Partagez | 
 

 Harahel [VALIDEE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Harahel
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Assez bon je pense
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Des Saïs
Pouvoirs maitrisés: La télékinésie
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Harahel [VALIDEE]   Mar 12 Avr 2011 - 20:12

₪ MON IDENTITE ₪


- Nom :
A ma création, on ne m’a jamais donné de nom, et je ne prends pas la peine d’en inventer un sur terre. De toute façon n’étant pas vraiment moi-même, ne serait-ce même qu’avoir un seul prénom pour me désigner me semble trop globalisateur.

- Prénom(s) :
Je me nomme Harahel. Pour ce qui est des surnoms, je n’aime pas qu’on m’en donne…

- Âge :
J’ai à l’heure actuelle 125 ans.

- Nationalité :
Je n’en ai pas, à moins que céleste soit considéré comme tel !


₪ VOTRE VIE À HEAVEN ₪

- Métier :
Je suis musicien. Je ne sais pas d’où me vient ce don, mais il me semble avoir toujours su comment jouer du violon… Instrument auquel je tiens plus que tout.

- Date d'arrivée dans la ville :
Je suis arrivé le 20 mars 2011.

- Camp :
Je n’ai pas de camp, je suis un civil. Je me contente d’observer les diverses possibilités qui s’offre à moi, jusqu’au jour où je devrai faire un choix.

- Votre rang dans votre groupe :
Aucun.

₪ RACE ₪

- Race :
De base je suis un ange…

- Race possédée :
Un esprit incarné habite mon corps. Dans mon malheur, le sort voulu qu’il s’agisse de l’esprit d’un démon !

- Particularités raciales :
• Vision Extralucide : le personnage est capable de voir les esprits et la véritable race ou forme des gens.
• Schizophrénie : Contrairement à ce que l'on peut penser, les Possédés ne sont pas schizophrènes. enfin pour la majorité. Car il faudrait qu'il y ait vraiment une égalité parfaite des forces mentales entre l'esprit possesseur et l'esprit possédé. Non, quand je dis "Schizophrénie", c'est pour dire qu'un esprit a le choix de se rétracter, protégeant ainsi ses pouvoirs, lorsque l'on tente de les lui annuler. Ainsi, il peut toujours ressortir son joker plus tard. Le seul problème est qu'il laisse libre cours à son possédé car celui-ci retrouve le contrôle de son corps. Il vaut mieux être ami avec lui dans ces cas-là... Ou être craint par lui ^^
• Ailes de Lumière II : Ailes permettant de voler à la manière de la plupart des oiseaux. Elles peuvent apparaître ou disparaître à volonté et dégagent une lumière moyenne (qui va jusqu'à 25m, 30m). On peut pousser leur luminosité pour la rendre forte (100m, 150m) mais pas en permanence.

₪ TECHNIQUE DE COMBAT ₪

- Armes :
Les seules armes que je possède sont des Saïs. Petite lame pouvant s’apparenter à de mini tridents. Très pratiques et faciles à porter, ceux-ci peuvent briser une lame.

- Pouvoirs :
Je maîtrise la télékinésie, ou l’art de déplacer des objets par la pensée.

- Point fort :
J’ai une bonne maîtrise psychique. C’est là mon plus gros point fort. Ma capacité à me concentrer rapidement m’aidant à améliorer ma vitesse d’exécution. J’apprends vite, et observe mon ennemi pour analyser ses faiblesses (malheureusement, ceci ne fait pas partit des attributions de mon esprit incarné…). Je suis quelqu’un avec beaucoup de volonté, et qui ne lâche pas prise facilement. Peut-être qu’aux yeux de certains ceci peut paraître comme un point faible, mais je ne m’attache à personne, ceci me conférant une certaine tranquillité d’esprit et réduisant à néant toutes possibilités de chantages. L’un également de mes points forts est que je m’implique peu dans la vie d’Heaven. Pourquoi serait-ce un avantage ? Au vue de ce qu’il se passe, ceci me confère une certaine tranquillité et moins de risque qu’une partie de la population. Je suis discret, on me remarque peu.

- Point faible :
Ma faible résistance physique… Tout se concentre majoritairement sur ma magie et ma vitesse, au détriment du reste. Mon esprit incarné est également un point faible. Toute relation amicale avec un individu est impossible. Je ne peux pas me permettre le risque d’exposer quelqu’un au démon qui est en moi. Ce qui fait de moi une personne solitaire et peu sociable. La solitude est une grande peine à supporter (et un grand bonheur pour le démon…). Ainsi ma solidité mentale s’en retrouve à chaque fois ébranlée, émiettée et piétinée. J’ai beaucoup de mal à accorder également ma confiance à quelqu’un, ainsi, la seule personne en qui je peux compter reste moi-même… Et encore… Depuis que je suis possédé, je n’ai plus rien sur lequel me reposer. De plus ma plus grande peur constitue l’un de mes points faibles. En effet j’ai peur de mes propres frères ailés. Et enfin, ma cécité à l’œil gauche, m’empêche d’avoir une vue globale parfaite.

- Technique de combat :
Tout d’abord ma plus grande force et technique au combat se résume à la télékinésie. Elle se décline sous plusieurs formes. La plus simple, la télékinésie de base, me permettant de déplacer des objets diverses et variés. C’est une magie simple, qui ne me prend pas énormément d’énergie. Cela peut s’appliquer également sur une personne.
Vient ensuite une télékinésie plus défensive. Elle agit comme une onde de choc autour de moi, et projette loin de moi tout ce qui se trouve aux alentours. C’est une technique que je maîtrise moins, celle-ci étant souvent déclenchée par un sentiment de peur ou d’oppression.
Et enfin, vient la télékinésie dans sa déclinaison la plus compliquée. Pour que vous puissiez comprendre ce phénomène, il faut déjà que je vous explique comment fonctionne la télékinésie. Cela consiste à projeter son esprit vers un objet, pour l’attirer vers soi. Pour ce qui est de « l’onde de choc », je fais le phénomène inverse. Je projette mon esprit pour éloigner de moi ce qui est aux alentours. Et donc vient enfin la projection astrale, ou l’art de projeter son esprit hors de son corps pour créer une entité sans corps. Il s’agit d’un exercice difficile que je ne maîtrise pas du tout. Il me reste encore beaucoup d’entraînement avant de parvenir à le maîtriser vraiment, mais il arrive parfois que ce phénomène se fasse tout seul quand l’esprit incarné en moi me devient insupportable. En revanche, il m’est impossible d’incarner ma projection astrale en un autre individu.
Vient ensuite la force de combat brute, celle maîtrisée seulement par mon égo démoniaque. Il manie parfaitement les saïs. Son atout reste la rapidité d’enchaînement de ses mouvements, propice à ce genre d’arme. Il base d’ailleurs la majorité de sa stratégie sur sa vitesse d’exécution, car malheureusement, la résistance physique est l’un de ses points faibles.

₪ HISTOIRE ₪

- Physique :
Frêle et innocent ? Certes c’est ce qu’on pourrait voir de moi. Mon regard oscillent entre le gris métallisé et le bleu océan, semble toutefois regarder les gens avec tristesse. Mon œil gauche est recouvert d’un cache-œil, ayant perdu la vue de son côté… Mes lèvres fines ne savent plus comment on sourit. Elles semblent figées dans le temps. Mon visage reflète autant de tristesse que de douceur. Ma peau est aussi blanche que de la porcelaine, et sa douceur pourrait s’apparenter à celle d’un bébé. Pour aller de pair avec ma peau, mes cheveux sont d’un blanc immaculé. Mi-longs, je les attache souvent en queue de cheval, mais les mèches étant de longueur inégales, beaucoup viennent à cacher mon regard.
Je ne suis pas quelqu’un de très grand. Je mesure seulement 175 centimètres. Je ne suis pas non plus très gros, mon poids restant difficilement à la barre des 62 kilogrammes. Frêle ? Oui je le suis. Et pas très musclé non plus. Mais je compense cette faiblesse, avec ma vitesse et ma souplesse. Malheureusement s’accompagne aussi à cela parfois une certaine maladresse. Lorsque je le désire, je peux faire apparaître deux ailes aux plumes d’une blancheur de neige, dont émane une lumière apaisante.
Lorsqu’Andras se manifeste, mes ailes se ternissent et perdent tout leur éclat. De plus mon visage semble comme s’animer. Différentes expressions peuvent alors s’afficher sur mon visage : de la colère, du dégoût, de la haine, du mépris, un plaisir sadique… et tout ce qui s’en suit dans le genre… De plus mon regard tourne plus vers le gris métallisé. Il se fait dur, et une lueur démoniaque semble danser à l’intérieur de mes iris.
D’autres changements se font percevoir. Ainsi, ma voix douce et quelque peu faible, semble prendre de l’assurance, et n’hésite pas à porter à ceux qui veulent faire la sourde d’oreille.
Pour ce qui est de l’habillement, je mets toujours des vêtements sombres, quelle que soit ma personnalité. Généralement il s’agira d’une chemise noire et pantalon noir. Et dernière chose à préciser, à mon cou, reste accroché encore une des chaînes servant à entraver le démon qui était en moi, lorsque je me trouvais encore au Paradis. Ni le démon, ni moi ne semblons pouvoir nous en défaire.
Andras tel qu’il apparaît dans le subconscient d’Harzel :

Spoiler:
 

- Caractère :
Mon caractère est assez étrange… Difficile à expliquer, on pourrait dire que je n’ai pas de caractère… En effet, je ne fais sortir aucune émotion, ne semble parler à personne, et ne sourit de rien. Pourtant une foule d’émotion se bouscule en moi faisant de moi quelqu’un avec beaucoup de caractère. Chaque jour je lutte contre le démon qui me possède, essayant de le repousser coûte que coûte loin des autres. Et là réside tout mon caractère… Dans le fait de brider toute émotion et tout sentiment, dans le but de protéger. J’ai toujours été quelqu’un de très empathique. Ainsi je ressens facilement ce que les autres ressentent, m’exposant facilement aux caprices du démon. Je suis constamment en travail sur moi-même, repoussant les limites de l’épuisement pour garder en moi cette menace. Ce qui fait de moi quelqu’un de très solitaire. Ce n’est pas quelque chose qui me dérange, mais cela me coupe tout de même de tout contact social indispensable au bien-être d’une majorité de personne. Ce qui fait de moi quelqu’un de fragile. J’essaye d’être fort, mais personne ne semble voir cette blessure que je porte en moi… Cette porte ouverte par ce démon à des tourments et des doutes, remettant en question totalement mon existence même. De plus des personnes en rêves viennent à me faire poser des questions quant à une possible vie antérieure. Je suis au final quelqu’un de très tourmenté. Pourtant sans cela je pourrais être quelqu’un de très curieux, qui aime à apprendre et profiter des plaisirs simples de la vie. Parce que la vie, j’y tiens… Et même plus de tout ! C’est ce qui fait que je m’accroche plus que tout et ne cède pas au démon. Il a réussi à me briser, malgré cela j’essaye de me reconstruire… C’est un travail de longue haleine !
De plus étant seul, je n’ai personne sur qui me reposer. Je repousse systématiquement toute personne s’approchant de moi.
Je n’aime pas la violence, et souffre à chaque fois qu’Andras porte la main sur une personne. Je ne suis pas quelqu’un qui aime se battre, ni se quereller avec quelqu’un. J’essaie toujours au maximum d’être diplomatique.
Pour ce qui est d’Andras, il a une personnalité toute inversé de moi. Il est quelqu’un de sadique et méchant, qui aime détruire tout ce qu’il touche. Il prend un plaisir tout particulier à me torturer psychologiquement, pourtant il veillera toujours à ne pas mettre ma vie même en péril. Il semble qu’il se soit attaché à cette enveloppe charnelle, et que mon existence même l’amuse au plus haut point. Il n’aime pas qu’on le dirige, et devient fou de rage dès que quelqu’un prétend être supérieur à lui. Il est quelqu’un de très bagarreur, et malgré la subtilité qu’il a eue à me détruire, peut se montrer extrêmement grossier !
Il est quelqu’un de patient et persévérant. Lorsqu’il veut quelque chose, il l’obtiendra à tout prix, quelle qu’en soient les conséquences ! Il n’en est pas pour quelqu’un d’inintelligent, mais il est un démon qui se laisse porter par ses émotions. Ainsi sa colère pourrait parfois le mener à faire quelque chose de stupide, avant de se rendre compte après, qu’il aurait fallu réfléchir avant de faire quelque chose. Il est très capricieux, et veut absolument qu’on lui accorde ce qu’il désire. Il peut se montrer aussi insolent que subtile, et s’avère être un fieffé manipulateur et menteur. Pourtant lors d’un combat il ne sera pas fourbe. Il aime à savourer pleinement sa victoire, et ne la devoir seulement qu’à son habilité à combattre.
Lorsqu’un changement de personnalité se fait, il y a plusieurs options qui peuvent se produire. Lorsque c’est moi qui ai possession de mon propre corps, Andras a conscience de tout ce qui se passe, et a le pouvoir de parler à mon subconscient… Il en profite d’ailleurs pour faire pression sur moi, en me terrifiant lorsqu’il me promet de faire le contraire de ma volonté si je ne lui obéis pas. Ce pouvoir qu’il détient sur moi, semble d’ailleurs beaucoup l’amuser.
En revanche si c’est lui qui a possession de mon corps, cela peut se passer tout autrement. Je n’ai pas forcement conscience de ce qu’il fait. Notamment si la possession de mon corps s’est faite au prix d’une lutte entre lui et moi. S’il gagne, je n’aurais pas forcement la force psychique pour garder une place dans ses manœuvres. En revanche, si je le laisse prendre possession volontairement de mon corps, alors j’aurais conscience de tout ce qu’il fait.
De plus lorsque je récupère mon corps, si cela se fait de force, il est possible que je perdre conscience plusieurs minutes, avant de reprendre totalement la pleine conscience et possession de mon corps. S’il me rend volontairement l’accès à mon corps, alors il n’y aura pas de conséquence.


- Histoire :
Cela remonte à environ cent vingt-cinq ans maintenant. Excusez-moi si certains détails manquent à mon histoire. Il est vrai qu’après un siècle passé, ma mémoire vient parfois à me faire défaut. Ce fut la première fois que j’ouvris les yeux sur le monde Céleste. J’en étais ébloui par tant de beauté et de bonté dont émanait ce lieu. Un sentiment de bien-être et de félicité s’était emparé de moi. C’était comme si ce lieu m’avait toujours attendu, et aujourd’hui m’ouvrait grand les bras pour m’accueillir. Je m’y sentais tellement bien et à ma place. Mon corps était léger, et je ne souffrais d’aucun maux. Il semblait irradier une luminescence de moi, et je fus étonné de voir de part et d’autre de mon corps, des ailes aux plumes éclatantes de puretés. Mes yeux grands ouverts de surprise, se posèrent alors sur ce qui s’avérait être mes frères. Tous aussi beau et irradiant la bonté. Je ne me sentais pas plus étonné de me retrouver là, et disons le, à l’état d’un ange. A mon sens, cela semblait une évidence. Je ne savais pas si c’était le cas pour tout le monde, mais c’était ce que moi je ressentais. L’un de mes comparses s’avança vers moi. Il devait être un supérieur monarchique.

« Bienvenue chez toi… Tu es maintenant l’ange Harahel, ange de l’art et de la musique. »

De sa voix émanait de la tendresse. Pourtant, en moi je ne ressentais aucun amour ? Juste un sentiment de bienveillance, et ce devoir qui s’imposait à moi d’être bon et protecteur envers les autres. Tout sentiment ayant un rapport avec un sentiment purement passionnel était quelque chose pour moi d’inconnu. Ainsi je ne ressentais aucun amour, aucun désir, aucune colère, tristesse, jalousie… Tout ce qui était propre à l’être humain.
Mon rôle me fut assigné, et chacun prit garde à m’enseigner les devoirs d’un ange. J’étais tenu d’avoir un comportement irréprochable et bon à tout égard. Ce rôle m’allait bien. J’avais le sentiment d’avoir toujours été comme ça… Bon envers mon prochain, et plein d’égard. Mais, j’avais aussi le sentiment d’être… comment dire… incomplet. J’étais moi-même, sans l’être vraiment. Bien sûr mes congénères ne m’en apprirent pas plus sur cette sensation de vide. Une fois qu’on était un ange, plus rien ne comptait hormis son rôle. Ainsi, même pour les anges ayant vécu une vie terrestre auparavant, ils devaient exclure tout ce qu’ils avaient pu chérir antérieurement. Seulement, je n’avais même pas le moindre souvenir d’une vie antérieure. Pourtant, parfois en flash lors de songes ou rêves, me revenait des visages qui semblaient si familier… Mais jamais rien d’autres ne s’imposa en moi.


-- Vie Terrestre d’Harahel (dont il n’a aucun souvenir).

Harahel était un gamin émérite sur Terre. Ce que les gens se souvenaient de lui, était l’image d’un petit garçon nommé Ayden Huston, de naissance Anglaise, qui portait en lui une joie de vivre communicative et dont la gentillesse n’avait jamais cessé de croître. Né d’une famille modeste, il avait vécu une vie heureuse. Il avait une petite sœur, pour qui il portait une réelle affection. Il était très apprécié dans son quartier, et semblait avoir un véritable don pour le violon. En effet, dès l’âge de cinq ans, il avait porté de l’intérêt à ce bel instrument, avant de demander sans cesse à ses parents de lui en acheter un. Voyant son vif intérêt, et surtout étonné de voir leur enfant demander quelque chose avec tant d’insistance, ce qui n’était pas dans ses habitudes, ses parents cédèrent, et lui achetèrent un petit violon d’étude pour qu’il s’amuse dessus. L’enfant montra très vite des aptitudes à la musique, apprenant avant même d’avoir reçu des leçons, la position des notes sur le manche et les cordes de l’instrument, en ne s’aidant seulement que de son oreille musicale. Puis vinrent de véritables leçons avec un professeur. Il progressait vite et ne se lassait pas. A ses dix ans, il affirmait déjà haut et fort qu’il deviendrait le meilleur violoniste au monde.
Ainsi, on ne put pas dire que cet enfant, eu une enfance malheureuse. Il s’impliquait beaucoup pour aider les autres, et semblait être très empathique aux situations que pouvait vivre certains. Dès lors qu’une personne était triste, il le ressentait, et le vivait avec elle. De la joie… Il était heureux avec cette personne.

Mais cette vie brillante de promesse, s’arrêta aussi vite qu’elle avait commencée. Une journée ensoleillée où Ayden était de sortie avec sa sœur, alors qu’ils traversaient tout deux la ville, déboula une calèche ébranlée par des chevaux comme atteins de folie. Le temps que les chevaux dans leur chevauchée folle voient les deux jeunes gens, il n’eurent pas le temps de les éviter. A cet instant, Ayden avait eu le choix… Soit se jeter hors de la direction de la calèche, et laisser mourir sa sœur pétrifiée de peur, ou la sauver au détriment de sa propre vie. Ayden n’eut même pas à se décider. Il poussa de toutes ses forces sa sœur hors des sabots déjà battant des chevaux cabrés, avant que ne vienne l’impact. Ce fut le trou noir, le néant. Mais ce jour-là, Ayden ne mourut pas. Il rouvrit les yeux deux jours plus tard, au sein d’un hôpital. Il avait été blessé gravement, et malgré tout ce que les docteurs avaient tenté, était agonisant. Il ne se souvenait de rien. Ni de qui il était, ni de ce qu’il s’était passé, mais lorsqu’il rouvrit les yeux, et vit tant bien que mal au-dessus de lui se pencher trois visages couverts de larmes, et l’un deux le frappa. Il sut au fond de lui-même qu’il avait rempli son rôle, qu’il pouvait partir en paix. Quand ses yeux se refermèrent, il partit, laissant derrière lui une famille détruite de tristesse. Son âme, jugée profondément bonne et méritante, s’envola alors au paradis, pour devenir un serviteur du Divin…


--Retour aux souvenir d’Harahel.

Le temps passa pour moi. Je remplissais parfaitement mon rôle, mais au –delà de l’ange de la musique, on aurait pu également me nommer l’ange de la solitude. En effet, j’aimais à m’isoler seul, pour me retrouver moi-même, et me consacrer à mon art, dont je ne me souvenais même pas avoir appris ne serait-ce qu’un jour…
J’étais apprécié de mes congénères, et j’avais acquis leur totale confiance. C’est pour cela qu’il me fut confié une mission sur terre. C’était la première fois que j’étais autorisé de quitter le Paradis Céleste pour me mêler aux humains. Les anges n’avaient que trop retenu la trahison de leur frère, et la naissance par la suite des Néphilims, descendance directe des anges avec les humains…
Réjouit par cette marque de confiance, je m’étais empressé de m’acquitter de ma tâche. Descendant ainsi sur Terre, je remplissais mon rôle à la perfection. Mais alors que je m’étais endormi sur ma vigilance, alors que je contemplais pour la première fois l’astre lunaire depuis la Terre, je me sentis tout d’un coup « happé » dans mon corps. Comme si on essayait de me le voler, d’éteindre toute ma volonté et de détruire mon âme. Et c’est là que je la sentis… Cette âme, cet esprit, qui voulait s’accaparer mon corps. Je n’avais pas été assez vigilent, et profitant de cette faiblesse, j’avais offert une porte à cet esprit à la recherche d’un corps. Sa noirceur me prit au cœur. Cet esprit était mauvais, c’était un démon ! Je le sentais s’insinuer insidieusement en moi, me laissant seul témoin de mon impuissance. Je ne pouvais pas le sortir de mon corps, mais je pouvais au moins l’empêcher de prendre le contrôle sur mon corps. Je le sentais me souffler de me laisser faire, de sombrer dans le sommeil, qu’il n’y aurait aucune douleur. Heureusement pour moi, j’étais un ange aux fortes prédispositions psychiques. Je pus ainsi remonter au Paradis. Mes ailes ne cessaient de se ternir, pour retrouver leur éclat, pour de nouveau perdre leur beauté, suivant le fil du combat entre cette entité et ma propre âme. Et ce changement ne passa pas inaperçu parmi mes frères.


« Que se passe-t-il Harahel ? » me demanda l’archange duquel je dépendais, lorsqu’il arriva.

« Je le sens en moi… Un esprit maléfique… Il veut s’accaparer mon corps ! Je peux l’empêcher de se manifester, mais il m’est impossible de le faire partir… »

« N’ais crainte, nous allons trouver un moyen. Je vais parler de ce problème avec les autres de mes frères. En attendant reposes toi, et retiens le plus possible cet esprit… »

Il s’éloigna, me laissant seul dans mon combat avec le démon. Il s’écoula plusieurs heures avant qu’une décision ne fut prise. Je retenais assez bien ce monstre qui voulait s’exprimer à travers ce corps. Pour battre mon subconscient il avait beaucoup à faire…
Puis mon archange, revint pour m’apporter la décision qui avait été prise à mon encontre.

« Le seul moyen de faire partir cet esprit ou de le détruire, est de tuer son hôte, ou que cet esprit décide par lui-même de partir… Temps que l’esprit n’aura pas décidé de sortir de ton corps, je ne pourrai rien faire pour toi mon Harahel. Ainsi la décision fut prise de te plonger dans un sommeil centenaire. Les démons ne sont pas connus pour leur patience… Nous pensons que couper de toute liberté de mouvement, il quittera de lui-même ton corps.»

Je hochais la tête. Il était vrai que la perspective de dormir durant cent ans ne m’enchantait guère. Mais après tout, que représentait cent ans face à l’éternité ? A peine un grain de sable… Je me laissais donc faire, et bientôt le sommeil m’emporta dans ses bras. C’est ici que commença mon enfer…


--Subconscient d’Harahel.

Tout était sombre. Ma peau était froide, et seul mon corps projetait une lumière pour éclairer cet endroit vide. Je sentais sur ma chair meurtri un métal lourd qui m’enserrait les chevilles. Et en y regardant de plus près, je pus voir des fers entravant tout mouvement que j’aurais pu faire. Ils semblaient être enracinés profondément dans… le sol ? Je n’aurais pas pu dire si on pouvait vraiment qualifier cela de sol. Je pouvais me tenir dessus sans tomber, mais cela semblait en même temps inconsistant, comme irréel.
J’essayais de me relever prudemment… Chose faite. En revanche, je ne pouvais pas faire ne serais-ce qu’un seul pas, le fer me rappelant immédiatement à l’ordre. Qu’était-ce que tout cela ? Je l’ignorais… Mon regard se porta alors sur une ombre un peu plus loin. Lorsqu’elle s’aperçut que je m’étais rendu compte de sa présence, celle-ci commença alors à se rapprocher de moi, lentement, comme pour ménager son effet. Puis ses traits commencèrent à se dessiner, jusqu’à ce qu’il s’arrête à quelques mètres de moi. C’était un homme. Il me laissa d’ailleurs sans voix. Il était extrêmement beau. Une beauté qui aurait fait tourner la tête à plus d’une personne ! Ses cheveux noirs corbeau étaient coupés dans une taille inégale, certaine mèche venant masquer son regard aux yeux rouge écarlates. Son visage était fin et bien dessiné. Sa silhouette était fine et élancée. Sur son visage s’affichait un petit sourire en coin. Ses yeux quant à eux étaient fixés sur les miens, carnassier. Je n’eus aucun doute quant à l’identité de cette personne. Et celle-ci le savait très bien.


« Je te rencontre enfin… Tes nouveaux appartements sont-ils à ton goût ? »
Son sourire s’agrandit. « Je l’espère car nous allons rester un bon moment ici… »

Le « nous » m’interpella. Quelles étaient ses intentions ? J’avais peur de comprendre ce qu’il voulait dire par là, mais je ne répondis rien. Il était inutile de discuter avec lui, ça ne ferait que l’inciter un peu plus. Et puis je devais garder mes forces pour plus tard. Ce démon tiendrait bien quelques jours, mais sans doute pas plus… Moi je pouvais résister bien plus longtemps.
Le démon s’approcha un peu plus de moi.


« Tu ne réponds pas ? Ne t’en fais pas, j’arriverai à te délier la langue et j’aurais alors le plaisir d’entendre ta douce voix me supplier d’arrêter… »

Il se retourna alors, et commença alors à partir.

« Au fait… Je me nomme Andras… Tâche de le retenir ! »

Il disparut alors, me laissant enchaîné et seul. Je m’effondrais au sol. Non il était impossible qu’il reste toujours… Il se lasserait. Je m’accrochais alors à cet espoir.

Je n’avais aucune notion de temps dans ce monde-là, mais il me sembla qu’Andras laissa pas plus que quelques jours (basé sur les jours humains bien sûr…) avant de revenir me voir.
Ce même sourire se dessinait sur ses lèvres. Il s’accroupit devant moi, avant de passer sa main sous mon menton et le relever vers lui. Je sursautais de surprise. Pour éviter de subir les sévices du temps qui passait lentement, comme une éternité, je m’étais réfugié dans mes songes. Ainsi je fus étonné de voir à quelques centimètres de moi, ce visage malfaisant. A son contact, des frissons parcoururent mon corps. Tant de malfaisance émanait de son aura… Son sourire s’agrandit alors.


« Alors on abandonne déjà mon ange ? Je suis déçu, je m’attendais à plus de résistance de ta part ! »


« Ne t’attends pas à ce que je cède. J’aurai la patience d’attendre que tu partes… »

Un petit rire s’éleva de la gorge du démon, ce rire devenant de plus en plus franc. Il semblait bien s’amuser, et ma réponse semblait lui plaire. Il reprit son sérieux.

« Mais tu n’as pas l’air de comprendre que je ne vais pas partir… J’aime détruire, cela suffit à mon existence… Que représentent cent ans dans l’éternité d’une vie ? Je vais me faire un plaisir de détruire morceau par morceau tout ce qu’il te reste de volonté, jusqu’à ce que ton être s’éteigne et s’étiole et que tu ne sois plus que l’ombre de toi-même… »


« Va-t’en ! » lui lançais-je en détournant le regard.

« Comme tu voudras… Mais tu me reverra bientôt, sois en sûr… »


Il disparut à nouveau. C’est sans doute à partir de ce moment que mon éclat commença à ternir en même temps que tout espoir. Je compris dès lors qu’Andras ne lâcherait pas prise. J’étais pour lui une distraction de choix.

Par la suite, Andras revint régulièrement. Durant cent ans, je fus la cible de ses assauts répétés. Chaque fois qu’il s’approchait de moi suffisamment près, je le repoussais loin de moi, refusant tout contact avec cet individu. Mais jamais il ne sembla se lasser, ma réaction l’amusant plus qu’autre chose. Je ne savais plus quoi faire. Si je ne réagissais pas, il profitait de cet instant pour s’approcher de moi, et me susurrer à l’oreille qu’il resterait toujours avec moi, réduisant un peu plus l’espoir que je gardais en moi, et si je le repoussais, il s’amusait de me voir lui résister. J’étais dans une impasse, coincé dans mon subconscient, à la merci de ce monstre.
Mais un jour, il parvint à distiller le doute en moi. J’étais recroquevillé au sol, épuisé de devoir me protéger psychiquement de ses assauts. Il s’approcha alors derrière moi, avant de s’accroupir et de passer ses bras autour de mon torse, et d’approcher son visage de mon oreille. Je n’eus pas la force de me soustraire à son emprise, alors j’écoutais son murmure.


« Tu sais ces archanges… Ils t’ont offert à moi… C’est eux qui t’infliges cette torture ! Ils savaient très bien que je ne partirai pas, mais ils t’ont quand même donné sur un plateau d’argent. Mais moi je ne t’abandonnerai pas comme ils l’ont fait… Laisse-moi prendre le dessus et tu pourras enfin te reposer… »

« Non ! Laisse-moi tranquille… »

Ma voix n’était plus qu’un murmure. Le démon sembla rire, avant qu’il n’empoigna fermement mes cheveux et entraîna ma tête vers l’arrière.

« Bientôt tu seras à moi, comme ces archanges le veulent… »

Il partit une nouvelle fois. Je me laissais alors aller totalement au sol. Cette lueur si forte que je produisais au début était présente réduite à l’état d’une faible lueur tremblante, penchant entre le désir de s’éteindre complètement ou bien de continuer à briller autant que ses maigres forces lui permettait.

Andras laissa s’écouler un long moment avant de revenir. Sans doute l’avait-il fait intentionnellement ? En tout cas cette absence ne m’avait pas plus permit de me reposer pour autant. Le démon était parvenu à l’effet escompter sur moi… Le doute me rongeais intérieurement, je n’avais eu de cesse de me répéter ses paroles… Les archanges savaient-ils vraiment que le démon ne s’en irait pas ? Avaient-ils prévu finalement de me laisser plonger éternellement dans le sommeil, jusqu’à ce que mon essence se dissipe totalement, et que mon existence soit achevée ? Si c’était le cas, c’était une bien cruelle punition, qu’il ne me semblait pas avoir mérité. J’avais toujours été bon et bienveillant. Jamais je ne m’étais égaré du droit chemin, et à présent on me laissait aux mains de ce démon.

Et il revint… Une dernière fois. Mon corps n’avait même plus la force de rester droit. Sans doute pour cela que j’étais allongé au sol. Et aussi sans doute le désespoir… Il s’approcha lentement de moi, avant de s’accroupir devant moi. Il éloigna quelques mèches de cheveux de mon visage, avant de poser sa main sur ma joue.


« Tu ne crois pas qu’il est temps de te reposer Harahel ? Laisses toi aller et tu ne souffriras plus… »


Des larmes coulèrent alors sur mon visage. Mais ce n’était pas des larmes ordinaires, mais des larmes de sang. Elles coulaient comme coulait à présent le sang de cette blessure béante que j’avais au cœur. Il avait réussi à détruire tout espoir que j’avais de sortir un jour de ce sommeil, et surtout de mon subconscient. Il avait réussi à affaiblir mon subconscient, et réduire ma volonté à néant.
Andras me souleva du sol avant de m’attirer contre lui.


« Je veux que ça s’arrête… Je n’en peux plus… »


Ma vision se brouilla. J’essayais de lutter encore, mais que pouvais-je faire de plus… C’était fini !
La lueur cessa alors de briller, laissant totalement place à l’obscurité.


« Ne t’inquiètes pas, je prends le relais à présent… »


Le démon se mit à rire à gorge déployé. Le jour de sa délivrance avait sonné…

--Retour à la réalité (Corps d’Harahel contrôlé par Andras).

Le corps d’Harahel avait été placé sous surveillance. Chaque jour, les soins nécessaires à la conservation en parfait état de son corps avait été assuré. En revanche, par mesure de précaution, celui-ci avait été enchaîné, pour pâlir à toute intervention du démon. Mais lorsque celui-ci se présenta, ils ne purent rien faire…

J’ouvris les yeux sur un monde qui m’était totalement inconnu. Toute cette lumière, et ce sentiment de sécurité et de bonheur qui irradiait de ce lieu me donnait envie de vomir… Répugnant. Près de moi, plusieurs anges se tenaient debout. Nous nous fixâmes quelques instants avant que l’un d’eux ne s’exprime envers l’un de ses frères.


« Va vite chercher Raphaël… IL est là… »


La peur se lisait sur leur visage. Ils savaient bien que ce n’était pas Harahel, mais moi qui était là. L’un deux, sans doute plus téméraire que les autres m’adressa la parole.

« Sors de ce corps démon ! Ce n’est pas ta place ! »


La colère me gagna. Les ordres et moi ne faisions pas bon ménage. Mon visage, ou plutôt celui de mon hôte, se durcit de colère, et mon regard métallisé vint foudroyer celui de cet ange.

« Qui es-tu pour oser me donner des ordres ?! »


Je vis alors arriver de loin, ce qui devait être Raphaël. Je pressentis alors le danger. Après cent ans de sommeil, le corps de mon hôte était trop faible pour se mesurer à son supérieur monarchique. Il y avait de fortes chances pour qu’Harahel et moi perdions la vie tout deux. Me laissant guider par mes émotions, je laissais libre court à mon pouvoir. Une détonation se fit entendre tandis que tout volait en éclat autour de moi, me libérant ainsi de mes chaînes. Profitant de la confusion générale, je déployais mes ailes dans l’espoir de trouver une échappatoire. Une nouvelle déflagration retentit, tandis que cette fois tous les débris de chaîne et roche volait à présent vers moi. L’archange était indemne. Il s’était protégé et avait renvoyé l’onde de choc à l'expéditeur. Celle-ci me projeta au loin, tandis que je poussais un cri de douleur sous l’impact de plusieurs débris. Je me relevais tout de même, étant toujours poursuivit par les frères d’Harahel et m’envolais… Enfin plutôt chutais… Je ne contrôlais plus rien, le crash était inévitable ! Alors je fis ce que je pus pour ralentir ma chute vers le sol. Et puis ce fut l’impact sur Terre…. Et en même temps le vide.

Lorsque j’ouvris les yeux, je me trouvais dans une petite chambre modeste. Je fus étonné tout d’abord d’être encore en vie. Mais bien vite la douleur le ramena à la réalité de la chose. Ma chute ne m’avait pas laissé indemne. Je levais la main vers mon visage pour me rendre compte que se trouvait sur mon œil gauche un bandage. Je le retirais immédiatement… Mais la différence n’était pas bien grande ! Je n’y voyais plus de cet œil… J’entendis alors la porte de la pièce s’ouvrir. Je décidais alors qu’il était préférable de laisser la place à Harahel…


--Retour à la réalité pour Harahel.

Le démon s’était tut. Il me laissait la place… Pour le moment seulement, m’avait-il précisé. Il me faisait bien savoir que j’étais à présent sous son emprise, et comme j’allais bientôt m’en rendre compte, aussi faible physiquement, que psychiquement. Un homme se tenait à côté de moi. Un vieux monsieur, qui me regardait soucieusement.

« Vous voilà réveillé ? Vous m’avez fait peur mon bon monsieur… Je vous ai trouvé en si mauvais état… »

Harahel porta la main à son œil. L’homme sembla gêné, se tordant les mains avec nervosité.

« Je suis désolé pour ça… Je n’ai rien pu faire pour vous. »


« Ce n’est rien… »


Ma propre voix me sembla si faible…


« Reposez-vous… Vous en avez besoin ! Vous pouvez rester ici autant de temps que vous le souhaitez ! Avoir quelqu’un à la maison devient si rare en ce moment vous savez… Ça me fait plaisir de vous avoir sous mon toit ! »

Il sortit alors de la pièce.

Plusieurs jours furent nécessaires à ma convalescence. Le démon ne reprit pas possession de mon corps, me laissant me dépatouiller seule dans cet endroit que je ne connaissais absolument pas. Puis j’appris que j’étais tombé dans la ville maudite, celle dont on ne sort jamais… C’était sans doute pour cela que les anges ne m’avaient pas suivi jusqu’ici ! Ils ne voulaient pas rester coincés ici pour l’éternité ! Cela m’arrangeait en partie, étant ainsi sûr que ma vie serait en sureté pour le moment. Mais par la même occasion, il se trouvait donc, que c’était moi prisonnier de cette ville… Il me fallut m’y résigner. Et il fallut bientôt que je trouve un métier pour gagner de l’argent, et me trouver un toit. Je ne pouvais pas rester éternellement chez cette personne qui m’avait si chaleureusement accueilli chez elle. La solution s’imposa d’elle-même à moi. La musique ! Après tout il s’agissait de mon don. Ainsi je fus recruté en tant que violoniste, et me trouvait une petite maison à louer. Car après tout, la musique est un message d’espoir ! Et tant que les gens garderont un minimum d’espoir en eux, alors la musique existera toujours !


₪ PREFERENCES ₪

- Ce que votre personnage aime :
Côté angélique : J’aime la musique par-dessus tout, et pourrait passer des heures à jouer inlassablement. J’aime être dans ma bulle, ce qu’il se passe ailleurs ne m’intéresse pas. Ainsi mon moment de solitude est quelque chose de primordial dans la journée, même si cela n’est jamais vraiment le cas…
J’aime aussi les rayons de la lune sur ma peau, lorsque la nuit noire est tombée, et que nous partageons tout deux ce moment de simplicité. Je préfère d’ailleurs la lune au soleil. Elle est plus discrète et solitaire. Elle me ressemble un peu avec son versant que tout le monde voit, si calme et paisible, et son côté sombre et inconnu des hommes. J’aime également les enfants, porteur de vie, d’innocence et surtout de tout l’espoir futur des hommes. Petits êtres dont le destin n’est point encore gravé tant qu’ils n’ont pas à faire de choix… Se laisser porter par la vie, tel est mon idéal, mon utopie ! Cruelle soit-elle de ne pouvoir devenir réalité !
Mais au-delà de ça, j’aime la vie, et m’y accroche de toutes mes maigres forces ! Malgré cet esprit démoniaque qui vit en moi, et l’obligation de me détruire, la mort est quelque chose dont j’ai peur. Je veux pouvoir profiter de chaque seconde que l’on m’a accordé, de chaque souffle de vent sur ma peau glacée.
Côté démoniaque : ce qu’il aime le plus est sans doute la destruction. C’est le seul mot qu’il a la bouche. Et celle-ci commence par la destruction de la volonté de son hôte. Quoi de plus facile que de posséder quelqu’un détruit intérieurement. Vient ensuite la destruction de tout ce qui l’entoure. C’est son plus grand et seul plaisir. Le sadisme est son adjectif premier pour le désigner. Faire souffrir, se sentir supérieur et craint, entendre supplication et sanglots, telle est la chose qui contribue à son bonheur. D’autant plus quand il sent que chaque action mauvaise fait saigner un peu plus mon cœur, et va un peu plus à l’encontre de ma nature même. Car son ironie le pousse à s’amuser de cette situation. Un ange aux mains souillées de sang. Il y aurait de quoi faire sourire plus d’une créature démoniaque !


- Ce qu'il n'aime pas :
Côté angélique : La chose est simple à savoir. Je n’aime pas me sentir posséder. Souillé par cette entité si mauvaise. Comme violé au sein de mon propre corps. Violé dans mes idées et pensées. Je suis laissé pour mort aux mains de cet esprit.
Je n’aime pas le bruit et l’agitation. Encore plus lorsque je joue de la musique. Je n’aime pas beaucoup le soleil, préférant à lui, la nuit, ou bien la pluie. Je n’aime pas non plus qu’on m’impose une volonté (trait partagé avec mon double bizarrement…). Je n’aime pas non plus les partages d’effusion à mon égard. Chacun garde son affection pour soi. Et une dernière chose que je n’aime pas, c’est faire du mal à un enfant. Je n’aime pas cette lâcheté qui pousse certaines personnes à s’en prendre à des êtres ne pouvant aucunement se défendre.
Côté démoniaque : Il n’aime pas toute forme d’autorité sur lui. Ainsi il a horreur quand je lui résiste et qu’il sait que cette fois il ne pourrait pas gagner sur ma propre volonté (bien sûr quand je résiste sans avoir aucune chance contre lui, ceci rentre plutôt dans la catégorie de ce qu’il aime par-dessus tout). Il a horreur de la pluie, et toute provocation ou marque d’insolence ou vanité à son égard le met dans une colère noire. Il n’aime pas non plus qu’on lui pique sa proie, ni qu’on s’interpose lorsqu’il prend du bon temps à la faire souffrir.


- Liens familiaux :
Aucun, il y a bien longtemps que ma famille terrestre s’est éteinte.

- Animal possédé :
Aucun, mon esprit possesseur étant déjà amplement suffisant à ma compagnie !

- But :
Pouvoir me débarrasser de l’esprit qui me possède et pouvoir enfin vivre une vie sereine, sans être poursuivit par mes comparses.

- Autre renseignements :
Aucun.

₪ VOUS ₪

- Comment avez-vous connu le forum ?
Par un partenariat.

- Votre niveau de RP :
Je pense assez bon^^

- Rang personnalisé :
Ame torturée

- Voulez-vous une demeure ?
Oui

- Description de la demeure :
Modeste petite maison de quatre pièces, elle comporte une petite cuisine équipée de façon moderne, ainsi qu’un salon dans les couleurs sobre, composé d’un canapé, une bibliothèque assez conséquente et d’une petite télé, une salle composé d’un bureau et d’un canapé/lit, la salle de bain petite mais pratique, et enfin la chambre d’Harahel.

- Des suggestions ?
Pour le moment aucunes Wink

- En cas d'abandon voulez-vous passer votre compte en prédéfini ? OUI [] NON [X]
Sauf si personnage reprit sur mon accord^^

Par contre est-ce qu'il serait possible de changer mon pseudo sur le jeu du coup? Vu que j'ai changé entre temps...
Et aussi, impossible d'afficher les images, je ne sais pas pourquoi... Pourtant les balises sont respectées :s
Pour ce qui est de la chronologie de l'histoire, s'il y a des incompréhension il ne faut pas hésiter à demander. Le temps où cela s'est passé est imprécit car c'est Harahel qui raconte, et que pour lui le temps est devenu quelque chose de totalement obsolète^^


Dernière édition par Harahel le Mer 13 Avr 2011 - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2292-harahel-validee#31930
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: Harahel [VALIDEE]   Mer 13 Avr 2011 - 11:42

Bienvenue sur Heaven

Très bonne fiche, j'ai corrigée les images ne s'affichant pas (mais ne sais pas d'où venait le problème, surement l'un des grands mystères de l'informatique qui fait que parfois rien ne marche alors que tout le code est parfait^^) ainsi que la race possédé et la race de base (qui étaient inversées.)

Je n'ai qu'un point à redire sur ta fiche, tu explique que l'éveil en tant qu'ange de ton perso, survenu en toute logique après sa mort, à eut lieu il y à 125 ans, or on apprend un peu plus loin que c'est un chauffard qui est responsable de sa mort, les véhicules de l'époque étant ce qu'ils étaient (et sans doute pas aussi répondu) ça semble un peu incohérent (mais peut-être ai-je mal compris.)

Pour le reste c'est une très bonne fiche, agréable à lire, il n'y à que le détail ci-dessus à corriger pour être validée^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Harahel
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Assez bon je pense
Nombre de messages : 6

Profil du personnage
Armes portées: Des Saïs
Pouvoirs maitrisés: La télékinésie
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: Harahel [VALIDEE]   Mer 13 Avr 2011 - 21:16

Mdr vrai xD Ça ne m'avais pas traversé l'esprit quand j'ai écris la vie antérieure d'Harahel, qu'il était mort dans les années 1880 environ xD En effet, les voitures n'existaient pas, on en avait créé une ébauche, mais ce n'était pas du tout industrialisé comme aujourd'hui ^^"
J'ai édité et adapté à l'époque Wink

......................................................

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/t2292-harahel-validee#31930
Ayu Horrow
Prince psychopathe

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : de moyen à bon
Nombre de messages : 5694

Profil du personnage
Armes portées: Deux sabres noirs.
Pouvoirs maitrisés: Invocation (Sabres, quelques créatures à haut niveau); Explosion de tout ce qui est matière vivante; vitesse supérieuse à la moyenne (Ses stats vitesses sont multipliées par 1,5)
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: Harahel [VALIDEE]   Mer 13 Avr 2011 - 21:34

En effet c'est plus cohérent et en plus c'est une mort plus barbare (moi sadique ?)

Ta fiche est donc validée, je t'accorde 22 points à répartir dans tes statistiques, si tu ne sais pas comment faire je te renvoie à ce sujet ou à me contacter via MP.

Ton personnage sera considéré comme "apprenti" (correspondance palier 2, voir sujet plus haut)

Je te souhaite un agréable séjour à Heaven ^^

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/resistants-f84/ayu-l-esprit-psychop
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harahel [VALIDEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harahel [VALIDEE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Océane Romanea ~ Qui as dit que j'étais pas déjantée ? [VALIDEE]
» Ariane. [Validee]
» Sonrisa Del Sol [VALIDEE]
» Galiopée ☆ Petite fleur abandonnée [VALIDEE - JUMENT]
» Samantha Montoya ( une nouvelle pas si nouvelle) [VALIDEE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archives des présentations persos-
Sauter vers: