Partagez | 
 

 Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sinéad Rainworth
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Joue avec moi et tu verras.
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres, mais elle sait se servir d'armes à feu.
Pouvoirs maitrisés: Vision extralucide / Régénération du feu / feu
Particularités physiques actuelles: Position foetale...

MessageSujet: Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]   Mer 23 Mar 2011 - 14:06

₪ MON IDENTITE ₪


- Nom :
Rainworth.

- Prénom(s) :
Sinéad.

- Âge :
Visuellement 17 ans (en fait je suis née le 03 avril 1789).

- Nationalité :
Heavenoise.



₪ VOTRE VIE À HEAVEN ₪

- Métier :

- Date d'arrivée dans la ville :
J'y étais avant sa construction...

- Camp :
Résistante.

- Votre rang dans votre groupe :
Combattant.

₪ RACE ₪

- Race :
Follet de feu incarné dans un corps humain.

- Race possédée :
Aucune.

- Particularités raciales :
- Vision Extralucide : le personnage est capable de voir les esprits et la véritable race ou forme des gens.

- Régénération Naturelle : les Follets ont cela d'intéressant que lorsqu'ils sont en contact avec leur élément naturel, ils se régénèrent automatiquement. De plus, si ils sont parfaitement sains, ils bénéficient quand même d'un regain de vigueur du genre "Oh, je me suis jamais senti en meilleure forme !". Chaque Follet a un élément, et un seul. Cela peut-être l'électricité, l'air, le feu, l'eau, le sable, la terre, le vin, la bière, le sang, le bois, la cocaïne, l'alcool, le métal, la lumière, l'ombre, la glace, les glaces, bref. Chaque chose fait partie de cet ensemble que l'on appelle La Création, et il existe des Follets liés à tout ! Même aux programmes TV. Mais ce follet là je ne vous le conseille pas, son QI ne vole pas très haut... il passe son temps à se nourrir en regardant les émissions et les pubs sur son téléviseur.

- Particularités Raciales du Possédé :
Le nombre de pouvoirs magiques n'est pas celui du possédé mais celui de l'âme incarnée en lui. De plus, un possesseur ne prend que la base des pouvoirs raciaux. Lorsqu'il y a une divergence et un choix à faire entre deux particularités, lui, n'en prend aucune (ex : entre 1 pouvoir + Vision Extralucide + Sens Aiguisés et 2 pouvoirs + Vision Extralucide, on a juste Vision Extralucide, car les pouvoirs magiques ne sont pas comptés et le choix entre un deuxième pouvoir magique et Sens Aiguisés aboutit à un choix zéro.)

- 1 Pouvoir : simple pouvoir magique. Purement mentaux, les pouvoirs ont tendance à être remplacés par ceux de l'esprit parasitaire lors des possessions.

₪ TECHNIQUE DE COMBAT ₪

- Armes :
(voir avatar) Mes armes... Deux lames... J'ai poussé le fétichisme a les faire (j'ai fabriqué ces deux armes) en forme d'archet de violon. Le crin de cheval étant remplacé par une lame aiguisée en acier trempé inoxydable. Si l'un est toujours dans mon dos, on peut parfois se demander où est le deuxième. En réalité, il est toujours rangé avec son "copain" mais parfois, il semble "disparu"... Enraciné dans les Enfers ? Peut-être. Peut-être pas. Quoi qu'il en soit, je délaisse peu à peu ces armes de plus en plus inutiles dans ce monde. (Voir technique de combat pour de plus amples détails.)

- Pouvoirs :
- Vision Extralucide : le personnage est capable de voir les esprits et la véritable race ou forme des gens.

- Régénération Naturelle : les Follets ont cela d'intéressant que lorsqu'ils sont en contact avec leur élément naturel, ils se régénèrent automatiquement. De plus, si ils sont parfaitement sains, ils bénéficient quand même d'un regain de vigueur du genre "Oh, je me suis jamais senti en meilleure forme !". Chaque Follet a un élément, et un seul. Cela peut-être l'électricité, l'air, le feu, l'eau, le sable, la terre, le vin, la bière, le sang, le bois, la cocaïne, l'alcool, le métal, la lumière, l'ombre, la glace, les glaces, bref. Chaque chose fait partie de cet ensemble que l'on appelle La Création, et il existe des Follets liés à tout ! Même aux programmes TV. Mais ce follet là je ne vous le conseille pas, son QI ne vole pas très haut... il passe son temps à se nourrir en regardant les émissions et les pubs sur son téléviseur.

- Feu : En fonction de ma statistique de magie, je pourrais utiliser mon élément pour faire un peu ce que je veux. Briquet, boule de feu, puis à très très haut niveaux : boucliers... N'en abusant pas, nous sommes d'accord...

- Point fort :
Ma magie. J'ai passé trop de temps à l'utiliser et à laisser mourir ma forme physique pour que j'ai encore un autre vrai point fort. Je suis rapide et agile, mais je n'ai pas une grande endurance ou une grande vitesse. De plus, j'ai assez l'air d'une psychopathe mortuaire pour qu'on vienne trop m'emmerder. De plus, je suis bien du genre à attaquer la première sans raison (tuer... tuer pour continuer à exister...) donc à vrai dire, je me suis fait ma petite réputation... Dans le milieu... Je suis encore en train d'éduquer le citoyen lambda de mon existence... "Quand vous me voyez, fuyez ou mourez." Pour le moment, les candidats à la deuxième option sont nombreux.

- Point faible :
Et bien le reste... Premièrement, vous le verrez dans mon caractère, je suis mon premier ennemi. La Peste ne m'aime pas et je crains la Peste. De plus, je suis tout de même un "follet" (je préfère le terme d'élémentaire, c'est plus moins maléfique) donc je suis relativement instable. Le rapport entre ma nature de follet (élémentaire) et la Peste est possible, mais il faudra le faire.

* concernant ce lien :
Certains scientifiques curieux pourront peut-être s'amuser à le faire...

Ensuite, mon attaque, mon endurance, et ma défense sont largement... Inexistants ? Invisibles ?

- Technique de combat :
J'utilise principalement la magie, par réflexe. Bien sûr, si je possède des armes, c'est que je sais m'en servir... Je commence à les délaisser car... Et bien un katana, sabre (nommez ça comme vous voulez), c'est carrément plus «antique» qu'un pistolet ou qu'un fusil automatique (Pancor Jakhamer, par exemple)... Et les pistolets de mes ennemis sont carrément plus mortels que mes petites lames... Donc la magie reste un bon moyen d'attaquer... Je garde les lames, au cas où, pour les attaques surprise par exemple... De plus, mon attaque physique est moyenne (elle diminue plus j'use de magie) donc mes impacts sont de plus en plus légers... Ah, il est fini le bon vieux temps où je pouvais décapiter un homme facilement... Maintenant je coupe simplement... Et dans dix ans ? Hein... Ma magie, elle, est en expansion. Plus je m'en sers et plus elle augmente... D'autant que je préserve mon agilité. Ma vitesse est donc travaillée... Le reste est dérisoire. Ma défense est ridicule ; la moindre écorchure est pour moi une véritable saignée...

₪ PREFERENCES ₪

- Ce que votre personnage aime :
Tuer des gens... On se demande qui, de la Peste ou de moi-même préfère vraiment tuer des gens, mais c'est tout de même assez grisant de savoir qu'on le pouvoir de vie ou de mort sur quelqu'un, surtout quand on a un pouvoir de mort. La vie est tout de suite plus inintéressante. J'aime bien être seule, j'aime bien être dans le noir, ou plutôt, je préfère être dans le noir, j'ai l'impression de pouvoir me cacher de la Peste... Elle me pourchasse.

- Ce qu'il n'aime pas :
La Peste. En fait, je n'ai rien contre. Mais elle me fait peur... Je n'aime pas savoir qu'elle est là, je deviens folle. Je ne suis plus moi-même, et c'est ça que je n'aime pas. Je n'aime pas les gens en général... Car lorsqu'il y a des gens, la Peste sort, et quand la Peste sort, je me mets à tuer. Tuer, c'est plaisant, car ça lui plaît à elle, mais moi, ça m'écoeure... Je n'aime pas mon visage dans le miroir quand je suis en "transe". Ah, et je n'aime pas la famille Horrow, à savoir pourquoi...

- Liens familiaux :
- Père : Jibril Rainworth (adversaire de Kira Horrow).

- Animal possédé :
Aucun.

- But :
Tuer tous ceux qui ont vécu lors de la disparition des soldats du général Horrow.

- Autre renseignements :
"Celui qui me demande ce que c'est que ce pansement... Je vous préviens, je lui arrache les yeux et je le pends avec les nerfs optiques. Bonne journée." (La Peste)

₪ VOUS ₪

- Comment avez-vous connu le forum ?
Hi hi hi...

- Votre niveau de RP :
Moyen à bon.

- Rang personnalisé :
Code:
<font color=firebrick><i>- Briquet</i> en Second -</font>
- Briquet en Second -

- Voulez-vous une demeure ?
Plus qu'une maison je voudrais bien un bureau dans la Résistance.

- Description de la demeure :
À copier/coller dans la description de forum :
"Amalia étant le genre de personne qui vit, qui dort, qui mange, et qui se lave, dans son bureau, la porte qui mène à son antre est crainte des rares personnes qui passent. On sait que l'odeur de brûlé et de transpiration qui s'en échappera lorsqu'on aura appuyé sur la poignée en fer chromé est irrespirable... On sait aussi que la créature paranoïaque plus vraiment humaine qui y passe ses journées enfermée dans le noir le plus complet est susceptible de tuer celui qui l'importunera. En bref, ce bureau est souvent évité et personne n'y rentre."

- Des suggestions ?
Non.

- En cas d'abandon voulez-vous passer votre compte en prédéfini ? OUI [] NON [X]


Dernière édition par Amy Rainworth le Dim 27 Mar 2011 - 18:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2274-sinead-rainworth-briquet-de-s
Sinéad Rainworth
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Joue avec moi et tu verras.
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres, mais elle sait se servir d'armes à feu.
Pouvoirs maitrisés: Vision extralucide / Régénération du feu / feu
Particularités physiques actuelles: Position foetale...

MessageSujet: Re: Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]   Jeu 24 Mar 2011 - 13:18

₪ HISTOIRE ₪

- Physique :
J'ai un physique très indéfinissable. Je suis colorée. J'ai bonne mine - le feu qui m'anime y est probablement pour quelque chose... - cependant on sent que cette apparence est trompeuse. Toujours rabougrie sur moi-même, les cernes pleins les yeux... Les flammes de haine et de désir de destruction qui y règnent sont vraiment transperçantes de détresse... Je suis tout et son contraire. Je suis une adolescente humaine, mais il y a une chaleur intolérable à proximité de moi, je suis colorée mais on voit encore plus mes côtés ternes, je suis armée jusqu'aux dents (t ça se sent) mais je passe mon temps à me cacher ou à pleurer... Je ne suis pas catalogable...

En toute objectivité, je peux vous dire que je suis petite. Ma croissance ayant été stoppée par la faim et la malnutrition, je suis mince (maigre car même maintenant mon estomac n'est pas bien grand) et petite. J'ai les cheveux rouges... Et c'est une de mes hantises... Ils sont toujours désordonnés car il m'arrive régulièrement de craquer et de me les arracher par poignées... Le roux... Les roux n'ont pas d'âme... Et la Peste a profité de mon absence d'âme pour venir... Mes cheveux sont la cause de la Peste (comment ça c'est un raisonnement à la Socrate basé sur un stéréotype à la con ?), alors mes cheveux doivent disparaître si je veux que la Peste s'en aille...

Avec mes cheveux "plus ou moins réorganisés" (à mort le politiquement correct) je ressemble plus à... En fait pas grand chose... Une gamine toute rose, habillée de rouge pétant, avec des cheveux assortis aux vêtements, toute décoiffée, avec des cernes qui rejoignent le sourire... Sans vous parler de mes pupilles de dingue. Ce que je veux dire par là c'est qu'elles sont OU dilatées au maximum (on dirait un chat drogué, c'est horrible) OU rétractées au maximum (on dirait un serpent en train de se taper le trip de sa vie, c'est pire)...

Ce phénomène de rétractation (ou l'inverse) s'explique scientifiquement : je passe tout mon temps dans le noir (donc avec les pupilles dilatées au maximum) et le reste du temps, j'ai les yeux tellement habitués à l'obscurité que mes yeux se rétractent au maximum pour compenser... En tout cas, j'ai l'air de planer très très haut. En réalité je ne me drogue pas, je ne compte pas le faire, et je pense que la Peste ne marchant pas droit est un spectacle intéressant, mais effrayant... Je ne veux pas être là pour ça... Hors la Peste, c'est moi.

Mes armes... J'en ai parlé plus haut, elles sont étranges. Celle que j'attrape avec la main droite est toujours présente dans mon dos ( pour plus de clarté nous la nommerons Droite) et l'autre semble jouer à cache-cache avec vos yeux. Gauche est là, mais pas vraiment... L'héritage démoniaco-élémentaire-follique (et non pas phallique) de la Peste est cette arme bizarrement présente... Elle est ancrée dans les "Ténèbres" (ou appelez ça comme vous le voulez, ça change d'une culture à une autre, je m'y perds) et se pointe parfois, quand elle le veut... Un peu comme la Peste en gros. C'est l'arme de prédilection de la Peste, donc.

Mes vêtements maintenant (et si j'entends un "à poil la Peste, je vous jure qu'elle vous tuera"...) : foulard déchiré autour de la gorge... Mais étant déchiré, mal coupé, froissé, tiré, filé, le foulard est souvent n'importe comment et m'emmerde sérieusement. Je porte sinon des bermudas beiges ou rouges avec un débardeur en tant que haut rouge ou beige (la couleur inverse du bermuda)... J'ai des bijoux, des chaines, des trucs bizarres...

- Caractère :
Le Mien :
Je suis ce qu'on appelle communément une "pauvre petite chose fragile"... J'ai peur de tout... En fait je passe mon temps roulée en position foetale à gémir, cachée sous mon bureau, cloîtré dans le noir, dans un sous-sol de la Résistance. J'ai peur de tout. Tout est synonyme de La Peste, car la Peste remonte à la surface pour un peu tout et n'importe quoi. Mon caractère, avec le temps, depuis que la Peste est là, s'est effacé. Il ne reste plus que la peur... La peur, et la rage.

La rage remonte à la surface quand je me replonge dans mes souvenirs, quand je suis dans le noir. Je repense à ma famille, à la guerre, à comment on nous a traitées, avec ma mère, de comment on m'a maltraitée... Et la rage remonte... Et quand la rage est là, La Peste aussi. (Vous en saurez plus un peu plus loin.) Le cercle vicieux est donc : Peur - Isolement - Rage - Peur de soi-même - Isolement - Rage... Désespérant, non ? Moi je trouve ça lassant... Lassant, mais toujours impossible à déjouer... Pour le moment.

La Peste :
La Peste n'a pas vraiment de caractère. La Peste, ou le Follet qui me possède (un follet de feu), n'a pas vraiment de caractère... En revanche, sa puissance remonte à la surface uniquement quand je suis en crise de rage. La Peste prend le contrôle et tout devient flammes... Cependant, si la Peste en elle-même n'a pas de caractère, quand elle remonte à la surface, je deviens horrible. Déjà, j'ai cette envie de tuer qui remonte, lentement, suave, dans ma gorge, et qui me brûle... Des flammes de rages dans ma gorge. Ensuite, il y a cette détermination : il faut tuer, seule la mort de mes adversaires me procurera la paix que je voudrais. La mort des autres est si apaisante.

Cependant, si le suicide paraîtrait une bonne option, ça n'est pas une solution que la Peste accepte. Non, la mort est apaisante, mais pour être apaisée, il faut être en vie. La survie est primordiale. La survie est donc une caractéristique de la Peste. La Peste est comme un animal sauvage. Il ne supporte pas la contact des autres, il a envie de les manger... La Peste est comme ça... Elle ne supporte pas le contact humain. Dès qu'un humain est là (seuls les esprit démoniaques sont épargnés) La Peste doit le tuer. La seule différence entre la Peste et un animal c'est qu'un animal n'attaque que si il est importuné ou qu'il a faim... Elle, elle attaque sans raison aucune.

Comportement en société :
Et bien, quand la Peste est là le seul comportement que je peux avoir est une séance d'attaque intensive non négociable. La Peste étant un méchant "classique" elle aime torturer et il se peut que ses victimes profitent de ces moments-là pour fuir. Face à des démons, la Peste sait reconnaître qui est le patron et se montre sous un jour inconnu : "un petit toutou bien dressé qui attend son su-sucre". En dehors de ça, fuyez... Sinon, c'est tout l'inverse quand elle n'est pas là. Je suis paranoïaque, les yeux toujours dilatés au maximum, épaules rentrées dans le corps tête enfoncée dans mon buste... Je ne veux pas exister.

Explications scientifiques :
La Peste est toujours plus ou moins là, mais ne ressort que dans certains cas. Pour le moment, aucun scientifique ne s'est penché sur mon cas, donc je publierais ces informations plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2274-sinead-rainworth-briquet-de-s
Sinéad Rainworth
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Joue avec moi et tu verras.
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres, mais elle sait se servir d'armes à feu.
Pouvoirs maitrisés: Vision extralucide / Régénération du feu / feu
Particularités physiques actuelles: Position foetale...

MessageSujet: Re: Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]   Sam 26 Mar 2011 - 20:51

Histoire


- Histoire :

Sinéad's theme (Within Temptation - Sinéad)

Commençons par parler de mes parents. Mon père était Jibril Rainworth, le terrible adversaire des Horrow. Ma mère était une jolie petite fermière de dix-neuf ans qu'il avait recrutée en tant que bonniche. J'étais une "bâtarde cachée. Bien sûr, selon la population, je n'avais pas de père. J'étais une erreur. Je ne méritais pas de vivre. Mon père refusait de donner un salaire un peu plus élevé à ma mère pour me permettre d'avoir à manger, et des vêtements. Ca et les insultes qu'elle récoltait ("catin", "putain", etc...) la déprimaient intensément. Elle se laissait abattre. Elle ne mangeait plus et le petit bébé que j'étais dépérissait. Ma tante dut reprendre les choses en main.

Elle ne pouvait pas laver l'honneur de sa soeur, mais elle pouvait au moins l'aider... Comme maman n'avait pas les moyens de me nourrir et de payer un loyer, ma tante nous logea. Elle s'occupait du ménage, des courses, de son travail, des dépressions et du goût prononcé de ma mère pour l'alcool, mais elle refusait de s'occuper de moi. Selon, ma mère n'était pas fautive de mon existence, c'était de ma faute à moi... Quand maman travaillait, et que ma tante était à la maison, elle me maltraitait... Elle me faisait boire de petites quantités d'alcool... Juste assez pour me dégénérer, mais pas trop pour ne pas me rendre accro.

Depuis que je suis petite, je suis bizarre. Je me roule en boule comme une paranoïaque disant que le "monstre" allait venir me maltraiter... On disait de moi que j'étais une sorcière, que j'étais maléfique, que j'étais démoniaque, alors qu'en fait j'avais juste peur de ma tante. C'est ironique non ? Etant donné que je finirais maléfique... Pour éviter que je finisse au bûcher, ma mère m'envoya paître loin... Elle m'avait construit une cabane à l'écart et venait me ravitailler de temps en temps... Elle n'était pas riche et n'avait jamais été éduquée (comme les femmes), en revanche elle m'avait volé un livre simple que j'avais déchifré petit à petit... Au lieu d'apprendre à lire en un an j'en avais mis deux pour apprendre la moitié des lettres... J'ai vécu deux ans là-bas. J'ai mis deux ans avant de me remettre des divers abus de ma tante. Au bout de deux ans, j'avais peur d'elle, et j'avais envie de la tuer, mais j'étais saine d'esprit... Enfin...

* * * * *

Enfin j'étais saine d'esprit au début. Gamine, à sept ans, ma mère me fit embaucher à son travail. Je devais me faufiler dans les petits coins, je devais faire des petites tâches désagréables et difficiles pour les adultes. Je n'étais pas payée, mais j'avais les restes des cuisines et je profitais de devoir nettoyer la bibliothèque pour voler au Maître Rainworth (alias "papa") des livres... Je les déchiffrais en les lisant à voix haute, jusqu'au jour où j'en ai pris un avec une couverture en cuir, reliée d'un fil d'or... Il y a avait des lettres sur la couverture que je ne connaissais pas, et tout l'intérieur semblait écrit dans une drôle de langue...

* * * * *

Ne perdons pas de vue que j'en voulais à ma tante de m'avoir fait du mal et de continuer... Si je ne me souvenais plus trop de ce qu'elle me faisait quand j'étais toute petite, je savais qu'elle ne m'aimait pas et qu'elle tentait de temps en temps de m'empoisonner avec des herbes toxiques. Je ne mangeais plus ce qu'elle était susceptible d'avoir touché. Je maigrissais affreusement (et comme nous étions pauvres j'étais déjà très maigre). La faim me faisait tourner la tête, me rendait lunatique, parfois je devenais agressive quand il y avait de la nourriture à portée... On disait que même si ma "malédiction" avait l'air de s'épuiser, j'étais tout de même maudite.

Aussi, il y avait les racontars que ma mère devait supporter... Elle était toujours un catin qui ne méritait pas de vivre aux yeux de la société. Mon père semblait écoeuré en la voyant, tout comme le reste de la famille Rainworth. Pour se venger, ou alors tenter de me légitimiser, elle me fit porter son nom à lui. Ca les agaçait fortement. Ils l'insultaient, et ça m'énervait après eux. Ils n'avaient pas le droit de la traiter comme ça. On racontait qu'ils essayaient de trouver comment nous faire passer pour des hérétiques et nous tuer toutes les deux. Elle était possédée par le démon, et moi, le monstre, je l'étais aussi.

Ca m'a foutu en boule contre ma famille. J'avais maintenant dix ans. Je pesais vingt-deux kilos, pour un mètre difficilement atteint. Je savais lire les trois quart de l'alphabet, je ne comprenais qu'un mot sur deux, tout le monde me détestait et on voulait attenter à mes jours. On me traitait de démon. Si ça plaisait aux gens que je sois folle, autant leur donner ce qu'ils voulaient ! Je ne supportais pas d'être accusée d'un crime sans même profiter de ses avantages. J'ai fait la folle. Je prenais de grands airs dangereux pour que les gens me laissent tranquille... Ma mère ne me le pardonna pas. Elle disait que j'alimentais leur haine... Mais je savais que ça la soulageait que les villageois ne s'en prennent plus qu'à moi. Alors je continuais. Maman se reposait enfin.

* * * * *

15 ans. Depuis cinq ans, j'avais appris tout l'alphabet. Mais ce bouquin (que je n'avais jamais rendu, opposément à tous les autres) me restait toujours incompréhensible... J'avais tout de même décidé d'attribuer des sons en fonction de comparaisons arbitraires que j'avais fixées avec les lettres que je connaissais. Et au bout d'un moment, j'ai essayé de le lire à voix haute. Comme quand j'avais appris à lire l'alphabet normal. à votre avis, combien de probabilités que j'arrive à lire tout un chapitre correctement d'un bouquin démoniaque, et qu'en plus ça soit la page servant à faire apparaître une âme démoniaque pour une possession ?

Strictement aucune. J'avais joué contre les probabilités... Et j'avais gagné.

J'ai compris qu'il se passait un truc bizarre quand les pages du bouquin ont commencé à se tourner d'elles-mêmes quand je lisais. Mais vous vous imaginez assez bien que j'étais trop obnubilée par la lecture de cette langue bizarre pour arrêter et observer la situation d'un oeil scientifique. De plus, n'ayant pas reçu d'éducation, je ne savais pas que lors de tels phénomènes, il fallait arrêter tout et observer. enfin, j'ai poursuivi la lecture du machin, machinalement, et forcément, ce qui devait arriver, arriva.

Ce fut exténuée, comme après avoir couru, que j'arrivais au bout de la dernière ligne de la dernière phrase. L'herbe de derrière la maison, dans laquelle j'étais assise se mit à frémir... Il y a eu comme une explosion, mais il n'y eut pas de souffle destructeur. Juste une cercle de flammes tout autour de moi. L'herbe a été calcinée. Une marque vaguement noirâtre apparut tout autour de moi. Je me suis relevée en laissant échapper le bouquin qui resta grand ouvert aux pages que je venais de lire. Je regardais tout autour de moi et ne vit pas les pages se tourner. Une voix, vaguement ressemblante à la mienne s'éleva dans l'air et entonna à nouveau ce que je venais de lire.

Pendant que la voix répétait encore et encore ces phrases incompréhensibles, le Pentacle s'est tracé de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2274-sinead-rainworth-briquet-de-s
Sinéad Rainworth
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Joue avec moi et tu verras.
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres, mais elle sait se servir d'armes à feu.
Pouvoirs maitrisés: Vision extralucide / Régénération du feu / feu
Particularités physiques actuelles: Position foetale...

MessageSujet: Re: Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]   Lun 28 Mar 2011 - 10:24

Histoire


Shot In The Dark - Within Temptation

J'y connaissais rien à l'époque moi en dessin diaboliques. Donc un Pentacle, pour moi c'était juste une jolie étoile toute mignonne. Trop chou <3. Mon cul ouais. En fait un Pentacle c'est la merde. Un Pentacle, j'appris plus tard que c'était la "marque du démon"... D'aucuns racontent que les Pentacles sont les portails vers les Ténèbres (ou l'Enfer, ou appelez ça comme vous le voulez) et que quand des débiles profonds comme moi les ouvrent, les âmes des esprits démoniaques se précipitent à l'extérieur. Ce jour-là, j'ignore si plusieurs âmes "sont sorties" mais je suis à peu près sûre que la première d'entre elle fut celle de la Peste.

Noir. Je ne me souviens que du noir. Et du froid. Qui a dit que l'Enfer était en feu ? L'Enfer est glacial, sombre, terne... Vide. Pas étonnant que la Peste ait fui à grande vitesse cet endroit quant j'ai stupidement ouvert la voie. La créature de feu avait l'âme calcinée et ne devait pas beaucoup se plaire dans un vide glacé... Moi et ma haine des autres êtres humains ardente étions des choses bien plus intéressantes que ce monde... Et je me suis réveillée longtemps après. Maman m'avait trouvée inconsciente, avec diverses brûlures sur tout le corps. Je n'avais que quinze ans, les gens n'étaient pas sûrs que je survivrais.

* * * * *

L'avantage des racontars c'est que ça marche dans les deux sens. On nous avait stigmatisées, ma mère et moi, pendant toute mon existence, mais mon "mystérieux accident" avait fait jaser les foules. On racontait que c'était un homme du château qui m'avait aspergée d'alcool avant de me mettre le feu. Les gens avaient été tentés de dire que j'avais essayé de me suicider, poussée par le Démon à m'autodétruire pour le rejoindre, mais le fait qu'on m'ait trouvée inconsciente sans traces de combustible avait arrêté les gens. J'aurais dû m'asperger d'alcool, ranger les bouteilles dans un endroit inaccessible, aller au milieu de l'herbe et me mettre le feu à ce moment là... Même en essayant, j'aurais dû m'évanouir avant de pouvoir me mettre le feu. Quelqu'un était forcément passé par là pour m'aider... Alors qu'est-ce qui empêchait cette personne d'avoir tout fait ?

Personne ne sembla condamner le fait qu'on ait essayé de me tuer. Les gens semblaient d'autant plus indignés que le tueur m'avait loupée. Mais je savais la vérité donc je ne le prenais pas mal... De toute façon, avec la chose qui était en moi, j'avais de quoi réfléchir, et avec les brûlures que j'avais, de quoi me reposer... Cependant, la Peste est celle qui a rallongé la durée de vie de ma mère de deux ans, alors dans le fond, je ne regrette rien. Après tout, les racontars disaient que Jibril Rainworth avait envoyé quelqu'un me tuer, donc ce dernier ne pouvait pas décemment recommencer pour ma mère sans attirer l'attention et se faire condamner à mort.

* * * * *

J'avais changé, mais seule ma mère le vit. Les autres ne m'aimaient pas et n'avaient jamais fait d'effort pour me connaître. Ils croyaient que je n'étais qu'un être détestable possédé par le démon, et après que la Peste soit arrivée, j'étais un être détestable, amer et aigri, possédé par le démon. Mais ma mère, elle, sembla abattue de voir que j'avais changé. Elle me renvoya loin du village. Mes brûlures restaient avec le temps, et semblaient former des signes bizarres. Ca allait attirer l'attention. Elle me disait qu'il fallait que je parte si je voulais rester en vie, si elle voulait rester en vie. Je n'ai pas cherché à rester.

J'avais vu que la chose qui était en moi et que j'avais appelé la Peste car cette maladie incurable était dévastatrice à l'époque (c'était le bon temps, à l'époque les gens mourraient à quarante ans) prenait le contrôle quand j'étais en colère, et qu'en plus sa propre rage contaminait la mienne. Elle était en colère, alors elle me mettait en colère, alors je sortais de mes gonds, et elle prenait le contrôle pour tuer. On racontait, six mois après mon accident, qu'un fermier avait été retrouvé en un petit tas de cendres et d'os...

Si je restais, je serais peut-être poussée à tuer ma mère...

Je suis partie. Je suis retournée dans mon ancien campement et ai passé là-bas un peu plus d'un an. J'allais faire mes rares réapprovisionnements dans un petit village non loin de là. Je volais ce dont j'avais besoin car je n'avais pas d'argent. Et un jour il a bien fallu que je revienne.

* * * * *

L'histoire d'Heaven raconte comment les hommes du général Horrow (chef du petit village dans lequel je faisais mes "courses") ont disparu et comment Jibril Rainworth dut rentrer chez lui dépité de ne même pas avoir pu vaincre son adversaire. Ce que l'histoire ne dit pas, c'est comment, plus tard, Jibril Rainworth a disparu... Dans un tas de cendres.

Premièrement, il avait participé à la stigmatisation de ma famille et je ne pardonnerais jamais à un homme de m'avoir pourri la vie, et celle de ma mère juste pour le plaisir. Deuxièmement, je croyais ma mère sur parole quand elle me disait que c'était lui mon père. Il était trop lâche pour me reconnaître. Oh, je ne lui demandais pas de m'aimer, mais au moins d'avoir le cran de dire "ouais, 'est une erreur, mais c'est moi qui l'a faite alors vos gueules". Troisièmement, ses hommes avaient pillé et ravagé le village de Horrow donc il ne restait rien à voler, ni de maison à squatter... Et moi, ça me forçait donc à revenir dans son village à lui, là où tout le monde me détestait... Là où je détestais tout le monde et là où j'aurais drôlement envie de tous les tuer. Et enfin, pour finir... Quand je suis revenue dans mon village natal, que je suis allée chez ma tante, et qu'elle m'a foutu dehors en me disant que ma mère était morte assassinée deux mois plus tôt, j'ai craqué.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2274-sinead-rainworth-briquet-de-s
Sinéad Rainworth
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Joue avec moi et tu verras.
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres, mais elle sait se servir d'armes à feu.
Pouvoirs maitrisés: Vision extralucide / Régénération du feu / feu
Particularités physiques actuelles: Position foetale...

MessageSujet: Re: Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]   Lun 28 Mar 2011 - 19:34

Histoire


What Have You Done - Within Temptation

J'ai décidé de m'inviter. J'y avais travaillé un temps, je connaissais la maison. Je savais aussi qu'il donnait souvent des réceptions. Souvent... Ou presque tous les soirs. Tant pis pour lui si il avait encore ses invités à table lorsque j'arriverais. Il n'aurait pas dû faire ça, oh que non. J'avais dix-sept ans (ça ne changeait pas beaucoup la donne parce que je pesais le poids d'un gosse de dix ans en bonne santé) mais j'étais armée, et j'avais un esprit démoniaque à mon service. Probablement que lui aussi. Mais lui il n'était pas armé à table. Et lui, il aurait peut-être le courage de se sacrifier pour sauver sa famille. Je les traquerais tous.

Tous. Lui, elle (ma demi-soeur), elle (sa femme), elles (ses maîtresses), elle (ma tante), eux (ses serviteurs), eux (ses hommes)... Et la Peste me soufflait de pourchasser tous ceux qui avaient vécu dans ce qu'on nommerait plus tard la "plaine de sang" (qui s'étendait sur plusieurs villages) parce qu'ils étaient sur le territoire du démon. Sans m'expliquer, elle me fit comprendre qu'elle était plus ou moins à la botte des démons en général.

* * * * *

On a bien essayé de m'empêcher d'y rentrer. J'ai découpé un type en morceaux devant les autres et ils m'ont laissée passer. Ils étaient tellement pétrifiés qu'ils n'ont pas pensé à alerter la garde. Passant par les cuisines (c'était plus rapide), j'ai filé vers la salle de banquet. La maison était grande, mais je ne courais pas. J'avais tout mon temps... Il est important que vous notiez que j'étais tout pleinement en possession de mon corps. La Peste était tapie dans un recoin de ma tête, roulée en boule comme un félin. Endormie, mais tout de même sur ses gardes à attendre une brèche. Pour le moment je faisais tous mes efforts pour contenir ma haine. Je voulais la laisser éclater dans ce salon... Tout prendrait feu... Ca allait être cool.

Bien sûr, plus je me disais que je devais contenir ma haine, et plus elle ressortait... La Peste a pris le contrôle un peu avant que je n'arrive dans le salon. Si je ne garde de cette scène qu'une série de mouvements flous et de cris perçants... Je sais juste que je me suis réveillée le lendemain matin, à mon campement, avec le mal de tête de ma vie, un longue estafilade sur le ventre, et des brûlures de partout... J'avais donc mis le feu et m'étais pris un coup d'épée dans le bide... Peu après, une fois remise, j'étais allée contempler l'étendue de mon massacre. Gisait à l'emplacement du manoir Rainworth un tas de ruines fumantes.

* * * * *

Je suis arrivée dans le salon furibonde. La Peste était là. Les invités se sont offusqués. Ca ne se faisait pas, les servantes ne devaient pas entrer dans la pièce tant que les assiettes n'étaient pas vides, d'autant plus qu'elles ne devaient pas être aussi mal fagotées et pleines de terre. Après tout moi et la Peste ne nous étions pas douchées depuis... En fait jamais. "Papa", lui, s'est levé avec dans le regard mon corps décapité au bout d'un piquet. Il a sursauté, mais un sursaut déjà plein de haine. Mon "père" était devenu à moitié fou, disait-on, depuis qu'il avait vu le massacre de l'armée Horrow.

La Peste a avancé, mit son arme bien en évidence, pleine de sang. Y a un type qui s'est levé. Je dirais que c'était le futur fiancé de ma demi-soeur... Jibril Rainworth avait accepté de donner la main de sa fille à cet homme quand il avait "combattu" à ses côtés les troupes "démoniaques" de Horrow. Bien sûr, ils avaient oublié de dire qu'il n'y avait là-bas plus aucun homme en vie... La Peste a découpé ce "héros de guerre" sans pitié. Les invités se sont levés, horrifiés, et n'ont pas bougé... Enfin, jusqu'à ce que la Peste commence à les découper un par un. Là, les plus rapides (les hommes) sont partis, abandonnant les autres lâchement.

Mais la Peste était "brûlante" et le bâtiment fait en un vieux bois sec... Le manoir prit feu et ce dernier se répandit vite dans les couloirs. Les serviteurs réussirent globalement à s'enfuir, mais certains invités moururent intoxiqués au CO2 avant de finir réduits en cendres. Le seul qui restait dans le grand salon était "mon père". Assis tranquillement à la table, il finissait son verre. Sa rencontre avec Horrow l'avait détruit complètement... Et il était clair pour lui que j'étais envoyée par ce dernier pour finir la sale boulot... À vrai dire, il avait probablement raison.

Il s'est levé pour se battre. Rapide et aguerri, il savait qu'il mourait rapidement, et ne voulait que me toucher une fois. Chose qu'il réussit à faire juste avant de prendre feu. J'ai fini avec une longue trace sanglante sur le ventre.

* * * * *

Je me suis détournée du village en rampant. Ma mère n'était plus là, ma tante me ferait tuer, mon père était mort, et en plus les survivants voudront me tuer... Non il fallait que je m'en aille. Mais l'autre ville, celle que j'avais squattée, avait été détruite. Donc je devais vivre dans la petite forêt, me nourrir et me vêtir moi-même. Au pire, je pourrais retourner de temps en temps en "ville" pour me nourrir... Ce que j'ai fait au bout de trois mois et demi. Ma blessure était guérie et je pourrais me battre si jamais... J'avais bien fait de prévoir ça. Car ma surprise fut immense de voir ceux que je croyais avoir tué dans l'incendie en bonne santé dans le village. Ils ont fui, et moi aussi.

J'ai pris peur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2274-sinead-rainworth-briquet-de-s
Sinéad Rainworth
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Joue avec moi et tu verras.
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres, mais elle sait se servir d'armes à feu.
Pouvoirs maitrisés: Vision extralucide / Régénération du feu / feu
Particularités physiques actuelles: Position foetale...

MessageSujet: Re: Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]   Mer 30 Mar 2011 - 14:56

Histoire


J'ai eu peur d'un retour vengeur de leurs âmes. J'ai fui dans la forêt. À nouveau. Cependant, après quelques semaines à ruminer intensivement, la Peste a décidé de passer un pacte avec moi. Elle ne réapparaissait que lorsque la haine s'emparait de moi, ou alors qu'un type ayant affronté le Démon ou elle ne passe devant nous. Si jamais elle en voyait un, il avait intérêt à courir très vite. Et tous leurs descendants tomberaient. D'ailleurs, la Peste ne m'a jamais expliqué pourquoi elle refusait de trop s'éloigner de "la Plaine de Sang". Comme si un truc l'attirait... Alors nous sommes restées dans la forêt où mine de rien j'avais passé les trois quarts de mon existence... Je n'ai plus jamais grandi... Comme si mon corps avait bugué quand la Peste avait massacré tout le monde.

Pendant notre errance (qui mine de rien dura presque deux siècles) nous tuâmes quelques descendants de ceux qui m'avaient maltraitée si injustement... Leurs familles s'arrêtèrent là, cependant il en restait d'autres, tellement d'autres... Et puis un jour, il y a eu des voitures, une quinzaine d'abord et puis des camions, et d'autres, et puis une ville commença à s'établir là... Je me suis approchée tout doucement, mettant plusieurs jours à accepter cette présence civilisée. On me recueillit, on me lava, on me donna de nouveaux vêtements, on me donna à manger ! Et ils m'expliquèrent. Ils m'expliquèrent qu'ils voulaient bâtir une ville là... Le type qui s'occupait de moi, un certain Jowls, me parla du lieu... Et ça a dû m'échapper, mais j'ai fini par laisser entendre qu'il y avait eu une ville là avant...

Ca aurait dû lui faire peur, après tout, j'avais cent soixante-dix ans... Et j'en faisais dix-sept... Mais après tout, c'étaient bien des anges, des démons et des vampires qui bâtissaient cette ville... Pourquoi s'offusquer ? Il m'écouta. Je ne lui ai jamais parlé de la Peste, raisons personnelles, mais il eut envie de comprendre pourquoi les hommes de mon père purent entrer si facilement. Il n'était pas dans les moeurs de l'époque de se suicider en groupe, surtout quand on est quasiment certain de gagner une guerre... Il a enquêté, il a beaucoup travaillé dessus... Et puis un jour...

Et puis un jour j'ai dû le butter. Il s'approchait trop du grand patron de la Peste, donc elle a exécuté les ordres. C'est à partir de là que j'ai commencé à avoir peur d'elle... Elle était capable de tuer, même ceux que j'aimais. Les travaux de Jowls restèrent en plan, et moi je me suis cachée dans la "zone inachevée"... Il n'y avait pas âme qui vive donc je ne risquais de tuer personne... Ou alors c'était vraiment pas de chance. La Peste se marrait franchement de me voir retourner à la zone inachevée... Elle se marrait en fait depuis la construction de la ville. Les hommes retournaient s'offrir en spectacle à son chef. Ca promettait d'être drôle.

L'Ombre, a sa création, ne se gêna pas pour piquer les travaux de Jowls. Les pierres, toutes les pierres. Ca m'a passablement énervé, puisque j'adorais celui qui m'avait traitée comme sa fille, et qu'en plus ils ne savaient pas s'en servir... Donc quand la Résistance apparut, j'en ai profité. Bon, je n'avais pas du tout le profil, mais pourquoi pas. J'ai vu "Ayu Horrow". Une de mes cibles. Elle se faisait passer pour un homme, pourquoi pas... J'ai tout de suite essayé de la tuer.

La Peste m'a laissé faire toute seule malgré que ce soit une de ses cibles. Je n'avais aucune raison de m'énerver après la jeune fille Horrow. (Ou le jeune homme, il y a des divergences à ce sujet.) Elle me laissait donc la tuer, à ma façon. Tout le monde était content. J'ai tout essayé ! Cette saloperie d'esprit a un feeling du tonnerre. Je ne voulais pas la tuer directement, parce que je ne voulais pas être virée de la Résistance et pourchassée (encore !). Il fallait donc que j'essaie sournoisement. Et j'ai tout fait, de la mort aux rats dans le sandwich au projecteur en chute libre avec elle (lui ?) en dessous... J'ai fini par laisser tomber, quand l'Ombre a fait une grosse boulette.

Ils ont explosé la pierre du Démon de Jowls. Là, ni une ni deux, je me suis dit : "vu le bordel, c'est pas un survivant qui va me faire chier". La Peste était bien d'accord avec moi. Au final, Ayu n'est pas si désagréable que ça... Bon, si j'ai une occasion en or de l'écraser sous un semi-remorque...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2274-sinead-rainworth-briquet-de-s
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sinéad Rainworth - briquet de secours du forum... [VALIDEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HUM GENYEN YON TRAVESTI SOU FORUM HAITI
» un nouveau succes pour forum haiti .Ole!
» BIENTOT 27 AOUT KAKAKOK AURA 2 ANS SUR LE FORUM HAITI DES IDEES
» Y-a-t-il un Canadien sur ce forum qui maitrise ce sujet?
» HM, déja sur le forum de playnitude !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archives des présentations persos-
Sauter vers: