Partagez | 
 

 Et le papa débarque... [Bien des choses à réajuster.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Et le papa débarque... [Bien des choses à réajuster.]   Mer 2 Mar 2011 - 22:27

I D E N T I T Y . C A R D



N O M :
Doe

P R É N O M ( S ) :
Anthew

S U R N O M ( S ) :
Ça dépend. “Papa” peut s’appliquer, mais probablement que ses enfants ne le reconnaîtront pas.

 G E . E T . D A T E . D E . N A I S S A N C E :
53 ans. 15/06/1958

S E X E :
Mâle [enfin… à l’origine]

N A T I O N A L I T E :
Suèdois [bien qu'il ait immigré en Autriche, puis à Heaven...]

G R O U P E . S A N G U I N :
A positif

R A C E :
Humain

A L I G N E M E N T :
Chaotique neutre à tendance mauvais

Y O U R . W A Y . O F . L I F E


D A T E . D ' A R R I V E E . D A N S . L A . V I L LE :
Au moment même où cette fiche sera validée.

M E T I E R :
Il poursuit ses recherches, mais il travaille maintenant pour une firme de Heaven. C'est un bon moyen de faire rentrer de l'argent et aussi pour faire moult connaissances.

C A M P :
Neutre (Civil). Sa nature solitaire et son détachement des êtres extérieurs à lui-même ne le pousse pas à entrer dans une faction.

R A C E


R A C E :
Humain

P A R T I C U L A R I T E S . R A C I A L E S :
3 pouvoirs

T A C T I C . O F . F I G H T


A R M E S :
Un pistolet caché dans le revers de sa veste. Il ne sait pas vraiment s’en servir, mais en tout cas, il a de quoi faire taire un mec qui parle trop, et aussi un canif multiusages. On ne sait jamais quand on en aura besoin.

P O U V O I R S :
Schizophrénie d’origine occulte: Ce n’est pas vraiment la maladie de la schizophrénie. En fait, c’est plutôt l’éveil du subconscient suite à une intervention magique. Le second moi d’Anthew se représente le plus souvent sous l’apparence et la voix de Graëchen lorsqu’elle était petite, mais apparence n’est pas fixe. Il arrive parfois qu’il prenne le visage d’Edmond ou de l’ex-femme de notre scientifique. Le second moi d’Anthew est celui qui contrôle les pouvoirs de celui-ci, pour le meilleur et pour le pire.

Régénération Cellulaire : Grâce à cette capacité, il a physiquement rajeuni. Globalement, ce don est utile car il permet à ses blessures de se cicatriser deux fois plus vite que celles des gens normaux. Le coût en énergie est proportionnel à la blessure. Une écorchure n’aura aucun effet, mais une plaie plus ou moins profonde lui donnera la migraine, et un coup mortel le fera sombrer dans l’inconscience… ou dans le coma, dans le pire des cas. (Il peut également en mourir, mais dans le cadre du rp, je préfère garder ça comme ça.). Son don est contrôlé par son second lui-même.

Anticipation : Dans un rayon de cent mètres, le second moi d’Anthew peut détecter une personne hostile à la vie de sa personnalité dominante. C’est surtout grâce à cela qu’Anthew pourra survivre dans Heaven. Ce n’est pas un pouvoir infaillible, car il ne peut pas détecter les démons, les anges ou les fantômes car ils ne sont pas supposé être sur cette terre, appartenant à un autre monde.

P O I N T . F O R T :
Malgré sa descente aux enfers et sa folie, il reste un homme intelligent. Mais sa folie a affecté grandement sa manière de raisonner et son imprévisibilité est l’un de ses plus grands avantages. On ne sait jamais quand il va fuir ou quand il va sortir un pistolet et faire feu. Il reste néanmoins très conscient des risques et c’est un homme relativement calme en toute situation… ou pas. Grâce à son don, il a la capacité de régénérer ses cellules et donc être rapidement remis sur pied après un assaut particulièrement violent. Les petites blessures gênantes disparaissent immédiatement.

P O I N T . F A I B L E :
La curiosité est peut-être l’un des plus grands défauts de l’homme, mais chez Anthew, c’est un défaut qui lui cause beaucoup de tracas. Lorsqu’un sujet le passionne, il oublie totalement d’être attentif à ce qui l’entoure (Graëchen ainsi que ses autres enfants en ont grandement souffert, d’ailleurs) et il devient vulnérable aux attaques surprises. Ce n’est pas non plus un athlète, alors, niveau endurance, on repassera. Sa folie est aussi un point qui peut gêner lors d’un combat ou une altercation. Son second moi peut aider, mais il n’est pas infaillible, comme il a été mentionné plus haut.

T E C H N I Q U E . D E . C O M B A T :
Franchement… Malgré tout ce qu’on peut croire, Anthew Doe n’a jamais été un bagarreur. Oh, il s’est peut-être battu une ou deux fois dans sa vie, mais rien qui ne puisse affirmer qu’il soit un bon combattant. Sa technique est donc rudimentaire; il cogne avec ses points ou avec ses pieds de manière instinctive; abattre l’adversaire. S’il sait qu’il n’a aucune chance de vaincre, il sort le pistolet. Et si le pistolet ne suffit pas, ses bonnes vieilles jambes sont toujours opérationnelles. Grâce à sa régénération cellulaire, les entailles et les blessures ne l'effraient pas, et s'il faut se blesser sérieusement pour vaincre un adversaire déterminé à vous faire la peau, il n'hésitera pas une seconde. Ce manque de peur en fait non seulement un homme dangereux, mais aussi un homme vulnérable. Ce n'est pas dit que son pouvoir ne le lâchera pas au mauvais moment.

C H A R A C T E R


P H Y S I Q U E :
C A R A C T È R E :
Taciturne: Anthew ne prend jamais la parole sans raison. Jamais. Même pas pour dire bonjour ou pour féliciter quelqu'un. Il ne parle que s'il a quelque chose d'utile à dire. Donc, le célèbre "comment ca va?" qui ponctue les phrases de politesse, il ne le dit jamais. Parce qu'il s'en fout, en partie, de vos malheurs, et aussi parce que c'est inutile de demander à quelqu'un qui pleurniche dans son coin s'il va bien. C'est d'ailleurs cette économie de salive qui lui a valu cette réputation d'homme froid et distant, mais bon, lorsqu'on ne parle que très peu, il faut s'y attendre. Les rares fois où il va faire plus que des mots monosyllabiques (dans le genre "oui" ou "non"), c'est lorsqu'il fait un discours explicatif ou alors argumentatif. Sur ça, il est très fort. Chiant, il va s'en dire, mais fort quand même.

Intelligent: Ah, ca oui. Même s'il est un peu bizarre et dérangé par la faute de sa célèbre fille, il reste un homme très intelligent. Et ce n'est pas que pour les maths. Il est très doué pour réfléchir. Vous savez, ce petit truc que beaucoup de gens oublient de faire dans le feu de l'action parce que l'adrénaline les agite à un seuil anormal? Eh bien, c'est ça. Lui, il ne l'a pas. La poussée d'adrénaline, il sait la contrôler et il ne se laisse jamais brouiller par les sentiments. C'est surtout son intelligence qui est à craindre, si ce n'est pas son poing. Il réfléchit toujours longtemps avant de prendre une décision critique, et mieux encore, il peut réfléchir sous pression. Vous ne me croyez peut-être pas, mais vous verrez, si vous le rencontrez.

Détaché : Le détachement est probablement l’arme la plus dévastatrice dans l’artillerie mentale d’Anthew. N’essayez même pas de menacer un de ses gosses, il n’en a rien à foutre… et il pourrait même vous offrir de vous aider. Il n’y a rien de précieux à ses yeux hormis son désir de se venger de Graëchen à sa manière, que ce soit de la tuer ou pas. Il n’a aucun désir personnel, car sa seule passion véritable concerne les étoiles, et disons qu’il n’a pas beaucoup de temps pour les observer… surtout qu’il n’a pas de laboratoire à lui, ni de télescope. Pour ses enfants, il ne ressent rien. Pour les souvenirs heureux ou tristes, il ne ressent rien. Il n’a rien à lui qu’il considère comme précieux, même pas sa petite personne, quoi qu’il la préserve dans le cadre de sa vengeance.

Fou : Ah, la folie. Quelle triste maladie. Mais il y a un hic. La folie s’applique à bien des domaines. La folie d’Anthew, c’est surtout son imprévisibilité. Il ne sait jamais ce qu’il va faire à l’avance et il se comporte parfois avec un désintérêt total pour sa propre sécurité (en partie à cause de la corruption mentale causée par son pouvoir de régénération). Comme il n’a pas peur de mourir, il a tendance à exécuter certains gestes qui seraient normalement impensable de faire (sauter du haut d’un immeuble de quatre étages pour attérir sur une camionnette, avancer vers un homme qui tient un pistolet, ce genre de choses) pour tester les capacités et limites de son pouvoir. Il y a aussi quelques fois ou lui et la seconde conscience se disputent quand à la décision à prendre. Alors qu’il est du genre à laisser filer un homme qui a attenté à ses jours (plus par manque d’intérêt que par clémence), il lui arrive d’avoir une crise et de tuer l’homme.

H I S T O I R E :

Back To Life

L’eau était glaciale. Mais quelque chose d’autre hantait l’esprit d’Anthew Doe alors qu’il s’enfonçait dans l’abysse glacial d’une rivière. Graëchen avait tenté de le tuer. C’était une pensée obsédante. Ah, comme il aurait voulu lui ouvrir la poitrine pour lui arracher le cœur. Elle est bien la seule personne qui a été capable de provoquer en lui une telle haine. Oh, le froid n’était pas si désagréable; il était réchauffé par la haine, immobilisé par la drogue et lentement en train de mourir au fond de l’eau. Il ne pouvait pas lutter, et il ne pouvait pas respirer. Cette salope n’avait pas oublié de garder la porte de la voiture bien ouverte avant de se jeter à l’extérieur. Le pire, c’est qu’elle ne savait même pas conduire! Elle avait calé le moteur tant de fois qu’il aurait eu le temps de boire un café avant de mourir. Mais bon. Elle lui avait quand même enfoncé une aiguille dans la gorge. Cette petite avait du cran. Déjà gamine, il lui semblait qu’elle était une espèce de Némésis envoyé par son ex-femme pour lui faire la peau. En fait, elle lui en avait envoyé trois; Graëchen, la fille prodigieuse, Edmond, le geek et enfin Aloïs, le « particulier ».

C’est drôle. Maintenant qu’il était au fond de l’eau, il trouvait enfin la force de sourire. Est-ce que c’était vraiment envers Graëchen qu’il vouait cette haine ou alors nourrissait-il pour elle une espèce d’admiration mêlé de jalousie? Lui-même, considéré comme l’un des grands scientifiques de son époque, n’avait jamais eu le quart de la vivacité d’esprit de cette gamine. Il se mit à rire. En fait, au fond de l’eau, on va plutôt dire qu’il était en train de rigoler (wah, le jeu de mot pourri). Des bulles de dioxyde de carbone quittaient ses lèvres alors qu’il retirait de son cou l’aiguille qui le faisait souffrir. Il était hilare. Cette gamine était tout simplement prodigieuse. Miraculeuse. Incroyable. Il se prit la tête à deux mains puis il continua de rire, même si le manque d’oxygène le torturait. Il défonça la fenêtre du chauffeur avec deux grands coups de pied, ralenti pas la densité de l’eau (effectivement, un coup porté dans un liquide perd beaucoup de sa force d’impact), s’entaillant la peau avec la vitre brisée qui entrait par la fenêtre, puis il s’extirpa. Alors qu’il approchait de la surface, l’absence d’air dans ses poumons le fit basculer dans les ténèbres. Il ne sut pas combien de temps il resta comme cela, à nager entre la vie et la mort. Peut-être trois jours. Parfois, il avait des éclairs de lucidité et il parvenait à sortir la tête de l’eau pour prendre une bouffée d’air fraîche, puis, il restait à nouveau dans cet état d’agonie. On le retrouva alors au milieu des roches, sur une berge. Une ambulance l’emmena à l’hôpital.

Il y resta une année. Une longue année.

Il ouvrit les yeux au bout de cette année, presque jour pour jour. Son corps avait enfin fini d’évacuer l’eau de ses poumons, à force d’évaporation. Son cerveau se remettait en marche après tout ce temps d’oisiveté. Les infirmières se sont ruées vers lui, mais il refusa leur aide, avec un air détaché, presque blasé. Les seules mots qu’il arrivait à prononcer, c’était « trouver » et « Graëchen » (vous aurez compris que ses facultés mentales ne lui étaient pas déjà toute revenue.) Il demanda qu’on lui rende ses vêtements, et ce n’était pas peu dire; passer une année dans le coma, il avait perdu beaucoup de poids. Il ressemblait à Edmond, en fait. On l’avait nourri par un tube pendant une année, mais seulement assez pour que son corps continue de fonctionner. Malgré les ordres des infirmières, il haussa violemment le ton. Effrayée par la rage du patient, visiblement très impatient, une infirmière lui tendit les vêtements propres. Il les enfila puis il quitta l’hopital, sans écouter les recommandations du médecin. Il n’avait ni le temps ni l’envie de passer la série de test. Il s’était rarement sentit aussi bien (après tout, il s’était saoulé à tous les soirs depuis que Graëchen avait indirectement (ou presque) causé sa disgrâce. Il était temps qu’il se remette sur les rails.

Il sortit dans la rue puis il fouilla sa poche pour trouver un peu de monnaie et il passa un coup de fil à ses notaires qui lui annoncèrent que, suite à la déclaration de son décès, la plupart de ses biens et son argent avaient été transférés dans les comptes en banque de ses héritiers légitimes. Il étira un sourire au moment où on lui révéla qu’ils étaient tous à Heaven. « Parfait » songea-t-il avec satisfaction. Il savait où il devait désormait aller. Mais avant, il y avait quelques choses qu’il devait organiser avant de reprendre une vie presque civile. Il regagna sa maison. Contrairement à Graëchen, il n’avait jamais eu envie du grand luxe. C’était sa maison, une maison qu’il ne fréquentait que rarement. Il se dirigea tout d’abord à la cuisine, fouilla les étagères et en sortit une grande bouteille de rhum ainsi qu’un verre. Il remplit celui-ci du contenu de la bouteille puis il l’avala d’une traite, savourant le feu glacial qui lui brûla la gorge alors que le liquide se dirigeait tout droit vers son estomac. Il essuya sa bouche du revers de la main, secoua un peu la tête sous un frisson, puis il se dirigea vers la salle de bain, et il subit son premier choc. En regardant dans la glace, il vit son visage… qui était ma foi bien plus jeune! Il se donnait tout juste une vingtaine d’années et des poussières. Surpris, il approcha son visage de la glace et le toucha. Plus de rides, plus rien. C’était comme ses blessures. Ses plaies et ses cicatrices, qu’il arborait depuis des années, n’étaient même plus là. Il examina tout son corps, puis il sourit. « Dur à croire, mais on m’accorde une seconde chance! ». Il était maintenant méconnaissable, puisque aucun de ses enfants ne l’avait déjà vu sous ce visage, puisqu’il n’a jamais songer à conserver des photos de son passé. Heureusement, il ne ressemblait à aucun de ses enfants. Surtout pas Edmond. Ah, Edmond. Ce gamin n’avait pas le génie de sa sœur ou les pouvoirs de son petit frère, et il était franchement faible, mais cela dit, Anthew se surprit à croire qu’il serait peut-être le seul à être content de le revoir. Ou pas. Il se mit à sourire puis il songea que cette apparence lui sera utile.

-Ca te plait, alors! Lanca une voix de gamine.

Anthew sursauta, reculant d’un coup brusque pour chercher l’origine de la voix. Il n’y avait rien. Rien autour de lui.

-Arrête de me chercher, je ne suis pas là, lourdaud!

Le scientifique se mit à réfléchir à toute vitesse. Épluchant toutes les réponses raisonnables à cette soudaine manifestation de voix dans sa tête, il en vint à une conclusion qui le stressa de quelque peu; était-il en train de devenir fou?

-Oh, peut-être un peu, mais ce n’est pas ma faute, bougonna la gamine.
-Mais qui es-tu? Demanda alors Anthew.

Voilà qu’il répondait. Non mais franchement, ce n’était pas sérieux! Il répondait à une voix qui était probablement issue de la schizophrénie causée par l’abus de drogue et d’alcool. Il prit une grande inspiration et se fixa à nouveau dans le miroir. En regardant l’objet en question, il remarqua avec stupéfaction que le reflet qui s’y trouvait désormais n’était pas le sien. C’était… Graëchen en version miniature.

-Et voilà que j’imagine cette sale gamine…
-Beeen, je suis désolée! C’est tout ce que j’ai trouvé dans ta tête! Protesta l’enfant dans le miroir en faisant une moue boudeuse.

Anthew recula d’un mouvement brusque et heurta le mur derrière lui, surpris. Il ne s’attendait pas du tout à avoir droit à une réponse! Maintenant, il en était sûr, il devenait réellement fou. Étonnament, pourtant, il osa poser une question.

-Mais qu’est-ce que tu es?

Le sosie de Graëchen-enfant, satisfait de cette question, étira un sourire tout ce qu’il y a de plus innocent.

-Je suis toi! Dit le reflet avec enthousiasme. Ou plutôt, une partie de toi. Je suis la partie de la magie qui sommeille en toi.

Anthew se passa une main nerveuse sur le visage et tenta de respirer calmement. Non, c’était scientifiquement impossible. La magie n’existait pas. Ce visage, c’était juste son esprit qui lui jouait un tour. Avec la drogue et l’alcool, son cerveau devait commencer à dérailler sérieusement. La magie, ca n’existait pas. Oh, bien sûr, il y avait l’étrange capacité d’Aloïs, mais ce n’était pas pour autant que tout le monde avait cette sorte de malédiction! Il sortit de la salle de bain. « Bon sang, Anthew, reprend sur toi! » s’encouragea-t-il, secouant la tête, avant de se la prendre entre les deux mains et s’adosser au mur. Il commença tout d’abord par se résumer les derniers événements de sa mémoire. Tout d’abord, il avait essayé de tuer Graëchen, mais elle lui avait enfoncé une seringue dans le cou, puis elle l’avait envoyé se noyer dans une rivière. Puis, il était resté seul dans l’eau. Il aurait normalement dû mourir!... alors, comment a-t-il fait pour réussir à rester en vie suffisamment longtemps pour s’échapper de la voiture inondée?

-Et c’est à ce moment là que je suis intervenuuuuue! S’exclama à nouveau la voix.
-Quoi?
-Lorsque tu allais mourir, je me suis réveillée. Ainsi que ton pouvoir de régénération ^w^
-P…pouvoir?
-Bah oui. T’imagine qu’un homme pourrait survivre trois jours dans une rivière sans mourir? Sérieusement!
-Ca ne prouve rien!

P R E F E R E N C E S


C E . Q U E . V O T R E . P E R S O . A I M E :
C E . Q U E . V O T R E . P E R S O . N ' A I M E . P A S :
L I E N S . F A M I L I A U X :
-Il est le père de Graëchen, d’Edmond, d’Aloïs ainsi que d’Edgar Allan Doe, bien que côté « figure paternelle », un bulldog aurait fait un meilleur travail.
-Il a une petite fille nommée Cassandre A. Doe, qui est la fille d’Edgar. Il ne la connait pas, mais ne sait-on jamais, les choses peuvent changer.

B U T :
Peut-être tuer uniquement Graëchen ou peut-être toute sa descendance de détraqués.

A U T R E S . R E N S E I G N E M E N T S :

B E H I N D . T H E . S C R E E N


C O M M E N T . A V E Z - V O U S . C O N N U . L E . F O R U M ?
Merci à Graëchen

V O T R E . N I V E A U . E N . R P G :
Moyen

R A N G . P E R S O N N A L I S E :
-Lonely Father-

Q U E L L E . E S T . L A . M A S C O T E . D U . F O R U M ?

V O U L E Z - V O U S . U N E . D E M E U R E ?

D E S C R I P T I O N :

D E S . S U G G E S T I O N S ?

A U T R E . C H O S E . À . D I R E ?
Très réussi, le graphisme du forum.

En cas d'abandon, êtes-vous d'accord à passer votre personnage en prédéfini?: [X]Oui [] Non
Revenir en haut Aller en bas
 
Et le papa débarque... [Bien des choses à réajuster.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature fait bien les choses ?PV Dentô Shinji ?
» Le destin fait parfois bien les choses ? Ft Justin.
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad
» le hasard ne fait pas toujours bien les choses / pv Amber VdW
» La faim fait bien les choses. [Leen'] sujet clos.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archives des présentations persos-
Sauter vers: