Partagez | 
 

 [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aloïs Doe
Arracheur d'entrailles

avatar

Niveau de RPG : Moyen
Nombre de messages : 241

Profil du personnage
Armes portées: Un couteau de cuisine à large lâme.
Pouvoirs maitrisés: Dématérialisation. Peut traverser toute surface (sauf les métaux) Se rematérialiser à l'intérieur de quelqu'un blessera l'attaquant et l'attaqué..
Particularités physiques actuelles: Une mèche de cheveux plus courte que les autres (merci Cassandre)

MessageSujet: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Sam 12 Fév 2011 - 1:05

(HRP: Si besoin de changer un détail, le titre ou n'importe quoi ne pas hésiter à me MP ou me contacter via msn)

Ils y étaient, ce fameux lendemain de fête ou les trois quart des soldats étaient sensés être torchés au possible après une soirée bien trop arrosée et ou le quart restant chercheraient à leur faire la peau...

Bref, ça faisait 15 jours que Graëchen était venu l'honorer de sa présence pour lui confier une petite mission d'une simplicité enfantine. Récupérer des codes, rien qui ne soit pas à la portée du premier crétin venu... Du moins si ces codes n'avaient pas été ceux de la prison qui bordait la ville de Heaven... Mais en plus il n'aurait même pas l'occasion de voir sa soeur réclamer une petite visite guidée puisqu'elle avait revêtu son déguisement de... De truc invisible... La journée avait bien mal commencée...

Les raisons de la mauvaise humeur d'Aloïs avait un nom: Rika... Il avait rencontré la vampire quelques temps avant dans le but de se faire une "opinion". Il n'avait pas mit très longtemps à s'en forger une... Il ne l'aimait pas... Et c'était réciproque... C'était une vraie chienne... Dans le sens toutou fidèle dévouée à son maitre... Et comme tout bon chien elle se sentait obligée de montrer les crocs à quiconque ne respectait pas son maitre... Aloïs s'était vu reprendre une bonne dizaine de fois avant de décider de se taire, complètement blasé... Ce qui lui avait permit de se plonger dans un débat interne des plus intéressants dont le but était de savoir si le fait que Lassie (Rika) ait les crocs aussi pointus étaient du à son caractère animal ou s'il devait éviter de chercher à savoir et s'efforcer de rester intouchable en sa présence...

Parlant de Rika... La vampire avait passé toute la semaine précédente à traquer une soldate dans le but d'en apprendre le plus possible sur elle avant de lui emprunter son apparence. Elle aurait sans doute pu se contenter des informations qu'elle apprendrait en buvant son sang et en se transformant mais quant il s'agissait de l'Ombre, elle devenait perfectionniste à un point extrême.

Sa proie avait été une soldate âgée de la vingtaine, toute jeune recrue pleine de zèle, dévouée à sa cause... Le parallèle avec sa propre personnalité l'avait amusée, ce qui ne l'avait pas empêchée de vider la jeune femme de son sang et l'envoyer reposer dans l'océan comme la plupart de ses autres proies... C'est qu'elle avait en plus la gentillesse de partager avec les poissons.

Elle avait été ravie ce jour là de mettre ses talents au service de l'Ombre. Elle avait enfin l'impression d'agir... De tourner la page sur ces mois et ces mois d'inactivité à espérer que les choses changent et qu'ils puissent donner une bonne leçon à ces soldats qui tentaient d'imposer leurs méthodes dans la ville. Son regard glissa vers Aloïs qui s'éloigna aussitôt en lui lançant un regard mauvais, peu désireux d'essuyer un nouveau sermon, la vampire secoua la tête l'air navrée... Elle aurait bien tué ce gamin prétentieux aussi pour avoir ridiculisée plusieurs fois l'Ombre et avoir manqué de conviction quant à l'avenir du groupe, mais il était sensé leur être utile alors elle se contenterait de le remettre sur le droit chemin autant de fois qu'il lui faudrait le faire...

......................................................

Revenir en haut Aller en bas
http://heaven-rpg.forumactif.fr/t2332-alois-doe-validee
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Sam 12 Fév 2011 - 20:04

L'armée ; le premier janvier 2011 ; 14h38 (heure de ma montre).

Nous voilà devant les "locaux" (la forteresse !) des soldats. Je ne sais pas pourquoi, je me sentais intimidée par cette imposante bâtisse entourée de barbelés. Mais bon, à force de rester de l'autre côté de la rue, à fixer le bâtiment, j'allais nous faire remarquer ; il fallait que je me décide maintenant. Ou je rentre, ou je fais demi-tour. J'ai hésité... Regardé ma montre. 14h39 et trois secondes. Allez, quand l'aiguille des secondes sera sur le dix, je me décide. 14h39 et dix secondes. Je relativisais. Après tout, je ne pouvais pas perdre la face comme ça. J'ai donc traversé la rue, bien à l'abri des regards indiscrets, cachée sous le masque de cette soldate cachée : Sick. Un nom étrange, soit dit au passage. D'après ce que je savais sur elle, elle faisait partie de l'armée sous le nom de Zetch Wonderfullysick (un homme de vingt et un an) qui, suite à une attaque vivait reclus sous un masque de tissus. Personne ne connaissait sa tête. Certes, tout le monde le remarquait, puisqu'il ne portait pas l'uniforme réglementaire, mais personne ne l'ennuyait : il avait la gâchette facile. Et ça, j'avais failli (Vostok, mon sauveur ! Je suis tombée bien bas...) le découvrir par moi-même. Autant dire que même sans code, mot-de-passe, ou je ne sais encore quel signal de fumée, je pouvais entrer dans la base quand je voulais. Personne, normalement ne viendrait ni me parler, ni me déshabiller (apparemment j'avais été la seule à foutre Zetch à poil) pour vérifier quoi que ce soit.

À mes côtés, mon "cher petit frère Aloïs" et Rika, la métamorphe transformée en soldate. Nous pourrons rentrer toutes les deux sans dommage ; en revanche, Aloïs devrait se démerder tout seul comme un grand pour rentrer. Avant d'arriver trop près de l'entrée, je n'ai pu retenir un petit soupir censé expulser mon stress... Sans grand succès.

- C'est parti.

Passant devant l'unique femme postée en garde, je ne lui fis aucun signe et passais devant elle comme si je faisais ça tous les jours, car après tout, j'étais censée faire ça tous les jours ! La femme, à défaut d'être aussi alcoolisée que je ne le redoutais, était avachie sur une chaise à l'intérieur de sa petite case. Elle nous jeta un vague coup d'œil désabusé, apparemment frustrée de devoir quitter des yeux sa revue (Femme actuelle ? Décevant...). Elle avait l'air fatigué. Soit, nous voilà, Rika et moi, à l'intérieur. Aloïs avait deux solutions, passer comme si de rien était devant elle (en se baissant ?) ou alors contourner par l'arrière en passant par le mur.

Edmond avait beau avoir essayé de nous créer un système de triangulation GPS, il n'avait rien pu faire de mieux que rien... Le GPS nécessitait un satellite et il était hors d'Heaven, du coup, on n'y avait nullement accès. Si on avait accès à un semblant d'internet, c'était grâce à un système propre à la ville, le téléphone, pareil... Mais le satellite, on en pouvait pas le construire et l'envoyer dans le ciel... Enfin... Ca voulait dire que Rika et moi devions retenir l'organisation du lieu pour faire un plan.

Pourquoi ne pas bêtement demander à Melicerte ? Parce que les plans qu'elle nous sortirait ne seraient pas forcément les bons. Aussi, si il y avait des fuites, elle se mettrait dans une position délicate. Et de toute façon, quitte à entrer dans le bâtiment pour obtenir les codes, autant en profiter pour capter le maximum d'informations à propos des lieux, des rondes, des gens, de la population, des armes, etc...

Après être passées devant la dame et sa "fascinante revue" nous nous retrouvâmes dans une cour recouverte de graviers roses sur du bitume gris. Heureusement que j'avais des chaussures de sécurité, j'aurais été d'humeur exécrable si j'avais dû abimer mes petites chaussures à tallons dans ce sable immonde. Tout droit, au milieu, une statue (mais pourquoi ils ont pris la peine de construire une statue dans cet endroit ?) et derrière, une porte. On irait là-bas, mais avant, j'ai pris à gauche. Pourquoi la gauche ? Je comptais visiter toute la bâtisse en tournant. Donc nous allions observer ce qui se passait à gauche, puis devant, puis à droite, et enfin, nous en aller. J'ai fait signe à Rika de me suivre.

À priori, rien de suspect sur les barricades extérieures, mais dans le doute, je préférais me taire et lui faire des signes presque imperceptibles pour la guider. Et dire que nous devions tout arpenter et tout retenir... Je comptais sur mon merveilleux quotient intellectuel pour m'aider, mais Rika ne serait pas de trop pour pallier à mes trous de mémoire. Aloïs aurait une perception différente mais tout de même utile.

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Rika Kagame
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : moyen
Nombre de messages : 151

Profil du personnage
Armes portées: Fils d'acier, presques invisibles et potentiellement tranchants selon leur utilisation.
Pouvoirs maitrisés: Métamorphose en n'importe qui ayant une apparence humaine (existant ou non). Mémoire du sang: Capacité à lire les souvenirs d'une personne à qui elle prendra l'apparence après avoir bu son sang.
Particularités physiques actuelles: A tendance ces derniers temps à modifier la couleur de ses yeux en bleus afin de ne pas attirer l'attention sur elle.

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Dim 13 Fév 2011 - 16:21

Rika s'était contenté de suivre sans un mot, jetant à peine un regard vers la femme qui s'occupait de "garder" l'entrée. La soldate dont elle avait revêtit l'apparence n'était pas du genre à parler à qui que ce soit, c'était d'ailleurs bien pour cette raison qu'elle lui avait emprunté son apparence. Il était bien plus facile ainsi pour elle de se fondre dans la peau du personnage plutôt que de simuler un comportement lui étant étranger.

Une fois les barricades passées, la vampire marqua une pause afin de sonder les environs, elle sentit bien la présence de Aloïs qui s'était décidé à utiliser ses pouvoirs pour passer discrètement et se dissimuler à l'aide du mur épais mais dans les environs immédiats elle pensait qu'ils étaient seuls, du moins si ses sens, grandement altérés par son état ne la trompaient pas.

Alors que la vampire pensait qu'ils allaient entrer directement dans le bâtiment, Graëchen lui faisait un signe discret l'invitant à emprunter une autre direction. Ce que fit la vampire à contrecoeur tout en rabattant une des mèches de ses cheveux devant ses yeux, sans doute dans le but d'atténuer quelque peu la morsure que lui infligeait le soleil...

Quelques mètres plus loin elle eut toutefois la satisfaction de voir les souvenirs affluer. Elle avait tirer la bonne pioche avec cette femme soldat, elle avait beau ne venir que pour la première fois ici, chaque lieux lui apparaissait familier, ça allait sans doute leur rendre un grand service, bien que la soldate ne soit pas gradée.

-Il n'y à visiblement rien qui puisse être utile de ce côté si les souvenirs ne me trompent pas...

Pas qu'elle veuille contredire sa supérieure, les souvenirs ne remontaient à la surface que en présence d'évènements déclenchant de toutes façons.(1)
En sondant les lieux une nouvelle fois elle s'aperçut alors de quelque chose d'assez ennuyeux...


-Il semblerait que mes sens soient altérés, ou bien que Aloïs soient parti de son côté...


Elle avait parlé à voix basse, bien qu'il y ait peu de chance que ses paroles soient entendus de ce qu'elle sache...


Spoiler:
 

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Mar 15 Fév 2011 - 23:51


[hrp : pour le moment je laisse Méli au placard. J'ai fait un petit plan sommaire des lieux histoire qu'on s'emmêle pas les pinceaux, dites moi si ça vous va :
Spoiler:
 
]

Grumph.

Une bonne onomatopée, un café noir bien serré, voilà ce qu'il faut pour bien commencer l'année. Mais la chance n'est pas égale pour tous. Et s'il y en a qui peuvent se permettre de rôder dans le réfectoire à cette heure indue, beaucoup d'autres doivent vaquer à leurs tâches avec l'allant de zombies sous acides.
Pour le premier jour des bonnes résolutions, un galonné plus givré que les autres a décidé qu'il était temps d'en mettre un coup. Et voilà qu'un quart des effectifs du S2AM est parti au petit jour en vadrouille en ville. Pour sûr que personne ne s'attendra à ce qu'ils déboulent un lendemain de fête !

Mais du coup la base est assez dégarnie. Une chance pour quiconque voudrait s'y infiltrer. Mais voyons, un peu de bon sens, personne ne viendrait s'attaquer à l'armée un lendemain de fête…

Restent donc principalement des gueules de bois, des gueules de papiers et des gueules d'éprouvette.
La petite bande du SRDP fricote entre le labo et son marché quotidien : les cellules de détention. Le reste des troupes s'amuse à ouvrir des nouveaux dossiers tout frais, tout bien cartonnés pour y écrire 2011 avec un marqueur tout neuf. Et vas-y que je te souligne ça méticuleusement à la règle avec la promesse que tout sera aussi net et bien mené cette année.

En fait tout est relativement calme. La fourmilière placide. Seul l'œilleton luisant et mobile des caméras disposées un peu partout peut témoigner d'une vigilance de tous les instants… mais qui sait dans quel état sont les gars de la tour des communications ? Fort à parier que la large majorité de ces geeks s'est régalée à coup de hentaïs et de concours de wii-mote (pas en même temps) toute la nuit. Mais ça n'en reste pas moins l'armée, on peut s'attendre à une certaine discipline…

Pour le moment donc, personne ne semble prêter attention à la paire de soldats qui vient de franchir le portail. La cour est pratiquement déserte jusqu'au moment où l'une des portes du réfectoire s'ouvre, livrant passage à une bande de gaillards pressés qui clignent encore des yeux dans ce qu'ils qualifieraient sans doute de "lueurs matinales".
La majorité s'empresse de rejoindre le gros bâtiment rébarbatif situé en face mais l'un d'entre eux s'arrête pour faire semblant de rattacher sa rangeo et glisser un coup d'œil au derrière de la jeune femme qui s'avance aux côtés de l'ombre encagoulée.

Il se rajuste, se redresse et les rattrape en quelques enjambées rapides :

- Hey Lamarque, bonne année ! T'es sortie hier ? Veinarde ! C'était bien ? Raconte…

Parce que même une militaire laconique peut avoir des connaissances de boulot. Celui-là a l'air survolté du genre à enchaîner les questions et les réponses à toute vitesse sans reprendre sa respiration entre ses syllabes saccadées. Le genre de débit haché qui ne laisse pas trop de place aux répliques, ce qui est bien pratique dans certaines circonstances.

- Ah, et le capt veut te voir.

Ça par contre, ça l'est moins. Le grand brun, plutôt athlétique dans son genre, redresse les épaules et inspire profondément cet air tout neuf de 2011. Sur son badge de poitrine, on peut lire caporal X.Guerpel. Un sous-off donc, et un des supérieurs de la seconde classe Lamarque. La jeune fille se rappellera sans doute de son côté dragueur lourd sur les bords et graveleux dans le fond.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Mer 16 Fév 2011 - 20:19

HRP : bon, on s'embrouille dans les tours, mais c'est pas grave ^^ Je tiens aussi à préciser deux choses : l'esprit de la pierre possède Graëchen et n'est pas comme Alyssa, à côté. Deuxièmement, toute parole entre guillemets est PENSEE. Toute parole précédée d'un tiret est PAROLE. Ceci est un peu court, mais que voulez-vous que je fasse, vu que je ne suis pas prise à parti... En fait, tant que G'y ne tombe pas sur Meli, je ne servirais pas à grand chose... Juste de longs monologues pour adopter définitivement le comportement de Gancheer.

"Lamarque ?" marmonna la petite voix violette dans ma tête.

* concernant la petite voix violette :
Je rappelle pour ceux qui n'auraient pas lu les RP "Assemblée Générale Extraordinaire" au lycée ou "Grog démoniaque" sur les quais, que Graëchen a trouvé une pierre imparfaite. La pierre de Jade. L'esprit qui la possède étant en quelque sorte, le "négatif" de Graëchen, cette dernière a eu l'aspect modifié. Elle a désormais les yeux rouges (et non plus bleus), et les cheveux blancs (et non plus bleus/blonds). En gros, comme sur l'avatar. Mais Graëchen est cachée sous les fringues de Sick, alors... Alors ce qui nous intéresse c'est la voix en elle-même. Cette voix, pour le moment, sera nommée de plusieurs façons : "la petite voix violette", "saloperie de dictateur chinois" (et oui, le politiquement correct est bien loin), ou même "Gancheer" (anagramme de Graëchen)... Ne soyez pas choqués.

"Marrant comme nom."

J'ai fait abstraction des remarques idiotes et inutiles de Gancheer, me retenant de lui préciser qu'un nom à la Bollywood raté, ça n'était pas mieux... Ca aurait été trop facile, et trop méchant. Elle aurait probablement répondu ce que répondent les gens en règle générale : "et toi, ton prénom à la "jeunesse hitlerienne" tu penses pouvoir faire ta maligne ?"... Et je lui aurais répondu ce que je réponds habituellement : "si tu sous-entends que les autrichiens ont dominé le monde et que j'en porte la trace, alors je suis flatée"... Et on aurait tourné en rond. Non, là, je préférais me taire et regarder la scène qui se passait devant moi.

Pauvre Rika prise à parti par ce type un peu lourdeau. Mais je n'allais pas me mouiller pour elle. CERTES, elle avait raison lorsqu'elle disait qu'il n'y avait rien à voir par là. Elle avait raison, et c'était elle qui payait. Délectable, non ? En tout cas, même si j'avais voulu lui voler en aide, je devais me taire. On me poserait trop de questions, et on ferait foirer mon plan machiavélique. D'ailleurs, j'ignorais toujours si l'armée savait que "Graëchen doe" correspondait à "Chef de l'Ombre" et à "Ennemie numéro Une". Il faudrait que je demande à Melicerte, si je la croisais. Et d'ailleurs, j'avais peur de la croiser, vu les "changements" physiques que je connaissais.

Je ne pouvais intervenir, et ne pouvais intervenir. Alors plutôt que de rester figée à côté d'elle et de me faire prendre à parti (probablement à l'aide d'un "tiens, ton copain du S2AM... Alors, comment ça se passe au pieu ?" auquel je ne saurais répondre que par une balle dans la tête...) j'ai continué de marcher tout droit. Bon. Même si je n'avais fait que quelques mètres, nous voilà, moi, Aloïs et Rika, séparés. Pas bon signe tout ça...

"Mais non..." m'expliqua Gancheer. "Ils sont tellement persuadés que rien ne peut arriver que même si tu te baladais toute nue devant leurs yeux, ils ne remarqueraient pas que tu les enfles."

Elle n'avait pas tort. Mais elle était trop sûre d'elle... Il fallait garder l'oeil ouvert. Et les deux yeux supplémentaires dont elle disposait ne seraient pas de trop...



......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Rika Kagame
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : moyen
Nombre de messages : 151

Profil du personnage
Armes portées: Fils d'acier, presques invisibles et potentiellement tranchants selon leur utilisation.
Pouvoirs maitrisés: Métamorphose en n'importe qui ayant une apparence humaine (existant ou non). Mémoire du sang: Capacité à lire les souvenirs d'une personne à qui elle prendra l'apparence après avoir bu son sang.
Particularités physiques actuelles: A tendance ces derniers temps à modifier la couleur de ses yeux en bleus afin de ne pas attirer l'attention sur elle.

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Sam 19 Fév 2011 - 12:04

Gagné... C'était donc l'option A qui se vérifiait... A savoir que ses sens étaient altérés par les rayons du soleil qui peinaient pourtant à traverser la barrière nuageuse qui couvrait le ciel... La vampire pesta une dernière fois alors qu'un troupeau de soldat dont elle n'avait même pas senti la présence sortait de... La vampire se concentra un instant... Se devait être le réfectoire. Ils avaient beau être méconnaissables et donc relativement protégés, se déplacer avec les mêmes facultés que l'humain moyen de base, c'était un peu comme si elle s'était baladée nue... Elle se sentait vulnérable... Comme si ce sentiment d'insécurité ne suffisait pas, l'un de ces imbéciles d'humain s'adresse à elle, enfin à la dénommée Lamarque, enfin, à celle qu'elle est devenue...

La vampire ne lui répond que par un regard glacial... Oh de ce qu'elle sait l'autre ne devrait pas trop s'en formaliser, la dénommée Lamarque étant coutumière de ce mode d'expression... Va-elle cependant se farcir à tout les coins de couloirs ce genre de crétins? Elle qui avait veillée à choisir une proie sans trop d'amis ou de connaissances pour se soucier d'elle... Alors qu'elle sonde la mémoire de ce tout nouveau corps à la recherche d'autres indices, une furieuse envie de lui arracher la gorge avec les dents et de lacérer son corps préalablement mutilé avec les ongles lui prends... Bingo, la vampire n'était visiblement pas seule à éprouver de l'aversion face à ce type... Lentement elle s'approche de sa proie, bien décidée à le faire taire à tout jamais quand tout aussi soudainement la raison lui revient...

La vampire s'arrête, s'appliquant à garder un air naturel sur le visage... Lui extraire chaque goutte de son sang immonde serait pourtant un excellent moyen d'obtenir des infos... Mais truffer leur chemin de cadavres ne seraient pas non plus très discret... La vampire pousse un soupir agacé qu'elle espère naturel tout en répondant finalement:

-Très bien j'irais... Juste après...


Est-elle sensée courir directement voir le capitaine comme un brave toutou? Elle n'en sait rien... L'armée tout ça... Elle n'y à jamais mit une patte... Tant pis, elle s'éloigne et rejoint sa chef qui elle n'a pas été ennuyée... Quelle chance...

Revenons maintenant à Aloïs.

Rika avait eut raison quand elle avait suggéré que le jeune garçon les eut quitté un peu plus tôt. En fait dès le départ il n'avait pu suivre, il aurait du se cacher soit dans le mur de l'enceinte qui n'était pas assez épais pour, soit se déplacer à côté ce qui aurait fini par attirer l'attention. Il avait donc prit la direction opposé aux deux femmes, prenant soin de se dissimuler comme il le pouvait jusqu'à n'être plus très loin du mur du premier bâtiment. Tout en veillant à n'être visible que le moins de temps possible, le jeune garçon s'engouffra dans ledit bâtiment, atterrissant par chance dans une pièce vide... Bingo... Il était tombé sur les bureaux du premier coup... S'il pouvait mettre la main sur des codes... A son sens ça devait être ici qu'il allait les trouver...

Sans un bruit il se dirige en premier lieu vers le bureau... Quelques piles de dossier qu'il feuillète machinalement, rien qui puisse l'intéresser, cependant il relève quelques noms qui reviennent assez souvent, les ranges quelque part dans son esprit au cas ou ils pourraient servir. Après avoir reposé les dossiers comme il les à trouvés afin de ne pas trop attirer l'attention si quelqu'un venait dans la pièce après qu'il l'eut quitté bien qu'il espéra que personne n'ose violer la sacro sainte loi des bureaucrate qui interdit de bosser dans une administration un jour férié.

Le jeune garçon s'approche maintenant des casiers contenant plusieurs autres dossiers... Il en prend un, puis un deuxième, rien qui puisse l'intéresser pour le moment... Il repose le tout et referme le casier... Bureau suivant...

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
Melicerte Kerozène
Nouvel habitant



Race : Esprit
Niveau de RPG : .
Nombre de messages : 226

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Mer 23 Fév 2011 - 10:09

[hrp : vaye, désolé pour le délai, passage chargé pour ma part. Alors les deux premières parties sont pour les PNJ et la troisième pour Méli]

Le petit musclé en chemise d'uniforme tapote gentiment du talon à la réponse laconique de Lamarque.

- Après quoi ?

Il fronce les sourcils avec une certaine indulgence.

- Je sais qu'on est le premier janvier mais tu risques de le passer au mitard si tu t'entêtes avec ce genre de comportement. Putain, mais ça sert à quoi les bonnes résolutions les louloutes ?!

Apparemment, vu la familiarité et la lassitude dans le ton, la dénommée Lamarque n'en est pas à sa première insubordination. Le caporal se fait craquer les doigts et adresse un léger signe de main à la soldate en tournant les talons.

- Enfin t'fais comme tu veux. Je ferai mon rapport… comme d'hab'.

Et ça, c'est censé être la phrase qui fait peur, celle qui fait dire "oh non caporal ! S'il vous plaît attendez, qu'est ce que je peux faire pour vous ?". Sans doute que le caporal Guerpel envisage de passer sa première journée à titiller les minettes qui officient dans sa section. Sans doute aussi, que ça risque de pas lui porter bonheur. Toujours est-il que dans sa manière de traîner les pieds en repartant, on sent qu'il s'attend à ce qu'on le rappelle.

D'un autre côté, c'est une toute autre bande qui sort des bureaux pour s'engouffrer dans l'étroit passage qui conduit à l'arrière de la base militaire. Des blousards au blanc assez pur pour faire cligner des yeux même sous un ciel grisâtre. Des membres de la Section de Recherche. Ceux là, on ne sait jamais trop ce qu'ils boutiquent mais s'il est une chose assurée au sujet des scientifiques, c'est qu'ils peuvent se balader presque partout sans être inquiétés.

***

Pendant ce temps dans les bureaux, on découvre deux choses :
1- que l'armée ne fonctionne pas comme une administration classique. Et des gens qui bossent les jours fériés, même s'il y en a moins, c'est comme les hôpitaux, y'a toujours une veille.
2- que le budget, lui par contre, est assez "classique". C'est-à-dire, maigre, acétique… voire anorexique. On à peine fini de le définir qu'il dégobille dans l'évier.

Ces deux constats apparemment sans aucun lien trouvent pourtant un fil connectique au moment précis où une silhouette inconnue ouvre une porte donnant sur un bureau désert. Pas assez de maintenance, faute de moyens, et les gonds de ladite porte agonisent d'un grincement assez strident pour faire dresser l'oreille des deux comptables d'astreinte qui –comme il se doit- passent leur matinée tranquillement près de la machine à café.

Les deux militaires de bureau se regardent. Est-ce que c'est un supérieur qui passe pour une inspection surprise ? Ou encore un de ces timbrés du SRDP qui a oublié son accréditation pour charcuter le cadavre d'une fillette ? (les malades, franchement).
Dans les deux cas, va falloir faire illusion.

- Faut que ça tombe encore un jour où le secrétariat est dans le coltar hein.
- T'occupe.

Avec un soupir, les deux petits binoclards catapultent leurs gobelets en plastique dans la poubelle et rejoignent le bureau incriminé à pas rapides, comme s'ils avaient plein d'autres choses à faire.

***

La cellule xénomorphe prédomine magistralement par rapport aux autres. Il ne faut que quelques minutes pour que toute la boite de pétri soit gangrenée par son infestation. Effrayant… et exaltant tout à la fois. Un virus ne ferait pas mieux.

- Lieutenant, qu'est ce qu'on fait du sujet ?

Je relève les yeux du microscope et rabaisse mes lunettes intégrales sur le nez. Gantée, blouse à haut col, masque respiratoire, bottes scellées… on s'éclate au bloc des manipulations dangereuses.
Pivotant sur le tabouret, je regarde la silhouette blanche parfaitement indissociable de ses pairs qui m'interroge à travers la baie vitrée. J'enfonce le bouton du communicateur sur le côté de mon avant-bras.

- Remettez lui une dose de thiopental à 5mg/l. On va peut-être se servir de son pancréas et de sa vésicule biliaire encore un petit moment.
- Ah… en fait on a un problème avec le barbiturique. Le sang du sujet semble en altérer trop rapidement la structure.
- Quoi ?
- Ça corrode aussi nos instruments. Je crois que son sang est acide lieutenant. Ça devient dangereux pour nous.

Geste récurent chez moi, je me mordille la lèvre. Cette gamine est visiblement possédée par un démon. Exactement comme…

Vostok Muir.

Mon homme de main. Enfin surtout celui de Graëchen. Je ne le connais que depuis quelques jours mais j'ai déjà l'intuition que cette machine à tuer n'a d'allégeance que pour la chef de l'Ombre. Je dois trouver des moyens de comprendre comment il fonctionne pour, le cas échéant, le neutraliser si les choses se compliquent.
Oh je n'envisage pas de poignarder Graëchen dans le dos mais elle sait, et je sais dans quel milieu nous évoluons. Je n'ai pas oublié la manière dont ce cinglé a failli me rendre aphone. Je déteste être démunie face à une menace. Si je suis le bras droit le l'Ombre, alors lui doit sans doute faire office de pied gauche. Je dois savoir à quel moment je peux me fier à lui… et à quel moment je peux le mettre sur la touche.

Je sais aussi que cette fille pour laquelle je me suis damnée se tiendra au courant de mes faits et gestes. Ça ne me gêne pas.
Je presse le com' une fois de plus.

- Utilisez un set en céramique et injectez directement la dose par la mœlle épinière.
- Mais lieutenant, sauf votre respect, dans la situation actuelle…
- La ferme, on suit le protocole. J'ai envoyé trois personnes chercher une autorisation pour utiliser un des détenus [hrp : ceux que vous voyez passer dans la cours]. Ils vont nous ramener un matériel sain qu'on utilisera pour expérimenter plus librement. En attendant, je veux que vous mainteniez le sujet en léthargie.
Quand à vos précautions, collez lui un pain de C4 dans le ventre si ça peut vous rassurer.


Ai-je besoin de préciser que depuis que j'ai tourné ma veste, je suis parfaitement imbuvable avec mes subordonnés ? Non seulement je n'ai plus aucune raison de chercher de l'avancement, mais j'ai toujours conçu un mépris souverain pour toute une catégorie de ces personnes qui obéissent sans moufter.
Preuve en est du silence éloquent que je reçois pour toute réponse. Larve. Ça me dégoûte.

- Finissez ici. Je sors prendre un peu l'air.

Il me faut quelques minutes dans le sas de décontamination, puis dans le vestiaire pour quitter mon attirail et revêtir une blouse plus conventionnelle avant d'émerger sur le terrain d'exercice où j'ai sous les yeux quelques fiers exemples de virilité occupés à une quelconque activité musculaire sans intérêt.
Je tire une cigarette du paquet à peine entamé. J'hésite toujours à me mettre à fumer… je préfèrerai me trouver un autre défaut tant qu'à faire.

Pourquoi pas Graëchen tiens ? Un bon concentré de vices oui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/presentations-des-persos-f6/melicer
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Jeu 3 Mar 2011 - 21:45

HRP : pardon pour le retard, j'ai dépassé mon propre délai. Vraiment navrée. En plus c'est pas terrible... Bon, j'ai des circonstances atténuantes mais c'est pas une excuse. J'espère que ça suffira.

Les scientifiques en blouse blanche qui se pressaient à l'extérieur du bâtiment m'attirèrent le regard d'un coup. Tiens, peut-être que ces scientifiques là connaissaient mon chaperon rouge à moi... Peut-être que je pourrais enfin avoir une conversation avec Melicerte. Depuis que je l'avais abandonnée (pour aller tuer quelques uns de ses copains en treillis sur les quais : voir Grog démoniaque, ceci n'est pas un lien) le soir de Noël je ne l'avais pas revue... Et à vrai dire, elle était comme certains de mes autres hommes : elle n'avait pas vu les ravages de Gancheer. Je ne me ressemblais plus. J'avais adopté les baskets, les vestes (sans débardeur ni tee-shirt en dessous), les shorts. à croire que le seul détail de mon apparence qui n'ait pas changé c'était... Ma façon de m'attacher les cheveux parce qu'ils étaient bien trop longs pour que je les laisse détachés.

J'avais envie de lui en parler (ou avais-je simplement envie de lui faire un câlin... ?) tout comme je le redoutais. Me reconnaîtrait-elle ? Essayerait-elle de me tuer parce que je ressemblais davantage à un démon qu'à un être humain "normal" (un être humain "sain") à cause de mes yeux rouges qui écartelaient des nouveaux nés rien qu'en les regardant ? Une autre rencontre que je redoutais était celle de Cassandre. Si je la croisais celle-là... Elle me ferait brûler, parce qu'Edmond n'était pas de la partie, voilà pourquoi.

Instinctivement, sans rien dire à Rika "Lamarque", je me suis dirigée vers les bons hommes en blanc qui se faufilaient dans la cour. Ils trimbalaient un matériel étrange... La chimie c'était facile au lycée (même si mes études équivalent lycée à moi étaient carrément plus poussées que ce qu'apprend mon auteure), mais je n'avais jamais trop accroché... On fait couler des trucs étranges dans d'autres liquides bizarres pour obtenir un mélange que je qualifierai de contre-nature... On respecte des protocoles débiles sans broncher parce que la prof est coincée dans son moule, et puis on serre les dents... En plus, on a du matos tout pourri qui ne réagit pas, qui n'a pas les bonnes concentrations... La chimie, je n'aimais pas. À la rigueur, les calculs, c'était plaisant. Mais le mieux, qui était à mi-chemin entre la chimie et la physique (mon domaine de prédilection... Ma drogue...) c'était quand même la partie physique des phénomènes étudiés en chimie...

Mais pour en revenir à nos petits moutons blancs, ce qu'ils transportaient était encore inconnu à ma connaissance. Inconnu ou oublié volontairement. J'avais beau squatter la salle de chimie du lycée d'Heaven, je ne me servais que de matériel très simple (pas des trucs de militaires professionnels) en tant que verres marrants. Un design global de la pièce plutôt qu'une véritable addiction (ou un savoir faire)...

Je me suis faufilée à leur suite. Et Rika ? Je ne sais pas, je ne me suis pas retournée.

Y avait bien un type qui avait voulu savoir ce qu'un type du GREM foutait dans ce secteur... Je l'ai ignoré (apparemment la blonde n'était pas causante avec ses camarades militaires). Toutefois, les scientifiques passèrent une porte qui se referma sur eux.

"Zut ! encore raté !"

Il ne fallait pas rester dans le secteur immobile. Il fallait rester féline. La démarche bien huilée, la destination claire et définie. J'ai pris la porte de gauche.... Pour me retrouver nez à nez avec une cigarette.

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Aloïs Doe
Arracheur d'entrailles

avatar

Niveau de RPG : Moyen
Nombre de messages : 241

Profil du personnage
Armes portées: Un couteau de cuisine à large lâme.
Pouvoirs maitrisés: Dématérialisation. Peut traverser toute surface (sauf les métaux) Se rematérialiser à l'intérieur de quelqu'un blessera l'attaquant et l'attaqué..
Particularités physiques actuelles: Une mèche de cheveux plus courte que les autres (merci Cassandre)

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Sam 5 Mar 2011 - 19:12

HRP:
 
Rika s'arrêta net en plein mouvement... Ce type l'agaçait profondément, qu'attendait-il? Qu'elle se mette à chialer? Qu'elle le supplie de la couvrir? Qu'elle lui saute au cou? De tout temps il y en avait eut pour tenter de la pousser dans ses derniers retranchements... Elle était toujours parvenue à glisser entre les mailles du filet jusque là mais cette fois elle avait bien l'impression d'être coincée... Elle ne s'était pas assez renseignée sur l'armée et son comportement paraitrait suspect tôt ou tard... Elle serra les poings, se retenant d'agresser cet imbécile pour lui arracher le coeur...

-Silence!!!

C'était foutu... Elle avait presque crié cet ordre... Tout ça c'était trop pour elle... Elle porta une main à son front et le massa du bout des doigts... La lumière du jour qui l'affaiblissait n'était pas pour la mettre de bonne humeur... Mais elle avait bien plus important à s'occuper pour le moment...

-La nuit à été dure... J'ai besoin d'un peu de temps...

Prétendit-elle en se tassant un peu plus sur elle même... Voilà donc à quoi elle en était réduite... Ce type allait payer très cher chacun des mots qu'il avait prononcé depuis leur rencontre... La vampire se redressa quelque peu et rejoignit le type en quelques foulée pour l'arrêter en se saisissant de son poignet.

-Je suis prête à te donner ce que tu veux pour que tu oublie...

Lance-elle en baissant la voix... Vu le comportement du gars et les vagues souvenirs volés qu'elle possède elle croit savoir ce qui pourrait embobiner ce genre de type... Mais pour ça il aurait fallut qu'elle ait un quelconque talent pour séduire... Malheureusement elle ne peut jouer le jeu, faute d'en comprendre les règles... Finalement elle l'entraine à sa suite... Elle à beau avoir l'enveloppe corporelle d'une frêle femme, sa force de vampire ne l'a pas abandonnée, une chance car ainsi elle peut trainer monsieur Grande Gueule même s'il refuse de suivre... Encore quelques pas... Plus que deux... Et ça y est ils sont protégé des regards par le réfectoire... Dissimulés entre le bâtiment et le mur de l'enceinte... Vu l'étroitesse de l'endroit la vampire est prête à jurer qu'aucune caméra n'a été placée là... Du moins l'espère-elle...

Maintenant elle doit agir vite... Vite et en silence... Surtout qu'elle ne s'est pas souciée de s'enquérir de la réaction de la grande gueule... Elle sort rapidement un couteau dissimulé dans sa veste et vint trancher la gorge de l'autre en espérant que cela suffise à le réduire au silence... Elle l'ignorait, habituellement ses victimes pouvaient crier tout leur saoul pendant qu'elle se nourrissait de leurs vies... Cela fait elle colla ses lèvres à la blessures afin de ne pas laisser perdre ce sang...

-----------------------

Aloïs de son côté venait de fouiller le second bureau, avec le même peu de résultats qu'auparavant... Où ces foutus codes pouvaient bien être planqués? Il n'en avais aucune idée... Il aurait mieux fait de se renseigner avant d'entreprendre les fouilles... Agacé il se dirigea vers la sortie et, soucieux de gagner du temps et persuadé d'être seul préféra ouvrir la porte plutôt que de se dématérialiser une énième fois, ce afin de gagner du temps, ignorant qu'il venait ainsi d'attirer l'attention sur sa présence...

-----------------------------

Rika laissa s'effondrer le corps de la grande gueule au sol et essuya le sang qui avait pu gicler sur elle tout en réfléchissant à l'apparence qu'elle pourrait prendre... Il était exclu qu'elle continue sa petite visite sous les traits de celle qui avait disparu avec le cadavre qui serait découvert tôt ou tard, encore plus exclu de prendre l'apparence dudit cadavre... Elle réfléchit un instant puis se décida à prendre l'apparence d'un soldat qu'elle avait aperçut dans les souvenirs communs de ses deux dernières victimes... C'était risqué, très risqué... Si elle rencontrais se soldat ou s'il était déjà mort sans qu'elle le sache... De plus elle n'avait pu lui voler sa mémoire... Tant pis, elle devait vite rejoindre la chef, par chance le sang ingurgité lui avait redonné la forme... Et ses pouvoirs... Elle se mit donc en quête de Graëchen, veillant à n'approcher personne de trop prêt... Au cas ou...

-------------------------

Le bureau suivant semblait n'être rien d'autre qu'une salle de repos mise à disposition de ceux qui bossaient ici... Aloïs s'approcha d'une rangée de tiroir, chacun doté d'une serrure et assigné à un nom différent, il commença à fouiller sans y croire et n'en retira que des papiers sans importances... Il continua cependant à fouiller et eut la surprise de trouver à quelques reprises certaines feuilles imprimées de ces fameux codes assignés à l'un ou l'autre des propriétaires des casiers... (HRP: Chais pas pour vous mais à mon taf on à ce genre de tiroirs et c'est effectivement là dedans qu'on nous file nos accès tel que code d'ordi etc) Il avait presque fait la moitié des casiers quand des bruits de pas l'arrêtèrent en plein geste... Par chance il avait déjà abandonné sa consistance physique afin de fouiller, pour autant il n'était pas devenu invisible... Il se dirigea donc vers l'entrée et se dissimula dans l'ombre de la porte qu'il avait laissée ouverte en pensant que personne ne viendrait le rejoindre...

Les bruits de pas appartenaient à deux types qui, comme on pouvait s'y attendre rejoignirent la pièce restée ouverte... Aloïs grimaça un bref instant en songeant à ce qu'il allait devoir faire s'il ne voulait pas finir en prison dans un avenir proche... Tout en se fondant comme il pouvait dans le mur afin de ne pas être vu par l'un d'eux, l'adolescent tâtonna dans les poches de son manteau afin d'en sortir un couteau de cuisine à la large lame... Il hésita un bref instant puis vint planter le couteau dans le dos du gars le plus proche... C'était la première fois qu'il tentait de tuer quelqu'un et bien sur il s'y était très mal prit... Le gars s'était cependant effondré et braillait tout ce qu'il pouvait... Mais qu'il la ferme... Qu'il la ferme une bonne fois pour toutes... Aloïs se ressaisit... Ce n'était pas le moment de se laisser déconcentrer... L'autre type tenait toujours sur ses jambes lui... Instinctivement l'adolescent porta sa main vers lui comme pour l'empêcher de passer... Mais bien sur ça n'avait eut d'autres effets que de le loger dans le torse de l'autre... Sans réfléchir il tenta de lui rendre sa consistance physique... Bien mal lui en prit car alors le membre lui sembla se compresser alors qu'il tentait de forcer le passage dans le corps d'un autre...

A forcer comme ça, Aloïs parvint finalement à libérer son bras... Lequel n'avait pas apprécié le traitement de choc qu'il avait reçu et pendait sur le côté du jeune garçon... Mais ça n'était pas le pire, car il était couvert du sang de l'homme... Lequel s'il avait survécu ne devait pas avoir les organes en très bel état...

Aloïs se mordit les lèvres en essayant de ne pas péter les plombs à l'idée d'avoir été souillé par l'un de ces inconnus... Le plus important était de fuir avant que l'on s'aperçoive de ce qu'il venait de se passer... S'assurant que les papiers qu'il était venu chercher étaient bien enfermés dans l'une de ses poches il se dirigea vers l'extrémité du couloir qu'il n'avait pas encore exploré, ne sachant pas encore s'il pouvait quitter les lieux sans tomber sur d'autres personnes...

---------------------

Elle n'était plus loin! Rika eut un sourire... Elle avait retrouvé la trace de sa chère patronne alors qu'elle revenait sur ses pas... Elle n'avait plus qu'à suivre la piste qui l'y mènerait (comme un chien dirait Aloïs). Mais alors qu'elle la retrouvait enfin elle s'aperçut que celle-ci n'était pas seule... Furieuse, la vampire garda le silence, tout en hésitant sur ce qu'elle devait faire... Ce qui devait la rendre d'autant plus suspecte...

......................................................

Revenir en haut Aller en bas
http://heaven-rpg.forumactif.fr/t2332-alois-doe-validee
Cassandre A. Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : No idea.
Nombre de messages : 75

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Ven 11 Mar 2011 - 11:29

HRP : notre cher Meli ayant du mal, je propose qu'on fasse un tour de : Carry - Rika/Aloïs - Graëchen avant comme ça, ça lui laissera du temps.

La cigarette sur laquelle notre cher soldat au nom exotique tomba était... La mienne. Je fumais ma rage et ma haine de m'être faite envoyer bouler une fois de plus par le Chef. Le Chef va finir brûlé, un de ces quatre... Et ça arrangera bien Graëchen... C'est donc pour ça que je me retiens. Faire chier Graëchen jusqu'au bout : une passion, une véritable occupation. Et plus elle prenait de l'ampleur en ville (l'Ombre commençait à vraiment ressembler à une armée ; on racontait que mes des anti-Ombre les rejoignait... En même temps, les ragots...) et plus ça me plaisait de me dire que si je voulais, je pourrais l'aider, mais que comme je ne l'aime pas, je ne l'aide pas. Le fait que je sois la seule à savoir que je pourrais faire disparaître un des boss de l'armée ne me traversait pas l'esprit. Ma petite satisfaction personnelle me satisfaisait amplement comme ça. (Une satisfaction qui satisfait... Ah... Beau.)

Le soldat qui venait de presque me percuter et se crever un oeil (malgré les foulards et les trucs pour qu'on ignore sa véritable gueule) était "connu". C'était une forte tête, lui aussi. Et rien que pour ça, je l'aimais bien. Bah quoi ? Entre chieurs, on se soutient, ça paraît logique. Mais le soldat dont le nom était vraiment très difficilement retranscriptible (ouah...) avait l'air étrange aujourd'hui... Comme surpris de me voir là... Il m'avait remarquée ? Coooool... Continue comme ça mon gars.

J'aurais pu lui dire, mais il ne m'aurait pas répondu. Il ne répondait jamais, chose qui faisait encore plus enrager les Boss. Alors plutôt que de me taper un vent, je l'ai juste salué de la main. Et là... Là où il aurait dû me rendre un signe normalement, ou me snober carrément, il me fit un signe, maladroitement. J'ai commencé à me poser des questions à ce moment là. Je n'avais rien à faire (ce qu'on se fait chier à l'armée) donc j'ai décidé de le "surveiller".

D'ailleurs, vu le signe qu'il fit à une fille (que je ne connaissais pas) derrière lui, pour qu'elle le rejoigne plus vite, j'en aurais deux à suivre. J'ai rattrapé la fille quand elle est passée devant moi :

- Salut ! Vous allez où comme ça ?

Moi chiante ? Oh que oui... C'est ça le meilleur. Bien sûr, je les suivais autant pour les "surveiller" parce que le type en noir et la fille n'étaient pas au bon endroit pour des gens du GREM et qu'ils avaient l'air étrange... Que parce que si le beau type dont personne n'avait vu la figure me plaisait bien. Si j'avais su que c'était Graëchen, bien sûr, je l'aurais coffrée illico, et Edmond n'aurait rien eu contre moi cette fois.

......................................................
I'm longing to burn you.
Promise, I will be quick...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/soldats-f55/carry-attwell-validee-t
Aloïs Doe
Arracheur d'entrailles

avatar

Niveau de RPG : Moyen
Nombre de messages : 241

Profil du personnage
Armes portées: Un couteau de cuisine à large lâme.
Pouvoirs maitrisés: Dématérialisation. Peut traverser toute surface (sauf les métaux) Se rematérialiser à l'intérieur de quelqu'un blessera l'attaquant et l'attaqué..
Particularités physiques actuelles: Une mèche de cheveux plus courte que les autres (merci Cassandre)

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Dim 13 Mar 2011 - 18:58

Un signe... La vampire accélère le pas et rejoint la chef de l'Ombre, toujours camouflée par son déguisement de momie tout en s'efforçant de garder un air naturel ce qui, si vous voulez mon avis n'était pas très possible mais l'essentiel n'est-il pas de croire en ce que l'on fait? Alors que la vampire ruminait ce genre de conneries pour oublier sa colère et sa frustration, une soldate à laquelle elle n'ait pas prêté attention vint les interroger sur ce qu'ils faisaient... Rika sonda un instant sa "mémoire du sang" mais n'y trouva rien sur cette fille qui n'avait même pas l'air d'avoir l'age requit pour bosser ici...

-Nous sommes ici à la demande du caporal Guerpel...

Lequel (si j'ai pas lu trop vite les RP précédent) était trop mort pour démentir cette excuse si elle le rencontrait un peu plus tard... Alors que la fille se mettait en tête de rattraper Rika, cette dernière du contenir un soupir agacé et des paroles brulantes de haine... A la place elle regarda l'autre dans les yeux en cherchant à y instiller toute la haine qu'elle était capable de ressentir pour l'armée de Heaven... Ca n'était pas bien dur vu que la vampire était depuis un petit moment à bout...

-Nous ne souhaitons pas avoir de témoins dans les pattes, merci!

Elle avait appuyé sur le merci avant de se retourner et de la planter là pour rejoindre sa précieuse chef qui continuait d'avancer...

_______________________________________________

Personne, personne... Une chance, car je ne savais pas si j'aurais été en état de me défendre une fois de plus si quelqu'un venait me demander ce que je faisait là.
Mon bras pendait toujours et me faisait un mal de chien, je crois que la compression l'avait carrément cassé... En tout cas il était inutilisable... J'ai donc fait de mon mieux pour ne pas le cogner un peu partout ce qui, vous pouvez me croire, ne faisait pas de bien...

Voyant que les lieux étaient apparemment désert à l'exception de moi et des deux cadavres, j'ai prit le temps de me poser pour réfléchir à ce que je pourrais faire... J'avais récupéré les codes de plusieurs soldats. Je n'avais pas eut le temps de tout lire vu que j'avais rapidement été surpris... J'ai donc sortit les papiers de ma poche pour y jeter un oeil... Je pense que Graëchen n'aurait pas beaucoup apprécié si je lui avait ramené le code de la photocopieuse... Après lecture rapide il semblait que j'avais trouvé ce qu'il nous fallait du premier coup... J'avais décidément beaucoup de chance aujourd'hui... Si on oublie le bras cassé (Qui en réalité n'est pas cassé, car j'doute qu'il serait aussi calme sinon).

Si ma mission était terminée alors je pense qu'il valait mieux partir... Je n'aimais pas beaucoup l'idée de me balader dans un piège à loup qui pouvait se refermer n'importe quand... Je suis revenu sur mes pas, jusqu'à arriver à la salle de repos ou j'avais tué les deux types qui m'avaient surpris.... J'ai un peu grimacé en voyant leurs corps... Ce spectacle ne me réjouissait pas vraiment et je dois dire que tuer n'était pas ma toute nouvelle vocation même si je devais admettre que pour une première fois j'avais bien géré... Je suis entré dans la pièce en faisant attention de ne pas toucher l'un d'eux par inadvertance et me suis dirigé vers un porte manteau sur lequel reposait plusieurs vestes... J'en ait attrapé une au hasard et l'ait déposée sur mes épaules afin de me fondre davantage dans le décor quand j'allais traverser la cours pour rejoindre ma soeur qui avait bien sur prit une toute autre direction... Le reste de mes vêtements étaient noirs, ça devrait passer, non? Suffirait de ne croiser personne et le tour est joué...

Traverser cette fichue cours à été plus simple que je ne le pensais... Je n'ai rencontré personne comme je l'espérais et j'ai ensuite pu me fondre dans le mur du bâtiment où je soupçonnait que Graëchen avait disparu. J'ai cherché un petit moment quand je suis enfin tombée sur elle qui était seule, enfin seule avec "Lassie". Je me suis posé un instant contre le mur car j'étais essoufflé d'avoir galopé dans tout le QG (sans rencontrer personne, si ça c'pas d'la chance) et qu'en plus mon bras me faisais toujours un mal de chien.

-Je les ait trouvés mais j'ai été blessé, il faudrait que je sorte d'ici...

Bien sur je n'ai pas dis comment je m'étais blessé, car j'avais laissé deux cadavres derrière moi et que je suis sur que Rika aurait jugé que ça n'était pas un travail propre... Je hais cette fille...

......................................................

Revenir en haut Aller en bas
http://heaven-rpg.forumactif.fr/t2332-alois-doe-validee
Graëchen Doe
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Don't know.
Nombre de messages : 1915

Profil du personnage
Armes portées: Un beretta.
Pouvoirs maitrisés: Tic Tac.
Particularités physiques actuelles: Posséssion démoniaque visible par l'oeil rouge et une vois étrange par moments.

MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   Jeu 17 Mar 2011 - 20:17

HRP : sauf objection, je suis pour qu'on le close.
@ Ayu : si tu veux toujours qu'Aloïs soit mordu, tu peux le poster ou t'en foutre...
@ Meli : Désolée, on a préféré avancer, comme tu avais un coup de lenteur.

Je pourrais vous dire comme je me glaçais littéralement en voyant Cassandre me faire "coucou" de la main, et... Fatalement, nous suivre. Cette gamine était vraiment collante... Elle se mettait toute seule dans le pétrin, mais avait pour mérite de ne jamais s'en étonner. Cassandre était comme moi. Partant de là je pourrais partir dans des divagations à propos de mon incompréhension à sa haine. Elle me haïssait sans raison, et je lui rendais pas pure réciproque (ça n'aurait pas été digne de mi de lui cirer les pompes à la cruche). C'était tout ce qui était essentiel à savoir. Mais partant de là, vous comprenez que je refusais de la tuer tout en espérant qu'elle se ferait assez mal toute seule pour être hors jeu.

Et là, j'aurais préféré qu'elle m'oublie - en fait, pour une fois, je reconnaissais bien que j'avais fait une erreur : lui faire un signe, ça l'avait attirée pour une raison X ou Y - et qu'elle obéisse à l'ordre sèchement intimé par Rika qui... J'ouvrais de grands yeux écarquillés sous mon voile. Rika qui était devenue un homme. Nous avons poursuivi, personne ne répondant aux questions de Cassandre concrètement, on aurait pu espérer que cette gourdasse lâcherait l'affaire d'elle-même. Mais toujours pas. Arrivée au coin d'une mur, à l'abri de la plupart des regards indiscrets, en dehors de la caméra (à laquelle j'avais gentiment envie de faire "coucou" de la main ; vive la provoc'), nous vîmes arriver Aloïs. Tiens, je l'avais oublié celui-là.

Une mauvaise nouvelle (Cassandre) arrivant toujours (ou presque) avec une bonne, il nous annonça qu'il avait les codes mais qu'il était blessé. Sa blessure, je m'en tapais comme de l'an quarante, tant qu'il ne choppait pas le tétanos (encore que ça se soigne très bien c'te saloperie), ça m'allait, il se faisait tout seul ce qu'il voulait (après tout, un ado dépressif suicidaire, ça n'embête personne)... Je n'ai pas posé plus de questions. Et la scène s'est divisée en deux parties.

La première, c'est Cassandre. Voir un type à moitié dématérialisé (ou pas, enfin avec un bras en sang), en tenue non-militaire, ça la fit tiquer. Elle ne faisait pas vieille, il l'avait engagée en fermant vraiiiment les yeux sur son âge, cependant, lui, il faisait à peine ses quatorze ans. Donc elle savait qu'elle ne faisait pas partie de l'armée. Et puis il parlait de choses "récupérées" donc "volées". Son esprit fit "toc". Elle entrouvrit la bouche... Pour probablement dire :

- Hé ! Mais qui vous êtes ?!

Et puis la deuxième scène ce fut moi. Pendant que Cassandre comprenait tout, je faisais signe à mes deux camarades de trouver une sortie et de se barrer. J'arriverais plus tard. La caméra me gênait un peu dans ce que je voulais faire, mais ça pouvait juste passer à l'écran, pour une rixe entre militaires (ou une partie de jambes en l'air plutôt musclée), plus que pour une menace de mort... Juste après leur avoir fait ce signe, je me retournais vers Cassandre qui avait juste commencé à dire : "Hé mais que..." et la plaquais au mur, avant-bras sur la gorge pour l'empêcher de hurler.

- Ne te mêle pas de ça Cassandre.

Elle avait commencé à se débattre, mais se calma lorsqu'elle me reconnut. La lâchant progressivement, j'étais déjà en train de courir pour rattraper les autres qu'elle était toujours en train de se masser la gorge.

......................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2117-graechen-doe-validee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11   

Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] Ombre VS Soldats | 01/01/11
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» Bibliographie batailles / soldats / art
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Martelly et ses soldats de plomb...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archive du RPG :: Prison :: Aile ouest-
Sauter vers: