Partagez | 
 

 Angie, ex assassin de l'ombre [VALIDEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Angie, ex assassin de l'ombre [VALIDEE]   Mer 16 Fév 2011 - 21:48


N° 229
Angie

Carte
d'Identité
• Nom : Inconnu
• Prénom : On m'a surnommé Angie, puis N° 229... Je préfère Angie
• Surnom :
• Sexe : Je pense qu'il est évident que je suis une jeune femme
• Âge : Inconnu. Personne n'a jugé bon de me le dire. Je le pense entre 15 et 17.
• Nationalité : Inconnue. Je parle le français et l'anglais, ainsi que des bases d'allemand.
• Groupe Sanguin : O-
• Alignement : Neutre, je suppose... Tuer ne me dérange pas... Mais je n'en tire pas pour autant de plaisir...
Race • Race : A en juger par mes ailes, je suis une ange, probablement une avatar céleste, puisque je n'ai aucune mémoire "angélique".
• Race d'origine : Je devais être humaine à la naissance, mais vu les modifications qui ont été apportées à mon corps, je ressemble aux martyrs.
• Particularités raciales : Ailes de lumière I, Une modification biologique/robotique, Un pouvoir
Mon statut à Heaven • Date d'arrivée dans la ville : Je suis arrivée une première fois à Heaven il y a un peu plus d'une année. J'ai réussit à fuir une fois. Mais si je ne me dépêche pas d'y retourner, ça ira mal pour moi.
• Métier : Je suis mineure. Et le métier de "tueur de l'ombre" n'est pas de ceux que l'on indique sur un CV.
• Camp : J'appartenais à l'Ombre. Maintenant que plus rien ne m'y retiens, pourquoi y resterai-je? Si les soldats où la résistance me proposent une alternative intéressante, je les rejoindrais peut-être. Sinon, je vivrai seule ma vie.

Aspect
Physique
Description physique Je suis une jeune fille, plus femme qu'enfant. Grande, bien plus qu'il y a une année, j'ai des cheveux blond, plutôt clairs, que j'ai coupé sur mes épaules, ou ils tombent en boucles désordonnées. Je les attache parfois d'un ruban noir, pour ne pas être gênée dans mes mouvements. Mes yeux bleus ont sans doute perdu le peu de joie qu'ils contenaient, et mon air est souvent un peu mélancolique ou rêveur. Ma démarche, ma façon de me tenir et ma voix basse et douce renforcent cette idée de rêveuse inoffensive, ce qui me permet de cacher mon jeu. Ce qui ne m'empêche pas d'être (du moins en temps normal, parce que la, la fièvre n'aide pas) vive, et de frapper juste. Ah, oui, petit détail. Je suis capable de faire apparaitre dans mon dos deux ailes d'une couleur grisée, dont les "plumes" du bas sont bordées de rouge sombre. En temps normal, elles sont comme constituées d'une simple brume invisible, donnant une sensation d'humidité ou de froid lorsqu'on les traverse. Enfin, j'ai, tatoué sur mon ventre un ensemble de runes, plutôt discrètes. Le tatouage ne fait pas plus de cinq centimètres, et sa couleur est celle du sang. Un tatouage de sang. J'aime bien cette idée. Au doigt, je porte encore la bague de l'ombre qui m'avait été fournie par Arsynhiel, débarrassée du mouchard qu'elle contenait et rayée au couteau sur tout son motif. Je veux la garder sur moi histoire de ne pas risquer d'oublier.

Description vestimentaire J'ai jeté les jupes sages aux orties pour un bon vieux pantalon, plus pratique pour moi. Et auquel je tiens, bêtement, parce que c'était Cat qui me l'avait prêté. Il est tout simple, un jean marron avec des poches un peu partout, dans lesquelles j'ai trouvé des surprises pendant plusieurs jours. Un bonbon à la menthe (passé à la machine et pas appétissant du tout), un bout de papier plié, un trombone... Par dessus, je porte le pull qui faisait partie de mon "uniforme" à l'Ombre, blanc, tout simple, mais fendu de façon presqu'invisible dans le dos, afin que je puisse faire apparaitre mes ailes sans détruire mes vêtements ou être gênée. A cause de mes ailes également, je suis abonnée aux sous vêtements de sport croisé dans le dos, ce qui a pour conséquence que ma poitrine aie l'air plus grosse que je ne le souhaiterai. Une plaie.

Autres A cette description, on peut ajouter mon auréole. Un cercle plat et tranchant de je ne sais trop quel métal, qui m'a été implanté, et que je contrôle à volonté, et que je peux rendre invisible (mais uniquement lui, ce qui me fait dire que c'est lié à lui et non à moi), mon arme principale. Je cache aussi une dague sous mon pull, dans mon dos.

Description
Psychologique
CaractèreDes années d'obéissance forcée, et de révolte intérieure m'ont donné un humour étrange, un peu noir, que j'ai pris l'habitude de garder pour moi. En apparence, je suis solitaire, ne parlant qu'avec la bestiole qui m'accompagne, de choses rarement compréhensible, dotée d'un sens du danger assez faible, et d'un comportement à la limite du suicidaire. En apparence, je suis solitaire, ne communicant plus qu'avec Tommy, un peu suicidaire, et jalousant l'ensemble de la race humaine. Vous ne voyez pas la différence? Moi si. Je reste solitaire par simple crainte de me lier à quelqu'un. J'ai perdu trop de monde autour de moi pour tenir à en perdre d'autres. Concernant mon insouciance du danger, Cat aurait dit que c'était tout simplement un besoin inconscient de me punir ou je ne sais quelle sottise. Moi je sais très bien que c'est parce qu'une part de moi souhaite la rejoindre, que ma partie rationnelle me rappelle que Tommy est encore vivant et à protéger, et que mon orgueil rejette toute éventualité d'un suicide. Si je ne savais pas que c'est la fièvre, je penserai que ça me donne la migraine... Bref, sans attaches (Tommy est bien gentil, mais il n'a pas plus d'idée que moi sur ce que nous devrions faire), je me retrouve un peu (beaucoup) paumée. Sinon que dire? Je suis fidèle. Du moins à ceux que j'estime. D'accord, il n'y en a pas beaucoup. Mais bon. Gagnez ma confiance (bon courage) et vous serez surs que je ne vous trahirai pas.

Ce que j'aime Les grandes étendues, les étoiles... L'espace en général, en fait. Les enfants, à ma façon. "Les plus âgés s'occupent des plus jeunes" est une phrase qui fait partie de ma vie, comme une constante. Et bien que vous ne me verrez jamais faire de câlin, et autre niaiseries du même style, j'aime les enfants, et leur innocence pas encore perdue. Les animaux aussi, moins fourbes que les hommes. La musique. Le classique est assez reposant, mais je préfère les musiques de jeux vidéos.

Ce que je déteste Les bonbons. C'est trop sucré pour moi. L'eau de mer. Les adultes en général, même si je fais parfois des exceptions. Les cris, et les sons trop aigus. Le feu me fait horreur, et me paralyse, ce qui est assez logique si on considère que j'ai perdu la mémoire après un incendie. Je hais l'ombre, pour tout le mal qu'elle nous a fait.

Renseignements complémentaires• Liens familiaux : De ma famille biologique, je ne me souviens de personne. De ma famille de cœur, il ne me reste que Tommy.
• Animal possédé : Je déconseille de dire devant Tommy ou moi que je le possède. Bien qu'incapable de retrouver sa forme humaine, Tommy reste à mes yeux un morpher, et non un vulgaire animal. Lorsqu'il réussit à se souvenir qu'il est un petit garçon et non un chien loup bizarre (Cat s'est souvent moquée de lui en disant qu'il ne ressemblait à rien de connu, et qu'il était donc un morpher d'extraterrestre...), il utilise principalement sa vitesse, et la surprise pour attaquer. Le reste du temps, il se contente d'afficher une capacité innée à ne pas se faire remarquer. Question caractère, il est toujours ausi timide que quand il était enfant, mais il a en plus développé un caractère plutôt possessif et jaloux envers moi, qui le pousse à ne pas vouloir rester loin de moi. Et il est toujours aussi gourmand...
• Objectif(s) :Déjà retourner à Heaven, et espérer que ça arrêtera la malédiction. Puis trouver un moyen plus efficace de quitter la ville. Et bien sur entre temps, rester en vie.

Tactiques
de combat
Armes possédéesLa première arme que je possède et sur laquelle je ne m'attarderai pas est un poignard, d'une trentaine de cm en tout, de bonne qualité, mais simple.La deuxième est mon auréole. Je l'ai déjà décrite plus tôt, mais je vais tenter ici d'être plus précise. J'ignore tout d'elle. De quoi elle est faite, comment fonctionne-t-elle, ou comment m'a-t-elle été liée, je l'ignore. Normal, j'étais inconsciente, et on m'avait pas demandé mon avis. Il s'agit de mon arme principale. Elle est très tranchante et robuste. Je n'ai jamais eu besoin de l'affuter, et aucun choc n'a jamais réussi à l'abimer. Reculer, oui, briser, non. Je suis capable de la contrôler à volonté dans les 5m qui m'entourent, mais pas au delà. Je suis également capable, d'une simple pensée de la cacher aux yeux du commun des mortels. Sinon... Ah, oui. Je sais qu'elle est liée à ma magie, puissance mentale, ou appelez ça comme vous voulez.

Pouvoirs • • Mon premier est le pouvoir des anges, une paire d'ailes grisées, émettant une lueur de la même couleur, qui apparait à ma volonté. Je maitrise bien ces ailes, et j'aime énormément m'en servir, mais j'ai bien peur que les derniers mois ne m'aient fait perdre en agilité. Comme tous les muscles, mes ailes ont besoin d'être utilisées régulièrement pour ne pas s'atrophier...
• Mon second est un pouvoir qui m'a été implanté, comme un nouveau membre que j'ai du apprendre à manier. Je parle bien sur du contrôle que j'ai sur mon auréole.
• Mon troisième enfin est un pouvoir que j'ai acquis très récemment, et pas de manière très naturelle. A l'origine, Cathy avait trouvé un rituel runique destiné à relier nos trois esprits, de façon à ne jamais pouvoir être séparés. Il ne me relie plus qu'avec Tommy aujourd'hui, et c'est le pouvoir que je maitrise le moins. Tommy pense de plus en plus comme un animal, et n'émet que des sensations ou des images poétiques, certes, mais peut compréhensible pour moi, tandis que je suis obligée de me concentrer, voire de formuler les mots pour pouvoir lui communiquer mes images, plus terre à terre. Avantage, je sais en permanence où il se trouve, ou du moins, lorsqu'il est trop loin, dans quelle direction.

Mon tout est une ange sans espoir.

Technique de combatJe suis un ancien assassin, Ce qui implique une certaine capacité de discrétion. Mon auréole me permet d'attaquer à une distance raisonnable, et est difficilement traçable. J'ai une tendance à préférer frapper le cou ou la nuque, et à tuer ma cible du premier coup. Contrairement à certains des "collègues" que j'ai pu rencontrer, faire peur ou faire souffrir me semble ridicule, à moins que je ne sois VRAIMENT en rage. Ce qui m'est arrivé une fois et une seule depuis le début de ma "carrière". Je suis aussi capable d'utiliser ma dague, mais c'est plus salissant, et plus risqué. En combat, j'utilise à la fois mon auréole et mon poignard, l'une en défense (le plus souvent) l'autre pour attaquer.

Point(s) fort(s) Voyons... Je contrôle une arme mortelle, quasiment indétectable. C'est un point fort sympa, non? Et je suis relativement discrète et silencieuse, ce qui est pas mal aussi.

Point(s) faible(s) Je suis pas mauvaise au corps à corps, par contre à distance... Beaucoup moins. Et (last but not least) j'ai une peur phobique du feu. La simple vue d'une flamme de briquet suffit à me faire frémir, surtout de près, alors je vous laisse imaginer une cheminée (je m'en tiens à bonne distance) ou une boule de feu!

Mon
Histoire
Les premiers souvenirs conscients d'une personne remontent à la période de ses trois ans. Les souvenirs précédents sont flous, vagues réminiscences de sons ou d'images. Mes premiers souvenirs remontent à après cette période, bien après.

Selon mes propres observations, je devais avoir six ou sept ans lorsque j'ai été découverte par les pompiers au pied d'un immeuble. Un incendie en avait ravagé le second étage, ne laissant aucun survivant, si ce n'est moi, supposèrent les pompiers au vue des brûlures superficielles que j'avais au main et aux jambes. J'étais passée par la fenêtre sans qu'on ne puisse dire si j'avais été jetée, si j'étais tombée ou si j'avais sauté. Ce que je sais, c'est qu'après quelques jours en hôpital, je fus envoyée dans un orphelinat. Les souvenirs de cette période sont trop flous pour que je puisse dire où cela se passait, ni même mon âge, je ne garde de cette période qu'une peur phobique des flammes, et une fine cicatrice à la jambe. Étrangement, aucune trace de brûlure. Un miracle, d'après deux infirmières qui ignoraient que je les écoutait.

Ma véritable « vie » commença pet après ma sortie de l'hopital. Je sais aujourd'hui que j'avais été repérée très tôt par l'ombre, et qu'une de ses branches m'avait kidnappée à l'orphelinat. Mais j'ignore encore ce qui les avait intéressés en moi. Je n'étais à l'époque qu'une enfant. Une future ange, certes, mais mes pouvoir étaient à l'époque latent...

Toujours est-il que je me retrouvais, avec d'autres enfants, dans un complexe souterrain de l'ombre. Oh, bien sur, j'ignorais à l'époque de quoi il s'agissait. Je ne l'appris que plus tard. Nous étions donc une cinquantaine, répartis selon des équipes de cinq. J'étais la plus vieille de mon groupe. Dès le début on nous donna des objectifs. Il ne nous fallu que peu de temps pour comprendre que pour survivre, nous aurions à les atteindre.

Avant d'aller plus loin, peut-être devrais-je vous faire un bref résumé de nos conditions de vie. Le lieu dans lequel nous étions se composait d'un certain nombre de pièce. Il y avait tout d'abord un dortoir, dans lequel nous dormions, filles et garçons réunis. Nous avions très vite pris l'habitude de dormir à plusieurs dans un lit, une manière de se sentir moins seuls, et de se protéger d'éventuelles attaques nocturnes. En sortant du dortoir, à gauche se trouvait l'infirmerie, équipée à en faire pâlir un hôpital. Il nous était demandé de nous y rendre deux fois par mois pour examens. A droite, s'était le réfectoire ou, vu que nous n'y passions pas que nos repas, la salle commune. Des bibliothèques et des ordinateurs nous permettaient d'étudier la théorie. Cette pièce donnait sur deux autres, dont une seule nous était accessible: La salle d'entraînement. C'est dans cette dernière que nous étudions chaque jour avec un instructeur différents sujets, tel que le combat, la maîtrise de nos pouvoirs, le maniement des armes... A la fin de chaque mois, les scientifiques qui nous évaluaient dressaient le verdict.

Pour compliquer les choses, les scientifiques avaient interdit toute communication entre les enfants d'équipes différentes, et même à l'intérieur d'un même groupe, certains sujets n'étaient pas tolérés. La compétition était quand à elle encouragée en permanence, et mon groupe en faisait les frais. Parce que nous étions les plus jeunes et aux pouvoirs incertains. Le groupe des chats, dirigé par une petite neko que les membres du groupe avaient surnommés Cathy (bel esprit d'à propos n'est-ce pas?) était lui aussi victime de cette compétition, avec des « maladresses » (bousculades volontaires, sabotages, lancer de boulettes étaient courants) mettant constamment en difficulté nos protégés respectifs.

C'est ainsi qu'après un mois, nous passâmes un accord tacite de collaboration entre nos groupes. Le faire sans parler était assez difficile, mais nous avons vite appris à communiquer sans mots, à veiller les uns sur les autres. Cela n'empècha pas Alexa de mourir, comme une preuve que j'avais failli à ma mission. "Les plus âgés doivent protéger les plus jeunes".

Environ trois ans après mon arrivée au laboratoire, j'eus la révélation que je portais bien mon nom. Après tout, la paire d'ailes qui apparut dans mon dos lors d'un exercice (me permettant d'esquiver la balle tirée par mon adversaire, d'ailleurs) étaient bien celles d'une ange! Enfin, d'une ange au bord de la déchéance, puisqu'elles n'étaient pas totalement blanches. Les plumes du bas avaient déjà commencées à griser, mais à l'époque, je les aimais bien.

C'est aussi à cette époque que j'acquis également mon auréole. Je ne m'attarderai pas sur sa description, j'y reviendrai plus tard. Sachez juste que j'ignorais totalement ce que les scientifiques avaient pu fumer... toujours est-il que pour « renforcer notre efficacité », ils firent un certain nombre de changements en nous. J'eus de la chance, car tous ne s'en tirèrent pas aussi bien. Alex, de mon groupe, et la petite Emrys, du groupe de Cathy ne revinrent pas. Eric mourut d'une infection quelques jours après avoir été convoqué à l'infirmerie, et Laurent ne retrouvant pas l'usage correct de ses mains fut éliminé. Il y eut d'autres pertes, bien sur, mais je ne me souviens que de celles de nos protégés. Et nous pouvions nous estimer heureuses, nous étions les groupes les moins diminués.

Le temps passa, et nous continuâmes à nous entraîner. Malgré nos tentatives pour garder nos protégés en vie, nous nous retrouvâmes bientôt avec un seul survivant pour nos deux groupes. Le petit Tommy, qui bien qu'incapable de reprendre sa forme humaine depuis sa convocation avait réussi la plupart de ses objectifs. Il faut dire qu'il lui était plutôt donné des missions d'espionnage, et son apparence était un plus pour lui.

Mes ailes avaient fini par prendre une teinte définitive, celle qu'elles ont maintenant. J'arrivais à les faire apparaître et disparaître à volonté, et même (plus pour faire ma maligne qu'autre chose) à les faire apparaître de façon intermédiaire, comme une brume colorée... Inutile, mais ça amusait Tommy. Nous commençâmes à recevoir nos premières missions en extérieur. Nous ne risquions pas de fuir, pas en sachant que ce serait les autres membres de notre équipe qui paierai. J'avais donc une dizaine d'année quand j'effectuais ma première mission d'assassinat, la première d'une longue série.

J'ignore quand exactement, mais nous fûmes tous (c'est à dire la quinzaine de gosses restants) convoqués dans le réfectoire. On nous assigna à chacun un adulte à suivre, et nous montâmes chacun dans un véhicule différent.

C'est ainsi que je me retrouvais devant l'orphelinat de Heaven, avec pour objectif de me présenter au chef de l'ombre local: Arsynhiel Eleïrya. Sincèrement, il m'étonna. Je m'attendais à tomber sur un emm...quiquineur comme j'en avait déjà eu plusieurs, mais je tombais sur un type plutôt corect, comparé à d'autres, et si je n'avais pas eu comme objectif de retrouver, j'aurais PRESQUE pu apprécier de travailler pour lui. Presque.

Après deux missions où je fus en contact avec les soldats d'Heaven, Arsynhiel jugea que j'étais trop impliquée à leurs yeux. Bien sur, seule l'une d'entre eux se souviendrait peut-être d'une adolescente insousciante présente sur les lieux d'une scène étrange, puisque l'autre soldat était mort, ainsi que son équipe. Mais le risque existant, il préféra m'affecter à la surveillance d'une jeune aveugle et de sa clique. Je connaissais la personne de nom, ayant déjà rencontré l'une de ses protégées, et j'avais assez vite compris que l'explication officielle qu'il m'avait fournie ("C'est une agente double") ainsi que la façon dont j'avais reçu cette mission (directement, sans passer par ma chef de section, sans connaitre les autres personnes affectées à cette mission) cachaient quelque chose.

Je découvrais de quoi il s'agissait un peu moins d'un mois plus tard. Ma cible était non seulement liée à l'ombre, mais aussi à la résistance, et possiblement dans le colimateur des soldats... Aussi, lorsqu'elle rentra du QG de la résistance juste avant que celui ci ne soit attaqué par les soldats, le chef décida d'agir. Il alla la chercher, elle est le plus jeune des gosses qui vivaient avec elle (le sien, j'avais compris), et nous amena à la lisière de la ville au pied d'un rempart. Il y avait là une percée dans le rempart, des runes et... Deux types morts qui avaient visiblement servis à faire les runes... Une trouée dans la malédiction! Il y fit passer Lauranna et son gosse, leur donnant assez d'argent pour qu'elle se débrouille, et la laissa partir (avec la promesse de la retrouver plus tard), échapper à la malédiction. Puis il m'ordonna d'effacer toutes traces de ce qu'il avait fait, ainsi que l'appartement de l'aveugle. Bon. Je sais pas s'il m'avait accompagné parce qu'il avait l'intention de se débarrasser de moi ensuite, ou bien parce qu'il tenait là un moyen détourner de me rendre ma liberté (lorsqu'il m'avait posé la question je ne m'étais pas cachée de ça), mais dans tous les cas, j'utilisais la perche qui m'était tendue! Il ne m'avait pas fallu longtemps pour rassembler sur place de l'essence (je me détestait pour ce que j'allais faire, mais mettre le feu me semblait être le seul moyen d'être sure que les traces seraient détruites, même sans rester sur place), de la ficelle pour faire une mèche et du plastic pour condamner la porte définitivement. Et mon sacrifice, aussi, une prostituée qui raccolait dans la rue voisine, et qui ne se réveilla même pas de l'inconcience dans laquelle je l'avais plongée lorsque mon auréole lui trancha la gorge. Je quittais donc rapidement la ville, poursuivie par le bruit de l'explosion que j'avais provoquée.

C'est ainsi que j'arrivais, le 16 octobre à Paris, ou je savais (j'avais mené mon enquête) que se trouvait Cathy. La connaissant, je fréquentais régulièrement la tour Eiffel, où je la retrouvais trois jours après mon arrivée. Cathy avait toujours adore les endroits élevés. Elle m'appris, entre autre, que ma fuite n'avait pas été découverte. Elle m'appris aussi que c'était visiblement le bazard à Heaven (un peu plus que d'habitude, du moins), ce qui expliquait que personne ne se soit soucié de moi. Et qui allait nous permettre, si nous agissions vite de nous libérer tous les trois. Car il me suffisait de retrouver Tommy ("La dernière fois qu'on a pu communiquer, il était à Marseilles") et de prévenir Cathy pour que leur évasion se fasse en simultané. Et qu'ils ne puissent pas tuer l'un de nous.

Le plan "évasion" se passa fort bien. Tommy avait été lui aussi facile à retrouver, même si c'était plutôt lui qui m'avait trouvé que l'inverse. Après tout, de nous trois, j'étais celle à l'odorat le moins développé...Il n'avait pas fallu longtemps pour que nous nous retrouvions à Bordeaux, tous les trois, dans une planque dans un parking souterrain. En un mois, j'avais retrouvé l'espoir. Bon, tout n'était pas rose. Tommy perdait peu à peu sa maitrise de lui même et souffrait de plus en plus de trous de mémoires que le pouvoir de guérison de Cathy était insuffisant à soigner. Mais nous avions commencé à réfléchir à un futur à nous trois. A débattre pendant des heures de l'endroit ou nous irions. Cathy voulait "revoir sa germanie", moi je voulais partir outre atlantique. Tommy voulait rester avec nous deux, et qu'on aille dans un endroit où il n'y a pas d'humains, et de la verdure à perte de vue (précision qu'il avait rajouté quand cathy, taquine lui avait proposé le sahara). Six semaines après que j'ai quitté Heaven, la malédiction de la ville m'a rattrappé.

Ca avait commencé avec des migraines reccurentes, assortie d'une fièvre légère. Rien d'alarmant, je n'en avait même pas touché mot à Cathy. Ca s'est aggravé ensuite,et je préfère ne pas repenser au sermon que m'a fait cathyquand elle a découvert que la fièvre avait grossi au point de me faire délirer dans mon sommeil. J'adore écouter la voix de Cathy, et pouvoir échanger librement avec elle, mais là... Bref. Le pouvoir de Cathy permis de me soigner, mais ce n'était pas une solution envisageable à long terme. Il était donc nécessaire (oh joie) que je retourne à Heaven. Mais pas de suite. Ni cathy ni Tommy ne devaient m'accompagner, c'était évident, et nous ne voulions pas être séparés par la malédiction. Nous passâmes plusieurs nuits sur ce problème, avant que Cathy ne trouve la solution: Utiliser la magie pour créer un lien empathique entre nous trois, voire, vu que nous étions très proche, un lien télépathique. Selon elle (et je lui faisais confiance, elle était meilleure que moi, il n'y avait qu'à voir comment je m'étais foiré mon utilisation d'un truc déjà tout près), nous étions assez proches les uns des autres (au sens amis, pas au sens physique, bien sur) pour que ça marche, et elle savait où se procurer le matériel dont elle avait besoin. Nous utilisâmes le rituel trois jours plus tard, à la nouvelle lune, gravant sur nos chairs (il avait pour cela fallut raser un carré de poils chez Tommy, ce qui l'avait agace) les runes que nous montrait Cathy, avant que chacun n'appose sur les runes des autres un peu de son sang. Franchement, au début, j'étais sceptique, mais Ca marchait vraiment. Je sentais la présence réconfortante de mes amis dans mon esprit, celle un peu brouillone de Tommy, vive et impossible à saisir, et celle, plus stable de ma soeur de coeur. Parés comme nous l'étions, nous nous sentions prets à déplacer des montagnes. Nous pensions partir le lendemain, afin de laisser le lien se faire. Engourdis par ce même lien, nous avions tout trois dormi plus profondément que d'accoutumé.

C'est l'instinct de Tommy qui nous avait alerté au milieu de la nuit. Une sensation de danger, qui nous avait réveillé, Cat et moi. Une mauvaise odeur me vint à l'esprit, la façon dont Tommy essayait de nous faire comprendre qu'il y avait des étrangers dans le parking, près de notre cachette. Beaucoup trop. L'ombre nous avait retrouvé. Séparément, chacun de nous était efficace, nous avions été formés pour ça. Ensemble, nous étions quasiment invincible, entre les capacité de guérison de Cat, mes capacités d'attaque, et la vivacité de Tommy. Et notre nouvelle symbyose ne faisait qu'accroitre cette efficacité. Nous n'eûmes donc pas de réelle peine à nous débarrasser de nos assaillants, qui devaient nous croire endormis.

"On se sépare. On sera moins repérable."

Il ne nous était même pas venu à l'idée, à Tommy et à moi de discuter. Ca parraissait censé après tout.Franchement, je regrette de l'avoir fait. Nous n'étions séparé que depuis une heure quand je ressentis (tout comme Tommy, je pense) la douleur irradier dans ma jambe. Ainsi que la peur de Cat. Une balle dans la jambe n'était pas suffisant pour arreter notre guérisseuse, et je me doutais que son pouvoir était déjà à l'oeuvre pour la soigner. Mais il me semblait évident qu'il n'y en aurait pas qu'une. Par sa brusque apparition le silence dans ma tête me surprit. Et me terrorrisa. Car bien que ne datant que de la veille, je m'étais très vite accoutumée au lien qui nous unissait, Cathy et moi. Et que même si (mon coté "optimiste") il y avait une milli chance que ce soit juste le rituel qui avait foiré, je craignais le pire. Et Tommy aussi, vu que je savais, sans le voir, qu'il avait lui aussi accéléré vers la position qu'occupait Cathy avant le silence.

Odeur d'essence

Je l'avais sentie également. Et j'étais assez proche, plus que Tommy pour voir l'homme vider le bidon sur Cathy. Il y en avait deux autres, l'un surveillant les alentours, l'autre le corps de Cat. Des fois qu'elle se relève, sans doutes. Bande de crétins. Une guérisseuse est certes difficile à tuer, mais même d'où j'étais je pouvais voir qu'elle ne se relèverai pas. Pas avec une balle dans chacun de ses points vitaux. Tommy n'avait pas perdu de temps à constater quoi que ce soit, il avait déjà bondit sur l'homme au jerrycan, comme sortit de nulle part. Il ne me fallut qu'une seconde pour le rejoindre, empêcher ma cible de tirer et lui briser la nuque à l'aide de mon auréole. Couper serait plus juste mais bon. Le troisième eu la bonne idée de s'enfuir, mais il était hors de question qu'il aille appeler du renfort. Tommy le mordit fortement à une jambe, juste à l'arrière du genoux, tandis que je tranchais le tendon de l'autre jambe. J'étais en rage. Une colère froide comme jamais je n'en avais connu. Il faisait partie de l'Ombre. Il avait levé son arme sur Cathy, qui voulait juste vivre libre. Je n'eu pas un regard pour lui, tandis que je traversais la flaque d'essence pour rejoindre Cat. Désarmé, incapable de bouger... Il ne me génerai pas pour prendre le corps de Cathy dans les bras. Il ne fit même pas un geste pour esquiver l'auréole que je dirige vers lui.

Nous emmenâmes Cathy jusqu'à la frontière allemande, en se déplaçant de nuit, en se cachant le jour. Tommy creusa un trou dans un bois, d'où l'on voit les montagnes, et j'y enterrai Cathy. La fièvre avait repris, accompagnée d'une toux rauque, mais je tenais à emmener Cathy en Allemagne. Ce pays qu'elle voulait revoir. Avant de repartir à Heaven, pas très fraiche, mais vaillante. J'avais bien tenté de prendre de l'aspirine, mais ça ne changeait pas grand chose. Nous étions arrivé aux abords Heaven en fin d'après midi, en plein hiver. Wecome back to home...

Renseignements
Hors RP
• Comment avez vous connu le forum? Hum... Vu le nombre de messages qui s'affichent, je dirai que je suis une ancienne...
• Quel est votre niveau en RPG?Plutôt bon, même si ça dépend de mon inspiration.
• Quelle est la mascotte du forum? Vu par Ayu
• Voulez vous une demeure?
Ca dépendra du RP. Déjà, si je survis.

• En cas d'abandon, êtes vous d'accord pour que nous passions votre forum en prédéfini? Non.



]J'ai préféré tous comptes faits arrêter ma fiche juste avant de retrer, ce qui permettra de voir avec toutes les données en main pour la suite.]


Dernière édition par Ayu Horrow le Jeu 17 Fév 2011 - 23:07, édité 3 fois (Raison : correction des fautes d'orthographe, rajout de la description rapide de Tommy.)
Revenir en haut Aller en bas
Owen LaCharogne
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Convenable.
Nombre de messages : 426

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: Angie, ex assassin de l'ombre [VALIDEE]   Jeu 17 Fév 2011 - 23:01

Fiche validée.

Tu gagnes un total de 21 points.

Je t'invite à lire les modifications en ce qui concerne les points, combats, rangs et compétences.

Pour le moment tu es membre du groupe " Civils". Ton Rang sera: Habile survivant.

Pour toutes questions, je t'invite à me MP ou faire de même avec Ayu selon tes préférences.

Bon RP, à très bientôt dans les rues de Heaven.

......................................................
Personnage principal: Owen La Charogne - Ordure De Première, Gradé de l'armée
Personnage Secondaire: Luxel Praesidium - Divine Archange, Sublime Et Terrible, Membre De La Résistance
Troisième Personnage: Riwallon III De Rostrenen alias Riv' - Ombre meurtrière, assassin pour l'Ombre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/soldats-f55/owen-lacharogne-validee
 
Angie, ex assassin de l'ombre [VALIDEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aferbas Baziageth [Assassin & Espion de la Dothka]
» Nalfein Nathrae [Espion/Assassin de la Dothka]
» Mila △ Je veux bien être reine mais pas l'ombre du roi [VALIDEE]
» Assassin X
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archives des présentations persos-
Sauter vers: