Partagez | 
 

 Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Colette Mc Fear
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen, joueur flemmard
Nombre de messages : 290

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]   Sam 1 Mai 2010 - 12:08

..:Votre identité:..



Photo:



Spoiler:
 


Nom: Mc Fear
Prénom: Colette
Surnom:
Âge et date de naissance: 18 mars 1998, âgée donc de 12 ans
Sexe: féminin
Nationalité: française, d'origine anglaise
Groupe sanguin: AB+
Race: humaine
Alignement: neutre

..:Votre vie à Heaven:..

Date d'arrivée dans la ville: récente
Métier: va de petit boulot en petit boulot pour s'en sortir (serveuse, femme de ménage, nounou, ...), récemment travaille pour Lumecyan
Camp: Civil
Groupe de l'ombre:
Rang au sein de la résistance: ---
Affectation chez les soldats: ---


..:Technique de combat:..

Armes: aucune
Pouvoirs: Colette peut changer l'état physique des choses qui peuvent en changer. Ainsi, elle peut changer l'eau à son état solide, liquide ou gazeux, mais pas rendre un métal gazeux, ni rendre la terre liquide (vu que ce n'est pas minéral mais plutôt de la poussière organique)
Spoiler:
 

Attention, si Colette est capable de changer l'eau en glace, cela ne veut pas dire qu'elle peut contrôler l'eau, ni la glace. Elle ne peut même pas en changer la forme, juste l'état !
De plus 1, dans le cas des métaux, roches, etc., Colette, je continue de le préciser, ne change que l'état de l'élément ciblé. Ainsi, elle modifie la structure atomique ou moléculaire sans avoir à valider les contraintes sous lesquels ces états devraient apparaître. Ainsi, lorsqu'elle transforme de la roche en lave, celle-ci n'est pas chauffée mais juste modifiée. Ainsi, la lave produite par Colette restera à température ambiante, ainsi que le métal fondu, le verre, le sable, la glace...
De plus 2, il est nécessaire pour changer l'état phyique de quelque chose qu'elle le touche de la main. Plus tard, elle pourra se passer du contact de la main à proprement parler mais devra quand même toucher la cible du changement avec ses pieds, sa tête, ses fesses, enfin ce qu'elle voudra. Le contact avec la peau ne sera plus nécessaire (j'entends pas mà qu'elle pourra quand même rester habillée la pauvre ^_^').

Point fort et point faible: Ce genre de pouvoir n'est pas du tout offensif, dans la mesure où elle ne peut pas contrôler mentalement les éléments (genre télékinésie) comme si elle avait le pouvoir du vent, de l'eau ou autres. De plus, elle a l'inconvénient de devoir toucher tout ce qu'elle veut changer... Par contre, on peut dire que son pouvoir peut s'appliquer partout et plus ou moins à tout (en gros, sauf aux plantes, animaux, humains, mercure, terre, ciment, béton, certains minéraux). Et ça c'est un bon point !
Technique de combat: Strictement aucune ! Elle a tendance à vouloir éviter les ennuis et donc à fuir le plus vite possible ! Donc en général elle cherchera soit une voie de sortie facile (du genre la vitrine du magasin dans lequel elle vient de se faire serrer et que le gars croit qu'il l'a coincée, là elle fait fondre le verre et s'en va en courant), soit, s'il n'y rien, elle enchevêtre l'ennemi (elle est sur une plage, le gars l'a rattrapée, elle se penche et met sa main dans le sable, le gars s'enfonce, elle le rend solide). Elle n'hésite pas à créer des obstacles solides à partir de l'air (non ce n'est pas un pouvoir de bourrin puisque les objets apparaîtront forcément dans ses mains et pas au-dessus de la tête de ses poursuivants).

..:Compétences:..

Force: 1
Défense: 1
Magie: 7
Endurance: 1
Vitesse: 5

..:Descriptions:..

Histoire: Voir plus bas
Caractère: Colette, de par son éducation, a toujours été quelqu'un de travailleur. Elle a très vite compris que l'on n'a rien sans rien et c'est ainsi qu'on la retrouve à gagner sa croûte sans aucun problème. Elle s'adapte vite à chaque situation, sans rechigner et réfléchit sans cesse. Cela est dû aux nombres de jobs qu'elle a eus et qui l'ont forcés à s'adapter très vite si elle voulait garder sa place. Quoique le côté "je-réfléchis-tout-le-temps" lui a toujours collé au corps... Elle a toujours été très posée comme fille, très gentille et n'ayant pas beaucoup confiance en elle. Sauf que depuis que les trois gugusses la suivent partout (voir plus loin) elle a pris un certain recul pour arriver à les supporter et ressemble maintenant plus à une coquille vide et sans âmes qu'autre chose. Alors si elle continue d'aider les autres, elle le fera avec une tête moins souriante qu'avant. On pourrait même dire que c'est une poupée mécanique qui accomplit ces gestes. Le regard lointain, Colette n'en a plus rien à faire de RIEN. Rien ne l'atteint elle reste calme en toutes circonstances et parle le moins possible, sachant très bien se faire comprendre sans paroles. Aujourd'hui, Colette n'a plus peur d'affirmer ce qu'elle est et ce qu'elle souhaite car elle a été forgée par l'école de la vie où elle a appris que sans un bon tempéremment on n'était rien. Du coup, elle fait sa route, son chemin, sans jamais dévier car elle est têtue et, quand elle veut quelque chose, on pourra lui promettre mille choses ou, au contraire, la menacer, elle ne s'arrêtera pas pour autant. elle a un objectif elle s'y tient. Et ça, malheureusement, son entourage (si un jour elle en a un... -_-') en pâtira. D'un caractère plutôt individualiste, elle préfère s'occuper de ses problèmes seule plutôt que de demander un coup de main. Et ne vous fiez pas aux apparences : elle peut n'en rien laisser paraître mais avoir un besoin urgent d'iade ! Sa fierté lui interdit car elle estime qu'elle est, ou doit être, capable de se débrouiller seule. Les seules "personnes", entre guillemets, capable de percer cette carapace de fierté et d'assurance sont nos trois petits fantômes qui lui pourrissent la vie avec tellement d'acharnement que, franchement, elle craque et, dans ces moments, elle se met à croire qu'elle n'atteindra jamais son but, qu'elle ne sert à rien, qu'elle ferait mieux de laisser tomber, bref, elle ne croit plus en elle alors qu'en temps normal, elle qui avant ne croyait justement pas en elle, se laisse porter par sa mission, d'autant plus que ça l'aide à oublier les trois petits cochons
Apparence physique: les cheveux châtains, assez longs, raides, Colette n'a pas une coiffure qui sort énormément de l'ordinaire. Ses yeux, de même, sont noirs, parfaitement normaux. Elle était une mademoiselle tout le monde... enfin jusqu'à un certain jour. Rien dans son physique n'attirait l'attention mais désormais, à cause de ce que lui ont fait les esprits, ses cheveux sont devenus blancs comme neige ( ou comme la mort... -_-'). Elle est mignonette du haut de ses 12 ans, sa poitrine commence à pointer, elle à un joli visage sans défauts. Mais rien d'exceptionnel, là-dedans. Vous pourrez la croiser en ville habillée de plusieurs façon différente dans la mesure où elle n'affectionne pas de tenue particulière. Enfin si mais pas au point de tout le temps la mettre... la tenue qu'elle affectionne ? Son uniforme de servante qu'elle s'est cousu elle-même et qui lui a servi lors de ses nombreux emplois de serveuse, femme de ménage, cuisinière, etc.
Plutôt frêle, Colette est un peu moins renflouée que les autres filles de son âge mais pas de beaucoup. Et en plus elle les battrait sans doute en sport. C'est que ça fait les muscles les travaux manuels et les voyages ! Même si on ne voit rien, cette gamine est quand même capable.

..:Préférences:..

Ce que votre perso aime: Colette aime qu'on lui fiche la paix, le silence, le calme, les livres, elle aime bien travailler en tout quiétude, faire quelque chose de ses mains comme coudre ou cuisiner. Tels son ses passes-temps. Après, à proprement parler de ses goûts, il faut savoir qu'elle n'a pas vraiment eu l'occasion d'y penser puisqu'elle évite au maximum de penser (oui en arrêtant la machine on lui permet de revoir et surtout d'entendre clairement les 3 gus quila hantent, donc à éviter). Don ui, elle aimerait bien que les trois, là, lui fichent un peu la paix. Mais c'est pas forcément possible apparemment.
Ce que votre perso n’aime pas: les trois gus, mais ça on n'arrêtera pas d'en parler... Puis elle n'aime pas les gens égoïstes, indifférents, cruels. Oui elle ne comprend tout simplement pas comment on peut faire souffrir gratuitement des gens, des animaux, ou même des plantes. Elle ne supporte pas non plus l'alcool, la cigarette et ces autres trucs immondes tels que la drogue ou les armes... Oui, c'est une sainte. D'ailleurs à bien y réfléchir, cette fille est l'exemple même de la vierge de fer : froide, implacable, décidée, impartiale, obsédée par sa mission et détestant le vice, l'alcool et la violence... Ah et elle n'aime pas les menteurs et les escrocs aussi, forcément.
Liens familiaux: Fille de Aaron Mc Fear et de Yacinthe Mc Fear, Colette a pour cousins germains du côté de son père Katerina Mc Fear et Swan Mc Fear, enfants de Placid Archibald Gilderoy Donald Mac Fear et d'Alfreda Chastity Winnifred Mac Fear. Enfin le mieux c'est que je mette l'arbre généalogique ^_^

Spoiler:
 

Animal possédé: euh... trois esprits mais on peut pas vraiment parler de posséder, en fait...

But: retrouver Swann et sa soeur qui ont disparu...

Autres renseignements: à suivre, l'histoire de Colette et les fiches des 3 pnjs.

..:Renseignements complémentaires:..

Comment avez-vous découvert le forum?: la fenêtre était ouverte sur l'ordi d'une amie...
Votre niveau en RPG?: moyen, avec une nette tendance à la flemme...
Rang souhaité: Bizute en chef
Quelle est la mascotte du forum?: vu

......................................................
Colette
[Jiki&Saralen&Bobo&Jiki]
[Colette&Saralen Colette&Bobo Colette&Jiki]


Dernière édition par Colette Mc Fear le Dim 10 Oct 2010 - 10:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/civils-f3/colette-mc-fear-bizute-en
Colette Mc Fear
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen, joueur flemmard
Nombre de messages : 290

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]   Sam 1 Mai 2010 - 22:59

Histoire:

Histoire :

Notre histoire commence... et bien elle commence il y a près de 400 ans, en fait mais on va éviter de faire long surtout que cette histoire là vous risquez de la connaître. Il y a 400 ans, l'esprit d'un jeune adolescent de 13 ans s'est retrouvé enfermé dans son corps sans vie et a traversé les siècles. Son nom ? Chuugi. Eréi Chuugi. Arrivé à notre époque, lors de l'arrivée des soldats et du début des exécutions, il ne put s'empêcher de se joindre au combat alors que son corps était, disons... branlant. Chuugi fut réduit en miettes mais, logiquement, son esprit aurait dû rester lié à son corps devenu poussière à cause de la malédiction... SAUF QUE ! Ben sauf que les soldats étaient équipés de machines qui annihilaient la magie de façon temporaire et, même sonné, Chuugi aurait dû être rappelé directement dans ses propres restes. Sauf que là ce ne fut pas le cas. Il se retrouva pris dans l'un de ces badges qui annulent les malédictions et, s'il fut tout d'abord surpris, commença à apprécier d'être ailleurs que dans son propre corps (surtout quand on voit l'épave...).
L'étape suivante fut de sortir de la ville. Et là... hem. Disons que Chuugi n'en était jamais sorti de toute sa vie ! (ni même de toute sa mort, d'ailleurs) Autant dire que cela faisait donc près de 400 ans ! J'ai envie de dire que c'était comme une bouffée d'air frais ou qu'il pouvait à nouveau respirer car dans cette ville il étouffait mais... bon, vous voyez ce que je veux dire. Chuugi, ravi enfin de pouvoir reposer en paix, sortit de son taxi improvisé et s'abandonna enfin à la Création.

L'importance dans mon histoire ? Vous allez très vite la voir alors pas d'impatience, s'il vous plaît. Car on amorce la deuxième partie. Bien sûr, il va sans dire que l'évasion de Chuugi ne passa pas inaperçue auprès des esprits. Et ça, quand on est enfermé dans une ville par une malédiction depuis des siècles sans jamais pouvoir sortir, quand on voit que quelqu'un a réussi et surtout quand on voit comment il a réussi, c'est l'effervescence.
Pendant un temps, les équipes de soldats n'ont cessé de se faire harceler par les esprits de Heaven, jusqu'à ce qu'ils aient l'autorisation de riposter. Et l'on se rendit compte que les armes qui annihilaient la magie pouvaient aussi supprimer les âmes. Tout simplement. Elles n'allaient nulle part, rien ; elles étaient tout simplement rayées de la carte, effacées de la Création. Alors les esprits comprirent que, puisqu'ils pouvaient apparemment mourir une seconde fois, il serait avisé de se calmer.

Pourtant, trois téméraires décidèrent de tenter le coup. Le tout premier, tête brûlée dans l'âme (sans jeux de mots, hein), décida tout de même de tenter sa chance parce que... c'était tout simplement excitant, cette nouvelle prise de risques après tant d'années à ne rien avoir à parier. Le second, un brin allumé, avait décidé qu'il sortirait, mais je ne sais pas vraiment s'il avait compris qu'il pouvait mourir, dans l'histoire. Non pas qu'il était idiot, mais il était fou. Je ne sais même pas s'il avait conscience d'être mort... Enfin le dernier avait tout simplement envie de mener une action héroïque pour que son nom résonne avec éclat dans le monde des esprits. Leurs noms ? Bobo, Jiki et Saralen...
Monter l'opération n'alla pas sans mal. En effet, aucun d'entre eux ne voulait reconnaître de chef. Saralen, bien sûr avait tout de suite voulu être reconnue comme telle mais s'était faite jeter par les deux autres. Quant à Jiki et Bobo, ils ne voulaient être les chefs de personne mais ce qu'ils savaient aussi, c'est qu'ils n'accepteraient aucun chef. C'était bien parti...


PENDANT CE TEMPS...

Pendant ce temps, Colette Mc Fear était sur la route, non loin d'Heaven. "Pourquoi ?", me direz-vous, et vous n'auriez pas tord... En fait, Colette Mc Fear était issue d'une famille de commerçants. Son père, Aaron Mc Fear avait épousé une française qu'il avait rencontré lors d'un voyage (il était anglais) et avait fondé une famille avec elle. Né dans une famille à la tête d'une multinationale, il n'était pas l'héritier de cet empire, n'étant pas l'aîné, et ça lui convenait bien. Les études d'économie que lui avait faites suivre son père, et qu'il avait achevé avec brio, s'étaient soldées par un simple travail de comptable dans l'herboristerie de sa femme, là-bas en France. Et le pire, c'est que ça lui plaisait. Une petite vie simple, de sain labeur et de simples joies avait permis à la famille d'Aaron et de Yacinthe, sa femme, de s'épanouir.
Cependant, dans l'autre branche de la famille, celle du frère d'Aaron, Placid (de son nom complet Placid Archibald Gilderoy Donald), il y avait quelques problèmes. En effet, fort de son prestige en tant que PDG d'une multinationale, Placid Mc Fear avait pris pour femme une actrice fort connue du moment, Alfreda Chastity Winnifred Mc Fear de son nom d'épouse. Cette star était connue à l'époque pour avoir du mal à trouver l'amour... bref, en gros elle volait d'un homme à un autre. Sauf qu'ici, elle trouva chaussure à son pied car pendant des années on ne fit plus grand cas de ses aventures. Enfin pendant des années... pendant 9 ans tout au plus.

Ce fameux jour, c'était fin février, Colette avait encore 8 ans et, pour pouvoir fêter l'anniversaire de Kate (sa cousine germaine) de deux mois son aînée, il avait été décidé de profiter du printemps précoce dont bénéficiait la France cette année-là. Aussi, on organisa l'anniversaire chez Colette et ses parents. Je ne dirai pas ce que je pense de cette situation maisn bon... allez c'est d'accord ! Disons juste que Aaron s'était marié avec une française et installé en France, ce qui en faisait un original, quelqu'un qui ne voulait pas entrer dans le moule que voulait lui faire prendre son père (c'est-à-dire le grand-père de Colette). Il avait abandonné sa condition sociale et réduit son statut et ses années d'études pour vivre avec un femme délurée (qui passait et passe toujours son temps à inventer des nouvelles potions et à jouer au casino) dont il était éperdument amoureux. Le triomphe du coeur sur l'esprit. Pour les Mc Fear c'était une honte. Pourtant, on le traitait quand même avec plus ou moins de sympathie car il faisait toujours partie de la famille. Et puis dans un cas comme celui-là, on était content qu'il vive en France !
Ainsi, ce fameux jour, donc, après que Kate ait une nouvelle fois martyrisé Swann (son petit frère et donc le cousin de Colette) sous les yeux ébahis d'une Colette impuissante (et oui, à l'époque elle hésitait en tout et n'avait pas du tout confiance en elle ; bon c'est toujours le cas, mais ça se voit beaucoup moins...), après, donc, cette scène, disais-je, Swann voulut montrer des photos à Colette qu'il avait prises grâce à un appareil photo qu'Aaron et Yacinthe lui avait offert lors d'un Noël. Colette en eut le rouge aux joues :

Spoiler:
 

L'enfant venait de précipiter sans le vouloir la chute de la famille Mc Fear. Bien entendu, cette image compromettante sur la mère de Swann avec un autre homme dans une tenue... assez proche du corps, eut pour conséquence la séparation des deux parents avec Kate qui resta chez son père et Swann qui partit avec sa mère (vu qu'apparemment il n'était pas le fils légitime de Placid Mc Fear). Swann commença à aller très mal tandis que, de leur côté Colette et les siens continuaient à vivre leur petit bonhomme de chemin. Après tout, chez eux, ça continuait à aller bien...
La mère de Swann tomba enceinte un jour. Mais le père ne se révéla jamais et du coup, une fois l'enfant né, elle eut du mal, seule, à s'occuper à la fois de son enfant à peine né, et de son autre enfant, dépressif, qui nécessitait une constante attention.
La décision fut prise de l'envoyer chez son oncle et sa tante qui, eux, n'avaient pas tourné le dos à Alfreda malgré tout ce qu'il s'était passé et n'avaient pas coupé contact.
Colette fut prise d'une espèce d'anxiété. pendant des années elle s'était efforcé de chasser ces penser mais elle était obligée de le reconnaître : elle se sentait mal à l'aise à l'idée de le revoir sachant à quel point elle l'avait laissé tomber quand il avait eu besoin d'aide. Toutes ces fois où sa soeur l'avait martyrisé sous ses yeux et qu'elle était restée là à rien faire, toutes ces fois où elle aurait dû dire qu'elle était là, tendre une main... Colette se sentait mal à l'idée de le revoir mais savait qu'elle ne pouvait pas changer le passé. Elle commença à se préparer mentalement à présenter ses excuses et essayer de partir sur de bonnes bases. Surtout qu'il en avait besoin car il n'avait pu compter sur personne dans la vie, et elle faisait malheureusement partie de ce 'personne'. Personne ne lui avait tendu la main, personne ne lui avait prêté l'oreille pour qu'il s'épanche, personne ne lui avait offert son épaule pour qu'il y pleure tout son saoul ni même personne n'avait pris le temps de rester, simplement, avec lui.

Le jour où il devait arriver, Colette était en train de lire un livre d'épouvante qui parlait de fantômes quand le téléphone sonna. Son père alla décrocher.


"Oui Allô ? Oh, c'est vous ! Oui ? Oui... Hmhmm...
...
... COMMENT ??? Non mais - vous - c'est - j'arrive tout de suite."


Il raccrocha. Colette leva le nez de son bouquin, inquiète comme à son habitude dès que quelque chose sortait de l'ordinaire.

"Qu'est-ce qu'il se passe, papa ?
- Swann a fugué pendant le repas."


Colette en resta muette... Elle avait la bouche ouverte, comme un poisson sorti de l'eau et aucun son n'e sortait. Comment ? Mais pourquoi ! Il ne pouvait quand même pas faire ça ! Elle qui avait presque réussi à se calmer, qui arrivait à considérer son arrivée sous un jour meilleur, eh bien lui pendant ce temps il fuguait !
Colette fut prise d'appréhension. Un enfant, seul dans les plaines, ou la forêt... Qu'est-ce qu'il allait devenir ?

Colette hésita longtemps à partir le chercher sans rien dire à ses parents, mais elle avait toujours peur. Peur qu'il ne l'accepte pas, peur de se retrouver face à elle-même, aussi. Mais surtout peur qu'il ne soit déjà trop tard et de devoir faire face à un échec qu'elle affrontait depuis des années...

Deux ans plus tard, ils reçurent une visite inattendue... Celle de l'Oncle Placid, le père de Kate et Swann. Il était à la recherche de sa fille qui avait disparu du jour au lendemain sans même dire où elle allait. il avait réussi à apprendre qu'elle était venue en France et se demandait si elle n'était pas passer chez eux. Mais non. Elle n'était pas venue. Donc, en alignant les morceaux, si elle n'était pas venue pour rendre visite à son oncle et à sa tante, pourquoi venir ? Parce que c'était là où on avait eu une trace de Swann pour la dernière fois... Ce fut comme un choc électrique pour Colette, lorsqu'elle réalisa cela.
Elle se dit alors que les années de culpabilité, tout ce qu'elle s'était mis sur le dos, il fallait qu'elle l'affronte. Il fallait qu'elle retrouve Swann vivant ou mort, pour en avoir le coeur, net, se faire pardonner et, peut-être, essayer de lui apporter ce que personne, même pas elle, ne lui avait offert.
Le soir-même, Colette prit une décision qu'elle pourrait peut-être regretter mais elle savait que c'était nécessaire. Elle fit son sac et sortit sans un bruit par la fenêtre de sa chambre afin de suivre la trace laissée par Kate.


PENDANT CE TEMPS...

Nos trois compères avaient réussi à se mettre d'accord sur un plan diaboliquement diabolique... Au programme, ils allaient créer une émeute dans la ville pour faire intervenir les forces armées. Le but était que l'émeute ne soit pas d'origine fantôme car, du coup, ils passeraient moins inaperçus. Oui, les soldats devaient se concentrer sur des créatures vivantes, humaines ou magiques, pour oublier les être éthérés un instant... C'est Saralen, spécialiste des numéros spectaculaires qui utilisa ses pouvoirs pour faire léviter les objets d'une ruelle, les faire tournoyer, danser et aussi, attaquer les gens à l'intérieur des bâtiments. La rue n'avait pas été choisie au hasard. C'est Bobo qui avait suggéré ce choix car il connaissait la ville comme sa poche et savait que cela faisait des siècles que les habitants de cette rue ne pouvaient pas se supporter d'un côté à l'autre. Cela remontait, selon lui, à l'époque de la guerre où les soldats, vainqueurs, avaient voulu s'installer là. Selon tout vraisemblance, chacun des ancêtres des familles qui vivaient là actuellement avait grugé son voisin sur une partie de se terres ou du contrat et il en résultait depuis des querelles sans fins. Une vraie bombe à retardement...
Aussi, quand Saralen, commença à envoyer es briques, poubelles et autres à travers les fenêtres, les habitants crurent enfin que l'heure de la bataille finale avait sonné et que c'étaient leurs voisins d'en face qui les bombardaient. Ils répondirent aussitôt, bien entendu, et il ne fallut pas attendre longtemps avant que les forces spéciales n'interviennent. Jiki, Saralen et Bobo se planquèrent dans le sol (une idée de Jiki, friand des coups en traitres) et, alors que les familles se dégageaient de toute responsabilité par un honnête "C'est eux qu'ont commencé", les trois esprits remontèrent doucement du sol sous les pieds des humains pour ensuite entrer dans leurs machines bizarres.
La première sensation qui leur parvint, et quand ils en discutèrent plus tard ils en convinrent, fut une espèce de picotement dû à la magie runique qui bouillonnait juste à côté d'eux. C'est que, mélangée à la technologie, ils pouvaient sentir que c'était nocif rien qu'en regardant ça de l'intérieur. C'était sûr, ce genre de trucs devait donner le cancer à tous les coups. Et en plus les grands pontes de l'administration militaires n'avaient même pas dû faire redescendre l'information des scientifiques dans leurs rangs... Ces imbéciles ne savaient même pas ce qu'ils risquaient à s'exposer ainsi aux radiations.

Lorsque tout le groupe d'agités fut arrêté, les soldats et les prisonniers sortirent de la ville pour conduire ceux-ci en prison (ui pas de passage par la case commissariat, là). Jiki, Saralen et Bobo sortirent à ce moment là.


"Aaaah, ça fait du bien un peu d'air frais !, soupira Bobo.
- Tu es mort, alors arrête de dire n'importe quoi !, répliqua Saralen d'un ton sec.
- Wah, l'autre eh il est mort !, fit un Jiki mort.. de rire.
- Euh... j'ai envie de dire toi aussi mais je sais qu'on encore se lancer dans une discussion interminable... -_-'
- C'est pas vrais j'suis pas mort !
- Voilà qu'est-ce que je disais...
- Sinon, comment je ferais pour te parler, hein ? Hein ?
- Bon, ça suffit, vous deux ! Je ne suis pas sortie de cette ville pour vous entendre faire autant de bruit que si tous les esprits nous avaient aussi suivis.
- C'est lui qu'a commencé !
- T_T ..."


Pendant ce temps, Colette gambadait gaiment dans la campagne autour de chez elle à la recherche de son cousin. Elle avait appris, grâce à ses relations dans le coin, qu'une fille correspondant à la description qu'elle avait donnée avait été aperçue à Lebénec une ville non loin, car elle avait dormi à l'auberge, l'autre soir.
Colette commença à s'y rendre. En chemin, elle aperçut 2 personnes qui, apparemment étaient en train de se disputer. Au loin, elles auraient pu paraître normales mais en s'approchant, Colette vit que certains détails clochaient.

1) Ils étaient trois car un petit être rouge fait en fumée flottait à côté d'eux et parlait avec beaucoup d'animosité.
2) L'un d'eux était tout bleu, et ne pouvait pas vraiment être qualifié d'humain car, en plus de sa couleur, il semblait être entièrement constitué de liquide. de l'encre apparemment car ce fut le seul genre de liquide de cette couleur qui sauta à l'esprit de l'adolescente.
3) Le dernier était une dernière. Constituée entièrement de sable bien jaune, elle avait des traits fins, royaux et altiers qui ne l'empêchaient quand même pas de crier avec tout autant de vigueur, voire plus.

Lorsque Colette passa à leur hauteur, les yeux écarquillés et ne croyant pas ce qu'elle voyait, les trois étranges créatures se retournèrent vers elle et la regardèrent d'un oeil appuyé.


"Euh... bonjour, finit-elle par dire avant de s'arrêter sous leurs regards insistants."

Elle commençait à avoir peur... Les trois choses était vraisemblablement aussi étonnées qu'elles car elles étaient figées, seuls leurs yeux bougeaient. La détaillant de haut en bas comme on jugerait un mannequin ou un candidat à la Nouvelle Tare...
Moment de silence...
...
...
Puis soudain :


"Quelqu'un de vivant !
- Quelqu'un de l'extérieur !
- Une humaine !"


Ils s'approchèrent d'elles avec entrain et commencèrent à lui toucher les bras, les vêtements, le visage, les cheveux... tout en lui posant des questions :

"On est où ?
- On est en quel année ?
- C'est quoi la mode cette année ?
- Tu t'appelles comment ?
- Tu as quel âge ?
- Tu fais quoi ?"


Colette essaya tant bien que mal de répondre aux questions... mais la dernière...

"Je... je suis à la recherche de mon cousin, qui a fugué, et pour ça, je dois trouver sa soeur qui est dans les parages en train de le chercher aussi...
- Tu vas où ?
- Ben euh... je vais à Lebénec... c'est à deux pas d'ici...
- On peut venir avec toi ???
- Euh... ou-
- YEEAAAH ! ! !"


Et ainsi commença l'étrange procession. Colette n'osait pas vraiment fâcher les êtres surnaturels car elle ne savait pas de quoi ils étaient capables. Cela dit, arrivés à l'entrée de la ville, elle s'arrêta :

"Bon, j'ai été ravie de faire route avec des... euh...gens comme vous, vraiment. Mais maintenant je dois chercher ma cousine. Merci pour la compagnie !
- Quoi ? Déjà ?, fit Bobo avec une mine boudeuse.
- Mais on fait quoi, nous ?, demanda Jiki, un peu perdu.
- Je sais !, répliqua Saralen en se décomposant d'un coup, redevenant invisible.
- Elle en perd tout son sable dis-donc, fit Bobo avant de disparaître dans une volute de fumée.
- Attendez, j'arrive !, fit Jiki, toujours à la traîne, en se liquéfiant au sol.
- Euh... bon bah okay."


Colette haussa les épaules et entra dans la ville, direction : l'auberge. Arrivée à l'auberge, Colette se dirigea vers l'homme qu'il y avait derrière le comptoir à l'accueil.

"Bonjour, je voudrais savoir si vous n'auriez pas vu une fille de mon âge, à peu près habillée comme moi mais blonde, hier...
- Oh, bien sûr, elle a passé la nuit ici. Je me suis demandé ce que faisait une fille de son âge seule, sans adulte mais vous savez, ici, on en voit tellement... Pourquoi ça ?
- C'est ma cousine, je suis à sa recherche. Vous ne savez pas dans quelle direction elle est partie ?
- Alors ça, c'est bien que tu me le demandes, petite, parce qu'hier elle m'a posé des questions sur son frère qui était parti en direction de Heaven, la ville maudite...
- Maudite ?
- Yep ! On dit que toute personne qui entre dans cette ville ne peut plus jamais en sortir..."


Colette déglutit avec peine. Voilà pourquoi Swann avait disparu depuis si longtemps. Et voilà pourquoi Kate ne donnait plus de nouvelles ! C'était sûr, avec le genre de rencontre qu'elle avait fait aujourd'hui, Colette ne doutait pas un instant que cette malédiction fût vraie.

Elle était sur le point de remercier le réceptionniste quand... un bus traversa la porte et s'arrêta dans le hall, dans un grand fracas sonore et aussi un fracas de verre et de briquettes... Colette eut un mouvement de recul, forcément, mais eut quand même la chance que le bus (en fait c'était son arrière train) s'arrête à peine rentré. Colette fonça vers le bus et pus voir, par le trou, ce qu'il s'était passé : le véhivule avait heurté quelque chose (demandez pas quoi, il était arrêté en pleine rue, juste avant un carrefour comme si c'était un mur invisible qui l'avait stoppé net) et le cul, emporté par l'élan avait continué sa course sur le côté, entrant dans l'auberge qui n'avait sans doute rien demandé.
Le reste du carrefour était pareil, chaque voie était encombrée de véhicules dont l'avant s'amusait à jouer l'accordéon.
Quelque chose n'allait décidément pas, ici... Colette sortit de l'auberge, et alla vers le carrefour, où on pouvait distinctement entendre un rire. Et cette voix lui disait quelque chose...

Ensuite, ce furent les cris. Oui, des gens commencèrent à remonter la rue en courant, fuyant quelque chose que Colette ne pouvait voir. La jeune fille partie à contre-sens, pour voir quelle était l'origine de ce capharnaüm. Voilà que des chaussures flottaient dans les airs, ainsi que des robes, des sèches-cheveux, et même des bâtons de rouge à lèvre... Mais qu'est-ce qu'il se passait, ici ?
Colette se dit qu'il valait mieux sortir de la ville...

Ce n'est qu'en dépassant un groupe de jeunes en maillot de bain suspendues la tête en bas par une pieuvre faite dans l'eau de leur piscine que l'adolescente comprit.
Et bien oui ! Liquide, solide, gaz ! La volute, l'encre et le sable ! Les trois esprits était capable de contrôler tout ça ! Celui qui s'appelait Jiki devait être à l'origine de la pieuvre, Bobo des accidents et, bien sûr, Saralen de l'attaque des objets de mode et de beauté...

D'ailleurs, Colette en eut la confirmation très vite. Lorsqu'elle sortit de la ville, les attaques cessèrent immédiatement. La femme de sable, l'esprit de fumée et l'homme d'encre la rejoignirent très vite sur la route à la sortie de la ville.


"Bon, on y va ?, demanda Bobo en se regardant dans un rétroviseur.
- Non, vous ne pouvez pas venir avec moi...
- Tu dis ça à cause de mes talons hauts ?, demanda Saralen en regardant d'un oeil critique les nouvelles chaussures qu'elle portait. Ne t'inquiète pas je peux toujours marcher avec...
- Non, ce n'est pas les talons hauts ! Non mais vous avez vu ce que vous avez fait en ville ? Et en plus vous avez le culot d'emporter des souvenirs !"


Colette eut un regard noir vers Jiki avant qu'il ne se décide à parler mais il était trop occupé à essayer de cacher le bermuda qu'il admirait jusque là derrière son dos.

"Alors, NON, vous ne pouvez pas venir avec moi, je ne veux pas ! Vous êtes trop incontrôlables.
- Oh mais tu n'as pas le choix, Colette... on reste avec toi...
- Trop incontrôlables, nous ? Après ce qu'on a vécu on en a bien le droit !
- Si seulement tu étais à notre place...
- Whoooo, firent Bobo et Saralen d'un regard entendu avant de regarder Jiki.
- De quoi ?"


Ils regardèrent Colette et Jiki eut ce même regard... Ils entourèrent tous trois la jeune fille.

"Puisque pour toi très chère Colette nous sommes incontrôlable...
- Nous allons faire en sorte que tu le devienne aussi...
- Et pour ça on va te faire un cadeau commun à nous trois..."


Puis tout devint noir. Colette avait perdu connaissance...

Lorsqu'elle se réveilla, la première chose qu'elle fit fut de faire fondre le goudron de la route sur laquelle était depuis elle ne savait combien de temps. Elle ne s'en rendit pas compte tout de suite, ni ne se rappela les trois esprits. La seule chose présente dans son esprit était, encore et toujours, qu'il fallait retrouver ses cousins à Heaven. Et pourtant, trois esprits invisibles la suivaient et eux, ils ignoraient où elle allait, d'autant plus qu'ils n'étaient jamais entrés ni sortis d'Heaven par cette route...
Lorsqu'elle fut un peu plus réveillée, les phénomènes avaient cessé, elle ne s'était toujours pas rendu compte du pouvoir qu'elle avait. Par contre, elle savait bel et bien qu'il y avait trois esprits, qu'ils lui avaient fait quelque chose et que, là, ils la suivaient de façon pas très discrète... Ils avaient beau être invisibles, se déplacer avec un bermuda, un rétroviseur et un paire de talons hauts n'est pas une chose que l'on peut qualifier de discrète.

Ce n'est qu'arrivés au milieu des premiers bâtiments que les trois compères reconnurent les lieux. Ils se jurèrent alors de faire de l'existence de la fille un calvaire pour les avoir ramenés dans cette ville maudit, sachant à quel point ils avaient galéré pour en sortir...

......................................................
Colette
[Jiki&Saralen&Bobo&Jiki]
[Colette&Saralen Colette&Bobo Colette&Jiki]


Dernière édition par Colette Mc Fear le Dim 2 Mai 2010 - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/civils-f3/colette-mc-fear-bizute-en
Swann Mc Fear
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen à bon
Nombre de messages : 322

Profil du personnage
Armes portées: Un petit couteau à la lame quelque peu tranchante. Son manche est noir est brillant.
Pouvoirs maitrisés: Capacité à infliger une violente douleur mentale quelques secondes, ce, deux à trois fois par jour maximum. Peut maintenir une illusion parfaite tant que son énergie n'est pas épuisée.
Particularités physiques actuelles: -

MessageSujet: Re: Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]   Sam 1 Mai 2010 - 23:21

Faisont court pour moi c'est validé^^

......................................................

Paroles en français
Paroles en anglais
Paroles d'Alyssa
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/civils-f3/swann-mc-fear-alyssa-vali
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]   Dim 2 Mai 2010 - 8:04

@_@

Tu peux pas faire simple, toi hein?

Je préviens tout de suite: Je valide, mais je veux pas de ton perso chez moi... Lau survivrait pas sinon
Revenir en haut Aller en bas
Colette Mc Fear
Nouvel habitant

avatar

Race : Esprit
Niveau de RPG : Moyen, joueur flemmard
Nombre de messages : 290

Profil du personnage
Armes portées:
Pouvoirs maitrisés:
Particularités physiques actuelles:

MessageSujet: Re: Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]   Dim 2 Mai 2010 - 21:44

..:Pnj's:..

Takai Jiki


Histoire : Takai Jiki naquit le jour d'un éclipse de soleil, à l'endroit où celle-ci était la plus forte. Ainsi il vit le jour en tant que demi-démon, fils de la lune et d'êtres humains. Ses pouvoirs se sont développés dans le domaine des lettres où il a excellé. Il pouvait écrire une lettre et la faire apparaître dans la réalité en se servant de son encre comme support, ce qui explique les pouvoirs qu'il a débloqués par la suite.
Jiki mourrut d'une chute malheureuse dans le vide alors qu'il courait sur les toits d'Heaven pour impressionner un nouvel arrivant. Ayant envie de crâner il avait mis une cape qui eut la triste idée de venir s'empêtrer dans ses pieds. L'image ci-dessus est la dernière que l'on a gardé du jeune homme.


Pouvoirs : Jiki, en mourrant, a été libéré de son enveloppe charnelle et des contraintes qui l'entouraient. Ainsi quand à l'époque il ne pouvait que contrôler l'encre sous forme de lettres, il peut aujourd'hui contrôler tous les liquides. Seul problème, c'est qu'il faut qu'il y ait du liquide, justement. Non parce que les mages de l'eau sont capable de faire apparaître de l'eau dans les airs grâce à l'humidité de l'atmosphère... Lui non. Et en plus il faut qu'il voie ce qu'il va contrôler... Il ne tue ni ne possède pour des raisons que je donnerai plus bas.


Caractère : Jiki est quelqu'un de rêveur, de pensif. Aussi il lui arrive souvent de rater un train et de devoir rattraper ses amis qui ont continué leur route sans faire attention à lui. Grand gaffeur dans l'âme, il a ce côté attendrissant des enfants pas très adroits qui tentent de réparer leurs erreurs comme ils peuvent. Ca, plus le fait qu'il soit long à la détente font qu'il passe en général pour le benêt de service.
Jiki affectionne tout particulièrement les gens à l'esprit créatif et essaiera d'instinct de protéger les artistes ainsi que les oeuvres d'art en général. Il aime les gens qui réfléchissent avant d'agir et a une affection particulière pour les jeunes hommes bien bâtis. En particulier les vampires avec qui il a vécu une ou deux histoires par le passé. De plus, Jiki a du mal, énormément de mal à reconnaître qu'il est mort. Pour lui l'esprit est éternel et c'est la seul chose qui compte. Quand on lui dit que, théoriquement et d'un point de vue extérieur, il est uand même mort, il a tendance à faire un de ces caprices comme il sait en avoir parfois (enfin même souvent).

Apparences : Jiki, à l'époque de sa vie, avait des cheveux noirs, ainsi que de grands yeux insondables, si noirs qu'il était inpossible de distinguer l'iris de la pupille et que, du coup, on avait l'impression de plonger dans le vide lorsqu'on le regardait. Un visage pâle, un corps mince et athlétique, il s'habillait en général de façon sobre, ce qui avait tendance à le rendre plus petit et plus discret qu'il ne l'était en réalité. Mais ces goûts vestimentaires s'appliquaient seulement de jour. Parce que de nuit... sa véritable nature se révélait... -_-'
Aujourd'hui, étant un esprit, Jiki est invisible. Aussi pour réussir à être vu de Colette et pouvoir discuter avec elle et la harceler (enfin surtout la seconde option), il utilise son contrôle sur les liquides pour recréer son corps nu dépourvu de sexe. Cela lui permet aussi d'agir physiquement pour prendre des objets, des gens, etc. Les liquides qu'il utilise sont un peu comme des vêtements pour lui et celui qu'il affectionne le plus est, bien sûr, l'encre.
Le fait d'être un esprit avec, donc, aucune forme particulière lui permet de pouvoir prendre n'importe quelle forme, avec le seul inconvénient que de toute façon personne ne croira une seconde à l'écureuil liquide qu'il veut nous faire gober... Surtout si c'est de l'eau ou de la peinture violette qu'il utilise ! Et puis même s'il arrivait à avoir les bonnes couleurs... ce serait un écureuil chauve car aucun liquide sur cette planète ne peut réduire sa structure de façon aussi fine qu'un poil. Enfin si, mais en avoir plusieurs les à côté des autres les ferait automatiquement fusionner car le pouvoir de Jiki ne permet pas de garder deux liquides complètement distincts lorsqu'ils se touchent. Il a le pouvoir de contrôler les liquides, pas de les rendre solides...

Bobo


Histoire : L'histoire de Bobo remonte à 300 ans de cela, lorsque la malédiction fut jetée sur la ville. À l'époue, Bobo était une espionne et, alors qu'elle était dans le campement ennemi pour réunir ses collègues, son propre général a invoqué les démons sur la plaine et tout le monde est mort ! 300 ans plus tard, l'esprit a entendu parler d'un enfant qui pouvait voir et entendre les esprits et s'est incarné dans une poupée à l'effigie de Sephiroth pour le convaincre de trouver une solution pour lever la malédiction. Malheureusement, avant qu'il n'en ait eu le temps, ils se sont retrouvés tous deux embauchés par une folle mégalomaniaque qui était à la recherche des Pierres Imparfaites. Elle en possédait déjà une et l'enfant dont Bobo essayait de s'occuper la vola. Il mourrut lamentablement en essayant de la faire fonctionner (alors que c'était censé être la plus innoffensive des 7). Bobo n'avait plus de raison de rester incarné et sorti de sa poupée tortue (oui, la précédente s'était retrouvée lavée et essorée par un programme qui l'avait rendue inhabitable et du coup il en avait choisie une autre mais il ne s'y plaisait pas trop)

Pouvoirs : Bobo, de par son âge est sans doute le plus éthéré de nos trois compères. Aussi, alors qu'eux sont bien attachés aux choses terrestres et matérielles, lui a développé une sorte d'empathie avec les gaz. Comme lui ils sont, libres, flottent dans les airs, se mélangent et sont invisible. De plus, comme ches ses collègues, il a besoin de 'voir' les gaz sur lesquels il veut exercer son pouvoir (la vision des fantômes n'est pas tout à fait la même que les humains classiques, d'autant plus que lui est habitué à les observer). Il ne peut ni posséder ni tuer pour des raisons expliquées plus bas.


Caractère : Bobo a fortement était marqué par la peluche qu'il a habité quelque temps. Aussi, pour lui, la frontière entre les genres sexués est plus ou moins floue. Tout ce qu'on sait c'est qu'on dit Il, car on continue à l'appeler de son dernier nom. Après, il ne semble pas intéressé par un sexe en particulier, semblant même plutôt asexuel, c'est-à-dire pas du tout intéressé, ni par l'un ni par l'autre. Il semblerait ue seule la moquerie l'intéresse, et ça, c'est un trait qui lui vient typiquement de Sephiroth qui sait faire preuve d'un recul sur les situations tel qu'il n'hésite pas à rire dans les moments tragiques et à faire preuve d'un humour parfois très noir. Ayant l'oeil critique, Bobo est capable de repérer les moindres défauts des gens et des choses, parfois en un clin d'oeil. Son esprit rusé et retors lui a valu de se faire de nombreux ennemis à Heaven, à cause des blagues de mauvais goût et des répliques qui en sortaient. Oui, Bobo est insolent, a la langue bien pendue et ne fait pas dans la dentelle. Il n'hésite pas à mentir pour faire souffrir les gens, ni à dire la vérité pour les faire souffrir encore d'avantage.

Apparences : Bobo, lorsqu'il était encore en vie, avait l'apparence d'une jeune asiatique, assez grande pour une personne de ce sexe, de cette origine et de cette époque (elle faisait dans les 1m77 facile). Coiffée avec une queue de cheval la plupart du temps, son métier exigeait qu'elle se les coiffe de façon plus sophistiquée, ce qu'elle faisait avec aisance. Généralement vétue d'un kimono traditionnel lorsqu'elle travaillait, elle appréciait de porter une armure, car ça la rassurait et, comme elle était rompue aux arts du combat, elle n'avait aucun mal à se déplacer avec.
Lorsqu'elle prit possession du Sephiroth miniature, elle eut, bien sûr, une nouvelle apparence. Son nouvel hôte étati plus ou moins boursouffflé à certains endroits, avait un grosse tête dôtée de deux gros yeux bleus et de cheveux synthétiques blancs qui lui descendaient jusqu'aux pieds. De plus, un long manteau de cuir (ou de latex... O.o) complétait sa panoplie du grand méchant, aidé par la présence d'une longue épée. C'était une vraie lame en métal mais bon, compte tenu que c'était une peluche, ce qui était long pour elle avait en fait la taille d'un cure-dents.
Depuis, il a trouvé un moyen simple de s'habiller tout en restant sous forme d'esprit : il réunit des gaz colorés (genre vapeur de soufre, fumigènes colorés, fusées de détresse ou autre) et les utilise pour entourer son ectoplasme. Sa couleur préférée, pour un esprit aussi tête brûlée que lui, est le rouge. Une couleur de vie bien flashie pour quelqu'un de décédé voilà longtemps...

Saralen O'Brien


Histoire : Saralen O'Brien est née dans famille de la haute bourgeoisie irlandaise. Elle a grandi dans le luxe et les facilités financières et a toujours cherché à écraser son prochain. Elle s'était lancé à la recherche d'artefacts magiques surpuissants afin de s'assurer le contrôle du monde, voire de l'univers. Elle mourrut pendant l'incendie de l'orphelinat. Persuadée qu'une Pierre s'y trouvait elle s'était jetée dans le bâtiment qui commençait tout juste à être éteint. C'était trop tard, la Pierre était partie, en plus, Saralen venait de se piéger toute seule car une poutre enflammée venait de lui couper le chemin par lequel elle était arrivée...

Pouvoirs : Saralen, attachée de façon très forte aux choses matérielles de ce monde a, dans un effort de concentration inhumain (ou infantôme), réussi à pouvoir agir dans le monde physique comme le ferait un humain lambda. En effet, elle peut porter des objets ! Tout objet solide et tangible lui obéit et pas seulement les objets ! Nous pouvons prendre un grain de sable ? Eh bien qu'à cela ne tienne, elle vous en prend un paquet et vous le façonne à sa façon. Tout ce qui est solide lui répond au doigt et à l'oeil (en fait qu'à l'oeil...). Elle aussi a besoin d'avoir sa ou ses cible(s) dans son champ de vision pour pouvoir la/les contrôler. Elle ne tue pas et ne possède pas pour des raisons expliquées plus bas.

Caractère : Saralen O'Brien est autoritaire et a tendance à vouloir jouer au petit chef. Si elle a plus ou moins laissé tomber ses projets concernant le monde et l'univers, il n'en reste pas moins qu'elle est quand même plus ou moins le chef des trois ou en tout cas ce qui y ressemble d'un point de vue extérieur car elle passe son temps à arbitrer les conflits entre Jiki et Bobo et à crier plus fort qu'eux lors de leurs discussions. Charmeuse et coquette, la mort ne lui a pas enlevé ses goûts de luxe ni son attirance pour les beaux jeunes hommes. De plus, nous ne comprendrons pas pourquoi mais elle adore ammasser de l'argent. Juste pour en avoir beaucoup puisqu'elle ne dépense rien. Cupide, jalouse, revancharde, susceptible et, malheureusement, intelligente et rusée, elle est le type de leader idéal pour une équipe d'esprits frappeurs comme cela. Surtout qu'elle est têtue et ne lâche pas le morceau, ce qui est un plus quand on a une équipe de bras cassés comme celle-là, qui s'éparpillent pour un rien en s'éloignant de leur objectif.

Apparences : Saralen autrefois, était grande, mince (surtout à cause de ses régimes), bien habillée, et coiffée de façon sophistiquée mais rigide. Elle avait les yeux dorés (grâce aux deux Pierres qu'elle avait déjà) et des cheveux noirs. Toujours habillée en robe de soirée aux couleurs sombres, principalement le noir, Saralen aimait les décolletés plongeants et les talons hauts, qu'elle portait en toute circonstance, même pour marcher dans la boue...
Aujourd'hui, invisible à cause de son nouveau... statut, dirai-je, Saralen a dû palier à ce manque à gagner niveau look. Aussi, elle arpente les poteries ou autres pouvant s'y apparenter pour se créer un corps avec de la poudre d'argile blanche, puis elle se fait les cheveux, le maquillage et, surtout, les vêtements avec les pigments en poudre qu'elle trouve sur les lieux. Sa robe est principalement jaune, car elle exprime ainsi son amour pour l'or qui lui manque tant car elle n'a plus que son esprit pour le toucher et même plus de mains...

..:Restrictions:..

Certains parmis les Admins se diront que les pourvoirs des pnjs de Colette sont trop 'bourrins'. Aussi, j'ai tenu à créer un section spéciale pour expliquer le pourquoi du comment je prends quand même ce risque.

I] L'art de savoir laisser ses amis dans la m##de...

Considérons tout d'abord un individu lambda qui fait la route avec trois esprits. Ces esprits ont risqué leur mort pour sortir d'une ville d'où il était logiquement impossible de sortir. Et l'individu lambda sus-mentionné les rammène à leur point de départ ! Vous croyez qu'ils voudraient, après ça, aider Colette à régler ses problèmes ? (oups, j'ai gaffé ^.^')
Nan mais sérieusement, ces esprits ont tous en commun le fait qu'ils sont égoïstes déjà à la base, mais là... on peut compter sur eux pour partir ailleurs ou se moquer ouvertement le jour où elle aura besoin d'un sérieux coup de main.

II] Tu ne tueras point...

Si les trois gus ont essayé de sortir de la ville sachant que ça les rendrait pas plus vivant que s'ils y restaient, c'est pour deux raisons : pouvoir voir d'autres horizons et avoir la paix. Non parce que vous imaginez le nombre d'âmes qui bouillonnent dans cette bourgade ? Heureusement que personne peut les voir ou les entendre parce que c'est surpeuplé c't endroit...
Et vous, vous voulez qu'ils tuent des gens ? Pour avoir encore plus mal au crâne ? (et un mal de crâne quand on en a pas, ça fait très mal) Bobo, Saralen et Jiki trouvent très biens les gens comme ils sont : vivants. Après parfois, ça leur arrive d'être c#ns aux mortels mais ils ont l'avantage sur les âmes de ne pas savoir voler pour pouvoir continuer à vous saoûler en altitude. Ah parce que y en a qui le font. Alors qu'ils voient parfaitement que vous êtes en train de les fuir dans les hauteurs (enfin pas trop haut non plus parce qu'il y a toujours cette satanée malédiction...

III] Les yeux sont la fenêtre de l'âme...

Bon c'est une bien belle expression mais ça veut dire quoi che une esprit qui n'a plus d'yeux, justement ?

Simplement que pour pouvoir concentrer sa force mentale sur quelque chose, il faut d'abord le visualiser. Les esprits voient plus de choses que nous. Ainsi ils peuvent voir les choses invisibles ou très petites. Jusqu'à l'atome même pour certains. Aussi, Saralen, Bobo et Jiki sont limités dans leur pouvoir au contact visuel.

IV] Tu ne possèderas point non plus...

Bon je ne parle pas de biens physiques mais de possession de gens comme dans l'Exorciste. Cela leur est impossible pour une raison simple : si aucun d'entre eux n'est entré dans le corps de Colette, ils lui ont quand même conféré un pouvoir qui les lie à elle. Aussi, pour se défaire de cette union, il n'y a pas 36 solutions : soit elle meurt et du coup les bouts d'âmes qui étaient à l'intérieur de son corps peuvent rejoindre leurs propriétaire originels, soit elle meurt et du coup les bouts d'âmes qui étaient à l'intérieur de son corps peuvent rejoindre leurs propriétaire originels. Pas beaucoup d'options donc. Surtout que en considérant l'article II du code de restriction de mes pnjs, ils n'ont pas vraiment envie de se coltiner un esprit qui les suivrait partout pour se venger... Uais, des esprits hantés par un autre esprit... faudrait le faire un jour. -_-"
D'ailleurs, c'est à cause de cette simili-possession que nos comparses ne peuvent pas sortir de la ville... car même avec leur combine, une fois sortis de la ville ils seraient automatiquement rappelés vers Colette. Alors ils disent qu'ils la suivent pour se venger (et c'est sans doute le cas) mais en fait ils sont aussi prisonniers qu'elle.

......................................................
Colette
[Jiki&Saralen&Bobo&Jiki]
[Colette&Saralen Colette&Bobo Colette&Jiki]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ville-maudite.com/civils-f3/colette-mc-fear-bizute-en
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Colette Mc Fear, bizute en chef [VALIDEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Le chef de la DCPJ accuse d'implication dans les kidnappings
» Palace Ducarme Joseph presumé gwo chef bandi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven... La ville maudite... :: Archives des présentations persos-
Sauter vers: