas gardé près de moi, il serait mort de faim, de froid, ou de culpabilité. Qui aurait cru que je pouvais avoir l'esprit de famille ?! Dans cette optique là j'avais gardé Edmond pour lui attribuer, et bien rien. Il ne savait rien faire de ses dix doigts, en dehors de classer des dossiers, s'occuper des appareils électriques. C'était lui qui avait installé le système d'écoute au sein même du lycée. La salle était truffée de micros de partout. Je n'étais pas méfiante, non, juste paranoïaque. Je savais bien que les gens qui allaient se pointer ici seraient relativement à mes pieds, mais au moins, je pourrais, pardonnez-moi l'expression, les tenir par les couilles (eh oui, j'avais prévenu...) pendant un bon petit moment.

Bon, des gens qui allaient venir, je n'avais pas grand monde à tenir en joue le maximum. Edmond, avouons le, était une larve à mes pieds et il n'avait rien d'autre à faire de sa vie que de traîner devant son écran ou m'obéir. Je n'avais rien à craindre de lui, d'autant qu'il avait lui, un véritable sens de l'amour fraternel. Enfin bref. Rika Kagame n'était qu'une gamine de seize ou dix ans, pas assez vieille, assez mature pour être crédible aux yeux des autres. Surtout, elle n'avait pas, à priori, l'ambition de prendre ma place. Avec l'âge qu'elle avait, il ne manquerait plus qu'elle et Edmond se mettent ensemble... Ca lui ferait du bien à lui. Noâm Vence était un gamin qui n'avait même pas fini sa croissance. Ridicule, il ne m'aurait même pas différenciée de sa mère ! Non, de ceux qui devaient vraiment m'effrayer, il y avait un gros dur nommé "Vostok Muir" un truc que même le nom imprononçable pouvait me tuer. Lui, il fallait que je le fasse chanter assez pour le diriger, sauf s'il s'avérait qu'il me vouait respect (et admiration ?). Alexander Belmont, lui, était un brave toutou... Cela dit il pouvait, soudain poussé par une envie ambitieuse, vouloir me tuer. Lui aussi, je devais le contrôler... Enfin, il restait un espèce de riche, étrange... Garder l'oeil ouvert...

Mes plans pour tenir tout ce petit monde ? Pas grand chose. Quand je les avais contacté, un par un, je leur avais fait comprendre que je voulais reprendre en main l'Ombre et que ce serait bien que s'ils étaient intéressés par la domination de la ville, ils viennent se réunir tous, aujourd'hui, à quatorze heures pile. Je comptais tout d'abord faire ma pub, procéder à un vote à main levée. Alexander Belmont avait été briffé. Le premier qui s'opposait à moi, une balle dans la tête. Point final. Ça convaincrait les autres que je sois digne de reprendre l'affaire et qu'en plus j'oserais les tuer sans hésiter...

Pendant que je rêvassais, Edmond s'était crispé sur sa chaise. Quelqu'un approchait. Le premier de mes "soupirants". Hum, tant mieux. De ma place, sur une estrade, située à droite de la porte d'entrée. Il y avait, sur cette estrade, un grand bureau en bois ancien, rongé par endroits par des mites. J'étais assise dessus, jambes croisées, ma robe légèrement remontée sur mes jambes dévoilant un minuscule morceau de peau. Je fis un signe de main négligent à l'attention d'Edmond, pour le décontracter et je me suis penchée en arrière, appuyée sur mes mains. Mes cheveux longs, attachés en deux couettes réparties de chaque côté de mon crâne, retombaient légèrement sur mes bras...

......................................................


Dernière édition par Graëchen Doe le Sam 12 Mar 2011 - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Ven 17 Déc 2010 - 22:39

Un toutou. Vous avez bien lu ce qu'a écrit Graëchen, n'est-ce pas? Eh bien, c'est parfaitement ce qui décrit le mieux Alexander Belmont. Habituellement, il ne lui laissait pas beaucoup d'air. Il se tapissait dans son ombre, mais lorsqu'elle lui ordonnait de lui foutre la paix et d'aller faire autre chose de sa vie que lui coller au cul, il n'avait pas d'autre choix que lui obéir. De toute façon, il préférait éviter de lui déplaire. Si elle se fâchait contre lui, il risquait de s'en mordre les doigts. Cette femme, il le savait, n'aimait pas qu'on s'oppose à sa volonté. D'ailleurs, lorsqu'elle lui a fait parvenir son briefing, il était surligné en rose bonbon les mots "Le premier qui s'oppose à moi, tu lui tires une balle", et il savait que cet avertissement n'était pas adressé uniquement à ceux qui seraient invité à cette petite soirée; il pourrait s'en prendre une aussi s'il tente sa chance. Pour Alex, la parole de Graëchen était aussi sacrée que les tablettes de pierre ramenées par Moïse comportant les dix commandements. Les règles du jeu étaient très simples; tu obéis ou tu crèves, et ce jeu était le préféré de bien des tyrans. Graëchen était peut-être mégalomane, mais même si elle devenait l'incarnation même du mal, il se plierait à ses demandes.

Treize heures trente-deux.

C'est l'heure de sortir de son appartement après une journée complète à entretenir son équipement pour le rendre le plus efficace possible et également, par souci de coquetterie, le plus propre. C'est un automatisme, chez Alex; lorsque le petit moineau fait des "coucou" à répétition, cela veut dire que c'est le temps de remettre son flingue au service de cette femme qui lui a donné sa raison de vivre. Il agrippe à peine un petit gâteau aux carottes et une pomme qu'il quitte son foyer, enfonçant le fusil FAL et les grenades fumigènes dans son sac, son pistolet dans le holdster passé à sa taille et le couteau dans l'étui fixé sous sa veste au niveau de son épaule. Inutile de lui dire qu'il ne part pas en guerre contre la Résistance et qu'il va en fait se taper un dîner avec saucisses-cocktails, il ne va jamais nulle part sans ses effets personnels. En fait, quand il s'agissait de Graëchen, il était presque aussi paranoïaque qu'elle, sauf que ce n'était pas dirigé vers lui-même. En fait, il se retenait de faire implanter de force un mouchard dans la peau de sa protégée, car elle ne serait probablement pas d'accord (comme dans tous les cas où l'on doit se servir de la force).

Le trajet n'était pas long. Non, en fait, c'était simplement désagréable d'avoir l'impression que Graëchen n'était pas surveillée par un autre garde de l'Ombre. S'il arrivait quelque chose à cette fille, ce serait vraiment la panique pour Alex. D'ailleurs, plus il s'approchait du point de rendez-vous et plus il sentait que le stress montait en lui; et si quelqu'un arrivait avant lui? Et si quelqu'un s'attaquait à Graëchen sans qu'il ne puisse faire quoi que ce soit? Ses ongles s'enfoncèrent cruellement dans ses paumes. Il tenta bien, dans le bus, de se calmer avec de grandes inspirations, mais plus il voyait le temps passer et plus il sentait ses ongles percer la chair. Il ne cessait de jeter des coups d'oeil à sa montre puis au chauffeur de bus, machinant mentalement un moyen d'atteindre rapidement sa destination, mais rien à faire. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était attendre d'être arrivé et subir son échec si échec il y a. De toute façon, il y avait ce gamin, Edmond, qui pourrait s'avérer utile sous forme de bouclier humain, au cas où un mec tenterait d'entrer et d'ouvrir le feu sur Graëchen (quoi, comment cela, il est cruel?). Enfin, une fois qu'il put sortir de l'autobus pour marcher vers le Lycée, son calme lui revint bizarrement. Si la jeune demoiselle était bien portante, de quoi aurait l'air notre jeune ami avec un air paniqué sur le visage à cause d'une nette paranoïa?

Enfin, bref. Il entra dans le Lycée et jeta un coup d'oeil à sa montre. Au moins, il n'était pas en retard. Il était pile à l'heure, en fait. Il se mit à accélérer, quand même. Plus tôt il y serait et plus tôt il pourrait démontrer sa fidélité à sa maîtresse. Les couloirs du Lycés lui paraissaient être fait exprès pour l'éloigner de sa destination et s'il n'était pas aussi courtois, il se serait contenté d'entrer par un mur après l'avoir fait fondre. Il parcourut les innombrables couloirs de cet établissement à la con puis il trouva enfin la pièce qu'il cherchait... à l'heure pile où sa montre sonnait. Quatorze heures, très précisément. Il ne put, même avec son sang froid, retenir un soupir de soulagement en voyant qu'il n'était pas en retard et que sa maîtresse se portait même à merveille. Il entra donc dans la pièce et s'empressa de mettre un genou en terre pour saluer la maîtresse incontestée (ou peut-être l'était-elle, mais le malheureux devait subir un affreux traitement) de l'Ombre et aussi de sa vie entière.

-Veuillez excuser votre serviteur, mademoiselle Doe. Il semble que je ne sois pas à l'heure sur l'horloge de cette pièce... j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.

Sur ces mots, il se redressa, époussetant son genou au passage pour en chasser la poussière. Plus que la manière dont cette pièce avait été organisée, il se sentait, comme toujours lorsqu'il n'était pas dans l'ombre de cette femme, étrangement intimidé. Ses manières étaient peut-être archaïques, mais il ne trouvait pas meilleur position que le genou en terre pour prouver son humilité et sa fiabilité auprès de celle qui tenait votre existence même sous son joug.


Dernière édition par Alexander Belmont le Jeu 23 Déc 2010 - 1:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edmond Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen.
Nombre de messages : 12

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Lun 20 Déc 2010 - 20:48

Edmond, dans tout ça, pouvait voir sur le crâne de Graëchen les cheveux noircir par poignées. C'était un peu exagéré comme vision, certes, mais il restait que Graëchen était de moins en moins blonde aux yeux bleus et de plus en plus brune. Ses cheveux avaient tout d'abord, arboré un blond plus vif, plus offensif, et puis, la chute de la sœur d'Edmond au pays des fous mégalomanes (où trônaient probablement Hitler et Staline) destinés à faire des dégâts (un peu plus de cinq millions de morts (Juifs !) pour Hitler et une guerre froide ruinant la Russie pour Staline) lui avait rendu les cheveux bleus voir noirâtres... Edmond se posait des questions : Graëchen avait le potentiel affectif d'une porte de prison d'Auschwitz, ce qui faisait d'elle un monstre encore plus dangereux que les deux compères totalitaires mélangés... La métamorphose de son cuir chevelu devait probablement montrer qu'elle devenait de plus en plus folle, mais surtout, de plus en plus puissante. Dans ce cas, Edmond allait pas tarder à se faire massacrer par sa sœur. Il s'attendait au mieux à se faire foutre dehors. Au pire, il serait ligoté, drogué, puis déposé devant le siège des militaires ; militaires qui le massacreraient...

Un peu avant que n'arrive Alexander (Edmond ne l'aimait pas... Il tournait trop près autour de Graëchen et Edmond DEVAIT protéger sa sœur, surtout de sales pervers psychotiques, psychopathes dans son genre, à l'autre) Edmond contemplait sa sœur. Elle avait du charme, elle était belle, rayonnante, mais rayonnante de haine et de domination... Un doux parfum planait dans la pièce, régnait entre eux, comme un oiseau plane, hésitant entre deux proies... Graëchen s'était parfumée. Mais l'odeur était légère et de là où il était, Edmond ne pouvait pas la sentir. L'odeur qu'il identifiait, c'était celle du pouvoir. Elle transpirait de Graëchen et irradiait la salle. À espérer que les autres ne la sentiraient pas autant ! Si les affaires de Graëchen échouaient, elle tuerait tout le monde (toute la ville ; ou elle essayerait) et Edmond le premier.

Quand Alexander fut arrivé, Edmond, qui était assis sur sa chaise, exactement de l'autre côté de la table, bien à l'abri de Graëchen, ne se leva pas pour aller serrer la main de l'autre. Il savait qu'il aurait dû le faire, du moins il SENTIT à l'air outré de Graëchen (une fraction de seconde) qu'il aurait dû le faire, mais il ne bougea pas. Il se contenta de tourner la tête pour regarder l'horloge. Il était ridicule l'autre. Premièrement, ses excuses étaient bidons. Mal formulées, inutiles. Il avait le genou au sol, et ça, Edmond et Graëchen partageaient le même point de vue : c'était nul.

-Veuillez excuser votre serviteur, mademoiselle Doe. Il semble que je ne sois pas à l'heure sur l'horloge de cette pièce... j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.

En fait, Graëchen aimait les choses faites à la mode "Lumières" mais le genou au sol était une marque de galanterie et la galanterie, selon la famille Doe, était inexistante. C'était un moyen qu'usaient les hommes pour séduire les femmes et qu'usaient les femmes pour convaincre les hommes de leur offrir des choses, sans être forcées de rien leur donner en échange... Autrement dit, la galanterie, dans un monde où la mixité régnait, n'était valable qu'utilisée par des femmes...

Ce qui dérangea Edmond (mais Graëchen ggrinça presque des dents), ce fut le début de la phrase. "Veuillez" en premier mot, montrait qu'elle était la seule chose qui comptait à ses yeux. Mais le "votre serviteur" montrait qu'il avait un égo assez surdimensionné pour ne serait-ce que s'imaginer qu'il avait une importance aux yeux de la Dame. S'il n'en était (pour le moment du moins) rien, Graëchen s'amusait à faire croire à son frère qu'il comptait moins que de parfaits crétins qu'elle ne connaissait même pas...

- Il est même pas en retard, bougonna Edmond.

Il connaissait les maniaqueries de sa grande sœur... L'horloge, elle avait la flemme de la régler, et Edmond l'avait convaincue que s'il y touchait, il la démolirait... Donc l'heure n'était pas la bonne, mais tant pis. Graëchen l'entendit probablement et tourna vivement la tête vers son frère. Elle était furieuse. Dans le regard il y avait ce truc dangereux des psychopathes qui vont, bientôt, à l'instant, tuer... Affamés, mauvais. Elle le fusilla du regard une seconde avant de reporter son attention sur le nouveau venu. Elle hocha la tête comme pour lui répondre, et, au grand désarroi d'Edmond !, elle se décala et lui fit un peu de place sur la table. Comme le cœur (et la raison !) d'Edmond implosèrent en cet instant ! Elle... La si belle, si... Si grande, si noble, en résumé. Elle... Elle avait osé sympathiser avec ce grand con tout infoutu de garder ses manières impropres ! Edmond se convainquit pendant une minute que sa sœur appréciait réellement la compagnie d'Alexander. Puis, il décida que si elle faisait ça, c'était juste pour l'emmerder. Très bien.

Piqué, il se leva et prit la porte. Il était partit pour boire un peu d'eau (en fait : pleurer comme un bébé effrayé et ensuite s'asperger les joues, pour réduire les dégâts) quand, en passant la porte, il vit une nouvelle personne. Pendant qu'il irait s'énerver tout seul, sa sœur ne s'ennuierait pas, ce qui était déjà un bon point. Au passage, il était tellement agacé qu'il lança un regard quasi haineux au nouveau venu... Superbe accueil.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2161-edmond-doe-validee
Riwallon III De Rostrenen
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Convenable.
Nombre de messages : 24

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mar 21 Déc 2010 - 2:13

[Ayu je m'excuse d'avance de diriger ton perso, si tu veux que je modifie des trucs n'hésites pas. Mais je voulais t'insérer a mon histoire.]


Dans la ville maudite, sur une rue qui menait vers le lycée, un jeune homme, l'air rêveur, marchait vers son rendez-vous. Il avait été contacté par une membre de l'ombre qui semblait vouloir prendre le contrôle de ce groupe. Il ne connaissait pas cette nouvelle venue. En réalité il ne connaissait pas grand monde, c'était un assassin qui agissait autrefois sous les ordres de Arsyhniel Eleyria sans être en rapport direct avec l'Ombre elle même. Le pouvoir de ce groupe il le lui laissait bien volontiers. Diriger autant de personnes était un frein considérable dans ses projets mais il avait besoin de ces derniers pour assurer ses arrières. A ce sujet il avait bien besoin de protection. Alors qu'il vagabondait, le soir d'avant, dans le cimetière a la recherche d'esprits, en étant sous forme d'un grand Loup noir, il avait croisé deux soldats. Que faisaient-ils dans ce lieu synonyme de mort ? Ça Riv' l'ignorait, mais c'était une nouvelle occasion d'utiliser ses pouvoirs pour observer la disparition de l'âme d'un humain en les tuant. A l'affût, dans un coin, prêt a chasser ses proies il attendait. L'occasion se présenta vite à lui. Dans un bond rapide il se jeta sur le premier pour le mettre à terre et le rendre inconscient suffisamment longtemps pour s'occuper du deuxième. La manœuvre se déroula à la perfection. Du moins, dans un premier temps. Alors qu'il "dégustait" le deuxième soldat, il entendit au loin d'autres hommes arrivés. Il était conscient de ne pouvoir combattre toute une unité de soldats armés et expérimenté. Résigné il laissa le cadavre sur place et prit la fuite. Bien sûr l'armée ne pouvait pas rester éternellement dans le cimetière, cela était beaucoup trop risqué. Mais sa tête était sûrement mise à prix pour un bon bout de temps.

Dans son blouson quelque chose commençait a s'agiter. Il n'avait pas besoin de réfléchir sur la cause de ces mouvements énervés. Le vison, grand amour du loup qui sommeillait en lui, avait sentit quelque chose. Très vite irrité par cet animal dont il ne pouvait se débarrasser définitivement, il le saisit par le cou avant de le lancer avec force sur le sol gelé. La bestiole se mit à courir vite vers un enfant qui jouait seul. A Hevean pour qu'un enfant soit seul dans la rue il n'y avait qu'une seule explication possible. Il avait échapper a la surveillance de ses parents. Le furet et le gamin s'amusaient joyeusement. Comme dit précédemment, la vison était intouchable pour Riv'. Néanmoins il pouvait atteindre ce dernier par de nombreux autres moyens. Prit d'une envie meurtrière il s'avança vers le gamin qui ne devait pas avoir plus de deux ou trois ans. Avec un sourire malsain il se mit a genou pour regarder sa future victime. L'éliminer rapidement n'aurait procurer aucun plaisir, non, il devait prendre son temps. Pendant quelques minutes il les observa en fumant une cigarette. Puis, il prit sa dague, lentement en réfléchissant a la manière dont il allait procéder. Il s'interrogea d'ailleurs sur les capacités de résistances d'un tel être. De l'autre main il lui saisit la nuque avant de le jeter au sol. Avec son pied il maintenait la tête avec force pour l'empêcher de fuir et de crier. Délicatement il se mit a trancher les tendons. Alors que le sang commençait déjà a couler, il prit la main gauche du petit garçon pour y enfoncer lentement sa la lame entre l'ongle et la peau de chaque doigt. Torture horrible et insoutenable pour n'importe quel humain. Bien qu'il la répétait pour la énième fois, les hurlements étouffés de sa victime lui procuraient toujours le même plaisir. Au moment ou il s'apprêtait à reproduire ce geste sur l'autre main, les cloches de l'église résonnèrent au loin.*Mince, 14h !* Frustré de ne pouvoir accomplir a sa guise ses sombres pulsions il se contenta de trancher la gorge de ce petit être d'un geste froid et rapide. Sa colère se retourna ensuite vers le vison qui hurlait déjà de colère mais il l'envoya loin, d'un coup de pied brusque, pour éviter d'entendre ses reproches. Il savait que la bestiole resterait à distance encore quelques temps.

De ce fait, il se dirigea d'un pas décidé vers le lycée. Il connaissait l'endroit pour y avoir rencontré le précédent chef de l'Ombre à plusieurs reprises. Dans les couloirs, personne. L'endroit était désert depuis longtemps. Des petits pas précipités derrière lui , l'avertirent que VulCan le suivait. Grâce a ses sens aiguisés il eu plusieurs informations. La première était que son fidèle vison était encore troublé ( en colère ? Triste ? ..). La deuxième était le nombre de participants déjà présents. Il les estimait à trois environ. Quand il arriva devant la porte un gamin apparu, visiblement contrarié. Peut être son regard traduisait-il de la haine, mais ca Riv' n'y prêta pas plus attention. En poussant la porte il observait avec satisfaction la scène. Ses sens ne l'avaient, une fois de plus, pas trahis. La meneuse auto-proclamée était fière sur son bureau l'air menaçant. Un autre individu qui semblait en admiration était installé, déjà prêt à servir sans limite.
Sans même une parole Riv s'installa sur une des tables mise contre le mur. Sûr de ne pas être le dernier il alluma une cigarette en observant, sans ciller, Graëchen Doe. Après quelques bouffées il daigna se présenter de sa voix nonchalante:


"- Riv', assassin de l'Ombre, prêt à servir le plus avantageux."

Impassible et à l'affut de toute menace, Riv attendait l'arrivée imminente de VulCan.

......................................................
Personnage principal: Owen La Charogne - Ordure De Première, Gradé de l'armée
Personnage Secondaire: Luxel Praesidium - Divine Archange, Sublime Et Terrible, Membre De La Résistance
Troisième Personnage: Riwallon III De Rostrenen alias Riv' - Ombre meurtrière, assassin pour l'Ombre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2155-riv-le-loup-noir-validee
Vostok Muir
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 28

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mar 21 Déc 2010 - 17:18


Il est 14h13 précises lorsque trois coups sourds cognent contre la porte. Du bien dur, du bien violent, du pas subtil, du qui égratigne le métal. Trois autres coups encore plus violents s'enchaînent, puis une pause.

Quelqu'un semble réfléchir là derrière.

Finalement la poignée pivote doucement. Un petit clic. Aaaaaah. Et –VLAN- un grand coup dans le panneau métallique. La porte claque contre le mur, livrant d'abord passage à une botte à bouts ferrés puis, par ordre d'apparition, à une jambe de pantalon noir déchirée au genou, un embout métallique en forme de crosse (probablement le truc qui a servi de bélier) et finalement, un grand escogriffe tout malingre avec un sourire de truand en travers de la partie visible de sa figure.

Vostok Muir est en retard, il s'en cogne royalement. Croyez le ou non, mais ce n'est pas si facile de se déplacer dans une ville en plein jour pour se rendre à une réunion secrète (!) quand on a une gueule de grille pain.

Le démon fait trois pas de plus dans la salle, ferraillant comme une mécanique déglinguée à chacun de ses mouvements. Son œil valide papillonne rapidement. Trois personnes : un insignifiant noir, un coquet blanc et une donzelle jaune. Trois créatures rassemblées là dans un but précis. Car il y a un objectif n'est-ce pas ? Le message disait "relever l'Ombre de ses cendres". Pour Vostok, il aurait aussi bien pu dire "peigner le poil de l'Ombre dans le sens horaire", peu importe, un seul sésame ouvre le cadenas.

Et son intérêt est maintenant totalement déverrouillé.

Le sourire qu'il arborait au départ disparaît d'un coup. Rabattant le canon de son fusil sur l'épaule, le gaillard penche lentement la tête d'un coté, puis de l'autre. Difficile de savoir ce que ça signifie. Puis avec la décharge d'hyperadrénaline d'un chat électrocuté, il empoigne son arme à deux mains au niveau de sa hanche droite et la pointe successivement sur les trois occupants de la pièce :

- Alors... lequel d'entre vous veut s'faire monter en tête d'affiche de l'Ombre ?

Sa main gauche fait un rapide va-et-vient sous le Jackhammer comme pour l'armer bien qu'il n'en ait pas besoin. Juste parce que c'est très marrant. Et effectivement, le revoilà qui sourit à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
VulCan Nollan
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen/bon
Nombre de messages : 11

Profil du personnage
Armes portées: -
Pouvoirs maitrisés: -
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mar 21 Déc 2010 - 18:29

(J'essaye de r^épondre depuis le taf, ça ne sera pas forcément génial du coup mais ça me permet d'avancer un peu, ensuite je ferais les autres RP^^)


Et finalement VulCan s'était laissé semer alors qu'ils entraient dans un grand bâtiment sombre. La curiosité de l'animal n'y était d'ailleurs sans doute pas pour rien et l'esprit humain qui l'habitait n'avait rien fait pour l'en empêcher. Très vite l'animal se retrouva à érrer seul, ne sachant même pas où il était sencé se rendre et à dire vrai il s'en moquait bien, cet endroit avait à présent accaparé toute son attention.

Attention qui se perdit bien vite... Il n'y avait rien de bien intéressant ici, des couloirs, des escaliers et surtout plein de portes qu'il ne pouvait ouvrir seul... Si seulement il avait pu posséder un animal plus intéressant qui ne se retrouve pas démuni face à une simple poignée...

A force de s'agiter l'animal se retrouva bien rapidement essouflé et terrassé par la chaleur... Car en plus d'être démunit face aux portes il devait en plus supporter une épaisse foururre sous laquelle il cuisait lentement... Se calmant finalement la bestiole se mit en quête d'un point d'eau... Quête qui s'arrêta auprès des lavabos, eux aussi hors de portée, dépité l'animal décida donc de rejoindre la salle de réunion dans laquelle il était sensé être.

Trouver l'endroit ne fut pas très dur, il n'avait qu'à sentir l'odeur des personnes passées avant lui, car les autres personnes qui étaient passées en ces lieux ne l'avait fait qu'il y à un bon moment... La bestiole ne croisa qu'un adolescent qu'il menaça d'un vague feulement méfiant avant d'arriver face à la porte. Il profita du passage d'une fille au look étrange pour s'engouffrer dans la pièce, rejoindre Riv' qu'il gratifia d'un bon coup de croc avant de se percher sur son épaule tout en sachant pertinemment que les risques d'en être éjecté étaient plus que présents. L'animal ne prononça pas un mot, jouant parfaitement son rôle d'animal de compagnie... Car après tout il n'était pas sur de vouloir adhérer aux idéaux de ce nouveau chef...

Revenons maintenant à la fille étrange qui avait permit à la boule de poil d'entrer, il s'agissait simplement de Rika, à peine déguisée pour l'occasion en jeune humaine, comprenez là que ses yeux rouges abordait une teinte bleue pâle et que ça peau blanche paraissait bien moins cadavérique que habituellement. C'est qu'il ne faisait pas bon être vampire ces derniers temps, alors autant se faire passer pour humaine, même au sein de l'organisation pour laquelle elle donnerait sa vie sans hésiter. Saluant les autres membres sur un ton joyeux qui agaça la boule de poil qui poussa un autre feulement, la vampire alla s'appuyer dos au mur proche de la porte...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2159-vulcan-le-vison-possede-valid
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mar 21 Déc 2010 - 20:12

Je comptais les gens qui étaient là...

- 1, 2, 3, 4, une bestiole, mon frère, et moi... murmurais-je.

Je ne prononçais pas le "cooool" bien long qui venait à la suite de cette phrase, mais je me le faisais mentalement. En tout cas, six personnes et un animal étrange (jolie fourrure pour un futur manteau...) c'était un joli nombre. Si on comptait les soldats, l'Ombre était en surnombre. L'Ombre n'aurait aucun mal à les anéantir... Ces salopiauds de soldats... Même Jude me fatiguait. La conversation d'un soldat moyen (et Jude était un soldat qui devenait de plus en plus moyen et bedonnant) se résumait à : "ouééééh la bouffe !". Il avait beau être mignon, il devenait inintéressant.

Nota Bene :
Jude est toujours disponible...

Je commençais à me dire que ce serait agréable de le tuer. Et si je reprenais vraiment en main l'Ombre, je pourrais tous les tuer... Un par un.

Pour en revenir à la question de Vostok, qui, rappelons-le, était :

- Alors... lequel d'entre vous veut s'faire monter en tête d'affiche de l'Ombre ?

Je trouvais cette formulation : malsaine. Non pas que je ne veuille pas me "faire" quoi que ce soit, au contraire... Mais "se faire monter" c'était une façon de parler que je n'avais jamais entendue, nul part. Pour sûr que ce devait être un bouseux le mec. Tant pis. Mais les bouseux étaient souvent les meilleurs en matière de combat. Il faudrait juste lui apprendre à parler, et bam, l'Ombre reprendrait une jolie réputation... J'attendis que tout le monde soit là. Quand l'animal et la gamine furent rentrés, sans attendre Edmond (j'avais oublié son existence), je sautais de la table d'un mouvement lest et gracieux (question de point de vue, me direz-vous).

- C'est moi, dis-je de ma voix assurée et forte.

C'était une voix de chef, de dirigeant, la voix de quelqu'un qui sait ce qu'il veut et quand il le veut. J'ai marché jusqu'au bout de l'estrade, mais sans en descendre. Ainsi, je les surplombais carrément, les autres qui étaient en bas. Bon, pas de beaucoup. Et puis je n'étais pas si grande que ça (peut-être même que le plus grand me dépassait encore)... Je leur lançais un sourire. Cet habituel sourire carnassier que vous connaissez déjà tous, je pense. Ce sourire qui signifie : "c'est moi le chef et vous n'y pouvez rien, alors pourquoi ne pas participer", un sourire qui, je trouve, collait plutôt bien à la situation.

- Merci à tous d'être venus, commençais-je.

Je descendis de mon perchoir d'un grand pas. Ma robe accompagnant le mouvement par une danse autour de mes chevilles. Mes bas descendaient... J'avais bien envie de les remonter, mais le moment était, disons..., mal choisi... Non approprié... Tout ça, quoi. Je demanderais à un type de le faire pour moi, après cette petite réunion. Me mettant à une distance à peu près égale de tous les participants (la bestiole pour le moment ne comptant pas, vu que je ne savais pas encore quoi en faire et si je pourrais en faire quoi que ce soit) pour qu'ils ne se sentent pas encouragés ou défavorisés.

- Nous devons nous ressaisir, recommençais-je.

Il n'y avait pas si longtemps, j'avais entendu des gens dire que l'Ombre n'existait pas. Je ne supportais pas qu'on puisse penser ça. Ca m'avait rendue folle de rage toute la soirée, soirée dont Edmond devait se souvenir...

- Je veux que l'Ombre redevienne une grande puissance.

Ma voix se faisait de plus en plus morte. Comme un robot.

- Je sais comment m'y prendre.


......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mer 22 Déc 2010 - 5:13

Très visiblement, le petit frère de sa maîtresse ne l'aimait pas du tout. Mais il faut croire que c'était réciproque. Après tout, Alexander n'était pas nécessairement la sorte de personne que l'on voulait avoir près de soi. Même s'il était doux comme un agneau, il pouvait devenir dangereux et surtout problématique, avec pour cause ses nombreux problèmes psychologiques et ses lacunes éducationnelles. En tant que protecteur de Graëchen, il se devait d'être presque partout où elle était, et cela risquait parfois de le mettre dans des situation assez embarrassante. Suivre une femme partout était très mal vu, et comme il n'était jamais à coté d'elle, les gens pensaient comme ils voulaient. Edmond était simplement... beaucoup moins discret dans ses pensées. L'animosité qu'il dégageait était telle qu'Alex la sentait passer au travers de son corps tel un courant électrique, mais il n'esquissa qu'un sourire. Déplaire aux gens ne le gênait pas, au contraire. Il pouvait agir comme il l'entendait, et c'est mieux ainsi, puisque les gens éviteraient de l'approcher.

En voyant Edmond partir, il ne put s'empêcher de songer qu'ils étaient semblables; l'un comme l'autre voulaient le bien de la maîtresse de l'Ombre et ils se méfiaient de quiconque pourraient lui être néfastes, même s'ils comptent parmi leurs alliés. Alex étira même un léger sourire à cette pensée, un sourire qu'il s'empressa d'effacer avant que Graëchen ne s'en rende compte et qu'elle lui demande ce qu'il trouve d'assez amusant pour lui arracher cette joyeuse mimique. Enfin. Il se contenta d'aller se poster près de la jeune demoiselle, puisqu'elle l'y avait invité. Il baissa humblement la tête en évitant de la regarder droit dans les yeux, plutôt préoccupé par l'idée qu'un petit génie s'avancerait à tenter une chance qu'il n'a pas, maintenant qu'il était à ses côtés.

Le premier à arriver à sa suite était un autre mec aux cheveux aussi blancs que les siens, mais au regard bien plus dérangé. Alex ne le regarda pas plus que nécessaire pour voir qu'il était aussi fou que bien des gens ayant eut une vie particulièrement horrible ou alors qui ont développé de dangereuses psychoses. Visiblement, c'était un maniaque de la tuerie plus qu'un véritable assassin, comme lui. La différence? Un assassin tue avec préméditation, donc dans un but précis, dans le genre protéger une personne de ses ennemis, alors qu'un maniaque de la tuerie prenait n'importe quelle victime et lui faisait goûter du couteau. Rien à voir avec le raffinement et la technique d'un tireur d'élite et très certainement plus inutilement risquée. Enfin, vous comprendrez que Riv n'attirait tout simplement aucune sympathie de la part de son collègue. D'ailleurs, le réflexe de celui-ci est de poser une main sur le holdster de son pistolet et défaire la sangle de sureté qui empêchait son arme de quitter son lit, le tout dans la plus grande discrétion. L'entourage de Graëchen n'était pas nécessairement constitué des personnes les plus sûres, mais c'est la vie qu'elle a choisie et Alexander n'allait tout de même pas chercher à lui dicter la manière de poursuivre son existence. Déjà, il sentait que les choses n'allaient pas être simple pour protéger cette femme.

Le second à débarquer était Vostok Muir. Va savoir d'où ce mec débarquait. D'après l'étrange pressentiment qui tiraillait les entrailles du protecteur, il n'était pas humain... ou du moins, pas totalement. En lui, il y avait une force dangereuse et puissante. La tentation d'ouvrir l'oeil gauche était de plus en plus insistante en lui, mais activer son pouvoir lui aurait probablement attiré le mécontentement de Graëchen, mais elle ne pourrait pas remarquer que tous ses muscles étaient très tendus à moins de jeter un coup d'oeil sous ses vêtements. Il se contenta de frotter doucement la crosse de son arme de l'index, à savoir s'il devait la sortir pour mettre les gens sur leurs gardes ou alors rester bien sagement où il était. La deuxième option lui sembla plus sage. Il en redressa néanmoins le canon, visant discrètement la jambe de l'homme au cas où il aurait l'idée de jouer à un jeu dangereux.

Comme à son habitude, à chaque fois qu'il manquait de dire quelque chose, il croisa les doigts de ses mains entre eux puis il appuya sa lèvre supérieure sur son index, retenant ses commentaires, comme il l'avait si bien appris. Il écouta parler la jeune femme et se renfrogna. Il ne savait que lui dire, mais instinctivement, il lui faisait confiance. Après tout, elle décidait ce qu'elle voulait, cela n'affectait en rien la tâche dont il s'est investi, à moins qu'elle ne visait justement à ce qu'il fasse autre chose que la protéger et la surveiller. Ses instructions étaient claires; tuer pour la protéger, vivre et mourir dans le même but. Il regarda ses "camarades et se surprit à croire qu'aucun d'entre eux n'était digne de confiance. "Et ils doivent tous se dirent la même chose de moi... ou alors ils s'en foutent éperdument." Songea-t-il en se mordillant légèrement un doigt. Il joua distraitement avec la carte bancaire dans laquelle se trouvait l'énorme montant de l'héritage post-mortem de son père, argent qu'il comptait bien mettre à la disposition de Graëchen si elle le demandait.

Il nota alors la présence d'un petit animal dans la pièce et d'une jeune femme, qu'il n'avait pas remarqué immédiatement, mais il la jaugea inoffensive... pour le moment. Son attention se riva un moment sur la petite boule de poil à savoir ce qu'il faisait ici, mais il sentait chez lui la même chose que chez Vostok, soit l'inconfort de côtoyer un esprit qui ne devrait pas être en ce monde. Il songeait même étrangement à l'empoigner et à le mettre dehors.


Dernière édition par Alexander Belmont le Jeu 23 Déc 2010 - 1:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edmond Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen.
Nombre de messages : 12

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mer 22 Déc 2010 - 20:24

Tous des cinglés. Enfin c'était ce que pensait Edmond. Il avait croisé ses fous furieux dans les couloirs ; il les avait tous croisés. Le type qui puait le crime à plein nez (et dans une école il ne pouvait tuer que des... enfants !), avec des cheveux qui le vieillissaient. Edmond le fusilla du regard parce qu'il le haïssait déjà. Sa grande sœur n'aimaient que les types du genre d'Alexander ; cheveux blancs, air de tueur, arme à la main... C'était "affligeant". Et puis derrière, un grand type. Lui, il dégageait une atmosphère étrange, malsaine, moche, vicieuse ; en fait Edmond se cacha lorsqu'il l'entendit dans le couloir et sentit sa chair se contracter lorsqu'il passa près de lui... Et puis ensuite, un rat ; Edmond ne savait pas ce que c'était qu'un vison ; et une adolescente. Edmond fronça les sourcils à sa vue. Elle le dérangea assez pour qu'il ne sache pas quoi penser d'elle.

Il partit se rincer le visage en oubliant clairement de pleurnicher. Il fallait qu'il s'éclaire juste les idées. Cette fille ; c'était juste une gamine. Elle ne devait pas être beaucoup plus vieille que lui. Un ou deux ans. C'était étrange de la part d'une adolescente de cet âge de venir à une telle réunion toute seule (ou armée d'un rat marron). Alors ou elle était aussi cinglée que les autres ou alors elle avait un membre de sa famille qui la forçait à y aller. Ce fut donc par curiosité, pour savoir qui elle était, qu'il retourna dans la salle. La porte s'était refermée sur la jeune fille depuis quelques minutes qu'il l'ouvrit à nouveau. Et là, il fut peut-être le seul à le voir, mais outre le barbare tueur d'enfants (susmentionné plus haut) qui avait une hache à la main - une hache !!! - et outre le fait qu'Alexander n'avait pas bougé le petit doigt pour calmer ce psychopathe, il y avait le type qui avait fait froid dans le dos à Edmond. Lui, il avait carrément un fusil entre les mains. Et personne ne semblait s'en formaliser.

Edmond regarda sa sœur, debout au milieu de la pièce : une cible facile. Edmond le savait, il jouait souvent à des jeux en ligne... Des trucs de guerre. Il jeta un coup d'œil à la jeune femme qu'il avait aperçue et sur laquelle il bloquait depuis trois couloirs et un lavabo. Elle allait bien, mais bon... Ce n'était pas une raison pour rester là les bras croisés. Dans un élan d'héroïsme et de bêtise il bondit sur Vostok Muir. Bien sûr, ça ne suffisait pas à lui faire lâcher son arme, tout au mieux l'autre allait tirer et tuer Graëchen par pur accident. Mais c'était trop tard. Edmond tomba violemment au sol, l'autre ne semblant pas être déstabilisé plus que ça. Est-ce que le coup était parti ? Edmond n'en savait foutrement rien. Il était tombé sur le côté et son tympan gauche faisait un bruit aigu très désagréable. Il n'entendait plus rien et sa tête lui tournait. Il releva la tête, se demandant s'il était touché, s'il allait mourir comme ça.

Il releva la tête et la première chose qu'il vit, ce fut une image floue de Graëchen se précipitant vers lui. Elle dit quelque chose, mais il n'entendit qu'un vague hurlement. Il la regarda, l'image se stabilisa doucement.

- Quoi ?! demanda-t-il plus fort qu'il ne l'aurait voulu.

- Espèce de sale petit con ! répéta-t-elle calmement avant de le gifler de toute sa force.

La gifle, même si Graëchen n'était pas forte (stat de force : 1), lui fit furieusement mal à la joue.

- Mais je voulais juste...

- Tais-toi !

- Mais il était armé !

- Tais-toi !

Elle se retourna vers les autres.

- Mon frère. Un débutant. Mais il a raison, si vous voulez rester ici, posez vos armes...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2161-edmond-doe-validee
Riwallon III De Rostrenen
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Convenable.
Nombre de messages : 24

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Sam 25 Déc 2010 - 2:20

Avant d'arriver a la moitié de sa cigarette, une nouvelle personne arriva dans la pièce. Un humain en apparence mais un bon gros démon à l'intérieur. Grâce a son talent pour voir le monde des esprits, Riv le confondit immédiatement. Ce n'était la peur qui avait fait place dans les pensées du tueur, mais la fascination et le réconfort. La fascination car il n'avait encore jamais croisé un démon d'une telle puissance par le passé. Le regarder et voir cette puissance était aussi passionnant pour lui qu'une météorite dans le jardin d'un astronaute. Il s'agissait d'un magnifique sujet d'étude dans sa quête de pouvoir et domination. Quant au réconfort, le simple fait d'avoir un tel allié suffisait a traduire son sentiment. Surtout depuis sa dernière mésaventure avec l'armée le soir d'avant.
Très vite, Riv' dû revenir a la réalité par une morsure de cet emmerdeur a poil. Ce dernier ne perdit pas un instant avant de s'installer confortablement sur son épaule. *Je crois que ton esprit était SM avant ..* Cependant, il n'osa pas le torturer comme a son habitude. Il devait faire accepter le vison au groupe et particulièrement a celle qui en prenait la tête. Il prit donc un moment pour analyser les divers participants.
* Voilà donc l'armée de l'Ombre .. Si on met de coté le démon majeur et moi même c'est une belle bande d'incapables a moins que ..* Alors qu'il tentait d'imaginer les pouvoirs cachés de chacun, son analyse fût vite stoppée par l'intervention de la dominatrice. Elle qui trônait déjà sur son bureau telle une reine certaine de sa divine légitimé et protégée par son garde prêt a éliminer la première menace. D'ailleurs Riv n'appréciait guère la position de ce « garde du corps ». Il ne manquerait pas de le rappeler. Les premières paroles de Graëchen Doe n'étaient pas plus motivantes que le discours d'un entraineur de foot pour son équipe dernière du classement régional. En clair, si elle voulait faire de l'effet en pensant que tout le monde allait l'applaudir, c'était raté. Peut être pas pour tout le monde, au moins deux personnes semblaient déjà prêtes a laisser leurs peaux pour les beaux yeux de la dame. Le garde du corps bien sûr et le gamin qu'il venait de croiser dans le couloir quelques minutes plus tôt. « Des alliés de poids » pensa t-il ironiquement.

En quelques secondes, le même garçon auquel il venait de penser venait de trouver des testicules, quelques part, car il se jeta, sans raison apparente sur le démon qui attirait tant l'homme-loup. Certes, il était effrayant pour la plupart des gens, mais de là a penser l'attaquer et le vaincre. Riv' s'amusa a imaginer ce qui avait traversé l'esprit du garçonnet. La peur ? La menace ? Sûrement un peu des deux mais ils n'étaient pas là pour partager un verre. Il s'agissait du groupe maléfique par excellence. Riv' supposait que, parmi les personnes présentes, il était un « enfant de coeur », même si il avait fait sa part. Folle de rage, Graëchen Doe se jetait déjà sur son frère qu'elle excusa rapidement auprès de l'assemblée. * S'bien dommage que le démon n'ait pas décidé de le tuer avant. *

Immédiatement après elle leur demanda de poser leurs armes. Riv' avait toujours sa dague dans la main ( et pas une hache lol) qu'il rangea lentement avant de descendre de la table sur laquelle il était assit depuis le début et ceci afin d'être en avant, tel un acteur arrivant sur scène. Pour bien signaler sa présence il lança la fin de sa cigarette, éteinte depuis quelques minutes déjà, a travers la pièce. Tout en se raclant la gorge il prit la parole d'une voix nonchalante, dénuée d'humanité et caractéristique du Riv' qui voulait signifier qu'il méprisait toutes les personnes présentes:


« - Bon, pas que ca me dérange de regarder vos bagarres de pré-pubères en manque de sensations fortes mais si on en venait aux choses sérieuses ? D'ailleurs, si ton garde du corps pouvait lui aussi faire gaffe avec son jouet.»




Il n'attendit d'ailleurs pas la réponse. La question avait pour but d'attirer l'attention sur lui tout en affichant un message clair * Je mérite qu'on me regarde, qu'on me respecte, qu'on me craigne et je serais l'un des plus motivé et des plus efficace*. Tout ca sans le dire explicitement car être soumit a quoi que ce soit était loin, très loin, d'être dans le caractère de Riwallon. De plus, en ce qui concerne la réflexion faite pour l'arme de Alexander, il avait naturellement évité de s'adresser a celui qu'il considérait comme un sous fifre indigne de son intérêt. C'est pour ça qu'il enchaina immédiatement après:


« -Moi c'est Riv', ma bestiole, VulCan, est un espion très efficace c'est lui et moi ou personne. Mis a part tes belles paroles, t'as quoi en tête ? Cibles principales ? De quelle puissance disposons nous ? En bref la totale. Impressionnes moi princesse. »


Dit-il en s'adressant a Graëchen. Il voulait avoir des réponses et vite. S'engager avec des personnes sans utilités ne l'intéressait pas. Surtout avec l'armée aux
trousses. En même temps, son besoin de charmer son entourage, de s'imposer devint plus fort et dans ces situations il était peu préférable de blesser son ego sur-dimensionné. Tout en allumant une cigarette
( oui, il aura un cancer sous peu XD), il restait là, debout et fière, gardant ses sens concentrés sur le garde du corps et le démon mais les yeux pleins de désirs et rivés sur la nouvelle chef de l'Ombre. Une étrange flamme illumina d'ailleurs son regard. D'où venaient-elles ? Du loup ou de l'humain ? Que signifiaient-elles ? L'amour ou la haine ? L'envie de frapper, de tuer ou une pulsion bien plus primaire ? Sûrement tout cela a la fois, mais pour sûr, elles ne passèrent pas inaperçues pour quiconque croisait son regard.




[ Juste, si vous voyez des esprits et que vous parlez de mon perso je peux vous dire qu'il a un tatouage sur le visage uniquement visible pour vous. Je dis cela uniquement à titre d'information.

Joyeux Noël ! ^^]

......................................................
Personnage principal: Owen La Charogne - Ordure De Première, Gradé de l'armée
Personnage Secondaire: Luxel Praesidium - Divine Archange, Sublime Et Terrible, Membre De La Résistance
Troisième Personnage: Riwallon III De Rostrenen alias Riv' - Ombre meurtrière, assassin pour l'Ombre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2155-riv-le-loup-noir-validee
Vostok Muir
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 28

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mar 28 Déc 2010 - 23:06

Est-ce que Vostok a été surpris par l’attaque soudaine de cette petite chose jaune à reflets rouges ? Ce n’est pas précisé dans la chanson. La chanson, c’est ce petit air qu’il fredonne en ce moment même et qui en gros, pourrait s’intituler : « castration en la mineur pour matous électrocutés ».
L’intervention de la leader auto-déclarée du groupe, même, le fait sourire dans sa mélodie. Il ne connaît pas son nom. En fait il ne connaît rien à personne ici mais dans le fond comme dans la forme, il s’en contrefout avec cet impérialisme réservé aux indolents et aux tyrans.
C’est donc avec une certaine nonchalance que le démon daigne finalement baisser les yeux sur l’humain tarté (la tarte humaine ?) dont les contours vermillon comme le Fluide pourraient être alléchants s’il n’y avait pas autant de jaune d’œuf cru dans le mélange. C’est encore un embryon. Un morceau de vitellus.
Mu par une impulsion, Vostok tend sa main libre au-dessus de la tête du jeune garçon et, sans se départir de son sourire de carcasse de moteur, lui ébouriffe les cheveux d’une manière insistante et dérangée qui doit sans doute lui irriter le cuir chevelu.

- Alors c’est toi qui veut dessiner l’Ombre maintenant… tu veux chevaucher le Tigre sans passer par l’Euphrate. Ça risque d’faire du r’moud.

Ces paroles, bien sûr, il les réserve à la fille. Celle qui hurle, celle qui trépigne. Mais aussi celle qui ordonne, qui désigne et qui acte de telle ou telle convenance. Y’aurait de quoi lui tirer un nouveau rire jaune mais à force de broyer du noir dans son repaire isolé, Vostok est susceptible de voir rouge à tout bout de champ. Elle veut mener la barque ? Il faut qu’elle sache tenir le manche.
Sa main de fer dans un gant de crin devient encore plus agressive sur la tête du petit effarouché tandis que les ondes statiques s’accumulent et lui dressent une brosse pétaradante sur le crâne.

Et puis, parce que ça ne l’amuse plus ou bien parce qu’il pense à autre chose, Vostok le repousse avec douceur en arrière et rabat son fusil en l’air. Il s’en tapote l’épaule deux trois fois, reculant de deux pas pour bien aligner les deux dans son regard nucléaire. Il fredonne à nouveau. Quelque chose de plus syncopé, avec des pauses erratiques qui se regardent en chat de faïence. Il tourne la tête… le blanc coquet, le charbon insignifiant qui vient de se présenter avec une bestiole toute feu toute flamme et une fillette pas vilaine dans son teint neigeux doublé de cendre, qui voudrait passer pour une vraie fleur écarlate. Personne ne semble se rebiffer. On dit que les accords de principe sont avant tout tacites. Les moutons bêlent, les imbéciles se défoncent aux décibels et les idiots consentent. Si aucun d’eux ne s’oppose à la fille-tigre, alors…
Alors peut-être qu’il faut enchaîner… ou bien se déchaîner. Peut-être est-ce le moment de sertir à nouveau cette vieille chaîne qui rouille entre sa nuque et l’alliance de l’Ombre.

- Chuis Vostok Muir. Soldat créé et programmé pour faire triompher LA véritable OM-BREUH. Celle dont le noyau dur perdure et craque sous les dents.

Il épaule son fusil et aligne la silhouette de la meneuse dans son collimateur. Elle, elle aligne déjà ses plans. Elle voudrait partir à dos de comète et éventrer quelques soleils. Elle tutoierait les étoiles si elle avait assez de résistance pour ne pas se brûler en empoignant le désastre. Jeune, jaune, terrible, fondue au noir.

Mais la résistance, c’est lui. Il s’humecte rapidement les lèvres. Renouveler la chaîne…
- Je n’obéis qu’à toi. Je t’obéis jusqu’à ta mort. Ensuite j’obéis à ton successeur.
Gratter la chaîne. Gratte la chaîne… gratte… chaîne.
- Je ne reçois aucun ordre des autres et j'mène mes missions comme bon m'semble.
Et changer quelques maillons sans que personne n’en sache rien.
Il couche son fusil sur un bureau lacéré de tags et d’inscriptions révélant dans ses failles que les écoliers ne savent dessiner que des bites.
- Mais pour sceller le pacte, je veux un morceau… de lui ! Ouaip ! Ensuite j’écouterai ce que tu as à dire.

Il désigne par caprice. Pour la beauté de l’art. Pour l’art de la destruction mécanique systématique. Ça n’a pas d’importance. Il désigne celui qu’on voudrait mutiler pour le plaisir : le coquet blanc (nda : Alexander). Puis, saluant l’assemblée d’un geste de tête qui fait voltiger ses mèches épaisses, il renvoie un sourire rayonnant de becquerels à la fille neige-cendre (nda : Rika) et s’assoit d’un bond sur le bureau gribouillé. Elle, elle pourrait aussi entrer dans sa collection privée. Un petit bout d’index ou un globe oculaire… ça serait parfait.
Revenir en haut Aller en bas
VulCan Nollan
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen/bon
Nombre de messages : 11

Profil du personnage
Armes portées: -
Pouvoirs maitrisés: -
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Dim 9 Jan 2011 - 18:08

[Désolée pour l'attente, ma santé va mieux donc mes RP devraient être tous à jour pour mercredi au plus tard, en attendant voilà même si c'est pas terrible:]

VulCan, toujours perché en hauteur ne bronchait plus et se contentait d'observer les différentes personnes présentes et les écouter, au fond peu importe qui s'était senti assez important pour soutenir le poids branlant de l'Ombre sur ses épaules, tant que cette fois-ci c'était fait de façon correcte. L'animal ne fut toutefois pas surprit que le nouveau chef soit une femme dont l'air fier était inversement proportionnel à l'air de puissance qu'elle dégageait. L'animal feula un bref instant comme en signe de désaprobation avant de se replonger dans ses pensées, ne levant qu'un bref instant la tête alors que Riv' le présentait en tant qu'espion avant de se remettre à ignorer superbement le reste de l'équipe. Après tout, personne n'attendait de voir la bestiole ce présenter? Si?

A l'autre bout de la pièce, Rika observait également, guère plus ravie d'être là que la boule de poils. De tout temps elle n'avait jamais aimé ces petites réunions, préférant agir de son côté et le chef n'avait jamais eut à s'en plaindre mais à nouveau régime nouvelles habitudes, la vampire avait tout à prouver à présent et souhaitait s'acquiter de cette tâche de façon correcte. Elle renvoya à peine un regard au type qui lui avait sourit et elle se redressa, envoyant ses cheveux en arrière dans un geste cliché qui n'aurait pas déparé dans une pub stupide pour le shampoing et se présenta à son tour comme il semblait être necessaire...


-Rika Kagame, anciennement chef du SAR...

Voilà qui devrait suffire? Après tout elle était depuis un bon moment dans l'Ombre et occupait un rang assez important pour être connue au moins un peu, non? Parlant de rang connu... La porte venait de s'ouvrir à nouveau, la vampire jeta un bref regard et reconnu sans peine le gamin qui, pour une raison inconnue avait un jour été nommé chef du GRSO... Que Rika sache, ça n'avait été qu'une façade destinée à tester la fidélité des membres du GRSO et le degré de confiance aveugle qu'ils avaient en leur chef mais même ainsi Rika avait du mal à comprendre... Ce gosse amorphe lui avait toujours donné envie de le saigner... Au lieu de ça le considérait-elle que comme quelqu'un qui pourrait être facile à sacrifier en cas de besoin...

Le gamin, ou appellons le plutôt Noâm, avait mit un bon moment à trouver la pièce où il avait été convié au sujet de l'Ombre, ceci fait il s'installa dans un coin, aussi silencieux que d'habitude, guère conscient qu'il faisait tâche au milieu de cette bande de sociopathes...


-Quel service, on nous propose même des amuses gueules...

Siffla la vampire, amusée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2159-vulcan-le-vison-possede-valid
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mar 11 Jan 2011 - 19:57

Ils me jugeaient tous. Soit. Ils m'agaçaient tous autant que je les dérangeai. La différence était probablement que je me foutais bien de ce qu'ils pensaient. Au mieux, ils plieraient et devraient me supporter tout le temps quand moi je n'aurais qu'à leur donner des ordres. Au pire, ça finirait en bain de sang et ils verraient que je ne plaisantais pas. Mais en attendant, nous étions dans cet espèce d'entre-deux. Certains d'entre eux voulaient que je leur balance des actes, des ordres, des décisions là, tout de suite, dans la figure ; tandis que d'autres voulaient plus que je fasse mes preuves. Il fallait que je trouve un compromis pour répondre aux attentes de chacun... Une pensée totalitaire, paraît-il. Après tout, Hitler et Mussolini - par exemple - prétendaient vouloir rendre tous leurs citoyens heureux.

Pour en revenir pas à pas à chacun des types qui étaient venus :
Riwallon était un petit hypocrite avec un égo se résumant à son nombril. Ca me plaisait. Mais par contre, il fallait qu'il se méfie, je ne tolérais pas d'autre égocentrique que moi très longtemps. Disons que de voir les autres s'intéresser plus à eux qu'à moi, ne me plaisait pas vraiment. J'ai fait la moue quand il a dit le "princesse" final. C'était une moue à la fois flattée, et en même temps de plus en plus lointaine. Lui, je le sentais, j'allais lui faire péter les bras et les jambes d'ici pas longtemps...

En parlant de bras et de jambes cassés, l'espèce de fou qu'Edmond avait attaqué un peu plus tôt voulait un morceau de quelqu'un. Un morceau d'Alexander. JE n'attendis pas pour lui répondre. Ma réponse s'échappa sans que j'y réfléchisse.

- Je veux bien, dis-je, mais débrouillez-vous entre vous.

En d'autres mots : "Mutile-le comme un grand.". Premièrement, ça n'était pas à moi de tâcher ma robe pour ses délires psychédéliques, deuxièmement je ne tenais pas à prendre un morceau d'Alexander donc si ce dernier arrivait à le garder, c'était tant mieux. Et enfin, je voulais aussi voir ce qu'il valait. Je connaissais Alexander - paranoïaque, maniaque, mais pas le meilleur des meilleurs non plus - et ceci me permettrait de voir ce que donnait ce dernier.

J'ai décidé de spoiler mentalement tout ce que ferait ce crétin d'Edmond pendant cette entrevue. Je le tuerais plus tard... D'ailleurs, je tiens à prévenir tout le monde ici que je ne posterais plus avec Edmond pour le moment. Si j'ai besoin de répondre avec lui, je me ré-intercalerais en vous prévenant par MP.

La vampire - je l'ignorais encore - Rika Kagame, que j'avais vue personnellement semblait amorphe. Elle se présenta simplement et j'en déduisis qu'elle se joignait à mes idées sans faire de vagues, pour le moment... J'avoue que je n'ai fait attention à Vulcan que lorsque Riwallon en parla, après, je ne l'observais plus, comptant, sans le prévenir, sur Alexander pour le tenir à l'oeil. Le dernier, un gosse, se mit dans un coin. Je retins mon soupir d'exaspération à la vue de son âge. Un gamin ! Encore : bordel. J'organiserais une garderie, tiens... Ah mais c'était peut-être pour ça qu'Arshynhiel avait pris l'orphelinat... Que des mioches.

J'ai fait quelques pas.

- Je déduis que puisque vous n'êtes pas partis, vous voulez être de la partie.

Un sourire éclaira mon visage. Mon habituel carnassier.

- L'avancée de l'armée entre nos murs est inacceptable.

Haine sur le mot "inacceptable".

- J'ai dans l'idée de les faire reculer, voire même aller jusqu'à l'annihilation totale.

L'Ombre avait plus ou moins disparu subitement quelques mois avant, et c'était cette absence qui était coupable. Je voulais être la chef parce que j'étais comme ça. Mais j'étais la seule de l'Ombre a avoir eu la prétention de vouloir recommencer à me battre. Tous, séparément, faisaient probablement quelques meurtres par-ci par-là, mais aucun n'avait contacté les autres pour mettre au point une stratégie.

- Pour cela, j'ai besoin de vous. Et aussi d'une fille de l'armée. Elle peut fournir des armes, probablement des renseignements.

J'ai levé un simple index vers le ciel. Comme ça, parce que j'avais envie.

- Je propose qu'on commence par rafler la Résistance.

HRP : @ Méli : pourrons-nous, quand tu seras disponible, refaire un RP ? Sans compter qu'il faudra bien un jour un RP entre Doe.

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Riwallon III De Rostrenen
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Convenable.
Nombre de messages : 24

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Lun 24 Jan 2011 - 20:43

L'homme était séduit, le loup un peu moins. L'essentiel était que les deux continuaient à vivre dans une harmonie parfaite pour pouvoir profiter du "don" au maximum. Ce n'était pas le seul personnage à avoir conquit le cœur solitaire qu'était Riv'. Le démon majeur qui avait, depuis son arrivée, déjà capté l'attention de ce dernier, réagissait exactement comme il l'avait espéré. Violent, dénué d'humanité, une machine de guerre parfaite. Il était donc déterminé à garder un œil sur cette créature pour l'observer, le comprendre et même le manipuler à sa guise en temps voulu. Si une mission, pas trop dangereuse, s'organisait avec Vostok, il ferait tout pour en être. Pas pour l'aider ou gagner sa confiance et encore moins pour lui sauver la vie, mais le simple fait de le voir en action suffirait à lui en apprendre suffisamment.

Lors de l'annonce de Graëchen, la jeune femme avait mentionnée sont intention de s'occuper de l'armée. Une très bonne orientation selon l'homme loup qui était probablement dans les cibles à abattre. Mais ça, il n'en parlerait pas. Inutile de montrer une faiblesse qui pourrait être utilisée de manière trop perverse contre lui au point de lui ôter sa liberté. A la fin du discours, elle mentionna le groupe de la résistance. Ça ne plaisait pas à Riv', loin de là. A chacune de ses rencontre avec ce groupe il avait faillit ne pas en sortir vivant. De plus, il avait entendu des choses, vu d'autres, concernant certains membres et il était peu enclin à les vérifier. En y réfléchissant, une pensée le rassura, il n'avait pas eu vent de cette organisation depuis plusieurs semaines. Peut être avaient-ils abandonner la lutte ? Bien que conscient d'une telle absurdité, il s'en contenta pour se rassurer un instant.

Que pouvait-il dire d'autre ? En ajouter plus, demander plus d'informations pourrait le catégorisé comme un larbin, un admirateur qui essai de faire ses preuves. Jamais il ne tolérerait que l'on pense ça de lui. Non, jamais. Il pouvait aussi bien parler de ses pouvoirs pour inciter les autres à faire de même. Mais dans le cas ou la vague des confessions ne suivrait pas, il se serait mit à nue pour rien. Dans tout les cas, il ne pouvait réagir de manière efficace. Pour ces raisons, il se contenta de faire une moue dubitative accompagnée d'un grognement afin de montrer qu'il avait écouté, sans être encore totalement dévoué. Du moins, en apparence ..



[Excusez mon retard, en plus pour une réponse aussi légère que celle-ci, je suis vraiment navré. Au suivant !]

......................................................
Personnage principal: Owen La Charogne - Ordure De Première, Gradé de l'armée
Personnage Secondaire: Luxel Praesidium - Divine Archange, Sublime Et Terrible, Membre De La Résistance
Troisième Personnage: Riwallon III De Rostrenen alias Riv' - Ombre meurtrière, assassin pour l'Ombre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2155-riv-le-loup-noir-validee
Vostok Muir
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 28

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Lun 24 Jan 2011 - 22:33

[hrp : je ne sais pas ce qu'il s'est passé avec Alexander mais comme je le vois en invité, j'en profite... ça règlera plusieurs choses à la fois]

Feu vert, aucune protestation. Rien ! Parfait, on ne perd pas de temps ici. AH AH AAAAH ! Un grand sourire carnassier aux lèvres, Vostok passe en mode bidoche. Deux enjambées pour coller au corps de l'agneau sacrificiel. Rouge est la couleur royale, c'est avec elle qu'on peint les murs ! Mais l'autre est agile, il a l'oeil vif et le cheveux luisant, il sent la menace !
Vostok bloque le poignet de sa cible d'une manchette sèche pour l'empêcher de dégainer. Sa voix prend des intonations mécaniques, comme s'il venait d'éveiller une intelligence artificielle malfaisante au fond de sa cuve à mazout.

- Je ne dois pas blesser les humains. (Il lui présente l'autre moitié de sa mâchoire ; le bas de sa dentition de cinglé.) Excessivement.

Le démon n'est pas un dur. Mais il est complètement cuit. Ce qui, d'une certaine manière, le classe dans la catégorie des cogneurs. Son coude cerclé de métal remonte contre la poitrine du coquet. Plus rapide mais moins fort, il lui écrase son pouce entre les sourcils et enchaîne directement par un coup de genou dans les parties. L'autre se défend ! Une frappe de droite et une ruade dans les brancards qui manque de les envoyer tout les deux rouler par terre comme des ivrognes.

- Aaah. Te débats pas sinon je prends tout !

Il comprime ses phalanges autour d'un avant bras, replie les jambes et se détend d'un coup pour expédier son adversaire contre le mur. Le choc l'étourdit. Un peu. Puis d'un revers bien senti, une lame jaillit de nulle part et trace un sillon rubicond sur une peau sale.

Vostok sourit. Sa joue entaillée sur toute la longueur suinte du Fluide. Il s'en barbouille avec délectation et cogne encore plus fort ! Le poignard se fiche dans sa cuisse. La belle jambe ! Il s'en débarrasse en cassant le manche, laissant la lame prise dans ses chairs. Puis il frappe encore et se marre, ce massacreur déglingué, lorsque son poing fait sauter une des molaires de cette mignonne petite gueule. La dent ricoche sur le sol.

- Touchez pas, elle est à moi !

Mais ce n'est pas fini. L'autre en face tente encore de négocier la passe. Quelques entrechoquements d'os et de tendons plus tard, Vostok l'a complètement acculé dans un angle. Il savoure. Il veut prendre son temps, c'est évident.
Il encaisse encore deux impacts sourds sur l'épaule qui lui engourdissent le bras et reçoit un mollard sanglant entre les yeux au moment où il se colle contre lui. Un. Le bras. Clac ! Il hurle. Deux le genou droit. Crac. L'autre se plie en deux. Trois la mâchoire (encore !). Pic-pac, font les dents qui dégringolent lorsque le clapoir du blanc-bec s'écrase sur le bureau.

Trois incisives et une molaire. Vostok pourrait s'estimer satisfait mais il y a trop de rouge dans cette danse pour s'arrêter en si bon train. Attrapant les cheveux de sa victime entre ses doigts tâchés de sang, il lui relève la tête et la renvoie donner du dentier contre l'angle d'un bureau.

- VLADI ! VLADI !

Paf.. paf… paf… encore ! Et encore, jusqu'à ce qu'un craquement sinistre mette fin à la séance. Déçu, le démon relève le cadavre à la nuque brisée. Le nez épaté, s'est enfoncé vers l'intérieur et l'une de ses pommettes s'est écrasée, déformant complètement son visage. Pas aussi beau qu'avant.

- Bon j'ai changé d'avis. Finalement je me contenterai d'un godet d'huile.

S'essuyant les paumes sur son pantalon, il retourne prendre place en boitillant légèrement près de son fusil juste à temps pour entendre "rafler la résistance". Sans hésiter, il opine :

- J'en suis.
Revenir en haut Aller en bas
VulCan Nollan
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen/bon
Nombre de messages : 11

Profil du personnage
Armes portées: -
Pouvoirs maitrisés: -
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mar 25 Jan 2011 - 12:59

[Il à demandé suppression de son compte. Sorry... J'arrive vraiment pas à RP donc c'pas si bon que je voudrais...]

VulCan avait honte de l'avouer, mais à cet instant son enveloppe corporelle d'animal lui paraissait être un don du ciel... Ce n'était pas seulement le fait que cette scène qui paraissait toute droit venue d'un film d'horreur ne lui déclenchait pas même la plus petite des nausées, mais plus le soulagement de savoir que un animal de sa taille devait paraitre bien moins intéressant à côté d'un homme qui résiste, qui craque, qui hurle... Sauf si subitement l'autre sociopathe décidait de ranger ses nouveaux jouets dans un sac en peau... Le vison poussa un soupir avant de se faire un peu plus petit sur l'épaule de Riv' et de détourner le regard de la scène... Tout ce sang lui donnait horriblement... Faim...

Plus loin une autre personne supportait bien mal la petite mise en scène, en fait Noa^m n'avait au début fait que détourner le regard, gardant à l'esprit l'ordre qui lui avait été donné de venir et d'écouter ce qu'il se dirait pour aider le groupe... Mais malgré ça il n'avait pu supporter le spectacle jusqu'au bout et avait quitté précipitamment la pièce au grand plaisir de Rika qui n'avait pas bronché.

En fait la vampire avait apprécié ce qui se jouait devant-elle. Enfin quelqu'un qui agissait au lieu de parler, qui n'avait pas peur de se salir les mains. Elle en avait connu tellement de ces froussards qui rejoignent l'Ombre en quête de sensation forte et qui se mettent à pleurnicher dès qu'il faut taper un peu... Rien que pour ça elle adressa un léger sourire à Vostok, ayant visiblement retrouvé une meilleure humeur. L'air qui était maintenant saturé par l'odeur de sang frais ne la dérangeait pas le moins du monde... Après tout un humain ne devient pas cinglé après avoir senti une assiette de son plat préféré, pourquoi en seraient-il différent pour les vampires..?

En fait, celui qui supportait le moins cet odeur était la boule de poil qui trépignait maintenant d'impatience du haut de son perchoir... Il ne fallut pas plus de deux minutes pour qu'il perde patience et saute sur le plancher pour se diriger vers le corps... Avant de se rendre compte de ce qu'il venait de faire et se figer... Il feula en direction de Riv' comme si c'était sa faute et pour se donner un semblant de contenance, puis il se tourna vers la nouvelle... "Chef", le museau froncé pour lui signaler son mécontentement


-C'est une perte de temps...

Cracha l'animal, fixant la jeune femme avant de se tourner vers la porte... Si c'était tout ce qu'ils avaient à lui proposer il aimait autant quitter...

......................................................

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2159-vulcan-le-vison-possede-valid
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mer 26 Jan 2011 - 9:07

HRP : @ Ayu : je tenais à préciser que ce n'était pas contre toi, mais contre le personnage.
Que veux-tu, Graëchen n'est pas des masses tolérante, et en plus elle sait pas trop quoi faire d'une bestiole insolente...
De plus, le ton du message montre une certaine haine contre "tous ceux qui sont dans la pièce" et ça se retourne contre VulCan.

@ Meli : T_T Mon serviteur...


Des adolescents prépubères. Voilà ce qu'ils sont. Entre le débile psychotique qui massacre tout le monde, le rat qui parle, Edmond qui veut se suicider dans les bras du débile psychotique... À la rigueur la métamorphe tenait la route. Elle ne bougeait pas. Elle ne faisait pas trop de bruit. Alexander était complètement hors d'usage. Dommage pour lui. Je n'avais rien contre lui, pour le moment. N'empêche que le débile psychotique était sérieusement atteint. Premièrement il était dangereux, mais à priori pas pour moi. Le tenir à l'oeil. Le surveiller. Le tuer en premier. Mais avant, profiter de ses services. Deuxièmement, il avait demandé un simple "doigt" ou un simple "oeil". Alexander était loin d'être aussi intact. Je n'avais même pas envie de regarder.

Edmond pour sa part était parti vomir son petit déjeuner dans une corbeille. Pour une fois j'aurais été presque tentée d'être sympathique avec lui.

C'était compliqué de satisfaire tout le monde. Il y avait le débile psychotique qui voulait juste un plan, et je pariais que même mal ficelé il en serait. Il y avait la métamorphe qui voulait juste que quelqu'un vienne la voir, ce que j'avais fait. Maintenant elle voudrait des actes, comme tout le monde. Il y avait celui qui m'agaçait assez pour que je veuille l'oublier qui lui ne voulait que... Et bien une sécurité d'être protégé par l'Ombre, ce qu'il avait. Ce qui m'énervait, me mettait hors de moi, c'était de les voir attendre que je fasse tout dans le bon ordre, mais vite. Je ne pouvais pas enchaîner sans convaincre ceux qui restaient. Je ne pouvais pas enchaîner s'ils ne réagissaient pas au fait que j'avais une alliée dans l'armée. Mais ça c'était supportable.

Et puis il y a eu le Rat. Mon dieu ! (Et je ne suis pas croyante !) Ce que j'aurais voulu l'empailler encore vivant ! Ce que j'aurais voulu l'empaler avec un des os d'Alexander. Ce que j'aurais voulu vider le chargeur de l'arme de Melicerte sur sa fourrure ! Ce que j'aurais voulu en faire une écharpe ! Je le haïssais. Une perte de temps ? Une perte de temps ?! MAIS CASSE-TOI. DISPARAIS ! J'ai pas besoin d'un rat à moitié crevé pour vaincre l'armée ! De toute façon je pourrais te confier quoi comme mission ? "Faire ta toilette ?" Mais je m'en occuperais moi-même quand tu feras partie de mon manteau sale bête !

J'ai simplement regardé la métamorphe et ai dit :

- Pouvez-vous nous faire entrer dans leur QG ?

Après tout, elle pouvait prendre leur apparence et ouvrir grand les portes. En fait, mon plan A était basé sur elle. Après tout je la connaissais un peu mieux que les autres. Etant donné qu'Alexander était mort (ou mourant...) et qu'Edmond allait mourir auto-éviscéré . Parlons-en d'Edmond. Il avait fini de vomir, mais était clairement écoeuré par le spectacle. Ca n'était pas quelque chose pour un enfant. J'aurais bien échangé Edmond contre Edgar... Mais il sentait bien que je n'allais pas bien. Il savait voir la fureur dans mes gestes. Il avait l'habitude. Combien de fois il en avait été victime ?

J'ai remarqué la disparition du gamin.

- L'enfant qui vient de partir... Qui veut le prendre avec lui ? Pareil pour Edmond. Je veux qu'ils soient encadrés.

J'avais de bonnes raisons. Je préférais que Noâm ou Edmond meurent à la place du débile psychotique et le type qui m'agaçait fortement, qui étaient respectivement Vostok et Riv'. C'était moins moralement acceptable, mais plus tactiquement utile.

Surtout ignorer le rat. Ou il partirait, ou il rentrerait dans le rang. S'il partait pour son estime, tant pis. S'il restait, il serait obligé de faire quelque chose de bien pour que je daigne le regarder à nouveau. En attendant, je devais faire de mon mieux pour le snober.

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Riwallon III De Rostrenen
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Convenable.
Nombre de messages : 24

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Lun 7 Fév 2011 - 18:44

Le loup appréciait le carnage à tel point que Riv' dû se concentrer de toutes ses forces pour empêcher la transformation. Seulement, il savait bien que le plaisir de cette boucherie irréfléchie n'avait pas la même origine. Pour l'esprit, il s'agissait de la destruction du mal. Il suivait Riv' pour être en accord avec son hôte humain mais sans plus de convictions. Alors que pour le tueur psychopathe, la jouissance venait du fait qu'il avait un allié extrêmement utile et qu'un rival venait de perdre la vie. De plus, il avait pu assister à ce qu'il appelait "l'élévation", la disparition de l'âme du corps d'un mourant. Une bien belle première réunion. Tout ce qui le faisait vivre était présent, âmes démoniaques ou non, morts, souffrance, haine et puissance.

Bien sûr, quelques détails n'étaient guère à son goût. Tout d'abord, la cruauté fascinante et inquiétante de la nouvelle chef de l'ombre. Si elle avait sacrifiée l'un de ses fidèles sans la moindre hésitation, qu'en serait-il pour lui le moment ou elle l'estimerait inutile ? La réponse était simple. Prouver sa valeur, gagner sa confiance. Faire sentir que sa présence était indispensable et le moment venu, retourner sa veste et frapper le premier.

Il y avait donc en jeu l'attaque de la résistance et la trahison d'un membre de l'armée qui devait être d'un grade important pour être utile. Également la "prise en charge" d'au moins un membre aux compétences plus que douteuses. Tout semblait mélanger, flou. Cela ne semblait en rien changer l'enthousiasme du démon majeur. Il n'y avait rien à demander de plus. C'est ce qu'il estima, car même lui, avec un tel groupe dans une telle ville, ne pouvait guère faire plus en aussi peu de temps.
Il prit donc la parole en évitant de demander plus de concret qu'il ne l'avait déjà fait pour ne pas paraître dépendant de quiconque:


" Soit. Tu peux me compter dans les rangs de l'Ombre mais je ne suis guère enclin à prendre une larve, quelle quelle soit, avec moi dans une mission."
coupa-t-il sèchement pour signifier que sa décision était ferme et définitive.

Il n'en dit pas plus. L'essentiel était dit. Les évènements étaient en marche. A lui d'être attentif et le plus malin.

......................................................
Personnage principal: Owen La Charogne - Ordure De Première, Gradé de l'armée
Personnage Secondaire: Luxel Praesidium - Divine Archange, Sublime Et Terrible, Membre De La Résistance
Troisième Personnage: Riwallon III De Rostrenen alias Riv' - Ombre meurtrière, assassin pour l'Ombre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2155-riv-le-loup-noir-validee
Vostok Muir
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 28

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Lun 7 Fév 2011 - 21:35

Vostok a vraiment eu l'air de kiffer son dernier carnage. Tellement qu'il s'en étire avec exagération, aspirant une de ces grandes bouffées d'air régénératrice qui voudraient nous faire croire qu'on est au Tibet.

A ce stade, il pourrait tout aussi bien entonner une prière à la pluie ou une danse des esprits. Mais comme le démon tient plus du combat entre l'homme et la machine, il a pour l'heure des préoccupations nettement plus prosaïques.
Il ne fait visiblement rien pour arranger sa blessure qui suinte. Sa main droite encore poisseuse de matières cérébrales molles glisse le long d'une des lanières de son baudrier jusqu'à atteindre l'objet désiré : une petite canette sombre. Il agite les doigts pour expulser quelques gouttelettes de sang.

Adressant un clin d'œil au mioche occupé à se vider les tripes, il décapsule d'un coup de pouce et renverse la tête en arrière. Le liquide froid et visqueux qu'il déglutit à larges goulées ne ressemble à rien de commun… à l'aspect des trainées qui débordent le long de sa gorge, on dirait de l'huile de moteur. A l'odeur, on dirait bien de l'huile de moteur.

En fait, c'est de l'huile de moteur. Raison sans doute pour laquelle il ne paye pas sa tournée.

- Quelqu'un en veut ?

Enfin c'est sans compter sur le fait qu'il est cinglé. Adressant un sourire gras à la cantonade, il se retourne à califourchon sur le bureau pour fixer sa lentille ronde sur le visage sombre du mec en noir. Tout noir d'être l'ombre au tableau. Tellement noir qu'il a du mal à le remarquer.

- Hey quoi mec, les limaces ça te servirait pourtant. On a toujours besoin d'un démineur dans la vie.

Ah ! Une bonne idée ça. Les mines ont tendance à être tellement sournoises… La dernière fois que s'est arrivé, Vostok est littéralement parti en charpie. Il était lancé, poignée en butée et cheveux aux vents et soudainement -VLAM- l'accident bête. Six heures d'absence avant de cligner des yeux dans la lueur d'une aube humide. Il était tellement abîmé qu'il a fallut qu'il se rafistole avec un morceau de carrosserie… celle de la bécane qu'il chevauchait avant d'exploser.
Ceci étant dit, si y'a moyen d'éviter ça la prochaine fois ça serait pas plus mal. Avec un petit bout de viande à agiter devant soit comme un fétiche de protection, ça ferait l'affaire. En temps normal, il n'aurait pas l'ombre d'un scrupule mais là en plus, c'est l'amazone qui invite à se servir alors y'a vraiment pas de raisons d'hésiter.

- Okay, on se partage les suppléants. Je prends….heu toi !

Son index vient de se pointer tel un reptile par-dessus la canette en direction du gamin plein de bile aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
VulCan Nollan
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen/bon
Nombre de messages : 11

Profil du personnage
Armes portées: -
Pouvoirs maitrisés: -
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Lun 7 Fév 2011 - 22:31

Rika commençait à se lasser de toute cette mascarade... Elle était venue dans l'espoir d'être l'un des témoins privilégiés de la renaissance de l'Ombre et à la place elle se trouvait face à un taré, une bestiole qui tomberait au premier coup de pied et des gosses... Vraiment... C'était magnifique...

-C'est donc tout ce qu'il reste de nos membres? Vous avez oublié votre fierté d'Ombre? Pour ma part il est hors de question que je traine ce nom dans la boue alors qu'il reste encore tant de parasites à éliminer...

VulCan lui était en train de partir et se figea en entendant ces mots. Il se dressa sur ses pattes arrières, scrutant le visage de la blonde dans l'attente du moment ou elle allait balancer un "je plaisante" ou se mettre à rire... Mais son visage grave était on ne peut plus sérieux... Le vison n'aurait jamais cru rencontrer quelqu'un d'aussi passionné... Et ça ne lui plaisait pas spécialement... Il détestait ce genre de personne... Toutefois cette déclaration passionnée avait eut le mérite de calmer l'animal, qui, oubliant qu'il comptait partir sans se retourner était repartit se coucher au pied de Riv en attendant la suite, si suite il y avait. Et justement, la blonde avait reprit, sur un autre ton cette fois...

-Je prends le gamin, mais au moindre faux pas je le vide de la moindre goutte de son sang...

Cette fois l'animal était amusé... Eh bien il semblerait que la vampire ne soit pas si parfaite qu'elle en avait l'air... En même temps, si VulCan n'avait pas été coincé sous forme visonesque il aurait sans problème admit qu'un truc aussi petit ne pouvait être utile... Sauf que son lui (ou plutôt elle) humain était trop nul pour intégrer n'importe quel groupe... Bref, leur toute nouvelle chef voulait que Blondie les fassent entrer dans le QG de la résistance... Ah s'il avait pu le vison aurait eut un grand sourire... C'est que lui savait ce que visiblement les autres ignoraient...

-Le temps de me procurer le code d'ouverture qui bloque l'une des doubles portes et de voler l'identité et l'apparence de l'un des leurs et ça sera fait...

Le vison eut un petit rire avant de se redresser... Il avait bien envie de les laisser aller se casser les dents sur le tas de cailloux qui se tenait à la place de la cachette de leurs ennemis mais il se décida finalement à parler...

-Impossible... Le bâtiment à exploser, il n'en reste rien...

Il marqua une pause, observant le visage de chacun en se demandant comment ils allaient prendre la nouvelle...

-Mais je sais où les survivants se cachent à présent. Les rats sont partis vivre sur mon terrain de chasse préférééé. Mais les visons sont de bons chasseurs!

......................................................

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2159-vulcan-le-vison-possede-valid
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Mer 9 Fév 2011 - 19:48

HRP : Je voulais préciser tout de suite que suite à une incompréhension générale de ma part et de la vôtre, cette situation où Graëchen est injustement ridicule est aussi bien de ma faute que de la vôtre. Alors, plutôt que de vous taper un scandale pour vous expliquer ma vision de la vie... Je propose juste de faire comme si rien ne s'était passé. Cependant, pour que tout fonctionne correctement et que Graëchen ne perde pas toute crédibilité (donc tout intérêt à mes yeux), je vous déconseille de PROUVER quelle se trompe. Si vous ne vous engagiez pas à respecter ceci, il y aurait des représailles, EN et HORS RP.

Le rat était méprisable. C'était le seul à n'avoir rien compris. Tant pis pour lui, j'aurais préféré qu'il parte de lui-même, mais j'avais trop envie d'en faire un paillasson pour le laisser fuir. Cependant, hors de question que je me salisse les chaussures à la tuer... Edmond le ferait à ma place. En plus, les sales bêtes dans ce genre, ça mordait. En plus, si celle-la avait la prétention d'appartenir à l'Ombre, c'était qu'elle avait de bonnes dents. Bordel, pourquoi les rares psychopathes de cette fichue ville (ou cette ville fichue ? hu hu) devaient être des gamins, des types en kit démontable ikéa* ou des rats ?

* concernant Vostok (le kit démontable ikéa) :
Ceci est anachronisme volontaire. Techniquement GraËchen n'est pas encore au courant des habitudes suédoises de Vostok, mais pourtant j'avais envie de donner des dénominations bien pourries à tout le monde (principalement à Vostok, puisque c'est quand même pas une lumière...). Voilà.

Edmond serait confié à Vostok. Ainsi soit-il. Ca lui mettrait du plomb dans la tête (j'espérais juste que mon petit frère ne ferait pas d'overdose), ou dans l'aile*. Quoi qu'il en soit ce serait forcément une bonne chose. Et puis si jamais Edmond mourait, je ne serais pas (totalement) responsable.

* concernant le plomb dans l'aile d'Edmond :
Au final ce sera Graëchen qui lui tirera dessus. Vous vous en fichez car ça ne fait pas avancer le schmilblick mais bon, c'est ironique.

Mais le rat... C'était un problème. Alors j'ai abattu une carte mystère. Le déni. Hors de question que je reconnaisse que suite à des soucis de communication, je passe pour une idiote. Hors de question. Alors, il ne se serait rien passé, jamais, et ceux qui oseraient me démentir auraient à faire avec le kit démontable humain (démoniaque ?).

- Il faudrait suivre. Je parlais de l'armée...

Et cette fois, à l'attention de la blonde.

- Tu travailleras avec Aloïs...

Pause.

- Il n'a pas pu venir, mais c'est un très bon espion. Il te fournira les codes.

Il n'avait pas "voulu" se bouger le cul surtout !

* * * *

Zoomons un instant sur la réaction d'Edmond à savoir qu'il "vivrait" avec Vostok : en fait, il se décomposa tellement qu'on pourrait difficilement arriver à dire s'il était mort et froid, ou s'il était juste en état de catatonie grave... J'aurais plutôt penché pour un remix des deux... J'ai cru qu'il allait tomber dans les pommes... Pauvre gosse. En même temps, il aurait dû s'y attendre et fuir... S'il protesta, ce fut tellement silencieusement que je n'entendis pas ce qu'il murmura... Ses lèvres étaient glacée, son front brûlant, ses mâchoires serrées. Edmond était en train de tomber malade d'un coup. Comme si toutes les maladies du monde lui étaient tombées dessus en même temps, c'est-à-dire maintenant.

* concernant les maladies :
dommage pour Melicerte, le seul truc qui aurait pu tuer Edmond aurait été d'apprendre que sa nourrice s'appelait Vostok Muir ET que Graëchen était homosexuelle. Encore raté.

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Riwallon III De Rostrenen
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Convenable.
Nombre de messages : 24

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   Sam 19 Fév 2011 - 1:31

La prison charnelle d'un loup enragé ressemblait de plus en plus à une cage de verre. Facile à briser. La liberté de choisir, de tuer était à porté de patte. Quant à l'homme, il oubliait de plus en plus le monde réel. Pourquoi était-il là ? Qui étaient ces gens ? Que voulait-il faire à l'origine ? Tout était si flou. Le contrôle, il ne l'avait presque plus. Du moins pendant un instant. A chacun de ces moments, il était incapable de dire si son mal-être était visible et la durée de ce dernier. Le principal était qu'il avait réussi à gagner encore un peu de temps. Il écoutait la sombre représentante de l'Ombre, sans vraiment comprendre l'ensemble du discours. Tout était mélangé dans son esprit. Il lui avait même semblé, un instant, que VulCan avait prit la parole. Oui, tout s'expliquait. Voilà pourquoi le loup avait réagit si soudainement. Il avait ressenti, tout comme Riv', les sentiments de la bestiole. Sans oublier, le sentiment qui avait dû monter comme un coup de feu en lui, brisant, déchirant ses artères et libérant une hémorragie incontrôlable de Haine.

Il avait parlé, s'était imposé, avant mesuré ses paroles, mérité l'attention de l'assemblée, pour se voir ignoré totalement quelques secondes plus tôt. Autant dire que réagir de la sorte face un individu tel que lui était l'arrêt de mort de la probable future coopération entre l'Ombre et l'assassin. Cependant, l'avouer ne lui était pas possible. Il se ferait tuer dans la minute. Garder le contact avec plusieurs membres était absolument nécessaire pour sa survie.
Tout en se dominant le plus possible il dit froidement à l'assemblée:



" Bien, J'ai autre chose à faire, mon temps est trop précieux pour perdre une seconde de plus. "


Sans rien ajouter de plus, il se dirigea vers la sortie la plus proche. Une fois dehors, la première chose qu'il fît, fût d'allumer une énième cigarette. Non, il n'en avait pas fini, malgré ses mots, il voulait plus que tout interpeler la jeune femme qui l'intriguait tant, une fois que cette dernière serait, elle aussi, sortie de la pièce.

......................................................
Personnage principal: Owen La Charogne - Ordure De Première, Gradé de l'armée
Personnage Secondaire: Luxel Praesidium - Divine Archange, Sublime Et Terrible, Membre De La Résistance
Troisième Personnage: Riwallon III De Rostrenen alias Riv' - Ombre meurtrière, assassin pour l'Ombre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2155-riv-le-loup-noir-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CLOS] Remaniement... [17/12]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] Remaniement... [17/12]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti: Remaniement ministériel ...
» Remaniement ministériel en Haiti...
» Remaniement Ministériel, qui prend les décisions ?
» Remaniement des sections des équipes de la NHL
» Le bal du clos aux lys - j'veux pas y aller tout seul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archive du RPG-
Sauter vers: